Publié par Pierrot le Chroniqueur

Comme vous le savez peut-être, le site d'Alithia, trompeusement intitulé "Observatoire de wikipedia, le mythe de la neutralité" (car il n'observe pas grand chose de Wikipédia, quand on y pense), vient de se voir adjoindre un petit-frère dans la grande famille des Observatoires. J'insiste sur la majuscule. C'est un gage de sérieux, souvent. Une légitimation par la typographie.

Bref. Donc, un nouveau site "critique" vient donc de surgir sur le net, avec une petite publicité dans le Bistro, comme il se doit. But du jeu ? Je cite : "Bienvenue sur l'Observatoire de Wikipédia, un site indépendant créé le 22 août 2009, et qui a pour objet l'analyse la prise de contrôle des administrateurs sur le contenu éditorial de Wikipédia en français. Plus trivialement, ce site cherche à répondre à la question: Qui triche avec les règles sur Wikipédia ?" Rien que ça.

On notera facilement que dès le départ, le postulat sur lequel se base est complètement erroné, puisqu'il y a un raccourci entre la fonction d'administrateur (assimilé par le créateur du site) et contenu éditorial final. Je doute fortement que la pluralité des opinions des administrateurs - j'en ai quelques exemples - aille dans le sens indiqué. Mieux encore, la catégorie est élargie aux "copains" (réels ou supposés) des administrateurs. C'est donc déjà mal parti, et encore plus quand l'introduction se termine avec la question indiquée. Car, évidemment, il découle si on tient compte du postulat initial, que seuls les administrateurs peuvent "tricher" avec les règles de Wikipédia.
Je crois que mon dernier billet montre un lieu possible de non-respect des règles, sans qu'il y ait besoin peu ou prou d'être administrateur.
En gros, ce site promet d'être un joli n'importe quoi.

Pour finir sur mon appréciation (catastrophée), je ne peux résister au malin plaisir de citer le créateur de ce blog (car, finalement, ce n'est pas autre chose qu'un blog) : Attends un mois ou deux faux jeton en IP tu n'as pas d'imagination ça se voit mais tu finiras par comprendre, tu meurs de trouille elle vient de là ta haine ?
Sic transit gloria mundi, comme dirait l'autre.

Moralité de la chose. Si vous créez un blog sur Wikipédia, ne l'appelez pas observatoire. Vous attirerez la malchance et produirez un contenu inepte. Pour ma part, j'y ai échappé en rusant par deux fois. J'ai utilisé un verbe conjugué, et mon logo est un oeil, ce qui a servi longtemps de talisman contre le mauvais sort dans le bassin méditerranéen. Comme quoi, avec quelques précautions ...

Commenter cet article

Darkoneko 25/08/2009 18:10

Mouarf.

Pierrot le Chroniqueur 25/08/2009 20:30







Popo le Chien 25/08/2009 17:33

J'avoue prendre assez mal de ne pas être listé parmi les administrateurs, alors que des gens bien moins intéressants/connus/beaux que moi le sont (je ne citerai personne). Et en plus, j'ai un chouette blog.Alithia a au moins le mérite de me reconnaître la qualité de "grosse légume" (ou grand ponte). Ce gars a besoin de revoir ses priorités.

Pierrot le Chroniqueur 25/08/2009 20:30



Et tu crois que je ne le prends pas mal de ne pas être cité comme blogueur émérite ? Je suis donc d'accord avec toi : priorités à revoir. Et vite.



Darkoneko 25/08/2009 16:46

Sans parler de certains wikipédiens qui trouvent drole d'aller y contribuer, hein...

Pierrot le Chroniqueur 25/08/2009 16:58



Des noms
Tiens, d'ailleurs on a ça maintenant. Qu'est ce qu'on s'amuse ...



Elfix 25/08/2009 16:28

DarkoNeko : Euh, au point où en est le créateur de ce « wiki » (c'est-à-dire mettre de côté un serveur dédié + acheter un nom de domaine + plein d'autres trucs qui sont listés sur la page d'accueil), je doute fort que ceci ne dure qu'une semaine.

Pierrot le Chroniqueur 25/08/2009 16:30



Ca fait beaucoup.



Darkoneko 25/08/2009 16:05

faire de la pub pour ce truc crypto confidentiel qui aurait sinon été oublié de tous après une semaine, quelle brillante idée. pfff.

Pierrot le Chroniqueur 25/08/2009 16:09


Ce n'est pas franchement une publicité.
Et il sera oublié dans une semaine, ne t'inquiète pas, comme beaucoup de choses dont je peux parler