Publié par Pierrot le Chroniqueur

Chers lectrices et lecteurs, j'ai, comme vous avez pu le lire il y a peu, entrepris de lister les blogs wikimédiens (si je peux employer l'expression - surtout dans le cas des blogs fondamentalement hostiles aux projets et qui réfuteraient1 sans aucun doute le qualificatif), afin de fournir différents regards - plus ou moins pertinents, cela va de soit. Jusque là, rien de neuf.

Sauf que cela m'a permis de me rendre compte que je maintenais deux liens dans mes liens externes qui à mon avis n'ont plus réellement leur place. Tout d'abord, le blog de Jean-No, l'observatoire de l'observatoire, en raison de ses mises à jour très sporadiques et du Planète Wikimedia de Dereckson, dont le lien ne marche plus (et qui fait doublon en plus avec le planet wikimedia). Cela ne remet pas, bien sûr, en cause la qualité des travaux de l'un et l'autre.

Je les remplace par deux liens :
Que les autres ne m'en veuillent pas (cela n'a rien à voir avec la qualité de tel ou tel - sinon je n'aurais pas indiqué celui de l'"observatrice"). De toute façon, les liens externes ne sont pas figés ad vitam eternam.

P.S. : n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter du blog !


1. Conditionnel. J'espère que Guillom me pardonnera - mais je ne suis pas sur Wikipédia, après tout.

Commenter cet article

DocteurCosmos 28/05/2009 14:47

"Que les autres ne m'en veulent pas" : veuillentLe conditionnel c'est mal mais le subjonctif c'est bien !

Pierrot le Chroniqueur 28/05/2009 15:21



* se tape sur les doigts *



Popo+le+Chien 28/05/2009 13:01

Quelle est la différence entre la newsletter du blog et un fil RSS (s'il y en a une)?

Pierrot le Chroniqueur 28/05/2009 15:21



Dans la newsletter, je raconte ma vie. Blague à part, la newsletter est un moyen de communication entre le blogueur et les abonnés qui permet non seulement de prévenir de la sortie de nouveaux
billets ce qui doublonne avec le flux RSS, mais aussi de faire passer des messages qui n'ont pas - à mon avis - grand intérêt en tant que tels sur mon blog. Voilà.