Publié par Pierrot le Chroniqueur

Ou propositions d'explications sur le comportement d'une observatrice. Ou pas.

Je dois dire que je reste toujours stupéfait de voir avec quelle emphase la personne se tenant derrière le pseudonyme d'Alithia peut rebattre sans lassitude apparente les mêmes discours vers un public soit convaincu par ce qu'elle peut raconter, soit totalement réfractaire. Je n'ai pas en effet l'impression qu'il existe de vrai milieu dans son monde très polarisé : soit tu es contre Wikipédia, soit tu es contre moi (et accessoirement, un crypto-fasciste, sans nul doute). C'est un postulat de base, qui est le moins que l'on puisse dire extrêmement restrictif et nuisible à toute tentative de raisonnement (dans tous les sens que l'on veut).

Première hypothèse : Wikipédia comme insulte à la pensée
Cette possibilité est, à mon avis, très probable, car la pensée est au coeur de l'étude philosophique1. Et notre observatrice se revendique justement comme professeur de philosophie. Au passage, citons le billet de Jean-No présentant sa petite enquête sur Alithia, qui conclut (gentiment à mon avis) qu'Alithia est peut-être ce qu'elle prétend, car rien ne vient vraiment étayer le contraire2. Donc, supposons à notre tour que l'observatrice soit ce qu'elle prétend être, et qu'elle ait une vision tout à fait correcte de la discipline qu'elle est supposée enseigner3. Il reste à considérer la perception du projet d'encyclopédie comme une insulte à la pensée, justement.

Quels sont les faits qui pourraient étayer cette affirmation ?
Dans les principes fondateurs, il n'est indiqué nulle part que Wikipédia soit un moyen de former les esprits, ni que cette formation constitue un de ses buts. Bien que la perception du contenu exact du projet et de ses règles4 puisse et soit soumise à une palette large d'interprétations, il n'a jamais été question d'apporter une dimension éducative au contenu des articles. D'ailleurs, une encyclopédie sérieuse ne peut le revendiquer. Donnons un exemple concret, concernant un créneau délicat à mon avis sur Wikipédia5. Le sport (vous avez cru que je parlerais de politique ? Que nenni !). Cette thématique est, il est facile de le constater, à l'origine de très nombreux ouvrages de qualités diverses et aux optiques variées, dont des encyclopédies, justement. Mais décrire des faits (but d'une encyclopédie, a priori) n'est pas en retirer une morale ou une leçon, comme pour le fameux esprit sportif, si cher aux commentateurs, et moins aux compétiteurs. C'est le rôle de l'éducateur (ou des éducateurs). Une encyclopédie, ou Wikipédia si on considère qu'elle ne l'est pas, ne peut donc être tenue pour responsable des enseignements tirés du contenu proposé et ne propose justement aucun travail de réflexion sur tel ou tel domaine. Ce n'est pas son rôle, encore une fois.
Supposons à présent (et c'est tirer le diable par la queue) que Wikipédia propose effectivement un contenu développant une pensée. Dans cette hypothèse, et comme toute opinion émise (et non vérité démontrée) elle peut être contestée. Ce qui est intéressant dans ce cas de figure, c'est que l'obligation de neutralité des opinions (principe fondateur sur Wikipédia) oblige justement à présenter les différents courants d'opinion existant en fonction de leurs poids respectifs (historique, scientifique, etc.) dans les articles. Ce qui n'empêche pas les discussions dans les pages dédiées, mais toute personne un peu sensée fera la différence entre les concepts de "discussion" et celui d'"objectivité", et même entre celui de "discussion" et d'"enseignement" ou de "dialogue".
Donc, Wikipédia ne présente pas et ne professe pas de but de formation, ni de professer une philosophie ou une école de pensée. Heureusement, rajouterais-je.

Alors, il semble que l'hypothèse ici présentée ne puisse avoir d'objet. Sauf si, évidemment, ne pas présenter de pensée - au sens pédagogique, dirais-je, pour simplifier - constitue une insulte. Et là, il y a un blog de ma connaissance qui pourrait rapidement fermer, car coupable de cette forfaiture impardonnable, malgré un verni (revendiqué en tout cas) de respectabilité intellectuelle et ... juridique.
Essayons donc de proposer autre chose.

Deuxième hypothèse : Wikipédia comme désavouant ou se présentant comme une vérité assénée
révélée
Note préliminaire : j'avoue ne pas avoir écrit ce billet en une seule fois. C'est épuisant, et j'ai autre chose à faire dans la vie, comme dirait l'autre, même si un de mes plus grands plaisirs est de narrer mes petites réflexions et autres anecdotes sur Wikipédia pour mon lectorat, exceptionnel bien sûr6. Le fait de le dire me permet de faire comprendre à mon lecteur que mon billet avait été écrit avant ceci, qui n'est rien d'autre qu'un appel à la résistance ... De quoi surprendre, sauf si on se place dans l'optique de la Vérité révélée.

Il est, à mon avis, déjà extrêmement intéressant de voir que l'on puisse en arriver à une personnalisation de Wikipédia. C'est le cas pour de nombreuses personnes - y compris moi-même, à une époque - et, au final, cela s'explique relativement facilement si l'on considère que les participants à ce projet présentent une unité globale malgré quelques divergences sur des points mineurs. Cela n'est pas le cas, je l'ai assez montré7. Mais il est normal que cette étape se passe, tout naturellement, au fur et à mesure que l'on vieillisse dans l'encyclopédie ou en dehors.  Enfin pour une partie non négligeable des gens. Pas tous. Après tout, et contrairement à ce qui peut se voir de ci de là, Wikipédia ne correspond en rien à ce qui pourrait être une personne morale, à l'instar d'une entreprise, d'un parti politique, d'une église (au sens très large) ou d'une association. Mais j'ai l'impression que je commence à diverger de l'aspect que je souhaitais aborder ici. Recentrons-nous donc.
L'avatar (pardon, mais je n'ai pu m'en empêcher) de Wikipédia que notre observatrice présente sans cesse est celui donc du dispenseur de Vérité. De fait, il s'agit d'une confusion étonnante entre ce qui pourrait constituer un messager (et que l'on pourrait appeler Gabriel(le), tu brûles mon esprit ton amour étrangle ma vie ... pardon) - en l'occurence Wikipédia - et le message. Oui mais quel serait le message ? Car la confusion règne ! Regardons de manière un peu moins biaisée que notre observatrice et son habituel refrain "halte au fascisme-antisémitisme-islamisme-conservatisme-racisme" (ce qui la classe déjà politiquement, de manière on ne peut plus transparente). De manière objective - et je l'ai déjà indiqué il me semble - les Wikipédiens se classeraient en moyenne plutôt au centre gauche, ce qui s'explique par une certaine sociologie ... dénoncée régulièrement par la même observatrice,ce qui n'est pas qu'un peu paradoxal. Et ce qui explique d'ailleurs la présence de certains contenus prioritairement à d'autres. Est-ce que ce (léger) biais politique est réellement constitutif d'une marque politique pérenne ? Non, puisque le joujou des débuts est condamné à mûrir - en tant qu'encyclopédie s'entend - et que la population des contributeurs évoluera forcément avec le niveau d'exigence qui devrait augmenter8. De plus, il existe une exigence réelle de neutralité, encore une fois, des points de vue, parfois mal défendue ou mal appliquée, mais vraiment présente, malgré quelques points noirs.

Wikipédia n'est pas un révélateur de Vérité, puisque cette assertion est absolument incompatible avec la nature même de Wikipédia. De la même manière, elle ne peut combattre une "Révélation" car elle serait obligé de se transformer en autre chose que ce qu'elle est : un projet d'encyclopédie. Donc, nous n'avons toujours pas mis le doigt sur ce qui ne va pas, et en sommes réduits à tester une autre hypothèse.

Troisième hypothèse : une perception inadéquate ou une myopie sélective ?
Là, je pense qu'on s'approche plus de la réalité. Pourquoi ? Il semble que les défauts majeurs reprochés par l'observatrice au projet d'encyclopédie n'existent pas en réalité comme caractères permanents de Wikipédia, comme je l'ai souvent dit ici. Un peu comme une rivière, qui coule dans un lit ... qu'elle creuse dans le même temps : rabottages, contournements d'obstacles, etc. Ce qui n'empêche pas sa mort dans le cas de trop gros problèmes.
Alors ? Le billet que je viens de lire chez Alithia9 est d'une présomption on ne peut plus grande. Je cite :
Juste quelques chiffres : plus d'un million de visites sur le blog et des milliers de commentaires, 668 articles,  c'est le bilan d'un travail. L'enquête et faite, terminée. L'essentiel est dit.

Je rappelle à mon lectorat un billet que j'avais consacré il y a de cela six mois à ces chiffres étalés comme des médailles sur la poitrine d'un amiral soviétique (annoncer des chiffres, c'est bien - je le fais aussi, mais en tirer des conclusions autres que celle de la fréquentation, c'est du grand n'importe quoi).
Le nombre de visites (ou d'"articles") ou de commentaires est assimilé à de la qualité, visiblement. Je rappelle - au passage - que Voici et Gala (hebdomadaires)  sont édités à bien plus d'exemplaires que le Monde diplomatique, ou que Wikipédia reçoit plusieurs millions de visiteurs par mois, ce qui est très étrange pour un site de si piètre qualité10. De fait, le seul bilan que l'on puisse tirer de l'examen de ces chiffres est qu'effectivement, le nombre de billets et de commentaires est élevé. Et cela s'arrête là. Car sinon, comment prendre en compte le nombre important de visiteurs qui ne peuvent résister à une bonne tranche de rigolade matinale ?
Le blog est assimilé à une enquête. Mais quelle enquête ? Aucune démarche scientifique (au sens très large) : citations inventées ou tronquées, peu de liens au final, aucune confrontation contradictoire des éléments11, aucun chiffre ou presque pas, rien de concret au final. La fameuse enquête des étudiants de Sciences-Po Paris qui fit tant de bruit dans le microcosme wikimédien francophone12 était bien plus rigoureuse, de fait. Et c'est ce que j'ai indiqué depuis bien longtemps ...
Le blog prétend avoir dit l'essentiel. Comment, puisqu'il n'y a pas eu d'enquête ?

Ce qui invalide aussi la suite, où l'observatrice prétend avoir fait le tour de Wikipédia :
  • bilan négatif : sur quelles bases ? Un bilan doit toujours être mis en perspective.
  • rédacteurs incompétents : connaissant les occupations réelles de certains Wikipédiens (pour certains c'est indiqué sur leur page utilisateur), je n'oserais pas généraliser aussi témérairement, si j'étais elle.
  • articles indigents (...) : il y en a. Il y a aussi des articles bien fournis.
  • (...) qui faussent les sujets traités par des points de vues biaisés : on ne peut pas fausser un sujet, mais juste sa présentation (et d'une) et ensuite, le rapport entre indigence et biais est lointain, pour ne pas dire inexistant.
  • tricheries : sur ? Si c'est dans la partie hors articles, cela importe peu. Si c'est dans les articles, c'est plus grave. Mais normalement, il est essayé de ne pas en produire. Et si cela se voit, ça peut faire mal pour le ou les responsables.
  • malhonnêtés (sic) : cf. ci-dessus. Mais bon, 668 billets après, on peut toujours venir donner des leçons.
  • esprit partisan : contraire aux principes fondateurs, et lissé le plus possible (ce qui est faisable car le système est ouvert à tous a priori). Mais bon, 668 billets après, on peut toujours venir donner des leçons13.
  • plagiat à grande échelle : preuves ?
  • Wikipédia n'a pas prouvé le bienfait de l'écriture collective : Alithia n'a pas prouvé le contraire. Et son blog aurait même tendance à me faire douter des bienfaits de l'écriture individuelle.
Donc oui, Alithia est apparemment victime de perception inadéquate et de myopie sélective, puisqu'elle ne s'appuie, dans le meilleur des cas, que sur une sélection partielle (et partiale) de faits.

Au final
Il est, pour moi, évident que mes demandes et suggestions (moins d'outrance, plus de vérifications, moins d'affirmations gratuites et non fondées) à Alithia sont restées vaines. Il est tout aussi évident que l'absence de sérieux dans ce blog sont une des raisons de son succès. Mais il est dommage, et malhonnête que prétendre à une démarche d'enquête en y ajoutant un poids de "philosophe" donne un produit aussi peu abouti, et en aucun cas à la hauteur de ses prétentions de fiabilité.
Alors, pourquoi est-elle si méchante14 ? Parce qu'il faut bien avoir un fond de commerce, même si la marchandise à vendre est mauvaise. Et une allusion facile au discount me vient, mais ne sera pas écrite.

1. Après tout, comme disais Descartes, cogito ergo sum. Chez l'observatrice, et pour reprendre une paraphrase célèbre, ce serait plutôt : je pense donc tu suis. Comme quoi le français est une langue merveilleuse.
2. Personnellement, je n'y crois pas du tout. J'ai quelques raisons d'appuyer ma conviction. L'une d'entre elle étant l'incompatibilité entre l'âge qu'elle indique sur son profil over-blog, et ce même en tenant compte de l'âge du blog (2 ans) et le fait qu'elle revendique dans un de ses commentaires (lien cité par Jean-No) 40 ans d'étude de la philosophie. Sauf à commencer à 10 ou 11 ans, ou à mentir sur son âge, il y a comme un souci.
3. Et ça, ce n'est pas une obligation, quand on y pense.
4. Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas cité, ce billet.
5. J'en parle indirectement ici, d'ailleurs.
6. Je fayotte, mais
ce n'est pas nouveau.
7. Et les conséquences sont diversement appréciables. Mais ce n'est pas l'objet de ce billet.
8. Enfin j'ai l'impression, et je peux me tromper.
9. Souvenez-vous, j'écris le billet en plusieurs fois.
10. C'est le thème du fameux site, n'est-ce pas ?
11. Y compris venant de vraies enquêtes, pour le coup. Ou de vrais Wikipédiens avec du bagage intellectuel. Et il y en a.
12. Le projet Wikinews en fit même un
article ...
13. Oui je me répère, mais ce n'est pas moi qui ait commencé.
14. Référence à une vieille publicité pour une boisson gazeuse à l'orange sanguine.

Commenter cet article

Darkoneko 18/09/2008 07:49

Pauvre Alithia, tout le monde lui tape dessus ... mais pourquoi vous êtes aussi méchants avec elle ?!(je plaisante bien sur :o)

Pierrot le Chroniqueur 18/09/2008 08:45



Non, pas tout le monde ... D'ailleurs, c'est rassurant dans un sens : Wikipédia n'organise pas de censure au-delà de ses frontières, comme elle a pu un jour le suggérer.



Scrongneugneu 18/09/2008 07:21

Les femmes et hommes de ménage, pardon : les « techniciens de surface » de Wikipédia, eux, ont aussi bien intégré la pensée cartésienne, avec leur devise : « Je pense, donc j'essuie ».

Pierrot le Chroniqueur 18/09/2008 08:42



Plutôt "je panse et j'essuie" dans ce cas-là, non ?



AnalyseStatix 18/09/2008 00:33

Il est en fait fort probable qu'une partie des personnages qui répondent à Alithia sont.. elles même. Mêmes arguments, mêmes obsessions, même fatuité, même grammaire fantaisiste.Il n'y a bien que des gens comme Pierre Assouline pour se laisser abuser par cette « professeur de philosophie ».

Pierrot le Chroniqueur 18/09/2008 00:42



Oui, il paraît évident que les commentaires sont en (grande) partie de sa main. Et de celles d'autres "grands amis" de Wikipédia bien connus... puisqu'elle n'hésite pas à accueillir n'importe qui
à bras ouverts sur son blog du moment qu'on crache sur Wikipédia.



Moez 17/09/2008 22:39

je pense qu'en fait Alithia/la glaneuse se désole que wikipédia ne soit pas neoconpédia. Tout le reste y est attenant. Partant du principe qu'elle ne pouvait le faire de l'intérieur - voir les interminables querelles avec markov entre autres-, elle utilise la technique classique du smear, qui revient à tenter de décridibiliser son adversaire - quitte à mentir sans sourciller. Un comportement typique : elle censure les commentaires qui ne lui plaisent pas, ce qui a transformé son blog en repaire de cinglés monomaniques. Ce qui lui a fait perdre tout intérêt aussi, car tous ses billets se ressemblent.

Pierrot le Chroniqueur 18/09/2008 08:42



Tout est tactique, semble-t-il :)