Publié par Pierrot le Chroniqueur

Comme vous le savez peut-être, la Wikimedia Foundation a lancé il y a quelques temps une campagne de récolte de dons1 pour soutenir Wikipédia (entre autres). Fort bien, c'est sans doute une excellente chose pour que les projets de la Wikimedia Foundation (WMF) puissent survivre à la crise, ou plus prosaïquement continuer à vivre. Contrairement à ce que le grand public peut croire (naïvement), un site, ça a un coût. Et pas de l'ordre de quelques dizaines d'euros par an, si le site en question est "gros"2.

Hélas, il semblerait que bien que les projets Wikimedia dont les Wikipedia constituent les produits phares n'aient pas attiré (malgré la bienveillance de Michel Serres3) autant de généreux donateurs qu'espéré. Il y a sans doute de bonnes raisons à cela (j'en parle souvent, au final), mais cela n'arrange pas les affaires de la WMF. Et pour pallier ce petit souci, Jimmy Wales, dit Jimbo, fondateur de Wikipedia entre autres choses, s'est fendu d'une petite lettre ouverte[en] [fr]. Pourquoi pas ?

Mais voilà il y a quelques petites choses qui me dérangent, dans cette lettre, en fait ... Alors, je vais les énoncer rapidement :
  • on peut lire, dès la première phrase (en version française), ceci : "Aujourd'hui, je vous propose de soutenir Wikipédia en faisant un don".  Je trouve assez fort de café d'occulter tranquillement les autres projets de la WMF4 qui, bien qu'ayant un public plus restreint (car moins ... ludiques, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose) n'en sont pas moins intéressants. D'ailleurs, j'aimerais bien qu'un contributeur de ces projets vienne ici en parler ... A voir. En tout cas, ce n'est guère rassurant pour ces projets qui n'ont pas forcément de bienveillance à attendre des communautés wikipediennes5.
  • on peut lire également ceci, qui est reprise telle une devise : Imaginez un monde dans lequel chaque personne a un accès libre à la somme des connaissances humaines. C'est ce à quoi nous aspirons. C'est pour le moins une faute de goût. Pour disposer d'un libre accès à la connaissance humaine (souvent très relative) en ligne, il faut tout d'abord le pouvoir, c'est-à-dire savoir lire et écrire tout d'abord, puis pouvoir disposer d'une connection internet. C'est assez flagrant dans un cas comme celui de l'Inde pour lequel Jimmy Wales déplorait  le peu de rédacteurs, en oubliant joyeusement que malgré une population très importante (plus d'un milliard d'individus) l'Inde n'est pas franchement un pays économiquement développé (126e place mondiale pour l'IDH, ce qui relativise quelque peu les choses). Que Wikipédia soit un vecteur très important de communication des connaissances soit, mais pas le premier à assurer (malheureusement, dans un sens).

Quant à l'hostilité fondamentale à la publicité, je vous renvoie chez Poulpy, qui en avait parlé il y a un certain temps. C'est assez "drôle" de voir ça si l'on compare avec sa disparition (celle de la publicité, pas celle de Poulpy) sur le service public de télévision en France qui suscite (qui a suscité ?) quelques levées de boucliers en raison de la suppression des fonds générés. Un grand débat, donc.

P.S. : j'ai l'impression que mon billet est un peu casse-ambiance dans cette période de fêtes ...

1. Les campagnes de récolte de fonds, c'est régulier. J'en parlais un peu ici, mais pas du tout , malgré le titre.
2. Je simplifie à l'extrême : je sais que l'on parle de plusieurs sites en plusieurs langues pour plusieurs projets.
3. Un philosophe connu, et académicien français. Mais hélas, quand on contredit qui-on-sait, on devient moins bon. D'un coup. D'un seul. Comme c'est étrange. En tout cas, c'est ce que j'ai pu lire ici. Google sait se montrer cruel, parfois.
4. Wikibooks, Wiktionnary, Wikisource, Wikiquote, Wikinews, Wikiversity, Commons, etc.
5. Et la communauté francophone n'est pas vraiment une exception, au contraire.

Commenter cet article

Circeus 30/12/2008 16:25

IL ne faudrait pas oublier non plus que le brainchild de Jimbo, c'est Wikipédia. Que je sache il ne s'est jamais vraiment intéressé aux autres projets, et secundo, c'est un essai qui est passé que je sache, sur Wikipédia et pas les autres projets, il n'était donc techniquement pas nécessaire de parler du reste (même si je suis d'accord que cela assoit trop la surreprésentation de WP dans l'esprit du public.)

Pierrot le Chroniqueur 30/12/2008 17:36



Je te renverrais aux autres commentaires plus haut, ça sera plus simple



Moez 27/12/2008 20:30

Je note une "surge", pour employer un terme qui a été à la mode, au niveau des dons depuis cet appel (un graphique serait utile). C'est la seule chose qui importe - ou pas, car sinon, c'est vente d'espaces publicitaires sur Wikipédia, ce qui fera grincer beaucoup plus de dents (voire des départs en masse d contributeurs) que la non évocation des autres projets, qui seront financé avec la locomotive Wikipédia. Fallait-il communiquer en mettant en avant les autres projets ? Je pense qu'en période de crise financière, il faut mettre en avant ce que les donateurs connaissent, et c'est Wikipédia, quelle que soit la qualité des autres projets.Pour réagir sur la remarque de Paul : la connaissance n'est certes pas du marketting, mais la levée de fonds oui. cf. les universités américaines qui emploient des professionnels pour lever des fonds, organiser des évènements pour collecter des fonds, etc.

Pierrot le Chroniqueur 27/12/2008 21:45



Certes, mais comme je le demandais plus tôt (en citant Poulpy) : un peu de publicité est-elle le Mal ?
Pour ma part, je n'en suis pas si sûr, mais je n'ai pas de réponse définitive.



Scrongneugneu 26/12/2008 18:46

Je trouve très bien, au contraire, que tu insistes sur le caractère réducteur de l'appel du « gourou ». Certes, de sa part, cela peut se comprendre, puisque Wikipédia est en quelque sorte son « bébé », ce que ne sont pas vraiment les autres projets surgis ultérieurement.On peut aussi concevoir, sans pour autant approuver la méthode, l'accent mis sur la survie du projet « phare », Wikipédia qui doit rester, même si je n'ai aucune idée des fréquentations respectives, l'ensemble de sites le plus fréquenté (il n'y a pas photo, je pense) parmi ceux qui sont hébergés par la Wikimedia Foundation.Il est juste dommage que Jimmy Wales, en tant que président d'honneur de la WMF, ne prenne pas ses responsabilités un peu plus au sérieux, et « oublie » au passage qu'il y a d'autres projets passionnants (je pense en premier lieu au Wiktionnaire et à Wikisource, mais pas exclusivement). Cela ne coûtait pas grand chose de rappeler leur existence, de manière visible, ne serait-ce qu'au détour d'un paragraphe.Mais bon, ce n'est pas la première déception que le « gourou » inflige à ses « disciples » (et ce ne sera hélas pas la dernière). Certains, notamment parmi ceux qui ne se veulent même pas « disciples » avec des guillemets (chacun ses maîtres spirituels, après tout, et en la matière il faut être très sélectif...) ont cessé depuis longtemps de se faire des illusions sur le fondateur de Wikipédia.

Pierrot le Chroniqueur 26/12/2008 18:50



Oui il me semble que ces "certains" ne comptent pas parmi les plus anonymes ...



Sub 26/12/2008 15:55

« occulter tranquillement les autres projets de la WMF » : on appelle ça lourdement le « wikipédicentrisme ». J'en ai déjà palé et en parlerai encore sur mon blog, consacré à Wikilivres (un des autres projets) dont je suis contributeur.J'en parlerai bien ici, mais il te suffit de citer mes billets quand ils sortent

Pierrot le Chroniqueur 26/12/2008 16:20



Je préfère que tu en parles ici quand même .
Sinon, oui, je lis de temps en temps ton blog, ne t'inquiète pas : j'apprécie en fait beaucoup les autres projets Wikimedia pour ce que j'en connais (car plus tranquilles que Wikipédia)
Tiens, d'ailleurs, ça me fait penser à autre chose qui n'a rien à voir (enfin presque) avec les projets Wikimedia, mais plutôt avec les blogs qui en parlent ... J'en toucherai peut-être un mot
lorsque que j'en saurais plus.



Paul 26/12/2008 14:12

Et si la connaissance, ce n'était pas du marketing ??? Je sais, c'est osé comme idée.

Pierrot le Chroniqueur 26/12/2008 14:13



Ah oui, c'est effectivement osé ...



Poppy 26/12/2008 13:07

Le marketing exige un message simple : c'est pour cela que les autres projets ne sont pas mentionnés.

Pierrot le Chroniqueur 26/12/2008 13:31



Je le sais.
Mais trop simplifier n'est pas forcément une bonne chose. Et là, il me semble que c'est le cas : comment expliquer les efforts pour prendre langue avec telle ou telle institution quand Wikipédia
n'est pas directement concernée (je pense aux documents pour Wikisource ou Commons, en particulier ?). Tu me diras que c'est le rôle des associations locales. Certes ... mais elles sont
indépendantes de la WMF.
Cela ne clarifie pas vraiment les choses, mais c'est un point de vue personnel.