Publié par Pierrot le Chroniqueur

Bien que ce titre puisse convenir à un billet sur une fameuse page méta (autrement dit les pages qui ne sont pas de fiches sur Wikipédia), ce n'est pas vraiment le cas. Il s'agit de revenir, encore une fois, sur les réflexions produites par Antandrus sur le comportement des Wikipédiens1.
 Alors, pourquoi ai-je choisi ce jeu de mots facile2 ? Tout simplement en raison d'un certain caractère prophétique. Je te laisse, cher lecteur3, en juger par toi-même :
As soon as someone attacks the community, or any portion of it, by writing a rant on their user page, Act V of their Wiki Tragedy has begun.  It will end, inevitably, with their departure or expulsion from the project.
Traduisons, pour les non-anglophones :
Dès que quelqu'un attaque la communauté, ou une de ses parties, en rédigeant une diatribe sur sa page utilisateur, l'acte V de leur wiki-tragédie commence. Cela se terminera, inévitablement, par leur départ ou leur expulsion du projet.
Cela ne vous rappelle rien ? Allez, un petit effort ... Vous y êtes ? Très bien. Les derniers remous en date, ceux auxquels j'ai pu faire allusion dans quelques uns de mes derniers billets. D'ailleurs, je ne suis pas le seul4 à l'avoir fait, dans le cadre d'un blog. Revenons à l'augure, si l'on peut dire, d'Antandrus, et essayons l'explication de texte

Tout d'abord, il convient bien de noter l'utilisation du verbe attaquer, et non critiquer. La nuance est importante. La critique est le fait de pointer ce qui ne va pas. Elle peut être constructive (si l'on propose des solutions), drôle, acide, mais rarement gratuite, et s'appuyant toujours sur des faits, et non des supposés. L'attaque vise juste à disqualifier. L'attaque peut s'appuyer sur la critique, la critique ne peut pas vraiment être considérée comme une attaque. Enfin c'est mon avis, et je le partage. Et je pense que l'emploi du verbe to attack par Antandrus n'est pas le fait du hasard.
L'attaque (la vraie) envers la communauté sur Wikipédia constituerait donc un préalable à une tragédie, au sens d'un enchaînement d'actes qui conduisent à une fin ... pénible. Quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Tout ensemble, ouvert ou fermé, subissant une menace réelle ou supposée réagit en essayant de neutraliser cette menace5. Un peu comme un virus ou une bactérie dans le corps humain. Ou un délinquant ou un criminel dans une société. La société wikipédienne - si l'on peut dire - ne fait pas exception, même si son temps de réaction se situe approximativement entre le pas rapide et le assez lent. Et les vandales et autres tenants de la Vérité me direz-vous ? Eh bien, il n'y a pas d'attaque envers la communauté ... C'est aussi simple que ça.
 

Bien que Wikipédia ne soit pas un réseau social6, on ne peut occulter le fait, dans cette entreprise collective, que la communauté prend souvent le pas sur l'objectif de Wikipédia. D'ailleurs, c'est aussi un des problèmes de Wikipédia à mon sens. Or, à partir du moment où existe la communauté, le besoin d'y appartenir existe ... ainsi que, et là c'est déjà plus criticable si l'on considère le fait que Wikipédia n'est pas un réseau social, le besoin d'intégrer les nouveaux venus7. Et donc, il devient assez simple de s'opposer à celui qui est, à tort ou à raison, perçu comme une menace envers la communauté, puisque l'on fait partie de cette même communauté. La menace est donc, par conséquent, une menace contre soi-même. Et je ne suis pas le dernier à m'être laissé entraîner dans ces considérations, je le reconnais bien volontiers8.

Le fait que cela devienne personnel pour un nombre important d'utilisateurs de Wikipédia ouvre le champ à la tragédie. Les positions se figent, les griffes (métaphoriques) sortent, et l'on se retrouve à bomber le torse et à montrer les crocs. S'ensuit une bonne foire d'empoigne, avec intervention des administrateurs (poids moral, même avec un rôle a priori technique9) voire même, vers la fin, du Comité d'arbitrage. Et éventuellement, un règlement définitif de l'affaire. Mais bon, on constate facilement que - et là on revient à la métaphore médicale - l'on a souvent des rechutes ... ou des longs traitements. On se demande parfois si on ne tombe pas dans le cas chronique, d'ailleurs.

 

Et, à la fin, le poids communautaire s'avère plus important que celui de l'attaquant, qui est effectivement contraint, sinon de partir, du moins de lâcher un pseudonyme. Cependant, une bonne tragédie ne marche bien que s'il y a des effets secondaires ...

 

1. Et d'ailleurs des autres utilisateurs des projets Wikimedia, quand on y pense.
2. Très facile. On dirait une blague à la Laurent R., animateur de son état.
3. Tournure neutre du français, rappelons-le. Je sais que j'ai un lectorat en partie féminin et j'apprécie.
4. Même si on se limite à des blogs ne développant pas de théories du complot ou l'outrance.
5. Je parle bien d'un ensemble, pas d'une individualité. Le cas est différent sur Wikipédia, quoiqu'en pensent certaines personnes. Dans et hors Wikipédia.
6. Et même si certains pensent le contraire, bizarrement.
7. La fameuse "règle" ne mordez pas les nouveaux. Qui permet aux nouveaux venus de faire et écrire n'importe quoi sans trop se faire taper sur les doigts.

8. Avant de tenir ce blog, principalement. Le fait d'écrire ici m'impose, j'ai l'impression, plus de distanciation et moins d'implication. Une bonne thérapie qui, hélas, ne marche pas pour tout le monde.
9. Cette différence est importante, même si elle sert ou dessert plus souvent les administrateurs qu'à son tour. Enfin pas tous.

Commenter cet article

Gribeco 12/09/2008 06:14

Their user page se traduit par sa page utilisateur, pas leur page utilisateur.Le their est une tournure alambiquée pour éviter d'être sexiste ou de dire his or her.C'est-à-dire que quand un participant écrit un brûlot sur Wikipédia sur sa propre page utilisateur, il est sur le départ, soit volontaire, soit forcé.Corollaire : quand un participant invoque Hayek après s'être fait virer d'un site web, c'est qu'il avait vraiment besoin de vacances.

Pierrot le Chroniqueur 12/09/2008 08:27



Exact. Misunderstood sentence.
D'ailleurs je corrige, parce qu'en français ce n'est pas bon non plus.



Darkoneko 11/09/2008 10:04

Un jeu de mot facile, c'ets un jeu de mot laid ... mais bon, si tu trouves sab... ça beau :)

Pierrot le Chroniqueur 11/09/2008 10:16



Pffffffffffff. :)



DocteurCosmos 11/09/2008 09:49

"Hors, à partir du moment où" -> Or

Pierrot le Chroniqueur 11/09/2008 10:15



Je corrige, je corrige.