Publié par Pierrot le Chroniqueur

... et pas pour l'enfoncer (j'en vois deux qui respirent d'un coup, et trois qui ricanent) pour le sujet qui nous préoccupe ici. En fait, ce que je retiens de cette presque semaine complète sans avoir posté de billet (ça arrive, parfois), c'est que j'ai pu voir le Comité d'arbitrage revenir deux fois (enfin trois, mais la troisième occurrence ne compte pas à mes yeux) sur le devant de la scène. Et deux fois dans une de ces manoeuvres tactiques et stratégiques dont Wikipédia les Wikipédiens ont le secret (bon, allez, disons une fois franche, une fois involontaire mais à impact potentiel fort). Mais dans les deux cas, il s'agit d'affirmer une prépondérance des arbitres sur les administrateurs ... Ce qui n'est pas vraiment une vision unanime, c'est le moins que l'on puisse dire.

Où il est question des abus de pouvoir et autres plaintes.

Il existe - pour le moment en tout cas - dans les pages de Wikipédia une page dédiée aux problèmes avec les administrateurs. Le principe est de venir y indiquer les griefs que l'on peut avoir contre tel ou telle, histoire que (et je cite ici un des intervenants du débat) s'il existe des "raisons valables et étayées d'abus des outils", ces fautes puissent conduire à ce qui doit être fait (corrections à apporter, comportement à modifier et, si c'est nécessaire, désysopage - c'est-à-dire perte des outils d'administrateurs). Jusque là, rien à dire : l'existence d'une telle page est justifiée en de nombreux points. Il serait idiot qu'un administrateur faisant un "travail" de dégradation de l'encyclopédie en imposant - au hasard - un point de vue religieux puisse ne pas être sanctionné (ce fut le cas pour un temps). Ce qui pose une autre question, mais je vais y revenir.

Le problème principal de cette page, est qu'elle est peu visible, et donc peu connue des gens qui pourraient en avoir besoin. Le problème secondaire, c'est ce que veulent en faire certaines personnes. J'explique. Dans le débat lancé par Dereckson sur la gestion de ces pages, phe rappelle qu'une des solutions proposées était que les arbitres pouvaient s'en charger, soutenu en ça par GL - qui au passage accuse ses collègues de prendre leurs décisions dans leur coin. Opposition claire et nette de Grimlock, au prétexte que cela mettrait les administrateurs sous tutelle des arbitres et irait à l'encontre de l'impossibilité pour le Comité d'arbitrage de s'autosaisir. Je ne peux m'empêcher de souscrire à ces derniers arguments, mais je vais un (tout petit peu) peu développer ci-après.

Déjà, disons qu'il m'a toujours semblé un peu bizarre que cela soit les mêmes personnes qui décident de l'admissibilité d'un arbitrage et - au cas où il y ait recevabilité - le mènent. Mais, finalement, ce n'est pas insurmontable ... enfin pas toujours. Il y a pour moi des arbitrages déclarés recevables qui n'auraient pas dû l'être et inversement. Mais passons sur ce point particulier de procédure interne. Ce qui m'étonne également, ce que l'on puisse songer aux arbitres pour gérer le dépôt de plainte sans penser que cela deviendrait une auto-saisine (directe ou indirecte), les arbitres conseillant au plaignant de lancer un arbitrage forcément accepté, et conduisant forcément à un désysopage en toute logique, sauf à se déjuger. Et donc indiquer qu'il y a un couac dans leur raisonnement ... et se poser en juge et partie. Aie.

Mais là, il s'agit d'un débat sur la meilleure gestion de ces pages de "plaintes", de manière globale. Certaines autres solutions avancées me semblent tout aussi intenables, pour d'autres raisons. Je reviendrai peut-être sur le sujet. Quoiqu'il en soit, une solution arbitrale mettrait effectivement le Comité d'arbitrage en position prépondérante. Et ce n'est vraiment pas une bonne idée pour le moment. Et tant que le PlanTM de Popo ne sera pas dévoilé.

Où l'on essaie d'instrumentaliser le Comité d'arbitrage
.
Je ne suis pas un inconditionnel de la charge personnelle. Mais dans le cas que j'évoque, j'ai vraiment la très sale impression que nous avons une combinaison de vengeance, d'un procès politique (au sens wikipédien du terme, ne nous emballons pas) et d'une volonté d'affirmer la suprématie du Comité d'arbitrage sur le reste (quitte à essayer d'y revenir). Résumons l'affaire (vous pourrez aller lire le tout avec les liens indiqués). Préliminaire : Alvaro se fait bloquer pour être intervenu à propos d'un message qu'avait laissé Grimlock sur le bulletin des administrateurs - encore une fois, au passage - par Dereckson  au titre de la décision d'arbitrage qu'Alvaro avait lancé contre ce dernier. Peu après, Dereckson bloque un autre utilisateur, ce qu'Alvaro désapprouve au point d'aller réclamer une sanction envers Dereckson sur le bulletin des administrateurs. Voyant que les administrateurs ne le suivent pas (enfin sur le principe de la sanction) voire lui reprochent une petite mesquinerie et un non respect de l'arbitrage précédemment cité, Alvaro suscite un arbitrage contre ledit Dereckson.

Déjà, à mon sens, le bouchon était poussé assez loin. Mais la demande d'arbitrage est assez drôle (pour un observateur comme moi, s'entend) car commençant par "Rien de perso, c'est pas un conflit de personnes." (hum), elle contient un paragraphe "qui n'est pas le plus important" mais qui existe quand même, et se poursuit par ceci :

Si vous pensez qu'un desysoppage (temporaire ou pas) est nécessaire, allez-y ; perso, je suis partagé, parce que, pour l'ensemble de son œuvre, Dereckson ne me semble pas un admin problématique, plutôt le contraire, je le trouve généralement pondéré. Mais faut voir aussi que les admins ne s'embarassent pas de ce genre de considérations et savent se montrer d'une sévérité extrême très rapidement. Mais bon, d'après la lecture de la section du BA, les admins s'estiment incompétents et renvoient vers le CAr pour « demande de desysoppage » ; donc, très formellement, je demande un desysoppage.

Ma demande, surtout, c'est que le CAr rappelle des trucs de base et fasse cesser ce « tir au pigeon » où des admins bloquent des gens en se fondant sur des appréciations très personnelles. Le blocage n'est que la dernière extrêmité, quand la discussion a échoué (dans le cas présent, il n'y a pas eu de discussion). Un admin n'est pas un juge qui applique dans la foulée la sanction qu'il vient de décider. C'est bien pour ça que nos textes précisent qu'un admin n'est pas un modérateur.

Avec une dernière phrase demandant au CAr de ne pas le sanctionner. Et un rajout conséquent suite au texte de réponse de Dereckson, avec cette citation à retenir :

Mon truc, c'est pas trop d'obtenir une sanction ; ce que je souhaite, c'est un message clair du CAr au sujet des attributions des admins, qui ne sont pas des modérateurs, qui bossent au consensus… et qu'ils cessent, au nom de la protection de notre projet, de voir des contraventions à nos règles un peu partout ; un peu partout… mais très rarement dans les interventions des admins !

Pourquoi ? Oh, ce n'est pas pour jeter la pierre à Alvaro, grand connaisseur de Wikipédia, mais il y a quand même deux erreurs grossières dans son raisonnement. Premièrement, le Comité d'arbitrage n'a pas a édicter la loi. Autrement dit, le CAr n'a pas a prendre un bouc émissaire pour confirmer ou infirmer les points de vue de tel ou tel sur l'ensemble d'un groupe. Ca ne serait d'ailleurs pas consensuel. Deuxième erreur, qui découle de la première, c'est de prendre les gens pour bien plus bêtes qu'ils ne peuvent l'être. Ah, rajoutons une troisième, qui a failli un instant m'échapper, mais qui est assez caractéristique : une certaine façon de désigner des gens sans le faire, qui commence (un peu) à énerver dans le Landernau wikipédien.

 

Mon impression au final

Je la résumerai en une citation (et pour faire plus cultivé, je vais la donner en latin) : Quis custodiet ipsos custodes ? Autrement dit, qui garde les gardiens ?

Il est toujours, pour moi en tout cas, amusant de voir que l'on puisse supposer que les administrateurs constituent une bande de sales garnements qui ont besoin d'un Comité d'arbitrage (ou, des bureaucrates) pour leur taper sur les doigts quand ils (ou plutôt une partie d'entre eux) ont le malheur de déplaire à quelqu'un. J'écris bien déplaire, et pas ne pas faire de faute. Par contre, il est étonnant que ces mêmes personnes jugent le CAr assez fiable pour remplir ce rôle. Ce n'est pas le cas, puisque personne n'est fiable à 100 % (je ne rappelerai pas ici quelques dysfonctionnements retentissants), et c'est la nature humaine.

Maintenant, plusieurs questions autour du CAr :

  • peut-on envisager une destitution d'arbitre et si oui, comment ? En cas d'absence très prolongée, par exemple, même en l'annonçant. Et c'est le cas le moins polémique.
  • à qui doit-on confier la surveillance des arbitres ? Une élection n'est pas une sanction : un bon arbitre peut ne pas être élu au profit d'un nouveau (qui sera moins bon ou meilleurs, mais ça c'est un autre problème). Je penche assez pour les administrateurs. Leur nombre élevé permet une meilleure représentation statistique de la communauté, après tout.
  • est-il utile de lancer un arbitrage comme Alvaro-Aliesin alors que les administrateurs avaient proposé une sanction globale ? Pour un résultat débouchant sur la même chose ...
  • etc.
Beaucoup de questions. Pas de réponse satisfaisante pour le moment. C'est bien dommage.

Commenter cet article

Xavier Combelle 25/08/2010 18:16



Tient cet article est cité dans la webographie
critique de wikipédia que faut-il en conclure?



Pierrot le Chroniqueur 25/08/2010 22:31



Rien. Le Coran est bien cité par les talibans.



Moyg 09/06/2009 13:39

Puisque Darko et Cosmos se le permettent : "ces fautes puissent conduirent".

Pierrot le Chroniqueur 09/06/2009 14:12



Bon. Il faut maintenant que je me trouve un bouc émissaire.



DocteurCosmos 09/06/2009 08:59

Puisque DarkoNeko se le permet, je me le permets aussi : occurrence prend deux c et deux r .

Pierrot le Chroniqueur 09/06/2009 09:18


damned.


Erdrokan 08/06/2009 21:30

IANAL, mais il me semble bien qu'on parle de saisine et non de saisie.

Pierrot le Chroniqueur 09/06/2009 08:58



Exact, et autosaisir s'écrit autosaisir (sans tiret).



Darkoneko 08/06/2009 16:27

ce fut le cas pour un cas=> pour un tempsAlvaro se fait bloquer pour avoir - encore une fois, au passage - par Dereckson pour être intervenu=> telescopage de 2 parties de phrase ?

Pierrot le Chroniqueur 08/06/2009 16:42



Aie, exact. Je corrige. Merci Cosmos, pardon, Darkoneko



Le concombre masqué 08/06/2009 15:08

Essentiellement pas d'accord avec toi. Les administrateurs sont des gens désignés à vie (sauf s'ils violent des petites filles en public), auxquels on demande simplement d'être raisonnablement connus et n'avoir pas trop fait parler d'eux en mal. Les arbitres sont des gens élus pour un an (donc qu'on peut sanctionner par la non-réelection ou approuver par un vote stalinien), qu'on choisit en fonction de leur "philosophie" de Wikipédia. Garder les gardiens c'est dans l'abstrait utile, certes, mais quand les gardiens sont là pour un an et qu'un qui est trop déconnant sera gentiment cadré par les autres, ça me semble totalement superflu.

Pierrot le Chroniqueur 08/06/2009 15:39



Donc, par exemple, les absences répétées d'Arria Belli pendant une bonne partie (si ce n'est la totalité de son mandat), on s'en fout. Tant pis pour les arbitrés qui peuvent espérer un truc pas
trop long (problème récurrent).
On peut aussi s'assoir sur des cas comme celui que j'évoquais ici. Et pas seulement.

Je pense au contraire que ce mandat court n'est pas une garantie suffisante pour les arbitrés - et d'ailleurs pour les autres - que le Comité fonctionne correctement, puisque de toute façon c'est
un mandat court (comme je l'ai dit, le vote sanction je n'y crois pas un seul instant : il suffit de ne pas se représenter, par exemple). De plus, les fautes de goût (on en parle sur un autre blog) sont également assez nombreuses pour ne pas être remarquées et ainsi de
suite.

Mais évidemment, on peut ne pas être d'accord