Publié par Pierrot le Chroniqueur

Je viens de lire un billet de chez Popo, qui consiste à une analyse de la raison de l'échec de ce fameux amendement 22. Outre le fait qu'il s'agit de spéculations sur les motivations des uns et des autres (et je ne ferai pas ici de liens avec d'autres spéculations), je suis (encore une fois) stupéfait par ce que je peux lire à droite et à gauche (aucun rapport), et en particulier chez lui.

 

Aucun commentaire sur la Nalyse (comme on dit ailleurs) disais-je, sauf sur un passage, qui démontre à lui seul le pourquoi de ma réponse au commentaire de Suprememangaka d'il y a 5 minutes :

"On peut aimer les subventions, mais il serait temps pour lui d'enlever ses oeillères et se rendre compte que d'autres modèles fonctionnent, sont viables, complémentent les démarches étatiques et encouragent de fait la création et la démocratisation du savoir (genre... Wikipédia, monstre libertarien s'il en est)."

J'aimerais qu'on explique une bonne fois pour toutes, et clairement si possible en quoi :

  1. le mode d'attribution des "oeillères" à qui déplait (la démarche est aussi valable au sein de Wikipédia).
  2. le mode de "complémentation" des démarches étatiques. Parce qu'une encyclopédie (Wikipédia) ne complète rien du tout aux démarches étatiques (ou cantonales ou fédérales, puisqu'il faut étendre le domaine de la lutte), et que l'Etat ne complète pas Wikipédia.
  3. en quoi le modèle Wikipédia encourage la création de savoir : il me semblait, naïvement, et à la lecture de certaines lignes, que le but de Wikipédia était de rapporter certain savoir, et non pas de le créer. Le modèle Wikipédien encourage la libre création de pages sur internet, mais ne produit aucun savoir en tant que tel (plusieurs restrictions qui devraient être normalement respectées sont prohibitives pour cette affirmation).
  4. en quoi le modèle Wikipédia constitue une démocratisation du savoir. Parce qu'il y a confusion claire entre la libre participation (ou consultation) et la démocratisation, déjà. La démocratisation de l'accès à la connaissance fut assurée bien avant la création de Wikipédia en France (et ailleurs). La démocratisation du savoir est autre chose (il faudra que j'y revienne, mais pas forcément dans ce blog).
  5. en quoi Wikipédia est libertarienne (d'une part, si j'en crois le "résumé introductif" de Wikipédia, la propriété est reconnue, d'autre part, il me semble que Wikipédia n'a pas vocation à préfigurer un état). Ceci étant, on peut comprendre certains comportements individuels à cette lumière, mais dans ce cas, on peut s'étonner que les mêmes individus n'hésitent pas à préférer la coercition au collaboratif.

Donc, encore un billet pour déplorer fortement qu'un projet transnational qui plus est puisse servir de moyen politique. Ce qui se passe actuellement, bien que moins grave que ce qui s'est passé sur la version en italien, n'est guère plus acceptable. Et j'en profite pour reposer ma question du précédent billet : Wikipédia n'est-elle pas réellement en train de disparaître au profit d'un réseau social, voire politique (libriste) ?

Questions subsidiaires : Si oui, que doit-on faire des gens qui étaient là pour faire des articles ? En quoi le modèle Wikipédia est, au fond, appliqué par ceux qui le défendent ?

 

Mon seul regret est de ne pas être en juin, ça aurait pu faire de redoutables questions de philosophie appliquée au baccalauréat.

Commenter cet article

GuGuGanMo 27/11/2011 00:31


Je sais pas. Une impression bizarre : je ressens tes remarques sur le billet de Popo plus comme des attaques sur la forme que sur le fond. Alors oui objectivement tu parles du fond mais j'ai
l'impression de ne voir que ce que tu ne dis pas et le reste (le billet donc) parait drôlement creux. En tant que diplômé de psy-qu'a-l'anis de la fac Marseille-51 on dirait que t'as envie de
crier « MERDE ! ». (Oui chez moi la vacuité c'est chronique)

Pierrot le Chroniqueur 28/11/2011 10:57



Tu as parfaitement le droit de ne pas aimer mon billet ou de le juger insuffisamment nourri, j'accepte bien volontiers la critique . Je n'avais pas l'impression de me focaliser sur la forme, puisque j'ai au contraire indiqué les 5 points de fond qui ne me convenaient pas dans le billet de l'ami Popo.


 


Concernant Popo justement, je ne "l'attaque" pas. Je suis parfois (souvent) en désaccord avec ce qu'il peut dire sur son blog, ou avec certains de ses comportements sur Wikipédia, et j'ai eu
l'occasion de le dire, mais ce n'est bien sûr pas pour autant que je vais m'en prendre à sa personne, que je respecte naturellement. De la même manière que je ne m'en suis jamais pris à
quiconque. Je m'efforce, et espère que c'est ressenti ainsi, de pointer des désaccords et non de tomber dans la critique personnelle.



J. N. Squire 26/11/2011 12:37


C'est vrai qu'en ce moment ce qui se passe est grave, dans le fait les contributeurs volontaires libristes (dans le sens de promoteur de l'idéologie) ne sont pas la totalité de Wikipédia, et
qu'ils s'affrontent sur des querelles de clocher et râles dès que quelque chose leur déplait au lieu de rendre leurs règles et aides plus consises et de fournir plus d'outils pour les nouveaux.
Et comme ces même libristes sont souvent les plus actifs dans les pages communautaires et les techniciens de WP et MediaWiki, on tourne en rond. Pire, ceux de la ligne la plus dure laisseraient
la situation comme telle parce que ça les arrangerait, sans compter la paresse (par exemple en laissant une basse visibilité pour les prises de décisions, cachées dans le fouilli de l'accueil
communautaire, ce qui donne avantage à ceux qui les lisent toutes les 2h).


Bref, les plus modérés sont pris en otage pasle manque de visibilité, et de fait ne sont pas ou peu informé des décisions cruciales pour l'encyclopédie.


J'ai déjà envisagé de créer une prise de décision, mais je pense qu'il faut d'abord tomber d'accord sur le fait que ces dernières (ainsi que les sondages) doivent être mises en avant aux même
titre que les articles mis en lumière, à savoir sur la page d'accueil en général. Et pour les prises de décisions, je préconise un envoi de mail soit général, soit optionnel (on s'abonne à une
sorte de newsletter), si les limitations techniques le permettent.


 


Qu'en penses-tu?

Pierrot le Chroniqueur 28/11/2011 10:49



Disons que, historiquement, les libristes ont eu un rôle fondamental dans le développement de Wikipédia, projet d'encyclopédie gratuite et libre.
Après, il est certain, au fur et à mesure du développement du projet, que tous les contributeurs réguliers, désormais assez nombreux, ne sont pas forcément issus de la communauté du libre. Même
s'ils ne peuvent qu'approuver le fait que leurs productions soient libres (sinon ils ne participeraient pas, ou alors, on ne peut l'exclure, ils n'ont peut-être pas saisi de quoi il retourne).
Ajoutons à cela un autre principe fondateur de Wikipédia qui est le projet doit être neutre. Ces deux éléments fondamentaux mis bout à bout font effectivement que, si Wikipédia est libre, elle ne
doit surtout pas militer pour le libre. C'est là que se situe le sens de mon propos.


 


Concernant les prises de décision, je pense que ceux qui souhaitent y participer ne manquent pas de voir qu'il y en a. Inutile de pratiquer un spam par mail généralisé.



GuGuGanMo 25/11/2011 10:33

Je suis plutôt déçu par ce billet. Je suis bien loin d'être un soutien inconditionnel à Popo mais tes arguments me paraissent bien creux. À force de faire mine de ne pas donner ton propre avis, il
bave de partout et tu te coupes l'herbe sous le pied.

Pierrot le Chroniqueur 25/11/2011 15:55



Je donne mon avis (sur la liberté de panorama), mais je ne parle pas de ce problème, mais d'un un autre. Peux-tu également exposer la vacuité de mes arguments plus en détail ? Merci d'avance




Meodudlye 24/11/2011 21:13


N'oublions pas que popo est le spécialiste des analyses foireuses au doigt mouillé. Alors après lecture de son billet, je pense que la seule conclusion qu'on peut en tirer c'est : "Fichtre. Il
dit toujours n'importe quoi en croyant qu'il apporte des analyses solides. Que ne se cantonne-t-il pas aux chaussures, au moins la, il ne dit pas de bêtises (en tout cas, ça ne se voit pas sur un
sujet aussi grave) !".


Mais bon, c'est popo, donc ...

Pierrot le Chroniqueur 25/11/2011 09:53



Je préfèrerais une certaine modération dans les propos.



peage 24/11/2011 20:28


Wikipedia c'est comme sur l'autoroute, t'as de tout : du poids lourd à la voiture de mémé. Comme on n'a pas la liberté de panorama on n'y voit rien et certains en profitent pour pousser le voisin
dans le fossé. Il m'avait semblé qu'il y avait pas mal de voitures avec écrit dessus UMP, sur ce coup là cela n'aura pas servi à grand chose.

Pierrot le Chroniqueur 25/11/2011 09:52



Hein ?



pwet-pwet 24/11/2011 16:42


Wikipedia n'a rien de libertarien, et est même financée indirectement par l'Etat, cf. les déductions d'impôts dont peuvent bénéficier les donateurs américains.

Pierrot le Chroniqueur 24/11/2011 17:54



Ce n'est pas moi qui le dit.



Popo le Chien 24/11/2011 16:29


AAAAH purée me dit pas que over-blog a bouffé ma réponse???


Bon, je reposte +tard, là c'est trop juste.

Pierrot le Chroniqueur 24/11/2011 17:53



Tu es le bienvenu



Léna 24/11/2011 16:05


Wikipédia complète le travail de l'Etat à travers les GLAM : le muséum de Toulouse trouve très naturel de partager du contenu sur Commons et Wikipédia, qu'il voit comme un prolongement de leur
mission de service public.


A l'inverse, le musée des Antiques de Toulouse est ravis de trouver des photos du Louvre sur Commons pour éditer son livre sur une exposition temporaire où ils ont emprunter des pièces au Louvre.


 


Voila pour le point 2 :)

Pierrot le Chroniqueur 24/11/2011 17:53



Pas d'accord. Le Museum de Toulouse utilise un autre vecteur de diffusion, mais Wikipédia (ou Commons) ne complète en rien la mission de l'Etat. A l'inverse, le musée des
Antiques de Toulouse devrait peut être se méfier des problèmes liés à la muséographie, qui, il me semble, ont déjà été soulevés (ceci dit, on peut penser à des échanges de bons procédés). Mais
ces photos, ils auraient aussi pu les trouver ailleurs.