Publié par Pierrot le Chroniqueur

Une magnifique intervention de TigH dans le bulletin des administrateurs (ou BA) vient contredire les pronostics les plus optimistes : cette histoire ne se terminera pas simplement !

L'élection de Popo le chien a suscité un petit peu plus de discussion que celle de Clem23, mais à peine. L'arithmétique de décompte des voix a fait que le statut lui a été accordé sans (trop de) grincement des dents.

Cela a dû déplaire à TigH, administrateur de son état, et surtout penseur-psychologue revendiqué1, qui avait voté contre avec véhémence2, car il a décidé de demander aux bureaucrates de revenir sur leur décision. C'est original, parce que dans la "hiérarchie" des appuyeurs/désappuyeurs de boutons, les bureaucrates n'ont pas la possibiliter de se retirer le statut. Ce que tout administrateur sait, a piori. À part donc pour régler des vieux comptes avec Popo le Chien, on voit mal ce qui a poussé TigH à aller réclamer ce retour en arrière impossible ...
Et de là à penser qu'il est possible que le CAr soit saisi à bras le corps pour trancher ce litige, il y a un petit pas que je ne franchirai pas.

Enfin bon, nous avons quand même eu le droit à ce magnifique (oui, aussi) morceau de bravoure, dans lequel on a pu voir TigH se faire renvoyer dans les cordes par plusieurs personnes (dont Popo, qui avait pris le soin de préciser dans sa réponse sur le BA que TigH avait aussi ses propres détracteurs3). Je dois dire que j'ai à nouveau souri en voyant certaines interventions ...
Allez, je reprends à mon compte ce qu'un de mes contacts me disait il y a peu : les bubus devraient avoir un devoir de réserve avec leur pouvoir discrétionnaire, histoire que parfois ils évitent de dire des bêtises.
Pourquoi ? Pour ça :
Il reste que Popo est bureaucrate, et qu'il n'appartient pas aux autres bureaucrates de juger a posteriori de la validité ou non de la nomination de leurs collègues. Il a le statut, sans arbitrage il le gardera, à moins que mes collègues n'aient une vue différente, mais ça m'étonnerait.
Ou comment Esprit Fugace se contredit en deux phrases successives (je souligne les passages intéressants).

Vivement le prochain épisode ... Ou pas.

1. A la plus grande joie des amateurs d'absurde et de surréalisme.
2. Mais sans exprimer de véto, pensez-vous ...
3. Et d'ailleurs, relativement nombreux, si on y regarde de plus près.

Commenter cet article

Fugace 19/09/2008 17:39

Les questions, ou les réponses ^^ ? Je crois qu'une grosse partie de ce que je pense du boulot de bureaucrate peut se déduire des questions que j'ai posées à Popo et Clem lors de leurs candidatures. Pour les questions additionnelles, on sait où me trouver.

Pierrot le Chroniqueur 22/09/2008 08:37



Les deux. Il n'y a pas uniquement ce que tu penses des bureaucrates qui importe, il y a aussi la manière dont tu agis qui compte pour les observateurs (enfin tu ... toi et les autres). Il ne faut
pas trop être égocentrique : les autres opinions peuvent avoir aussi leur valeur.



Fugace 19/09/2008 12:27

Marrant, j'allais préciser ma pensée après lecture de ce billet, quand je découvre que les commentaires précédant l'ont déjà fait ^^ La formulation est probablement malheureuse, certes. Mais Moez et Clem ont parfaitement saisi ce que je voulais dire.

Pierrot le Chroniqueur 19/09/2008 13:12



Tu avais tiré la couverture sur toi (ou le bouclier anti-missiles, selon le point de vue).
Ceci dit, il y a des questions qui restent posées de manière générale sur les bureaucrates, leur fonctionnement et leur positionnement. Et comme bureaucrate, tu es une source pour ces questions
:)



Rama 24/08/2008 10:19

Esprit Fugace est physicienne. La mécanique quantique lui est une seconde nature, et elle se prémunit contre le cas où la bureaucratisation de Popo serait remise en cause par effet tunnel.

Pierrot le Chroniqueur 24/08/2008 10:31



Elle est bonne (la blague).



Clem23 24/08/2008 00:30

Mais si tu chipotes Pierrot. Moez a tout dit - Fugace ne se contredit pas, elle se couvre simplement, ne voulant pas s'engager pour les autres pour le cas archi ultra improbable ou les autres bubus voudraient revenir sur leur décision-sur-laquelle-il-ne-peuvent-pas-revenir ;-)

Pierrot le Chroniqueur 24/08/2008 01:09



Présenté comme ça ... Bon sang, il faut que je dorme !



Moez 23/08/2008 22:10

Tu chipotes. La seconde phrase de Fugace se voulait une formule de politesse. Tu sais, celle qu'on dit lorsque brusquement on se rend compte qu'on n'est pas le porte parole des autres, alors on met un truc pour dire qu'en fait, c'est moi qui parle. Donc, tu chipotes. Pas bien ça :)

Pierrot le Chroniqueur 23/08/2008 23:23



Non, je n'ai pas l'impression (mais ... je ne suis pas objectif sur ma propre prose, ce qui est logique s'agissant d'impression). Enfin, de toute façon, l'essentiel était vraiment dans la
"revendication" anti-bureaucratisation.