Publié par Pierrot le Chroniqueur

Le travail principal des Wikipédiens est de l'écrire. Tout le reste est secondaire.

En trois courtes phrases, Antandrus résume bien des choses dans sa douzième réflexion sur le projet d'encyclopédie. Pour rappel, la version originale : "Wikipedia is an encyclopedia. The primary job of Wikipedians is to write it. Everything else is secondary." est visible sur cette page. Et, rajouterai-je avec un brin de malice1, cela n'a rien à voir avec ce que peut recouvrir le terme d'encyclopédie en tant que tel. Ce dernier enjeu est discuté (enfin, présenté) dans un autre billet, que j'avais intitulé à l'époque : "Wikipédia : agrégation ou désagrégation ?"2 Bref : l'essence même du travail d'un wikipédien est clairement énoncée.

Alors ? Alors cela pose des questions très importantes pour la suite des débats, et ouvre la voie à une version zen (ou plutôt épurée) de l'encyclopédie collaborative, en éliminant tout "superflu" (au sens de, comme le formuleraient certains wikipédiens, "en dehors des articles, c'est mal"). Certaines de ces questions touchent évidemment des pages extrêmement fréquentées de Wikipédia3 : pages utilisateurs4, le Bistro, le Bulletin des administrateurs, etc. quand d'autres touchent l'utilité même de certains travaux wikipédiens (les fameuses boîtes utilisateurs5). Et s'interroger sur l'existence même de ce superfu ne serait pas un luxe ... superflu. Cela me permet de compléter la liste des questions que j'avais initiée il y a un peu, lors du centième billet.

Mais cela pose aussi la question du comportement des Wikipédiens. Bien que le compteur d'éditions6 ne soit pas un moyen absolu pour qualifier la qualité des participations de quelqu'un, il permet d'établir quelques constats simples. Et certains contributeurs affirment haut et fort qu'un compteur d'éditions montrant plus de 70 % de contributions hors de l'espace principal7, c'est-à-dire en dehors de la participation aux articles proprement dit, est suspect ... Et en tout cas ne doit pas être encouragé.

En d'autres termes, cette réflexion d'Antandrus se traduit aussi par : Wikipédia n'est pas un réseau social.

1. Car je suis un tantinet taquin.
2. Peut-être qu'un jour, un archéo-internaute se penchera sur le signifiant caché de mes titres, de mes billets ou des images que j'ajoute. Ou bien, je le ferai moi-même dans un livre à venir, ayant pour titre : Moi, Pierrot, chroniqueur et wikipédien (ou pas).
3. Pour ma part, je pense, et je sais ne pas être le seul, que la fréquentation et l'intérêt (quelque soit le niveau d'approximation de la notion d'encyclopédie que l'on considère) d'une page sont distincts. Et l'utilisation qui revient fréquemment de ce niveau pour justifier l'écriture de telle ou telle page est à mon avis éminemment contestable. J'y reviendrai certainement un jour.
4. Prises dans leur ensemble.
5. D'ailleurs, à quand la prochaine guerre sur le sujet ?
6. Ou compteur d'edits, ou editcounter. Le franglais ou l'anglais tout court, c'est 'achement bien.
7. En gros.

Commenter cet article

Darkoneko 14/07/2008 01:59

Wikipédia n'est pas un réseau social.Sisi. Mais c'est un effet secondaire, pas son but principal.

Pierrot le Chroniqueur 14/07/2008 06:54



Heu non. Que certains contributeurs décident de se rencontrer, virtuellement ou pas, ne fait pas du tout de Wikipédia un réseau social. C'est un dommage collatéral. Pas un effet secondaire. Je
n'arrive plus à retrouver qui sur fr disait: "Je ne suis pas sur Wikipédia pour me faire des copains".
Et il avait parfaitement raison.