Publié par Pierrot le Chroniqueur

Dans toute communauté, le moyen de s'assurer du bon fonctionnement est d'en connaître et respecter les règles explicites et implicites. Les hippies, bien qu'apparemment sans règles (la seule règle est qu'il n'y avait pas de règle), en possédaient quelques unes implicites (comme celle de porter des tenues ridicules leur rappelant leurs trips sous LSD1) et les Bénédictins étaient relativement clairs sur le sujet : « Ora et labor » (prie et travaille). Etc.

Et la communauté des Wikipédiens ne fait pas exception à la ... règle, loin de là, avec quelques spécialistes de la création de législation et de la procédure (tel l'inénarrable FH , qui depuis a disparu de la circulation pour cause de bannissement2, ou le génialissime Teofilo, pour ne citer que deux cas extrêmes). De fait, il existe des règles, critères, recommandations pour tout et surtout n'importe quoi. Même pour ce qui va de soi comme la courtoisie, la politesse et le fait que l'on vient partager de la connaissance pérenne, il y a écriture noir sur blanc de règlements. Et il y a aussi les règles pour savoir quoi faire quand les règles sont enfreintes. Et même des règles pour être appliquées si les gens chargés de faire appliquer les règles ne font pas leur travail (et encore, seulement si ils ne sont pas appuyés par un choeur vibrant d'amis en arrière plan). Globalement, il suffit de se rendre dans les pages de « Prises de décisions » pour s'en rendre compte : les trois dernières en date à l'heure où je commets ma prose sont en effet une prise de décision sur l'admissibilité des centres commerciaux3, une sur : la lutte contre les contributeurs violant les droits d'auteur (car oui, les principes GFDL ne semblent pas assez clairs - à moins que les administrateurs ne soient trop occupés à s'autocongratuler sur IRC) et enfin sur les critères d’admissibilité des personnes issues de familles (anciennement) souveraines et/ou médiatisées. Que du bonheur. Et surtout une absence totale de réflexion élémentaire sur ce qu'est une encyclopédie (qui se confond pour certains avec Point de Vue Images du Monde).

Il existe aussi des règles plus compliquées pour les cas ou on ne sait pas trop quoi faire (ce qui est étonnant, quand on connaît la densité du corpus législatif de Wikipédia, qui s'allonge tous les jours). Prenons par exemple un cas théorique. Soit un utilisateur nouveau (et il y a des règles qui définissent ce que c'est qu'un nouveau, et des règles qui définissent les exceptions à la règle précédente) qui vient contribuer sur son sujet favori, et qui fait une boulette (il y a des règles qui définissent ce qu'est une boulette). La règle de base qui s'applique dans ce cas, c'est (l'énoncé est en anglais, parce que c'est la langue d'internet, et que finalement la version originale de Wikipédia ne s'est pas faite en chinois4) : " Assume good faith". Ce qu'on peut grossièrement traduire par: "Passe l'éponge mon pote, sois sympa le gars en face est de bonne foi". Mais ce qui est relativement amusant, c'est la demande d'extension de cette wikiattitude bien plus tard, et surtout quand un habitué plutôt pénible (et il y en a quelques uns) vient mettre son grain de sel où il ne devrait pas. Le "Assume good faith" devient alors plus précis dans sa traduction (non officielle) : "prends moi pour une cruche, je ne te dirais rien".
De fait, chacun interprète les règles comme il veut, à condition que celui qui a plus d'influence ne soit pas embêté pour sa propre applications des règles.

Comme on le voit, cette communauté se rapproche un peu de l'état d'esprit des hippies (bien qu'elle soit visiblement infiltrée par les Communistes5) qui veut que tout le monde soit beau, et tout le monde bien gentil. C'est donc un peu contradictoire avec la règle que toute encyclopédie se fixe, et qui se rapproche plus de celle des Bénédictins, qui veut que l'on n'a rien sans rien.

1. Qui au passage fut à l'origine d'une bien belle querelle comme Wikipédia sait les faire lors de sa promotion en AdQ (on reviendra sur cette notion centrale).
2. On y reviendra ... aussi.
3. Et pourtant, même dans son pire retour de cuite, Jimbo n'avait certainement pas envisagé qu'une encyclopédie puisse un jour se transformer en pages jaunes ou registre de la chambre du commerce.
4. Vous ne le saviez pas encore ? Allez vite lire ceci.
5. On y reviendra aussi (je sais, cela commence à faire beaucoup).

Commenter cet article