Publié par Pierrot le Chroniqueur

Loin de moi l'idée de vouloir entrer dans la polémique et de me placer dans un camp ou dans un autre : il me suffit de voir s'étriper (au sens figuré) quelques esprits brillants sur le sujet du dérapage - réel ou supposé - de l'éditorialiste du Figaro Eric Zemmour dans l'émission de Thierry Ardisson. Disons, dans l'absolu, que le sujet pointé n'entrant absolument pas dans le champ de ce blog (les projets Wikimedia), le chroniqueur wikipédesque que je suis ne va absolument pas le traiter. Évidemment, je suppose que dans d'autres cadres, cela serait l'immense faute des Wikipédiens (et plus particulièrement des administrateurs). Ou non, mais plutôt si, en fait.

Au fait ! Ou presque

Ce qui m'intéresse plutôt, c'est la façon dont les choses se sont passées, médiatiquement parlant : un emballement très rapide, non pas tant sur le fond et la réalité des propos tenus (encore une fois, ça ne m'intéresse pas pour ce blog), mais sur l'interprétation qui leur fut donné, après un passage par le filtre du positionnement idéologique des uns et des autres. Et c'est là que ça devient intéressant pour moi. Et pourquoi donc ? Parce que c'est un trait de la "communauté" de Wikipédia. Tout simplement.
Autrement dit, comme je l'affirmais en 140 caractères à un collègue blogueur et touitteur (pas du même avis que moi, au passage) on en arrive à une interprétation de l'édition non en terme de conformité aux principes fondateurs ("exetera") et donc aux objectifs de Wikipédia, mais en terme de vision très personnelle et donc d'idéologie. Et donc, oubliez toutes les revendications de pragmatisme. C'est - passez-moi l'expression - du flan, et donc d'un apport absolument nul en terme de construction. Surtout dans ce qu'il est censé recouvrir pour ceux qui le revendiquent (et qui me pardonneront certainement cette pique). D'ailleurs, même la définition du terme inciterait à quelques retenues (on parle bien de politique dans le TLFI). Ainsi que certains exemples historiques, bien choisis il va de soit.

Idéaux-logis

Il n'est que très normal de se tenir à une position que l'on croit correspondre à la Vérité. C'est le ressort même du débat, et de la politique. Il l'est beaucoup moins quand ces positions ne correspondent pas aux objectifs affichés par un projet auquel on participe (l'exemple qui fera l'unanimité parmi les wikipédiens se pensant sérieux est la neutralité de l'encyclopédie - objectif presque plus ardu que celui de construire la dite encyclopédie). Ou quand la vision communautaire (attention, encore une fois je ne suis pas dans le débat sur l'intervention d'Eric Zemmour, mais toujours sur Wikipédia) passe avant une certaine objectivité. Je vais illustrer plus avant, ce qui est assez facile avec deux exemples du bistro de ces derniers jours :
  • Rendu des arbitrages "PR" : Inutile de dire que si "PR" (je cache volontairement ici le nom pour éviter une indexation Google peut être préjudiciable) n'est pas irréprochable, je suis d'avis que les trois autres le sont encore moins. Pourquoi ? Parce qu'au-delà d'une position sur le projet, ils se sont clairement engagés dans une croisade personnelle anti-PR. Et que pour deux d'entre eux, il est de notoriété wikipédienne que cette croisade complètement idiote n'est pas leur premier exploit.
  • Haro sur les astéroïdes (on se croirait dans Armageddon) : outre quelques interventions complètement inintéressantes visant plus la personne que le fond de la question (violations de droit d'auteur massives), je suis toujours assez hilare quand je vois les débats à coup d'arguties juridiques (souvent des renvois à des pages de Wikipédia) basées sur les localisations des serveurs aux USA. Les seules questions sont donc : y-a-t-il import de manière massive de données issues d'une ou plusieurs bases ? Puis : quel est la mise à disponibilité de ces bases ? L'identité de celui qui soulève la question n'a que peu d'importance. Ce qu'il serait opportun d'admettre.
Deux cas simples, et internes à la communauté wikipédienne. L'un porte sur l'utilité relative des contributeurs au vu d'une vision (et certainement pas d'une conformité aux principes fondateurs, ni même d'une certaine éthique qui ne doit pas rentrer en compte), l'autre sur la vérification objective d'interdiction ou d'autorisation de reprise de contenus. Dans les deux cas, on voit le positionnement idéologique des uns et des autres poindre.
Que voulez-vous, les Wikipédien(ne)s ne sont pas différent(e)s des autres, même si certains le prétendent. Et les autres pas différents des Wikipédiens, même si certains le prétendent (cette phrase est aussi importante que la précédente).
Mais ça reste dedans.

Cadre et non-cadre

La question qui arrive donc est : est-ce que la "communauté" wikipédienne est capable d'accepter les solutions et positions tenues par les uns et les autres si elles ne soient pas "orthodoxes" (le terme n'est pas volontairement le plus adéquat) ? Ma réponse est plutôt moins que plus.

 

Commenter cet article

Litlok 29/03/2010 16:58


Il me semble que ton avant-dernière phrase est incomplète. Ou alors tu te glecises?


Pierrot le Chroniqueur 29/03/2010 18:22



Oh misère, oui.
Je corrige. Merci beaucoup !