Publié par Pierrot le Chroniqueur


J'en avais déjà parlé il y a quelques jours, mais le sujet ne s'étant pas calmé (c'est le moins que l'on puisse dire), j'y reviens.

Petit rappel rapide

Quelques contributeurs venus de la Belle-Province et du reste du Canada trouvent scandaleux que Wikipédia ne parle pas le québecois. Je dis bien le québécois, ou français du Canada, et non pas le français. Cela avait commencé1 en mars 2008 sur cet article qui traite d'un sujet hautement polémique: le palet de hockey. La lecture de la page de discussion est assez instructive, puisqu'elle commence ainsi :

"Au Canada c'est le sport national; alors il me semble logique de renommer cet article en Rondelle (hockey sur glace) et spécifier dans l'article qu'en France, on dit "palet". "  (voir ici)
Le tout par Antaya, déjà identifié dans ce blog comme étant un des extrémistes militants de la langue telle qu'elle est parlée écrite outre-Atlantique. Et là, tant pis pour vous, amateurs de hockey non-québécois, c'est le Canada Québec qui décide. Ou plutôt, c'est une frange que j'oserai qualifier d'intégristes linguistiques québécocentrés qui va décider pour tout le monde. Et tant pis, derechef, si ils ne sont qu'une minorité au sein même de la Francophonie.
Cela a donné un appel aux Wikipompiers2, quand même (le ridicule ne tue pas), et, plus drôle3 si j'ose dire, l'essentiel (90 %) de l'article sur le palet est consacré à cette querelle linguistique, avec mise en avant du rôle du désormais fameux Office québécois de la langue française en minimisant complètement l'appelation courante (c'est-à-dire celle de la majorité des Francophones), comme si elle n'était qu'accessoire. Ah, et aussi qu'une spectratrice a peut-être été tuée par un palet (il est, c'est sûr, essentiel de savoir qui c'est, on n'attend plus que la fiche consacrée à cette glorieuse inconnue).
En gros, cet article ne sert pas à grand chose (en tout cas pour l'amateur de hockey) si ce n'est à avaliser un combat absolument militant au détriment de la règle de neutralité4.

Palet et conséquences

Après ce coup d'éclat, le calme semblait revenu, jusqu'aux interventions bistrotières de nos amis québécophones5. L'accueil plutôt froid qui leur avait été réservé deux jours de suite les avait fait quitter le Bistro, au grand soulagement des autres Wikipédiens, et je dois dire que naïvement,  je pensais qu'ils avaient compris.
Quel incorrigible optimiste fais-je !

Les discussions se sont déplacées sur leurs pages de discussions respectives, ainsi que sur le projet:Québec6.
Le gros avantage de ce déplacement, c'est que le calme est revenu sur le bistro. Le gros désavantage c'est que plus personne ne leur apportant la contradiction, la sauce est montée petit à petit, pour en arriver ces jours-ci à un vrai grand n'importe quoi.

Rendons nous donc sur la page de discussion du projet:Québec (et dans ses archives), une section intitulée Francisation de Wikipédia (rien que ça ...)

On y trouve  d'un côté l'équipe 1 (Antaya, Khayman, Jimmy Lavoie, et autres) qui semblent refuser tout ajout de mot anglais en français. Et de l'autre l'équipe 2 (Moyg, Boreal et GL, qui n'est pas canadien me semble-t-il) qui leur apportent une contradiction étayée et argumentée, mais qui n'est pas vraiment écoutée par l'équipe 1.

 Parmi les "arguments" de l'équipe 1 on trouve : 
  1. il existe des mots français pour chaque mot anglais (faux, et l'inverse est tout aussi vrai)
  2. il est important de résister à l'envahissement de l'anglais (si ça ce n'est pas militant7 ...)
  3. on est les derniers gardiens du français, vous, les Français devriez être de notre coté (personnellement, quand je veux parler d'un emploi, je n'utilise pas job, mais travail ... Et ce n'est qu'un exemple isolé8)
L'équipe 2 elle, précise les points suivants:
  1. Wikipédia est francophone et non française donc cette guéguerre est non seulement déplacée, mais n'a pas lieu d'être (vrai, c'est même une conséquence d'un principe fondateur).
  2. il est stupide d'imaginer que le français est une langue "pure" : les exemples cités de magasin, cher aux Québecois, et ski, sont  sur point éclairant (il est stupide9 d'imaginer qu'une langue est étanche, que cela soit local ou mondial).
  3. de même qu'il est stupide de penser que l'anglais n'intègre pas également des mots d'autres langues, et donc du français (vrai, des notions basiques de l'histoire de la langue le montrent sans ambiguité).
Comme le leur dit Moyg en début de discussion: "Je crois surtout que tu n'as rien compris au fonctionnement de Wikipédia qui ne doit pas servir à défendre des causes, aussi nobles soient-elles". Et je rajouterai à ce commentaire : et leur combat au sein de Wikipédia n'est pas noble (défendre un français régional au sein de Wikipédia francophone ?) mais limite idiot. Voire carrément insultant pour les autres Francophones (majoritaires), comme le prouve cet extrait :
Il faudra bien vite que les «chasse-gardés du français» (les Québécois et les Canadiens francophones) aillent «re-franciser» leurs cousins européens, qui se sont égarés ces dernières années. C’est dommage, mais le français continue de vivre et à évoluer (dans le bon sens) grâce à l’OQLF, qui (par chance) restreint le pouvoir, au Québec, de la passoire qu’est l’Académie française. (Jimmy Lavoie).
Non seulement Jimmy (en bon français : Jacquot) se permet d'émettre une énormité (les francophones canadiens parlent un français meilleur que celui des Européens), mais il la double de conneries monstrueuses, à savoir qu'une minorité pourrait influencer l'immense majorité des Francophones (première) en se basant sur les décrets émis par l'OQLF grâce à qui le français évoluerait (et le chien de prairie, il met le chocolat dans le papier alu ? deuxième), alors que l'Académie française ferait le contraire (troisième). Oui mais voilà, l'Académie française n'a aucun pouvoir linguistique ... Une preuve supplémentaire de manifestation de l'esprit pour le moins obtus de ces cousins d'outre-Atlantique.

Et rebelote.

La discussion a rebondi encore une fois avec une nouvelle intervention de Antaya, se plaignant qu'un contributeur ait changé l'utilisation de balladodiffusion (terme québecois) en podcast (terme français). Khayman saute sur l'occasion immédiatement en venant clamer (non pas directement, le courage n'est pas à confondre avec l'obstination) que les autres Francophones sont de méchants vilains pro-anglais, et qu'on est vachement bien au Québec entre gens qui parlent un bon français. Un vrai vécu social, comme il dit.

Et un autre Don Quichotte de la langue, Gilbertus, vient lui apporter un soutien appuyé, en déplorant encore une fois la "contamination" du français européen (qui, n'en déplaise à ces messieurs, reste quand même le français majoritaire dans le monde) par l'anglais. D'ailleurs, il en est tellement persuadé qu'il écrit ceci :
La bonne nouvelle, dans tout cela, est que dans quelques années les Français viendront faire des stages de formation linguistique au Québec ou simplement pour redécouvrir la langue surannée de leurs aïeux et nous devrons alors former des interprètes pour les accueillir – des futures jobs en sorte.

Cela attire un double commentaire :
  • le francophone moyen a déjà besoin d'une traduction pour comprendre le québécois moyen. C'est en tout cas ce que pensent les gens de la télévision quand ils proposent des séries québécoises à l'antenne. Ce qui n'est pas forcément le cas pour des séries du Burkina Faso. Mais soyons justes. J'ai aussi vu des sous-titrages pour les éditions locales de France 3, quand il s'agissait de reportages sur des coins reculés de régions isolées mettant en scène de vieux habitants du coin.
  • quand on finit une phrase par une locution du style : des futures jobs en sorte, on s'abstient de venir donner des leçons de pureté linguistique. Car job est un mot on ne peut plus issu de l'anglais. Car, si on transpose en français, les terme d'emploi ou de travail sont masculins. Enfin, "en sorte" ne veut rien dire du tout.
Et caetera. Oups. Pardon. Et encore plein de choses.

Et donc ?
Et donc, en tant que francophone français, ces rodomontades québécoises de quelques Québécois font plus que m'agacer. Je ne doute pas non plus qu'elles agacent aussi les autres francophones européens, ou d'autres continents. Récapitulons quelques problèmes de compréhension que manifestent nos "assiégés" :
  • le français est une langue vivante, donc évolutive. En tant que tel, le français a intégré, intègre et intégrera, que l'Office québécois de la langue française le veuille ou non, des termes ou vocables étrangérophones (anglais ou autre), en en conservant ou en déformant le sens, voire en le faisant coexister avec des termes bien français.
  • le français du Québec n'est qu'une des variations régionales du français. Ni moins, mais certainement pas plus. Et en tant que tel, n'a aucune prépondérance sur le français majoritaire
  • Wikipédia n'a pas vocation à soutenir ou héberger un combat linguistique. C'est contraire à la politique de neutralité de point de vue et constitue clairement du prosélytisme, doublé d'un comportement assez insultant envers les contributeurs européens et particulièrement français, en l'occurence.
  • Un projet sur Wikipédia n'a pas à être instrumentalisé par qui que ce soit (et ce n'est pas une exclusivité du projet:Québec) et doit respecter les principes fondateurs de Wikipédia.
Il y a donc un léger souci, que j'identifie personnellement comme germe de gros problèmes à venir si des mesures ne sont pas prises rapidement (et une surveillance de ces contributeurs entreprise pour les ré-aiguiller). Et on aura à se confronter à une réédition des arbitrages "belges", pour des raisons similaires mais moins politiques.

Une des questions qui peut se poser est donc la création d'une version de Wikipedia en français du Québec (histoire de les isoler une bonne fois pour toutes). Oui mais voilà ... Les anglophones n'ont pas eu cette idée saugrenue concernant les différentes variations de l'anglais. Et comme je l'indiquais dans mon précédent billet sur le problème, il y a quelques bonnes raisons.

Alors ? Je ne peux que renouveller ici mes voeux pour que ces âneries s'arrêtent rapidement.

1. Ou du moins était devenu visible.
2. Ah les Wikipompiers ... Il faudra que j'y revienne.
3. Dans le genre rire jaune pour celui qui "tient" à Wikipédia, et rire moqueur pour celui qui n'y tient pas.
4. Quoi ? Les règles
? Ca n'existe que pour les autres, bien sûr.
5. Et ?
6. Encore un projet à fort potentiel trollogène et non neutre.
7. Et en plus, en France, en ce moment le problème c'est l'envahissement de la version nordiste du picard, appelée aussi ch'ti depuis un certain film.
8. Je connais quelques Québécois (en vrai), et ils m'ont toujours indiqué que leur français est largement contaminé par l'anglais.
9. Et je reste mesuré.

Commenter cet article

Olympi 13/02/2009 15:27

Effectivement je suis allé un peu vite, je connais encore peu les arcane de wikipedia. Mais on peut tout de même pointer des lacunes. Par exemple, le CAr ne traite que des conflits entre personnes. Si bien que les conflits d'éditions, comme celui-ci, ne peuvent être résolus par le calme, le plus tégneux et malin gagnera.

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 15:29



Euh non. Pas forcément.



Olympi 12/02/2009 22:57

Plus j'y pense plus je me dis qu'il faudrait écrire une constitution, érriger les trois pouvoirs, et avoir des juges pour juger ce genre de conneries rébarbatives.On perdrait l'anarchie, mais on gagnerais en calme et qualité.

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 08:17



La constitution existe (WP:PF).
Le corpus exécutif existe (WP:ADMIN).
Le législatif existe (la communauté est son propre législateur).
Le judiciaire existe (CAr).
Après, évidemment, Wikipédia n'est pas une expérience sociale. Mais ça ...



Chaps 12/08/2008 14:52

J'avais plus ou moins participé à ce débat sur le palet de hockey sur glace étant participant au domaine sportif sur wiki. Ce débat fut plus que gerbant, j'ai de mon côté fait et complété de nombreux articles sur le sport au Quebec et Canada, et en général je me suis tres bien entendu avec eux. Là le débat a été levé par des types qui n'ont rien à foutre du sport et sans aucune connaissance véritable, ce fut uniquement un combat idéologique sur la langue, pour certains ils n'avaient auparavant jamais contribué sur un de ces articles, et certainement pas eux qui avaient décrocher des labels, ce qu'il ne les a pas empêché de la ramener comme 36 wagons.heureusement que je cotoie souvent des quebecois loin d'etre sclérosés du cerveau sur wiki et en dehors, car cette branche me fout en rogne (j'ajouterai que j'en profite pour me lacher complètement là que certains n'ont pas hésité à nous traiter de "cons" et autres qualificatifs tout aussi réjouissant si on n'était pas "dans leur camp" sur wiki ou du moins le consentir).Pour moi, Antaya et sa bande, la porte est close, aucune envie de rentrer dans leur jeu à deux balles, qu'ils contribuent positivement au lieu de foutre le bordel partout où ils passent.PS : franchement ça fait du bien de se lacher, Merci beaucoup pour ce billet

Pierrot le Chroniqueur 12/08/2008 16:40



Mais de rien ... Comme je l'ai affirmé, je n'ai rien contre les Québécois, mais contre cette petite coterie à côté de ses pompes.



nojhan 12/08/2008 10:03

Il y aurait encore plus à dire sur le problème plus général des langues sur Wikipédia.En français métropolitain, on avait déjà eu le débat "chicon ou endive" (en 2005), qui s'était terminé par un vote (oui oui, un vote sur le contenu) et une page longtemps renommée en :http://fr.wikipedia.org/wiki/Chicon_ou_EndiveUn bel exemple du problème des titres de pages, qui, finalement, est le seul endroit où Wikipédia n'a pas de place suffisante pour la neutralité. Peut-être un jour aura-t-on une solution technique ?Sinon, la wikipédia anglophone a exactement les mêmes problèmes, notamment entre l'anglais américain et britannique. Il y a même une Wikipédia en... anglais simplifié : http://simple.wikipedia.org Mais le clou du spectacle est la version en... anglo-saxon : http://ang.wikipedia.org ! On arrête pas le progrès.Sinon, pour se détendre un peu, amusons nous avec le vocabulaire dénoncé à tord comme étant des anglicisme :http://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_anglicisme

Pierrot le Chroniqueur 12/08/2008 11:42



Je me "concentre" sur Wikipédia (c'est-à-dire Wikipedia francophone), c'est pourquoi je n'ai pas évoqué les autres Wikipedia.
Tu cites la version anglophone et deux versions (anglais simplifié et anglo-saxon), mais j'ai l'impression que tu fais une erreur d'appréciation. Il me semblait que l'anglais simplifié était
plutôt destiné aux locuteurs maitrisant mal l'anglais (ce qui est d'ailleurs indiqué sur la page d'acceuil) tandis que l'anglo-saxon ... est une autre langue, visiblement, que l'anglais.

Ce qui ne change rien au fond : il existe aussi des variations locales en anglais ainsi que dans d'autres langues : je pense en particulier à l'espagnol avec ses déclinaisons sud-américaines, à
l'allemand (autrichien, allemand, suisse alémanique), au portugais (américain, africain et européen).

Et je conseille effectivement l'article faux anglicisme. Qui contient des choses étonnantes, et des "traductions" qui n'en sont pas (comme pour pressing, qui pourrait se traduire plutôt
par laverie, le sens donné étant réducteur; flipper qui se traduirait par billard électrique ou jogging, traduit par survêtement de sport, ce qui est quasiment un pléonasme, ou pom-pom girl ...
qui se traduit tout simplement par majorette, ce qui n'est même pas signalé !) ou même des anglicismes qui n'en sont pas (caddy, c'est une marque).

Et il est assez drôle de voir qu'on signale les mots connus et utilisés au Québec, mais pas ailleurs. Un indice sur la provenance des rédacteurs, et une entorse légère à la neutralité ?



Scrongneugneu 11/08/2008 17:41

Comme exemple récent d'emploi par la langue anglaise de mots jugés à première vue « typiquement français », citons le « sans Maoists » aperçu plusieurs fois ces jours-ci dans les médias népalais (même si le mot « sans » est, en réalité, acclimaté depuis depuis des siècles dans la langue de Shakespeare, ce que... j'ignorais avant de tomber sur l'expression « sans Maoists »).En dehors de cela, on a des centaines d'exemples de mots français parfaitement intégrés dans la langue anglaise, même s'ils ne sont pas a priori forcément employés par John Doe ou John Smith (supposés être l'« homme de la rue »), mais plutôt par une frange supposée « cultivée » (les guillemets sont importants) de la population : fiancé, cliché, abattoir, accouchement, au contraire, bizarre, café au lait, argent (héraldique), or (héraldique), chef d'œuvre, coup d'état (= coup d'État en français), couturier, cuirassier, débâcle, esprit de corps, femme fatale, grognard, hors d'œuvre, insouciance, je ne sais quoi, libertinage, maroquin, nom de guerre, on the qui vive (je l'adore, celui-là...), persiflage, questionnaire, raison d'être, sabotage, sang-froid, tour de force, tout de suite = toot sweet, unique, vignette, etc.Voir le contenu de la catégorie adéquate sur le Wiktionnaire anglais : http://en.wiktionary.org/wiki/Category:French_derivations (rien ne prouvant que l'effectif réel des mots français acclimatés en anglais n'aille pas bien au-delà des 1 642 mots recensés dans cette catégorie...)

Pierrot le Chroniqueur 11/08/2008 18:02



Et le fameux rendez-vous ... Encore des exemples nombreux de perméabilité/enrichissement des langues les unes envers les autres.
Et il est bien dommage que nos activistes québécophones n'aient pas l'heur de le comprendre.



Rhadamante 10/08/2008 20:05

Ce qui est ironique, c'est que les défenseurs du français de la belle Province s'imagine pouvoir imposer un français pur au reste du monde (cf une intervention d'Antaya sur le bistro du 26 juillet, se vantant du fait que, grâce à son intervention - en remplçant partout podcast par baladodiffusion dans l'article...podcast - il avait fait changer d'avis radio france, qui depuis utilise baladodiffuion).Quand on sait l'esprit contradicteur typiquement français, ne serait-ce qu'avec les recommandation de sa propre académie, la réforme de l'orthographe de 90 en est le meilleur exemple, on se dit qu'ils n'ont pas froid aux yeux...

Pierrot le Chroniqueur 10/08/2008 21:35



D'un point de vue très personnel, je pense qu'on est vraiment dans "le ridicule ne tue pas".
Un peu comme le Chantecler d'Edmond Rostand, qui pensait que son chant faisait se lever le Soleil ...



Darkoneko 10/08/2008 13:28

Hé bien c'est joyeux, tout ça. Je vais,tant que possible, rester lachemet le plus loin possible du problème :) (pas le temps)

Pierrot le Chroniqueur 10/08/2008 14:13



Ce n'est pas une attitude très responsable, dirais-je ... Mais comme tu n'es pas le seul à le faire, c'est difficile de te jeter plus la pierre à toi qu'à d'autres. ;)