Publié par Pierrot le Chroniqueur

Il y a quelques temps, j'écoutais un monsieur, anthropologue (principalement, et admissible sur Wikipédia qui plus est), parler de choses et d'autres. Outre le propos de fond (très intéressant, et que l'on peut trouver dans toute bonne librairie1), cet homme a gratifié l'assistance d'une quasi-parabole2, source de réflexions intenses.

 

Je vous la livre (en moins captivante que celle du distingué savant). Ce monsieur, dans le cadre de son métier, se promenait au Sénégal pour étudier l'agriculture - traditionnelle - du pays. Sa méthode était simple : il cherchait les "bons" paysans, c'est-à-dire ceux dont la (bonne) réputation était connue à grande distance de leur lieu d'habitation. Et une fois trouvé, les questionnait sur leurs méthodes au regard de leurs champs. Un point commun l'étonnait (un peu) : dans les champs de ces agriculteurs, à chaque fois, se trouvaient des plans malingres, en mauvais état, parmi les beaux spécimens, dans un carré dédié, ou disséminés dans le champ. Le premier paysan consulté lui indiqua que c'est parce ces spécimens l'amusaient, le suivant parce qu'ils mettaient en valeur son travail sur les plans sains et ainsi de suite. Et puis, indiquait en souriant l'anthropologue, il y avait aussi le facteur musulman : le défaut dans l'oeuvre, car la perfection n'appartient qu'à Allah. Mais, rajoutait-il, ces agriculteurs favorisaient aussi, plus prosaïquement, le brassage des gènes en les maintenant dans la population cultivée

 

De retour dans des contrées (bien) plus au nord, l'anthropologue mena la même enquête en Beauce. Et eu des retours diamétralement opposés : le champ doit être "propre". La moindre coquelicot devenant ainsi un défaut à éliminer quand on le voit dans un champ de blé. Bien que le coquelicot ne soit pas récolté au même niveau que les céréales. La finalité étant un génome plus contrôlable à disposition. Et il soulignait alors l'opposition de style entre l'agriculture traditionnelle et les champs ayant profité (en bien ou en mal) de l'agronomie. La suite n'était certainement pas moins intéressante, puisque les questions de "diversité confronté à la "multiplicité" étaient abordées (sans basculer dans le champ politique, ce qui permet de garder des débats sereins, et d'engendrer des conversations tout aussi agréables).

 

L'extension de ce genre de paraboles à Wikipédia peut sembler difficile, en premier lieu. Mais si on y regarde bien, je pense que les deux visions évoquées par notre observateur sont tout à fait compatibles si l'on considère l'espace principal (+ modèles on va dire) comme la partie saine (devant assurer la "pureté") et les espaces de discussion comme (presqu') inutiles mais (presqu') indispensables.

Je ne cache pas, cependant, que ce billet était plus un prétexte à faire découvrire une jolie histoire.

 

1. J'ai vérifié.

2. Quasi, car c'était une histoire vraie.

Commenter cet article

Jean-Claude 27/06/2011 23:19



Bonsoir Pierrot, plus haut tu parles de « consensus, accouché (référence socratique en diable) par un aréopage de sages »...il est vrai que pour trouver « des personnesparticulièrementcompétentes, voir plus, dessavants wikipédiens...alors là...honnêtement, je ne connais pas...connais-tu ce beau monde. Je connais des wikipédiens de bonnes
volontés, des wikipédiens se disant bien documentés, et se faisant passer pour cultivés, ou des wikipédiens instruits mais perplexes, mais...mais...mais...je crois que je vais faire comme
toi...créer un blog... mais (encore un mais...) il me manque une motivation pour le moment...



Pierrot le Chroniqueur 28/06/2011 14:10



On touche aux limites organisationnelles, j'imagine.Sinon, si tu ouvres un blog, n'oublie pas de me le signaler pour que je le liste



Jean-Claude 27/06/2011 16:44



 


Oulala...tu sous entends qu'il n'y a pas beaucoup de sagesse sur
wikipédia...ou tout au moins chez les utilisateurs....non...ne me dis pas que ce sont les administrateurs...oh non....mais c'est grave mon petit Pierrot...euh...je m'égare...voila que je te
tutoie et je que deviens trop amical...je retourne repiquer quelques salades dans mon jardin...



Pierrot le Chroniqueur 27/06/2011 20:45



Je ne sous-entends rien. Sinon, le tutoiement ne me gêne pas.



Jean-Claude 27/06/2011 10:59



Bonjour Pierrot, Je viens de découvrir ton nouveau message....toutes mes
excuses pour mon retard, mais les problèmes familiaux passent avant tout. Au Sénégal (que je connais bien), existe dans chaque village, « l'arbre à palabres », lieu où les
sages se réunissent pour exposer et résoudre les problèmes des villageois, exeple : la quantité de nourriture à donner aux ânes (et ..oui...ce n'est pas une blague) appartenant à la collectivité.
Par analogie et pour apporter un lien et un peu d'humour sur le mécanisme « Wikipédien », disons que je n'entrevois que deux cas :


*Les « problèmes » naissent au sein du bistrot et les
« administrateurs » sous l'arbre à palabres prendront des décisions...suivez mon regard...


*Les « problèmes » naissent au sein des utilisateurs et les sages
« arbitres » sachant arbitrer..prendront la bonne validation et la délicate décision...ne perdez pas mon regard...


Dis donc Pierrot, tu nous fais faire un exposé de philosophie ou un
exposé de sagesse...à la prochaine...



Pierrot le Chroniqueur 27/06/2011 14:37



Bonjour. Je réponds très lapidairement : l'arbre à palabres nécessite d'atteindre un consensus, accouché (référence socratique en diable) par un aréopage de sages, effectivement. Ca ne peut pas
marcher sur Wikipédia (enfin pas actuellement).



Skippy 24/06/2011 16:08



/me attend sagement que quelqu'un soulève le fait que la parabole puisse également s'appliquer aux admins pour répondre que ça peut tout aussi bien marcher pour les souches d'Escherichia Coli…



Arkanosis 24/06/2011 10:54



C'est marrant, je m'attendais plutôt à ce que tu fasses le rapprochement avec les ébauches au milieu des AdQ¹.


¹ ou serait-ce l'inverse ?



Pierrot le Chroniqueur 24/06/2011 11:08



Ca marche aussi pour ça ! C'est ce qui est formidable avec cette parabole.



Xavier 24/06/2011 10:23



On peut pousser la parabole plus loin en pensant que les contributeurs qui dérangent et agacent sont utiles et ne sont pas forcément à bannir.



Pierrot le Chroniqueur 24/06/2011 10:35



Peut-être.  Mais il ne faut pas oublier que dans la parabole, les éléments "divergents" apportent au pool des
éléments souhaités.