Publié par Pierrot le Chroniqueur

Ces jours-ci, je m'amuse à suivre les arbitrages en cours, et il y a vraiment de quoi faire. Ce n'est pas franchement une révélation. Mais il y en a un en particulier qui a attiré mon attention, non pas pour l'affaire traitée (enfin si, mais ça ne sera pas le sujet ici), mais pour le comportement des arbitres (consultez l'historique de l'arbitrage pour plus de détails). Le comité d'arbitrage est, à l'origine, censé être l'organe de décision suprême lorsque deux parties (c'est-à-dire deux contributeurs au minimum) s'opposent afin dans l'idéal de faire en sorte que les comportements des uns et des autres ne nuisent pas à Wikipédia. C'est la version officielle, si l'on peut dire, et qui s'avère de plus en plus contredite dans les faits, à mon sens.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le Comité fait partie intégrante de l'Art de la guéguerre sur Wikipédia, de manière comparable à celle d'un char d'assaut dans une offensive terrestre classique. Et on sait ce que ça a donné dans les Ardennes en 1940. Mais contrairement à l'offensive de Guderian (basée sur un livre de De Gaulle1), l'utilisation du Comité peut se retourner contre l'initiateur, voire même faire exploser les deux parties en vol. Et tout ça, en faisant un présupposé osé, à savoir, les arbitres sont neutres. Il paraît d'ailleurs qu'ils se font élire pour ça (un fonctionnement similaire à celui de la Première République française2). Ce qui interroge beaucoup sur l'association démocratie et Wikipédia, quand on observe les comportements des uns et des autres.

A la lecture du précédent paragraphe, le lecteur aura deviné qu'il y a un problème. Mais ce n'est pas nouveau : il y avait eu il y a un certain temps un souci vis-à-vis de l'accessibilité à la liste de diffusion des arbitres, de laquelle les anciens arbitres n'étaient pas retirés une fois leur mandat achevé (de manière volontaire ou pas). Et cela n'avait pas été sans grincements de dents ... de la part des anciens arbitres, qui n'avaient a priori plus grand chose à voir avec cette liste. J'ai toujours trouvé étrange cet attachement, sauf si on considère que cela pouvait servir (et que cela à servi de manière quasi-évidente dans un arbitrage3). Et les arbitres élus à ce moment n'avaient pas été très pressés de prendre une décision. Revenons à l'arbitrage que je considère comme très révélateur.

Sur l'arbitrage en question, trois arbitres se sont désistés d'office : PieRRoMaN (problèmes relationnels avec Meodudlye et Grimlock, suite à quelques piques sur IRC4), Dereckson (ne voulant pas semble-t-il intervenir dans un arbitrage mettant en cause des acteurs d'IRC qu'il connait) et Bapti (problèmes relationnels avec EL, semble-t-il). Ces comportements sont normaux, certes, mais certainement pas automatiques sur Wikipédia, malgré le fait que les arbitres doivent respecter une certaine éthique. La preuve ? Meodudlye et Grimlock ont révoqué un arbitre, Docteur Cosmos. Je me suis posé la question de savoir pourquoi, puisque dans mes souvenirs embrumés par de longues nuits au ... Mais je digresse. Donc je disais donc, il me semblait que Docteur Cosmos était plutôt dans la mouvance agrégationniste de Wikipédia, comme Meodudlye et Grimlock, ce qui aurait dû normalement les avantager. Oui mais en fait non. Car Docteur Cosmos échange très régulièrement et de manière très amicale avec EL (l'autre partie) et est sans doute à l'origine du comportement de ce dernier envers un tiers, ce qui a donné lieu à un autre arbitrage il y a peu. Vous suivez toujours ? Donc, Docteur Cosmos aurait dû se récuser de cet arbitrage, si on regarde un peu l'éthique. Il ne l'a pas fait. Premier accroc clair sur cet arbitrage.

Suivi de très près par un second. Les arbitres sont donc censés être neutres, disais-je, et donner leur avis en toute objectivité (j'ai dit censés) et indépendance. Et sur ce deuxième point, deuxième accroc dans la foulée. Arria est arbitre sur l'arbitrage. Arria dépose donc son avis. Jusque là, tout va bien. Mais rajoute peu de temps après un commentaire étrange, qui indique :
"'J'ai ajouté un peu de texte à mon argument suite à un mail d'une personne qui croit que je ne critique pas Meodudlye. Pour clarifier la chose : au contraire, je pense qu'il a aussi sa part dans ce conflit. Avec tous les diffs et reverts à lire et l'historique de la page de discussion de l'article étant lourde, j'ai dû m'égarer un peu dans mon argument. Donc voilà."
Surprenant. Arria révèle donc que des extérieurs à l'arbitrage viennent influencer son avis par courriel. Cela a entrainé une protestation (justifiée) de Meodudlye sur ces agissements. Il s'avère que la personne en question est ... Docteur Cosmos. Etonnant non ? En tout cas, il est utile de savoir pour l'avenir que l'on peut donner ses avis sur les arbitrages par mail, et qu'ils seront transcrits (pas seulement pris en compte) dans l'avis de certains arbitres. Donc nous avons ici deux nouveaux accrocs : un arbitre influençable et qui le dit, et un arbitre révoqué et qui continue à agir sur l'arbitrage. Et aucun des deux n'en a, jusqu'à présent, tiré les conclusions qui semblent s'imposer d'elles-mêmes, et suggérées par Meodudlye à mots à peine couverts5. Mais ce n'est pas fini, car le meilleur (ou plutôt le pire) pour l'instant reste à venir.

La plus belle performance est celle commise par Romary. Et on a vraiment affaire avec un des plus grands bras d'honneur au principe du Comité d'Arbitrage. Pour résumer, et à la lecture de ce grand n'importe quoi, je puis affirmer que Romary n'a pas lu une ligne des argumentaires. Preuve ? Lisez juste son intervention. Romary refusant en réalité de s'attacher à comprendre les tenants et aboutissants de l'arbitrage (ce n'est pourtant pas difficile), et donc refusant de faire ce pour quoi il s'est présenté et a été élu, propose une exécution sommaire globalisation des sanctions. Je qualifierais volontiers son intervention de "torche-cul" (c'est rabelaisien6, je sais). On touche le fond.

Et ça ne concerne qu'un arbitrage ... Cela laisse présager le pire pour le reste. Alors, la question qui émerge est : que comptent faire les trois personnes que j'ai évoqué concernant leur avenir au sein du Comité ?


1. Ce blog peut aussi être un moyen de se cultiver, mine de rien. Là, je fais allusion à un épisode de la seconde guerre mondiale.
2. Et voilà, encore une référence historique. Allez voir sur Wikipédia pour plus de détails. Ou ailleurs.
3. En se renseignant par avance sur les arbitres susceptibles de traiter l'arbitrage.
4. IRC, c'est le moyen de communiquer rapidement et en direct de la communauté wikipédienne. Je conseille une connection de temps à autre, juste pour voir ce que c'est.
5. Au passage, ça m'effraie un peu d'être trop d'accord avec quelqu'un, même ponctuellement.
6. Encore du culturel.

Commenter cet article

Moumine 02/06/2008 11:21

1. "Que comptent faire les trois personnes que j'ai évoquées concernant leur avenir
au sein du Comité ?"Aucune idée, mais le grand avantage du statut d'arbitre par rapport aux autres statuts est qu'il est à durée limitée. Alors on verra comment prochainement comment les Wikipédiens dans leur ensemble jugent les faits décrits ici. Oui, tous les Wikipédiens qui n'osent rien dire mais qui n'en pensent pas moins !Ou alors, il faut mettre en place une procédure de destitution des arbitres. Pourquoi pas, l'avantage principal étant de détourner l'attention et les énergies de l'impossibilité de destituer simplement, rapidement et sans psychodrame un administrateur ayant agi de manière inadéquate...2. "En faisant un présupposé osé, à
savoir, les arbitres sont neutres." Ce n'est pas osé, c'est idéaliste et surtout inexact. On attend surtout des arbitres, je crois, qu'ils soient équitables. Qu'ils sachent mettre leur pov perso en arrière-plan, le temps de juger les conflits qui leur sont présentés. Je ne vois pas dans l'attitude de deux des trois personnes mentionnées qu'elles aient failli à cette exigence. Quant à la troisième, elle n'était pas arbitre sur le dossier dans lequel elle est intervenue par mail.3. "Les arbitres sont donc censés (...) donner leur avis en toute (...) indépendance." Si les arbitres ne doivent plus prendre en compte les remarques qui leur sont adressées une fois qu'ils ont donné leur avis - donc durant la phase qui précède juste la décision finale - il faut le dire. Les arbitres se retrouveront dans une tour d'ivoire, et on aura le cas échéant des décisions basées sur des erreurs factuelles ou des erreurs évidentes de jugement. Pas sûre que ça soit préférable à l'ajout d'une phrase nuançant un avis après lecture d'un mail.4. Quant au dernier point, eh bien : les administrateurs qui sont sensés gérer les guerres d'édition ont-ils suivi, eux, les tenants et aboutissants lorsque l'affaire était encore de leur responsabilité ? Mystère et boule de gomme : s'attaquer à trois contributeurs chevronnés dont deux administrateurs, ça demande du courage, alors autant regarder ailleurs, hein, finalement on est tous des bénévoles... Et on refile le bébé aux arbitres qui, eux, doivent être absolument et en tout temps au-dessus de tout soupçon ou faiblesse passagère.

Pierrot le Chroniqueur 02/06/2008 14:30



1. Oui j'aimerai bien le savoir. Je viens de lire les développements ultérieurs ... Et ce n'est guère plus brillant.
2. La neutralité garantit normalement l'équité. Mais il est vrai que je suis idéaliste. La troisième personne que tu cites avait été révoqué, et est réintervenue par la suite, non pas en
témoignage, mais via email directement pour influer sur un commentaire. Je ne partage donc pas ton avis.
3. Indépendance n'est pas isolement. Autrement dit : les arbitres n'ont pas besoin qu'on leur souffle leurs réponses.
4. Je pense en gros comme toi. Le courage n'est pas une qualité première des administrateurs.




Chaps 01/06/2008 21:30

Beau résumé de cette requête d'arbitrage, aussi malheureuse est-elle, et bonne chronologie des faits. (je découvre le blog en même temps, le fond et la forme y sont, bonne intiative)

Pierrot le Chroniqueur 01/06/2008 21:38



Eh bien, dans ce cas, bienvenue sur ce blog, et bonne découverte ! N'hésite surtout pas à apporter tes commentaires, et, comme une autre wikipédienne (mais ce n'est certainement pas une condition
sine qua non), tes propres billets.



Scrongneugneu 01/06/2008 20:00

La réalité est /parfois/ cruelle, mais il est /parfois/ bon de rappeler cela de manière implacable...

Pierrot le Chroniqueur 01/06/2008 20:02



Je ne te le fais pas dire.