Publié par Pierrot le Chroniqueur

Malheureusement.
Je dois dire que ma très longue expérience de Wikipédia (pensez-vous, elle date de plus d'une semaine !) ne peut me faire qu'approuver la 27e réflexion d'Antandrus sur les comportements constatés sur Wikipédia (et non ici des Wikipédiens, qui je pense se veulent un peu plus sérieux).

Je vous la livre en brut, comme ça :
One of the commonest kinds of vandalism is an assertion that something, someone, or somewhere is "gay". This is a reflection of the common, indeed unavoidable, sexual insecurity of male adolescents, who make up most of Wikipedia's vandals. It's as universal a part of maturing as acne; revert and ignore.
Pour les non-anglophones (de tous niveaux), les fainéants ou les Québécois (c'est une blague, oh !) :
L'un des types les plus courants de vandalisme est l'affirmation que quelque chose, quelqu'un ou quelque part est "gay". C'est l'un des reflets de l'insécurité sexuelle commune, mais inévitable, des adolescents mâles qui constituent la plupart des vandales sur Wikipédia. Cela est aussi universel dans le processus de maturation que l'acné : révoquer et ignorer.


Deux choses supplémentaires à noter, cependant :
  1. le vandalisme de ce type à de fortes chances de provenir d'un établissement scolaire, surtout à leurs heures d'ouverture. Un blocage de l'adresse IP (ou de la plage d'adresses IP) pour le reste de l'année scolaire à de fortes chances d'offrir des vacances aux contenus (et aux administrateurs).
  2. l'acné se soigne, le renouvellement des populations non. D'où le point 1.
Voilà. Dans mes cartons (anciens ou de projet), une incursion dans le kikoololisme. Un hommage déguisé pour un évènement en cours, sans doute.

Commenter cet article

DocteurCosmos 13/02/2009 14:59

Au pif, je dirais que ces vandalismes proviennent majoritairement d'IP scolaires. C'est la forme web 2.0 du bon vieux graffiti ordurier de fond de salle de classe.

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 15:00



ou des toilettes. Forcément.



DocteurCosmos 13/02/2009 14:53

Il me semble que dans le domaine francophone, une forme aiguë de scatologie sévisse. Je ne compte plus les caca(s) que j'ai révoqués.

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 14:56



As-tu corrélé tes révocations aux provenances (IP scolaires) ?



lucasbfr 13/02/2009 08:43

En même temps c'est bien connu que les amis de gays ne devraient pas avoir le droit d'éditer l'encyclopédie. ;)

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 09:34



Ah ! Je ne la connaissais pas celle là, mais elle est amusante ! Merci beaucoup.



Circéus 13/02/2009 06:52

Juste au cas où c'est utile pour la compréhension, cette fréquence est en outre due au fait qu'au États-Unis, c'est très à la mode chez les jeune d'employer "gay" comme un terme général de rejet qui n'implique même pas nécessairement l'orientaion sexuelle. Bien entendu, la communauté homosuelle qui a pris assez de temps à recapturer le mot pour elle-même, n'apprécie, on s'en doute, pas vraiment.

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 08:18



Je me doute.
Mais je doute que nos vandales pré-adultes s'en soucient une seconde



GillesC 12/02/2009 19:25

Dans le même genre, il y a les vandalismes scatologiques ({{référence nécessaire|souvent le fait de vandales un peu plus jeunes}}). Et puis, effet de mode, le noëlisme...

Pierrot le Chroniqueur 13/02/2009 08:13


Rien à redire