Publié par Pierrot le Chroniqueur

Attila luttait férocement contre eux, mais les Romains avaient passé des accords avec eux1. Ce qui prouve deux choses. Cela fait longtemps que les Vandales sont un problème pour tout le monde et que la manière de lutter contre eux dépend de chacun.
Ce qui me parait le plus important pour arriver à lutter contre le vandalisme, c'est d'arriver à se mettre dans leur peau, et d'imaginer ce qu'ils pensent. Sun Tzu le disait déjà il y a fort longtemps: "Connais ton ennemi".

C'est ce que je vais essayer de faire dans ce billet : me glisser dans la peau de mon adversaire (ennemi me parait un peu trop guerrier : n'oublions pas que nous parlons d'une encyclopédie, quand même).

Commençons par élaborer le personnage
Le propre d'un vrai vandale, c'est de faire en sorte de ne pas être identifié comme tel dès le début. Pour ça, il faut tout d'abord devenir le plus anonyme possible (j'en parlais en fait un peu ici). Facile, ou presque. C'est faire en sorte que le compte ne soit pas lié de manière immédiate à l'adresse IP usuelle. C'est technique, mais relativement simple, bien qu'il existe une politique de prévention de ce genre de chose sur Wikipédia. Il suffit d'être un peu patient, et on y arrive.
Bon, ne tergiversons plus, et racontons mon passage du coté obscur de la force ! J'ai pu créer mon compte de vandale. Avec une certaine jubilation, puisque j'allais pouvoir me livrer tranquilement à la "rectification" à ma sauce de nombreuses pages. Et faire mes coups fourrés en toute impunité. L'application virtuelle du mythe de l'homme invisible, en quelque sorte.

Et maintenant, que faire, et surtout ne pas faire ?
Profitant de ma connaissance de Wikipédia (disons sur un niveau de contributeur de trois-quatre semaines), je connais relativement bien les erreurs à ne pas faire, qui perdent tous les vandales de bas étage dès leurs premières minutes sur l'encyclopédie en ligne. C'est bien pour ça, par exemple que :
  • je ne vais pas me précipiter à me faire une jolie page utilisateur. Et pourtant, je sais le faire.
  • je ne vais pas me précipiter sur les pages de discussion. C'est suspect, pour un nouvel inscrit.
  • je ne vais pas aller modifier des pages à potentiel trollogène. Pas tout de suite.
  • je ne vais pas aligner des dizaines de contributions en moins de temps qu'il ne faut pour le taper. C'est aussi plus que suspect.
  • je ne vais pas installer les outils et autres gadgets disponibles pour mon compte. Là, c'est carrément écrire vandale en gras dans ses historiques.
  • je ne vais faire immédiatement une demande de parrainage. Mieux vaut la "provoquer" ...
Il y a donc une période que je qualifierai d'infiltration. Un peu comme un virus qui peut faire incuber une maladie un certain temps, et qui révèle toute sa virulence à son issue. Mais, on peut quand même faire quelques petites modifications ludiques. Moi, je propose :
  • la modification orthographique aléatoire, mais en faisant de temps en temps une bonne. Il ne faut pas croire les administrateurs pour plus bêtes qu'ils ne le sont déjà.
  • le sourçage bidon. C'est d'autant plus facile qu'il est pratiqué par des gens considérés comme sérieux, pour peu que l'on ne gratte pas trop. Alors introduire une fausse référence, pensez que c'est l'enfance de l'art.
  • l'introduction de fausses informations, mais avec tact et discernement.
C'est déjà pas mal, pour un début, vous ne trouvez pas ?

Voilà, je suis devenu un éditeur respectable ...

... dans un délai de une à deux semaines. Je vais pouvoir vraiment me lancer dans le vandalisme à grande échelle, mais en essayant de rester discret. Si je m'y prends bien, je vais aussi pouvoir faire en sorte de contribuer à pourrir l'ambiance de Wikipédia.
Mes outils ?
  • créations de fiches à foison, portant sur ... ce que mon imagination me dictera. Après tout, c'est déjà le cas et, quand on les propose en suppression, il y a toujours quelqu'un qui dira : "oui mais je l'ai vu sur Google "(sans doute, puisqu'on trouve de tout sur Google), ou "ils l'ont sur en3", ou "j'en ai entendu parler", et une bonne âme viendra décréter l'admissibilité sous prétexte d'un manque de consensus.
  • le trollage. Oh, mais de manière intelligente. On peut toujours trouver des gens qui vont supporter les idées les plus farfelues, même si on leur met la preuve du contraire sous le nez. Et ces gens ont de l'influence. Tiens, je pourrais, par exemple, m'attaquer à l'économie, à la politique ... Le choix est vaste.
  • le mensonge éhonté pour ruiner des réputations. Facile.
  • hurler à la censure et à l'attaque parce que je suis nouveau pour créer des ennuis à un utilisateur qui commencerait à devenir soupçonneux. J'ai l'embarras du choix dans ce créneau. Et ce sera encore mieux si j'ai demandé un parrainage, puisque mon parrain/ma marraine va se mouiller un minimum pour moi.

Et m... , je me suis fait repérer

Rien n'est perdu ! Parce qu'à ce moment, j'ai plusieurs choix qui s'offrent à moi.
Le plus simple, c'est de disparaître avant que la meute des administrateurs ne me tombe vraiment dessus (je dispose d'un délai d'environ trois mois  en moyenne avant qu'une ébauche d'accord voit le jour). Cela me permettra de renaître, tel un phénix, pour poursuivre le combat que je mène contre Wikipédia4.
L'autre solution, tout en préparant ma migration vers une autre identité wikipédienne, c'est de faire grossir la boule de neige, et de m'arranger pour arriver à déclencher un arbitrage. Mais pas n'importe comment, non. Le mieux, c'est bien évidemment quand on arrive à se constituer des soutiens. C'est relativement facile, si on adopte un comportement Canada Dry : vandaliser en préservant les apparences de la responsabilité. J'ai déjà dit plus haut comment faire. Et puis, après tout, comme le vandalisme c'est dégrader Wikipédia, je pense que soutenir ceux qui le fond en relève. Amis vandales, serrons-nous les coudes ! Un arbitrage, ça fait toujours des dégâts, quand on sait s'y prendre (ou pas)5.

De toute façon, Wikipédia telle qu'elle fonctionne ne peut pas grand chose contre les obstinés, comme moi.

Note (longue) de Pierrot pour dissiper tout malentendu éventuel
Ce billet est une mise en situation, et en aucun cas une description de la réalité. Bien que le récit (cette fausse confession d'un vandale) que j'ai monté soit, à mes yeux, plus que plausible (nous avons des exemples à la pelle) et fait plus que laisser entendre qu'il y a peu de différence entre "vandales" et "fâcheux", je n'ai absolument pas mis en pratique de tels agissements, que je fais plus que désapprouver.
Je reviendrai certainement sur certains points évoqués ici dans des billets futurs.
P.S. : je tiens aussi à préciser que vous avez échappé à des titres bien pires que celui que j'ai donné, dont un "in bed with ..."

1. Un peu de culture historique pour commencer un billet ne peut pas faire de mal.
2. Ou supposé comme tel. Hélas.
3. en : abréviation de Wikipedia anglophone.
4. Comme dirait l'autre : Dieu m'a donné la foi, et tout.
5. Et "on" a des spécialistes.

Commenter cet article

pregnancy symptoms 19/08/2014 13:44

I have read a lot of articles on vandalism. The history itself tells about the incidents which projected the existence of vandalism. Anyway, it was informative to know in detail about the need to have knowledge about incidents related to vandalism.

Tartuffe 28/10/2008 04:41

Un truc sympa à faire : perdre ce pédantisme qui s'accroît de billet en billet et qui s'expose dès les premières lignes. Parce que le plus dur n'est pas d'attirer le lecteur mais de le garder - et là, le fond prévaut avant la forme (à ce propos, le gris ça fait peut-être sérieux mais ça ne fait pas rigoler...)

Pierrot le Chroniqueur 28/10/2008 08:37



Nul n'est parfait. Merci de tes critiques, j'essayerai de faire mieux à l'avenir, et tu pourras revenir pour me dire ce que tu en penses.
Pour le gris, c'est essentiellement une histoire de lisibilité. J'avais essayé le bleu-glace (qui n'avait pas vraiment rencontré de succès, malheureusement, et qui n'était pas vraiment lisible)
et le orange-brique (fugacement), un peu trop ... pétant, à mon goût. Il ne reste, dans les design "nacre" d'over-blog, que le vert feuille, qui n'est pas génial. Sauf à changer le design dans
les couleurs (dans ce cas, il faut le faire à la main ...) ou en changer radicalement, je n'ai pas vraiment de solution. Si tu as des idées, ne te gêne pas, je reste preneur.



Passant qui passe 25/10/2008 11:08

Avec des amis comme toi, WP peut se passer d'ennemis -_-

Pierrot le Chroniqueur 25/10/2008 14:24


Pfiou ... ça casse dur, là ... (ou pas).
Blague à part, les meilleurs ennemis de Wikipédia ne sont pas en dehors, à mon avis. Mais j'y reviendrai certainement.


Serein 25/10/2008 10:49

Circeus : tu n'as pas entendu mon ton ironique ? Ah oui, ça passe mal à l'écrit... ;-)

Pierrot le Chroniqueur 25/10/2008 14:30



Tu as oublié les balises , c'est pour ça.



Moez 25/10/2008 04:03

Et bien on a eu un W.. récemment qui correspond à cette définition. Un normalien de Lyon désoeuvré. Ce que tu décris n'est pas vraiement un vandale, c'est un saboteur. Or, dès que je suis confronté à un acte de ce type, j'épluche les contributions de l'individu. Il deviens facile de se faire une opinion. Celle-ci faite, il ne reste qu'à suivre de loin les pratiques de notre saboteur. On le prend la main dans le sac : blocage et CU ne tardent pas à venir.Car vois-tu, tout les "malfaiteurs" (au sens de saboteur) ont un aspect qui les trahit, une obsession qui revient à la charge - c'est une pulsion - quelle que soit leur "intelligence". En fait, il est plus délicat de se coltiner ceux qui ont été abusés (assume good faith et toussa) que le sieur (ou la dame) en question. Bon, il y a des cas qui relèvent de la pathologie, mais ils ne sont pas légions. Et là, y pas grand chose à faire.

Pierrot le Chroniqueur 25/10/2008 08:36



Oh, à bien y réfléchir, j'ai tracé le portrait d'un maxi-vandale avec intention de perdurer ... Mais je n'oublie pas que comme l'on peut se croire rapidement anonyme en navigant sur la toile, la
première étape est souvent sautée (à tort ou pour d'autres raisons).
C'est le cas des vandales scolaires (que décrivait M. Cyclopède dans un de ses billets), c'était le cas d'un vandale "à trois
chiffres" bien connu ...
Mais je persiste à penser qu'intercepter quelqu'un qui souhaite vraiment être nuisible n'est pas évident.
J'y reviendrai certainement, d'ailleurs.



Circeus 25/10/2008 00:03

Serein: COmme si c'était nécessaire :p

Pierrot le Chroniqueur 25/10/2008 08:29



C'est bien ce que je disais.



Serein 24/10/2008 21:18

Ah ben c'est malin, tiens, de donner la recette du "bon" vandale...

Pierrot le Chroniqueur 24/10/2008 21:30



J'assume :).
Seulement, je n'ai pas donné la façon d'anonymiser, ni quelques autres pistes pour repérer un vandale ... Ni le fait que Wikipédia possède des spécialistes des perturbateurs protéiformes.
Maintenant, la question que je me pose est : est-ce que ceux qui votent la conservation dans cette page sont à classer parmi les vandales ? :D