Publié par Pierrot le Chroniqueur

Comme souvent, j'errais sur le net l'esprit ailleurs, sautant d'un site à un autre sans plus de préoccupation que celle de me livrer à un zapping 2.0 de bon aloi. En omettant toutefois de me connecter à mon compte Twitter, puisque je préfère la semaine pour ça. Et en parcourant la toile, je suis tombé sur ce billet dans le blog de Vansnick. Et je me suis dit qu'un blogueur de plus (l'ami Submarine ne peut s'empêcher de le faire régulièrment) pointait du doigt les incohérences des journalistes dans l'exercice de leur métier.

Pour résumer, Vansnick met le doigt sur un problème récurrent : certains journalistes vont chercher leurs informations sur deux médias que je commence à connaître un peu, Twitter et Wikipédia pour ne pas les citer, sans plus de précautions que cela. Et dans les précautions qui devraient être prises, il y a bien sûr la vérification des sources. Précaution élémentaire s'il en est, personne ne me contredira (enfin si, mais ce n'est pas très grave), puisqu'une source vérolée rend l'information produite aussi fiable qu'une planche pourrie. Ce qui me fait  plus que m'interroger sur l'utilité du sourçage Twitter, exemple typique de ce que moi j'éviterai de faire (sauf pour illustrer, mais illustrer n'est pas informer).

Et sourcer par Wikipédia me direz-vous ? Pas mieux. Non pas que je conteste la qualité de certains articles de Wikipédia, et le boulot énorme et très sérieux qui a pu être fait dessus. Ceux-là sont utilisables, et touchent des sujets "pérennes" (pour reprendre une terminologie vue dans les fameuses pages à supprimer). Encore que. Par contre, et c'est dans ce cas de figure que le cercle vicieux est enclenché, c'est de prendre pour sources pour la presse des articles dont les sources sont issues de la presse. Autrement dit, au lieu de vérifier directement (ce qui a entraîné le "encore que" qui précédait), on se base sur ce qui s'apparente à une revue de presse (et non une "synthèse", comme j'ai pu le lire) - quitte à reproduire des erreurs introduites entre la source et la page en plus des erreurs des sources elles-mêmes. Surprenant, pour une profession dont l'objectif est de rapporter le fait.

Et que viennent faire les blogs là-dedans ? Rien de plus que Twitter, mais rien de moins, question sources. Par contre, quand il s'agit de faire tel ou tel report d'information (que cela soit du potin de star ou de l'actualité politique lourde) ... Je dirais : {{refnec}}.

Après tout, un blog, ce n'est pas une oeuvre de journalisme.

Commenter cet article

vansnick 06/07/2009 22:52

merci pour le lien. ;-) et de ta visite sur mon blog

Pierrot le Chroniqueur 07/07/2009 11:32



Pas de quoi



Iluvalar 06/07/2009 15:37

Trop de sources, ce sont des sources non-pertinentes. Tes points 1) et 3) sont pour moi identiques. Je suis d'accord, mais ce n'est pas exactement là où je voulais t'ammener. Ce n'est pas grave, c'est le voyage qui fait l'avenure, pas la destination .

Pierrot le Chroniqueur 06/07/2009 20:52



Je suis un grand garçon, j'essaie de réfléchir et déduire un peu tout seul.



Darkoneko 06/07/2009 10:08

...ya des gens qui cherche de l'information sur twitter ?...sérieusement ? :o

Pierrot le Chroniqueur 06/07/2009 13:56



Ben ... oui.



Iluvalar 06/07/2009 05:46

Les sources servent en fait à plusieurs choses différentes.Le réflèxe premier et de l'associé à la vérifiabilité. Il y a un amalgame terrible sur wikipédia entre source et vérifiabilité. Et oui, une source fiable peu à l'occasion se tromper. Et non, nous ne sommes pas obligé de la garder que pour la raison qu'il s'agit d'une source normalement fiable.Mais les sources servent aussi à la pertinence. C'est de là que provient l'idée de la source secondaire. Enstein a surement dit beaucoup plus sur ses théories, mais le fait que peu de gens aient répété X ou Y propos est un bonne indice qu'il n'étaient pas tant pertinent (surtout PdV encyclopédique).Wikipedia:vérifiabilité (qui amalgame d'ailleurs très bien) dit que pour demander une source, il faut douter. (autrement on ne s'en sortirais jamais). Mais j'irais plus loin : douter de quoi ?Si c'est de la pertinence, alors une source secondaire est de mise. Et franchement, un blog fiable (ou ça existe) peut me convaincre qu'une information vaut mention.Par contre, si c'est l'information dont je veux mesurer la véracité. C'est la source primaire que j'aime avoir, pour juger de sa fiabilité et de l'exactitude de l'extrait choisi (éviter les hors contexte). Là encore, le blog d'opinion de X pour justemement sourcé l'opinion de X me parait une excellente idée (pour autant que ce soit pertinent CQFD)C'est d'un cerveau qu'il nous faut... J'ai l'impression que wikipédia met souvent la règle de sourçage sur un pieddestale en espérant ainsi s'éviter de réfléchir.Je dit ça, mais quand je me tappe un vandale, je lui demande simplement une source et j'insiste.

Pierrot le Chroniqueur 06/07/2009 09:06



Si j'ai bien compris, tu indiques que :
- trop de sources ne servent à rien pour un même sujet.
- que les sources se doivent d'être fiables.
- que la pertinence de la source est nécessaire (pertinence n'est pas synonyme de fiabilité, mais d'adéquation au contenu de l'article).
Si j'ai bien compris ton propos, alors je suis d'accord avec toi.