Publié par Pierrot le Chroniqueur

qui fait déborder le vase ... ou l'intervention les interventions à la con du moment.
Un "concours" qui, si j'ose dire, vient d'être remporté conjointement par quatre arbitres sur les cinq à mi-mandats, un ancien arbitre et quelques autres Wikipédiens. Ce n'est pas que le Comité d'Arbitrage (CAr) ne s'était pas distingué durant les six derniers mois, mais il y a vraiment des occasions de se taire qui se sont perdues ...

Mise en contexte (Pierrot)

Je n'avais pas, mais alors pas du tout envie de me "payer" à nouveau les errances du Comité d'Arbitrage. A tel point que, lorsque j'ai vu un candidat pour l'intervention à la con du jour (les prémices étaient bien posées, disons-le aussi), j'avais commencé à écrire un billet que j'ai vite abandonné. Je n'aime pas ajouter de l'huile sur le feu, ou tirer sur une ambulance qui ressemble plus à une passoire qu'à autre chose. Et puis, le sujet des encyclopédies juniors que je souhaitais terminer m'apparaissait (et m'apparaît toujours) comme bien plus intéressant, même si il ne va pas faire beaucoup réagir, malheureusement. J'avais aussi envie de discuter de plein d'autres choses, comme (enfin) aborder le sujet des pages à supprimer, ou encore le poids des spécialistes. Enfin des choses un peu sérieuses, comme j'ai pu en faire. Mais non. Les arbitrages m'ont rattrapé, pas moyen de ne pas commenter si on ne veut pas passer pour hors du coup. Après tout, ça jase sur Wikipédia, sur IRC, et certainement par d'autres moyens de communications.

Mise en contexte (sur Wikipédia)

Au commencement était le Comité d'arbitrage ... (passage de quelques Comités élus et on arrive à) puis, le 25 octobre dernier, arrive le rendu1 de l'arbitrage opposant Moez et Maloq à Poppy, tous trois administrateurs, au passage2. Je ne vais pas commenter le fond de l'affaire, ce n'est pas le propos ici. Par contre, le contenu du rendu en a fait tiquer plus d'un, sur un point particulier :
rappelle à Moez (d · c · b) qu'il ne doit pas appliquer une sanction qu'il a lui-même proposée, quand le cas nécessite une discussion au bulletin des administrateurs ;

Entendons-nous bien, il ne s'agit pas ici de prendre parti pour ou contre Moez, mais bien de ce qui est écrit dans cette phrase, et plus exactement le "rappelle à Moez qu'il [...] ". Rappeler une règle qui n'existe pas. C'est le tour de force que vient de proposer, à nouveau3, le Comité d'arbitrage (il faudrait que je fasse un florilège, car ce n'est pas la première fois) à son public toujours aussi fan. Hélas pour les arbitres, l'oeil d'Hégésippe Cormier est tombé sur la chose. Et ça ne lui a pas plu, mais alors pas du tout. Ce qui se comprend. Et il le fait savoir dans le le bistro, ainsi que dans la page de coordination des arbitres. Mais maître Cormier4 n'est pas le seul à se poser des questions : Gribeco la pose sur le Bulletin des administrateurs, Lilyu dans la page de discussion de O. Morand (arbitre coordinateur), et d'autres dans des "conversations" (par e-mail, je suis très accessible au final) avec tonton Pierrot, et ailleurs.

Oui mais voilà ...
Ça dégénère. Comme d'habitude et toujours pour les mêmes raisons. Ne pouvant concevoir que l'on puisse remettre en cause une décision écrite du CAr (et encore pas toute, mais bien une partie qui est quoiqu'on puisse dire bien en dehors des prérogatives du Comité telles qu'acceptées par la Communauté), d'aucuns arrivent en maniant le sarcasme (comme Perky), le "raisonnement" abscons5 et totalement boiteux (comme TigH) ou la condescendance (comme Kropotkine_113). A partir d'ici je vais traiter une page à la fois, et commencer par le bulletin des administrateurs (BA).
Perky n'aime pas Hégésippe, d'où le sarcasme. On peut penser que le fond de l'affaire l'indiffère. TigH n'aime pas reconnaitre qu'il ne comprend rien à rien sur beaucoup de choses (comme beaucoup de gens sur et hors Wikipédia), et donc adore noyer les gens sous un verbiage sans fondement. On peut penser que le fond de l'affaire lui est étranger. Pour Kropotkine_113, je suis (très) déçu de son attitude ici. Au lieu de s'interroger sur la question amenée par Gribeco et Hégésippe, il s'arrête à l'attitude d'Hégésippe (qui ne fait pas dans la nuance, certes) et pas à celle, critiquable, des arbitres. Pourquoi ? Peut-être parce que les arbitres sont considérés comme des sages et intouchables, et que si un administrateur en dit du mal, il va se voir propulser dans je ne sais quelle Géhenne. En gros, il s'intéresse au symptôme et pas à la cause du mal. Ses interventions suivantes le confirment d'ailleurs. Il n'ira pas contester une décision (ou ici, une formulation) du CAr. C'est bien dommage, il devrait de temps en temps, ne serait-ce que par respect envers celui à qui il doit son pseudonyme.

Et là, première (bonne) boulette arbitrale, de la part du jeune arbitre Turb. Sans doute énervé, il écrit que les administrateurs n'ont pas à être puissants (ce qui en soit ne veut rien dire) : « L'impuissance des admins ». Et ? Qui a dit que les admins devaient être « puissants » ? C'est là qu'est le détournement des règles. Tiens donc, des règles ... Lesquelles ? On peut savoir ? On peut aussi savoir ce qui fait (implicitement) penser à Turb que les arbitres doivent l'être ? Les règles doivent-elles être plus respectées par les administrateurs que par les arbitres ? Moyg le renvoie d'ailleurs dans ses cordes en lui redemandant la règle que le CAr prétend rappeler sans que cela ne l'interpelle réellement. Mais comme l'utilisation d'un adjectif numéral ordinal peut le laisser à penser, ce n'est pas la seule que vont commettre les arbitres sur ce débat ouvert. Car intervient Pierroman ...

Ca vous a plu ? Alors on continue !

Voyant que ça ne tournait pas déjà assez au vinaigre, Pierroman a l'idée de venir citer à Hégésippe quelques extraits de sentences prononcées par le CAr dans le passé.
J'apprécie d'ailleurs la relation marquée entre les désapprobations des actions de Moez dans certains cadres et celle dont il est question indirectement ici : elles n'ont en effet pas grand chose à voir. Mais, reconnaissons à la décharge de Pierroman que les raccourcis hâtifs et les liens entre choses n'ayant aucun rapport sont monnaies courantes sur Wikipédia (et dans la vraie vie), et que tout le monde n'est pas capable de faire la part des choses. Mais c'est dommage pour un arbitre, je trouve, qui s'est fait justement élire pour ça6. Enfin bon, intervention qui vient mal à propos, et permet à Hégésippe de rappeler à Pierroman que ce dernier faisait partie d'un jury qui avait eu un goût prononcé pour l'innovation, en 2006 une sanction très très spéciale (et sans doute en grande partie responsable des fameux 80 % souvent requis pour être élu administrateur ...). Mais bon, Pierroman, non content de se mettre en porte-à-faux, en profite pour décocher une accusation de sabotage à l'encontre d'Hégésippe (lien de l'intervention). J'ai trouvé ça drôle pour quelqu'un qui saborde son navire par ces interventions. Mais ce n'est que son premier acte (malheureusement pour lui, heureusement pour mon blog).
Car le relais est pris dans la foulée par Cosmos, qui affirme ne pas comprendre les reproches faits ... Et effectivement, j'ai bien l'impression qu'il ne comprend pas. C'est bien dommage, pour quelqu'un ayant participé à l'arbitrage ... Non ?

Entracte, puis rebelote ...

Astirmays, qui n'est ni arbitre ni administrateur, répond (posément, lui) à Hégésippe en mettant en avant la fameuse "interprétation créative des règles"7. D'autres utilisateurs, Phe et Gribeco (ce dernier étant à l'origine de la discussion sur le BA, rappelons-le) répondent (aussi posément, d'ailleurs) en lui indiquant que cette ... recommandation, dirons-nous, est déjà tendancieuse en elle-même, mais qu'en plus, l'appliquer dans ce cas est contraire à son esprit premier. Hélas, après cet instant de tranquillité et d'échanges civilisés, la tempête revient rapidement.
Amorcée par Padawane (administrateur) qui revient sur le terrain premier en faisant un curieux postulat (les arbitres ne réfèrent qu'à leurs propres règles), c'est un quatrième arbitre, Ouicoude, qui signe véritablement la reprise. En prenant les choses de loin, ça aurait pu aller (bon, si on ne va pas voir dans la page de coordination des arbitres, mais on va y revenir ...) sauf que ...
Sauf que Grondin vient y mettre son grain de sel. Ce que je n'aime pas, chez Grondin, c'est sa propension à ramener les choses à des points de droit français : ça complique inutilement les choses, et alourdit ses comparaisons de manière trop importante. Mais bon, au lieu de le faire (simplement) remarquer, Kropotkine_113 lui annonce on ne peut plus clairement qu'il débloque8. Ceci dit, il est assez intéressant de faire remarquer que Wikipédia n'est qu'un simple site internet et, dans le même temps, défendre ce qui n'est, si on suit le raisonnement, qu'un simple comité d'utilisateurs au sein d'un simple site internet. Une sorte de groupe Facebook, quoi. Sauf que Kropotkine ne répond pas un seul instant à la remarque de Grondin qui énonce pourtant un fait intéressant : comme organe de régulation, le CAr n'est pas contrôlé9. Et je n'appelle pas des élections un contrôle. Je vais y revenir, sois ici, soit dans un autre billet, un jour.
L'intervention de Musicaline qui suit n'est pas vraiment polémique, elle y défend - sans agression - son point de vue, auquel Grondin répond, finalement, en éclaircissant son propos en le dégageant de toute référence lourde au système judiciaire français. Mais là ça se gâte. Ouicoude, dont j'avais il y a longtemps indiqué que son action en tant qu'arbitre n'était pas si mauvaise, se permet ce qu'il ne permettrait pas en tant qu'arbitre (a priori, et avec quelques doutes soudains, là) :
Pfff...libre à toi de partir en croisade contre des trucs qui n'existent que dans ta tête (et dans celle d'Hégésippe Cormier). Où as-tu vu que le CAr édictait de nouvelles règles ? --Ouicoude (Gn?) 25 octobre 2008 à 23:34 (CEST)
Autrement dit, prendre de très haut ses contradicteurs ... en dépit, je le répète, des questions soulevées non pas par un, mais par plus de 5 contributeurs explicitement, et de ce que les arbitres ont écrit. Ce qui lui est rappelé, d'ailleurs, par Grondin.

Et le naufrage se poursuit ...

Car après quelques autres interventions, dont celles de Grondin qui demande qu'on lui justifie la décision prise par une prise de décision communautaire (ce qu'avait aussi demandé Moyg, d'ailleurs), Pierroman revient prêcher la bonne parole, en démontrant qu'il n'a pas compris grand chose à ce que dit Grondin, d'une part, et d'autre part en concluant son intervention par un splendide : "On fait quoi, déjà, ici ? Ah oui, j'avais presque oublié ; on rédige une encyclopédie... Ça serait bien de s'y remettre...". J'en connais qui ont ricané à la lecture de cette sortie, et pas qu'un peu.
Intervention doublée par celle de Ouicoude, qui en rajoute une couche dans le mépris :
Répéter ton assertion comme un mantra ne la rendra pas plus vraie. Le CAr n'édicte aucune nouvelle règle. --Ouicoude (Gn?) 26 octobre 2008 à 19:04 (CET)
C'est drôle, j'en étais justement arrivé à penser que ce n'est pas à force de le répéter que les arbitres vont convaincre du contraire ...
Les échanges sur le BA - en tant que tels - se terminent sur une intervention de GillesC (personne qui me fait l'effet d'être relativement pondérée) qui appuie justement sur la contradiction flagrante entre ce qui est écrit et ce qui est clamé par les membres du CAr.

Passons maintenant sur une autre page ...

Comme je l'ai dit (bien) plus haut, il s'est passé à peu près la même chose que sur le BA dans la page des coordinations des arbitres à l'initiative de Lilyu. Je ne vais pas m'étaler sur la morgue de Cosmos (édifiant cours de droit) et de Ouicoude (hystérisation du débat et le reste), qui, si ils passaient devant en arbitrage10, pourrait leur valoir quelqu'ennui. D'ailleurs, je ne suis guère étonné que Lilyu ait mal pris la plupart des réponses à ses interventions :
Et vous ne participez pas aux arbitrages qui vous sont soumis, en les faisant durer des mois par votre inaction, en ne vous désistant pas quand vous êtes absents, en torchant à l'arrache une décision bancale, en refusant de reconnaitre qu'il y a des problèmes, et en répondant à des remarques construites et pertinentes par des réponse du genre "et ?" qui disent clairement "On en a rien a pété pov'conne.".--Lilyu (Répondre) 26 octobre 2008 à 16:05 (CET)
Cependant, le fin du fin, la crème de la crème est à venir. Après une intervention de Musicaline (qui je pense, n'a pas vraiment compris les problèmes sous-jacents), et une autre de TigH qui, comme d'habitude, vient pour apporter ses "lumières" plutôt évanescentes11, arrive Romary, ci-devant ancien arbitre ayant démissionné12 dont le comportement était plus que répréhensible et qui ne l'a pas vraiment compris13, qui, après quelques mois d'activité en pointillé, vient asséner un :
Enfin bravo Hervé, il est largement temps que les arbitres restaurent leur autorité et il est temps que beaucoup arrêtent de répondre aux provocations. Romary (d) 27 octobre 2008 à 08:23 (CET)
Bravo. Justement quand on indique que les arbitres abusent de leur autorité, Romary vient dire qu'ils n'en ont pas assez. Je ne puis que m'incliner bien bas devant tant de lucidité et de clairvoyance, qui m'avaient d'ailleurs fait écrire qu'il faudrait qu'il songe à quitter le Comité d'arbitrage, à l'époque. Et lui suggérer de retourner à sa semi-retraite : Wikipédia a déjà bien assez de soucis sans qu'il en rajoute.

Un oubli ? Mais non !

Je tenais quand même (on va me dire que j'ai oublié de les citer à dessein) à saluer les interventions d'un ancien arbitre (Bapti dans la page de coordination) et d'un arbitre actuel (Alain_r, dans le BA). Qui elles ont, sinon une certaine classe, clairement pour objectif d'apaiser les choses et d'ouvrir sereinement des portes de sorties. Ce qui n'est pas le cas de leurs petits camarades s'étant exprimés sur la chose.

Au final, ma conclusion
après ces échanges et uniquement sur le CAr.
La confiance des Wikipédiens dans le Comité d'arbitrage est largement entamée, comme on a déjà pu le remarquer lors des élections pour les huitième et neuvième CAr. Les griefs sont nombreux, et surtout pas vraiment imaginaires (quoi qu'en disent les mis en cause) :
  • application de règles qui n'existent pas.
  • inaction.
  • je-m'en-foutisme.
  • mépris envers les contributeurs critiques.
  • élargissement indu des prérogatives.
  • impunité.
Bien que le septième Comité fut une calamité pour la pérennité de l'institution (ce qui conduit des contributeurs à vouloir sa suppression), et qu'aucun des arbitres ayant participé à cette période dans son ensemble (mis à part Bapti) n'ait jugé utile de se remettre un minimum en cause, ces mêmes arbitres (et d'ailleurs, certains contributeurs) semblent tout à fait réfractaires à une quelconque critique.
Sans aller plus loin dans la réflexion (ce billet est déjà très très long), je me permettrai ici de rappeler à ces arbitres quelques petites choses :

Ayez la bonne attitude
Code de bonne conduite
Être cordial
Pas d'attaque personnelle
Règles de savoir-vivre
Supposer la bonne foi

Elles figurent en bonne place sur la page Wikipédia:Comité d'arbitrage. Et ne sont pas faites uniquement pour les non-arbitres. Je pense aussi que je reviendrai plus largement sur le fonctionnement du Comité d'arbitrage à l'avenir dans mes billets.
Ceci étant dit, et ce sera ma conclusion, les problèmes du Comité d'arbitrage ne sont pas de son seul fait. Les attitudes et règlements complètement contradictoires de la communauté wikipédienne y participent pour beaucoup.

1. N'y voyez pas de mauvais jeu de mots, mais bon, hein, à force ...
2. Le mythe de la cabale administratoriale n'est plus ce qu'il était, ma bonne dame.
3. Hélas.
4. Comme on l'appelle parfois sur Wikipédia.
5. Qui s'écrit bien en sept lettres, et pas en trois.
6. Bon allez, disons-le : c'est un récidiviste. Ce qui me donne l'impression de toujours taper sur les mêmes, parfois.
7. Un truc sur lequel il faudra que je revienne, c'est sûr.
8. Ce qui est étonnant, c'est qu'une telle façon de s'exprimer passe pour certains, et pas pour d'autres ... Vraiment bizarre.
9. Ce qui permet, d'ailleurs, de voir quelques situations et agissements aberrants sans que cela n'émeuve trop. J'en avais parlé.
10. C'est difficile à concevoir, je sais.
11. Disons-le clairement : je pense que plus il écrit, plus il s'enfonce.
12. Allez voir la note 9, et aussi ce billet, tiens.
13. Tout drapé dans son aura de sage. Tiens, tiens ...

Commenter cet article

Paul de Jean 29/10/2008 20:12

À défaut de m'instruire avec Wikipédia, je prends chaque matin une bonne dose de bistrot/bulletin des administrateurs/comité d'arbitrage : fous rire garantis.

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 21:30



Wikipédia peut instruire, si on sait faire le tri.
Il y a même d'excellents contributeurs dans certains domaines (et je pèse mes mots). Hélas, on n'en a pas toujours la preuve flagrante ... Il faut
cependant ne pas être entièrement négatif (ou, à l'inverse, trop dithyrambique).



Scrongneugneu 29/10/2008 18:19

Deux bricoles.Bricole n° 1 : la prétendue « barre des 80 % » existait déjà, dans les faits, avant la fameuse consultation illicite de novembre 2006. En cherchant, on doit la trouver mentionnée à diverses reprises dans les pages communautaires, dès avant cette date et bien avant, il me semble.Bricole n° 2 : « Hors, dans les faits, la médiation [...] », dans ton dernier commentaire posté à 17:14:10 en réponse à DocteurCosmos. Ce serait plutôt : « Or, dans les faits, la médiation [...] »

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 19:33



Je le note (pour la n°1, effectivement, c'est pourquoi j'avais mis le "sans doute" en pensant à un renforcement).
Et je corrige pour la n°2.
Merci.



DocteurCosmos 29/10/2008 16:17

Les questions de pouvoir sont en effet omniprésentes et si chacun en était bien conscient, on ferait un grand pas.Concernant cet irrationnel il me semble qu'il est très proche d'un certain solipsisme. C'est l'inattention aux arguments de l'autre qui dégénère en conflit. Et comme les administrateurs prennent des décisions lourdes de conséquence (surtout les blocages et autres bannissements) il faut être certain d'avoir bien pris collectivement en compte tous les arguments, surtout quand ils relèvent de l'objection. Et là évidemment je pense en particulier au cas Aliesin.Mais dans tous les cas il faut accepter la présence d'un tiers médiateur dont on accepte les décisions pour déjouer le piège du cercle infernal (qui rejoint le solipsisme : je ne peux pas accepter que l'autre me dicte ma conduite et je cherche une décision qui réponde à mes souhaits). Le CAr est censé être un de ces médiateurs. C'est pourquoi je comprends mal qu'on cherche à le prendre en défaut pour une broutille de formulation.J'ai quelques idées de billet qu'il faudrait que je concrétise...

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 17:14



Je ne pense pas que le problème fut de prendre le CAr en défaut : comme je l'ai dit chez Popo, je n'aurais jamais écrit ce billet s'il n'y avait eu précédents.
Il faut savoir, effectivement, pour les parties accepter les décisions du CAr ... si elles ne dérogent pas à ses propres attributions !
Tu indiques d'ailleurs que le rôle du CAr est celui de médiateur (moi je pense plutôt aux WPP pour ce rôle). Or, dans les faits, la médiation n'est plus là, remplacée par l'idée et la fonction
d'organe juridique (sanction). Comme les décisions prises peuvent être très lourdes et sont, en plus, doublées des "témoignages" parfois plus que limites et d'une certaine stratégie d'occupation
des pages à droite et à gauche qui sont éprouvantes pour les mis en cause (et parfois pour les accusateurs), les arbitres ont vraiment le devoir de faire au mieux (pas facile, ça je ne le nierai
pas) en essayant d'être irréprochables.
Mais tu as bien lu ici et surtout sur Wikipédia que ce n'est pas vraiment le cas. Et sans doute constaté par toi-même d'ailleurs. Donc, si les arbitres ne sont pas irréprochables (ce
qu'on demande aux administrateurs, et il y a sanction à la clé), du moins dans l'exercice de leur attribution ET dans les contextes qui en découlent, les ennuis pointent leur nez, c'est
inévitable.



DocteurCosmos 29/10/2008 14:52

Pwet-pwet a également rappelé combien il était futile de se prendre la tête sur un point de formulation.Concernant cette merveilleuse formule latine que tu cites fort à propos, je pense qu'elle trouve, comme dans le monde réel, sa réponse : personne. Il y a toujours quelqu'un qui ne rend pas de compte. Le CAr détient ainsi une petite parcelle de pouvoir au sein du projet Wikipédia, mais une pas bien grande quand tu penses que Moez peut se permettre de commenter une décision qui le concerne au tout premier chef sur le BA... Le CAr ne peut pas grand chose face aux luttes d'influences inévitables dans une structure anarchiste. Et les "grandes gueules" du projet feraient mieux de prendre un peu tout ça (les arguties jurisprudentielles) moins à coeur.

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 15:19



Pour ne rien te cacher, je n'ai pas non plus goûté l'intervention de Pwet-Pwet ... Qui revient à dire comme Korrigan ci-dessus. Et puis, les grandes gueules, comme tu dis, il y en a dans les deux
camps ...

Les questions de pouvoir sont importantes sur Wikipédia : tu le sais bien, puisque tu es arbitre et administrateur, et que tu commences en plus à avoir un certain passé (tu as bien dépassé les
deux ans, non ?). C'est une des raisons pour lesquelles je pense que la structure de Wikipédia n'a d'anarchiste que la forme (et encore) : il y a des pôles de pouvoirs très identifiés avec
ascendants véritables (avec quelques exceptions, bien sûr au sein des "corps").

Les problèmes viennent pour une part importante de l'impression (justifiée ou non) d'abus de pouvoirs (les premiers visés sont les administrateurs, personne ne le niera). Une des solutions,
concernant le seul Comité d'Arbitrage serait une régulation par ... les administrateurs, dans un sens, sur plainte de tout contributeur. J'ai une vision assez générale de ce que cela pourrait
être, mais cela pourrait atténuer certaines choses par la responsabilisation si on donne à la chose des règles strictes. Ce n'est qu'une piste, pas une ordonnance :).

Enfin, sur le problème de la prise à coeur, je dirais que c'est humain. Tu es également bien placé (comme tout "ancien") pour savoir que l'irrationnel est extrêmement présent sur Wikipédia. Et
que personne n'est à l'abri de la chose. Moi y compris, bien sûr.

Ceci dit, tu peux aussi développer ta vision des choses ici (commentaires, ou si tu as le courage de t'y atteler et le temps, dans un billet) ou sur Wikipédia ...



DocteurCosmos 29/10/2008 14:24

Je passe sur ton premier commentaire concernant ma remarque initiale (à laquelle personne n'a répondu et c'est bien dommage) et en viens tout de suite à ton second commentaire. Je ne sais pas qui a le plus de morgue de l'apprenti juriste Grondin ou de moi. Je te rappelle qu'"édifiant" signifie "Qui apporte un élément décisif d'information ou d'appréciation" (TLF). C'est bien ce que je pense de l'intervention de Grondin sur un strict plan juridique mais je souligne simplement  qu'à mes yeux elle est dépourvue de pertinence dans le cadre qui est le nôtre.Pierroman a rappelé (ah ah !) d'où venait l'expression "rappeler" concernant Moez.

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 14:41



Je sais ce que veux dire édifiant, je te remercie :).
Je pense aussi que tu es bien assez intelligent pour savoir manier l'ironie (ce qui n'est pas, malheureusement, le cas de tout le monde).
Je n'ai pas obligation à supposer la bonne foi.
Je pense que si la forme de l'intervention de Grondin est peu pertinente, le fond l'est beaucoup plus, dans le cadre qui est le nôtre, justement. Parce que la vieille question Quis custodiet
ipsos custodes ? n'a pour le CAr aucune réponse, ce qui est bien dommage.

Enfin, je pense vraiment que si les arbitres (cette bévue n'est pas isolée... malheureusement) jouaient leur rôle de stabilisateurs - après tout, c'est bien le dernier moyen de trancher un litige
sur Wikipédia - en reconnaissant leurs erreurs, on n'en serait pas là. Mieux, le CAr en serait sorti grandi.



Korrigan 29/10/2008 13:39

Tiens, il y a plus indigeste qu'une décision du CAr : son exégèse. J'ai souvent l'impression que les commentaires faits sur ces décisions ont un effet bien pire que la décision elle-même, qui pourrait rester tranquillement dans son coin pendant que tout le monde (sauf les protagonistes) s'en fout.Ce blog remporte la palme, à présent.

Pierrot le Chroniqueur 29/10/2008 14:09



Si tu le dis.
Si toi tu décides de détourner les yeux (c'est-à-dire de mettre la poussière sous le tapis), moi je préfère me demander d'où vient le problème (en gros savoir ce qui produit la poussière), pour
ne pas qu'il se renouvelle.
C'est comme ça, c'est ton caractère, c'est le mien. Une vision très opposée des choses, j'ai l'impression.

Maintenant, deux choses sont claires : il ne faudra pas venir râler contre une décision si elle est prise dans un coin et que tu la trouves non fondée après ce que tu viens d'écrire, et d'autre
part, mes billets ne sont pas soumis à une obligation de lecture.

Ah oui, il ne faut pas non plus tirer sur le messager :), qui ne fait que retracer ce qui s'est passé (et mon billet n'est pas vraiment une exégèse, si tu prends la peine de le lire).