Publié par Pierrot le Chroniqueur

qu'il ne voyait pas l'intérêt de mentionner un kidnapping sur Wikipédia lorsque le fait même de le mentionner est en contradiction flagrante avec les règles interdisant le travail inédit. C'est effectivement une évidence, et je me suis vraiment interrogé sur l'agitation qui a pu se produire dans le Bistro wikipédien d'hier sur cette pseudo-censure qui déchaîne bien des passions sous forme d'octets dépensés en pure perte. Ce n'est pas comme si on discutait non plus de sujets plus ... universels.
L'appel à l'émotion - manifestation directe ou indirecte de l'effet charognard - est malheureusement extrêmement employé sur Wikipédia. Et - de manière extrêmement paradoxale - par ses détracteurs (j'en connais qui depuis une semaine nous "abreuve" de billets sur la situation iranienne, dont la rhétorique est assez proche du "Mar bar Amrika" de ceux que l'auteur croit pourfendre). Alors que faire ? Compter les points ? Ou asséner à longueur de temps les mêmes arguments ? Ou attendre que la baudruche explose et que l'on revienne aux fondamentaux en se dégageant de toute ce pathos ?
J'ai bien envie de me mettre - pour de vrai - à mon roman wikipédien. Je n'aurai presque rien à faire, tellement les éléments de la dramaturgie sont présents. Malheureusement.

Commenter cet article

gede 30/06/2009 15:44

Il y avait deux sources, au moins, mentionnant cet enlèvement ayant eu lieu en Afghanistan -dont la principale agence de presse afghane. Pour un événement d'actualité, cela rentrent pleinement dans le cadre de l'usage raisonné des sources de presse.Les administrateurs de wk ont sciemment fait une interprétation extensive d'une règle, pour participer à une campagne de gestion de l'information. Du moins si l'on en croit l'article du NYT, le grand manitout ne s'étant nulle part officiellement expliqué sur cet événement. Tout cela est embarassant, parce qu'en contradiction avec les principes fondateurs de wikipédia.Et que les seules justifications que j'ai entendu, qui n'aient pas recours au spécieux argument de l'absence de source, sont précisément des appels aux sentiments, à la conscience face aux règles, ce genre de chose.

Pierrot le Chroniqueur 30/06/2009 16:59



Mouais. Moi je constate juste que l'appel au sentiments a prévalu et que ça ne rentre pas (pour moi) dans le cadre de l'usage raisonné d'une source de presse.
Après, au lieu d'avoir un débat serein, j'ai vu ... ce que j'ai vu. Et ce n'est pas engageant, quand le niveau atteint est alithiesque (pour ceux qui n'avaient pas compris ce que j'en pensais).