Blog roll

Publié par Dr Brains

Ceux qui lisent les commentaires de blog ne seront pas étonnés par ce billet. Pour les autres, Dr Brains (après m'avoir très aimablement offert ses voeux) m'y indiquait qu'il m'avait envoyé un mail. Et que je n'avais pas vu (honte à moi). Aussi, après une manipulation du document attaché (uniquement technique, je rassure tout le monde) destiné à être publié ici-même, je vous en propose le contenu. Je précise que c'est selon son propre souhait qu'il n'est pas accompagné de texte explicatif, afin de susciter le débat.

 

Conflits-1

Conflits-2

 

Lien vers le document au format pdf.

Commenter cet article

Bastien 06/01/2012


La deuxième image ne s'affiche pas ici...

SM 06/01/2012


Ah voilà une très intéressante, et bien structurée, proposition de Dr Brains (qui ne me surprend pas puisqu'il avait dit il y a quelques semaines sur le chan de LiveRC qu'il ferait ça.
J'attendais donc avec intérêt). Je ne partage pas toutes les propositions, mais une bonne partie d'icelles me semble aller dans le bon sens, et démontre qu'il est tout à fait viable, avec de
surcroît un surplus bienvenue d'efficacité et de "démocratie", la communauté étant davantage, mais pas trop, sollicitée.

Premier point : l'idée de n'avoir, et donc de les élire à chaque fois, des arbitres que pour un arbitrage (proposition reprenant, mais la développant, si je ne m'abuse, une idée de Feldo sur ce
blog). Avec toujours la dichotomie arbitrage personnel/arbitrage communautaire que, personnellement, je déplore mais puisqu'elle a été validée par une prise de décision, nous devons certes faire
avec (encore qu'on pourrait très bien, via la prise de décision qu'il serait nécessaire pour faire passer tout cela, proposer de revenir sur ce point). C'est une bonne idée, à mon avis, car elle
permet d'éviter que des arbitres s'engoncent dans leurs habitudes, parfois (souvent) mauvaises, règle le problème de l'absence de responsabilité, pour ne pas dire l'intouchabilité, des arbitres
actuels durant leur mandat, et évite l'écueil de la prise de pouvoir d'un arbitre sur les autres, avec les conséquences que l'on connaît (voir à ce sujet la manifeste et disproportionnée
influence de Popo le Chien sur le 14ème CAr, que plus grand monde ne conteste maintenant). 

Deuxième point : la relance, là aussi positive, d'une médiation digne de ce nom, avec ce pool de médiateurs volontaires dans lequel la communauté piochera en cas d'arbitrages. Bonne chose (ça
coulisse bien, on voit que les structures sont bien posées et huilées) que de leur confier l'examen de la recevabilité : ainsi, des personnes au fait du conflit, et surtout essayant déjà de le
résoudre effectivement avant d'envisager l'ultime moyen de l'arbitrage, trancheront ladite recevabilité. C'est incontestablement un progrès. Bon paramètre aussi, àmha, que de prévoir une
procédure permettant d'éjecter un médiateur volontaire indésirable pour x ou y raison. C'est un bon moyen de tirer les leçons de l'échec des Wikipompiers en permettant que les médiateurs en chef
dont personne ne veut, de type Illuvalar, puissent être dégagés en douceur. Je le répète, ceci montre que les causes des échecs successifs du CAr et des Wikipompiers ont été judicieusement
analysées par Docteur Brains. J'avais d'ailleurs toujours dit qu'un préalabale à la réforme du CAr était l'institution d'une procédure de médiation efficace et imbriquée dans le CAr, et pas à
part (actuellement, le salon de médiation fonctionne cahin-caha de manière autonome, et il n'y a absolument aucun lien avec les arbitres. C'est ridicule).


 


Autres points très satisfaisants selon moi : la souplesse de la requalification d'un arbitrage (permettra tout de même de corriger les effets pervers qu'engendrent parfois un arbitrage
communautaire. Exemple typique : le dernier arbitrage Ataraxie, Hamelin-Grimlock. Au départ déclaré recevable à titre communautaire (ce qui était une idiotie de plus de la part de ce 14ème CAr),
les arbitres (cf. O. Morand par exemple) se sont benoîtement rendus compte, au terme dudit arbitrage, que cela relevait finalement davantage de l'arbitrage pour conflit personnel. Sans blague ?
Ils ne s'en étaient pas rendu compte au moment du dépôt de son argumentaire par Hamelin, qui avait consisté en 5 phrases haineuses et pleines d'insultes (et quand je pense que le libellé final de
la décision reproche à Grimlock des attaques personnelles sur la page-même de l'arbitrage, et rien pour Hamelin, qui est venu rajouter trois couches de fumier sur la pdd dans la foulée, en toute
impunité. Que Sammyday, alors que l'arbitrage était déjà recevable et en cours d'examen, ait été chaleureusement féliciter Hamelin pour sa sous-page haineuse où il insulte tout et tout le monde en dit du reste très
long sur l'impartialité de certains) Mais je digresse...) et la désignation communautaire des CU et des oversight (conséquence logique de l'absence de réel CAr composé d'arbitres stables,
puisqu'une règle meta dispose que c'est au CAr de faire ses désignations lorsqu'il y en a un. On pourra ici, je crois, considérer qu'il n'y en a plus, avec ce projet de réforme), en gardant
toutefois à l'esprit que la Foundation aura le dernier mot, notamment eu égard à ses exigences - légitimes - de majorité légale du postulant.


 


Pour terminer, deux points, tout de même, qui ne me vont pas, ou pas totalement :


l'intervention des administrateurs dans la recevabilité d'un arbitrage communautaire, et son corollaire de la suppression du bannissement et du long blocage communautaire sur le BA. Sur le
principe, pourquoi pas, surtout que le blocage communautaire est une prérogative que les administrateurs, à l'occasion de l'affaire Aliesin me semble-t-il, se sont attribués d'office en 2008,
sans rien demander à personne, et alors qu'il est assez manifeste que cela allait largement au-delà du statut technique que la communauté leur confie. Mais, sous cet angle, on peut alors aussi se
demander pour quelle raison légitime les administrateurs seraient habilités à trancher la recevabilité d'un arbitrage communautaire (même si, finalement, il s'agirait d'une atténuation bienvenue
du fonctionnement actuel, invalide par principe comme je viens de l'expliquer). Je pense donc que cette piste est à préciser et à encadrer. En revanche, je désapprouve totalement la nécessité de
la présence d'un administrateur pour lancer l'arbitrage communautaire : ce dernier, attention, et comme il est spécifié sur le règlement du CAr, ne consiste pas en un conflit entre un
contributeur et la communauté (que, de toute façon, les administrateurs ne représentent pas plus qu'un autre), comme on le croit souvent à tort et par simplisme, mais en un signalement aux
arbitres d'un contributeur qui perturbe tout ou partie de la bonne marche de la communauté. Ce qui est une nuance de taille. J'ai du mal à voir pourquoi il faudrait être administrateur pour
signaler un tel problème aux arbitres et lancer en conséquence un arbitrage communautaire.

Que "tout pouvoir" soit accordé aux arbitres sur la modération des pages d'arbitrage. Je pense que le cadre fixé par la prise de décision que j'avais lancée (exigence de diffs => donc un
témoignage factuel avec diffs ne peut être retiré) est plus adpaté. Mais j'avoue que ce dernier point est assez secondaire.



 


Dans l'ensemble, je suis donc enthousiasmé par les propositions de Dr Brains, qui démontrent qu'on peut largement améliorer le système actuel rendu catastrophique par le CAr qui serait ainsi
largement réformé (et supprimé dans son acception actuelle) et je pense que le lancement d'un processus de réflexion communautaire (prise de décision) sur cette base serait une excellente
initiative .

Sebleouf 06/01/2012


Sympa comme proposition, ça a du sens. Faudrait soumettre ça à la communauté pour voir ce qu'elle en pense.

Dr Brains 06/01/2012


@SM :


Pour répondre sur les deux points où tu as des réserves :

* L'arbitrage "communautaire", pour moi, ça concerne un contributeur qui "pose problème", mais qui ne viole pas explicitement les règles, ou qui sait les détourner à son avantage. Ce contributeur
a probablement fait l'objet de plusieurs RA, qui se sont parfois soldées par des blocages courts. L'accumulation de "problèmes" posé par cet utilisateur fait qu'un blocage long voire un
bannissement est envisageable.

Or donc, une de mes propositions est d'interdire tout blocage long sans décision arbitrale (c'est à dire si un arbitrage n'ordonne pas cette mesure ou si cette mesure n'est pas la conséquence
logique et prévue du non-respect d'un ancien arbitrage).

Il me semble donc logique de donner aux administrateurs une arme nouvelle pour faire face à ce genre de situation. Et en tant que telle, elle est "réservée" aux administrateurs, qui n'ont pas
intérêt à en abuser car l'arbitrage peut être requalifié par les arbitres, et surtout ils peuvent maintenant être contestés (ça n'a rien à voir mais c'est utile de le rappeler). En obligeant le
passage par une décision arbitrale, on empêche l'arbitraire d'une décision administrative, tout en conservant la possibilité de punir ceux qui doivent l'être.

Tu sembles regretter que cette "arme" ne soit pas confiée aux non-administrateurs, mais il y a trois raisons à cela :
1.) un non-sysop pourrait abuser de cette procédure sans en être sanctionné
2.) un non-sysop peut faire une RA pour que les admins lancent un arbitrage communautaire.
3.) un sysop a été élu par la communauté pour faire certaines tâches "en son nom" (blocage de vandales, SI, masquages, gestion des messages système). Il ne me semble pas aberrant qu'il puisse
lancer des arbitrages "communautaire" (le mot est mal choisi, d'ailleurs, mais c'est ainsi...), pour sanctionner un utilisateur "problématique" mais avec lequel ils ne sont pas personnellement en
conflit, surtout surtout si la décision concernant l'éventuelle sanction est prise par des arbitres qui ont beaucoup plus de légitimité qu'un administrateur puisqu'élus par la communauté tout
spécialement pour cet arbitrage-là.

Même si cela peut encore être perfectible, il me semble que ce serait quand même mieux que la situation actuelle, tant du point de vue du comité d'arbitrage que des blocages administratifs "à la
tête du client".



* Oui, on pourrait, mais il me semble surtout que dans l'optique d'arbitres qui n'arbitrent qu'un arbitrage, ceux-ci ne peuvent être au fait de toutes les subtilités d'un réglement trop étroit
car essayant de prévoir toutes les éventualités. La complexité de son réglement est probablement une des causes du mauvais fonctionnement du comité d'arbitrage actuel. Aussi je pense plus sage de
prévoir un réglement simple et de compter sur le bon sens des gens. Il sera éventuellement toujours temps de légiférer un peu plus par la suite si il apparaît un pb.

frakir 06/01/2012


Je me demande bien pourquoi "Un arbitre désigné qui renonce à arbitrer ne peut plus prétendre à son rôle de médiateur pendant une durée de six mois" : une espèce de sanction ? Alors que n'importe
qui peut vouloir se récuser pour de bonnes raisons.


Sinon ça me semble intéressant, j'aime bien l'idée d'encadrer le blocage des comptes autopatrolled et les blocages communautaires. Pour les CU/OS, j'avais dans l'idée que les bureaucrates
pourraient s'en charger. Par contre pour les votes de désignations d'arbitres à répétition, cela serait assez lourd.


Idées à creuser !

Dr Brains 06/01/2012


@Frakir : Parce qu'un médiateur est automatiquement candidat arbitre. C'est comme être juré à un procès d'assises : c'est obligatoire. Et il me semble juste de "sanctionner" un médiateur qui
refuse de prendre part à un arbitrage, car cela fait partie du job. Personne ne l'a obligé à être médiateur, il a choisi de la devenir en sachant qu'un beau jour il serait peut-être désigné comme
arbitre par la communauté.


Par ailleurs, quelques "bonnes raisons" n'ont plus lieu d'être : le choix des arbitres par la communauté, alors que les noms des arbitrés sont connus et que la recevabilité est acquise, devrait
permettre d'éviter tout conflit d'intérêt (on suppose que celle-ci aura la sagesse d'éviter d'élire un arbitre pour juger son pire ennemi...). Et puis les arbitrés eux-mêmes conservent la
possibilité de réccuser un arbitre.


La seule bonne raison qui reste est en fait une moindre disponibilité, et une "désinscription" ne sera alors pas gênante pour la personne, bien au contraire, et ça évitera de présenter à la
communauté une liste de candidats dont certains sont des fantômes.


Après, on peut discuter. J'ai mis 6 mois mais peut-être que 3 seraient suffisant. Faut voir.


Pour les CU/OS, j'ai mis "élection communeautaire" mais c'est surtout pour souligner que, le système que je propose abolissant le comité d'arbitrage permanent qui existe actuellement, il faut
trouver un autre mode de désignation.


Le mode de désignation de ces contributeurs n'interfèrant pas dans le système de "gestion de conflit", il peut donc être traité à part de ce dernier et en devient accessoire par rapport à mon
propos ici.


Pour les votes trop nombreux : on vote déjà tous les 6 mois. Alors certes ça augmentera (1 par mois ?), mais c'est le prix à payer pour conserver un système de gestion de conflit efficace (je
crois) tout en abolissant le "comité d'arbitrage permanent" actuel qui a montré ses limites ("permanent" signifie ici "qui assure la permanence des arbitrages pendant une durée donnée").


 


@Seb : ça se fera. Mais je voulais d'abord en discuter ailleurs, pour avoir un premier retour et éventuellement corriger/expliquer ce qui ne va pas. Cela dit, je n'ai guère envie de me lancer
dans une PDD aussi lourde, aussi si quelqu'un veut s'y coller, sachez que mon idée et les dessins sont en CC0.

Dr Brains 08/01/2012


@ Pierrot : "Je ne suis, moi aussi, pas d'accord, sur le point de réserver aux seuls sysops l'ouverture d'un arbitrage communautaire. Cela donne l'impression de faire des admins les représentants
de la communauté, ce qu'ils ne sont pas."

C'est sans doute parce que je me suis mal exprimé, et que le mot "communautaire" t'induit en erreur.

L'"arbitrage communautaire", tel que je le conçois, est un dispositif destiné à remplacer ce qui se fait actuellement et que je souhaite interdire : un blocage long ou définitif décidé par les
seuls administrateurs suite à un vote informel sur le BA (voire sans vote du tout, mais là c'est limite un abus d'outil).

Ce nouveau dispositif permettrait donc aux administrateurs de demander aux arbitres ce qu'ils doivent faire dans ces cas-là. Ils peuvent lancer la procédure, mais ne sont plus maîtres de la
décision finale.

Le seul "avantage" qu'ils ont à passer par cet arbitrage "communautaire" plutôt que par l'autre est le court-circuitage de l'étape "médiation", ce qui me semble logique étant donné que le ou les
admins qui demandent un "arbitrage communautaire" ne sont pas personnellement en conflit avec le ou les contributeurs mis en arbitrage (et si c'est le cas, les arbitres pourront requalifier et
l'imposer).


Les admins ne sont certes pas les représentants de la communauté, mais ils sont tout de même élus pour prendre des décisions "en son nom", du fait de la confiance qui leur est accordée.
Aujourd'hui, ces désisions peuvent aller jusqu'au bannissement d'un contributeur chevronné. Je propose de leur enlever ce pouvoir de décision-là et de le confier à des arbitres élus tout
spécialement pour la circonstance. Cela me semble aller vers une meilleure (et plus saine) répartition des rôles.


Finalement, je crois que c'est le terme d'"arbitrage communaitaire" qui pose problème, et qu'il vaudrait mieux parler d'"arbitrage administratif".


@ Pierrot "Si on garde l'arbitrage communautaire, alors tout membre de la communauté doit pouvoir en lancer un."

Mais dans ce cas, qui décide de la recevabilité ? Pas les arbitres puisqu'ils ne sont désignés qu'après.

Dr Brains 08/01/2012


Mouais, mais alors c'est vraiment une objection de principe.

Parce que dans la pratique, voilà comment cela se passera probablement :

* Un utilisateur (admin ou pas) lance une RA en disant "L'utilisateur Machin a fait ça, ça, et ça. Ce n'est pas la première fois (diff, diff, diff), je demande à ce qu'il soit sanctionné"
* les admins qui traitent la RA décident ou non d'un blocage court
* Si les circonstances s'y prettent, ils lancent une concertation sur le BA pour un "arbitrage administratif" en vue d'un blocage plus long (que ce que leur permet le nouveau réglement).

En pratique, on a donc bien un utilisateur pas forcément admin qui a (indirectement) déclenché la procédure, et des admins qui l'ont validée et transmise aux arbitres.

Quand j'écris "proposition par 1 administrateur" et "approbation par au moins 5 administrateur", ce n'est finalement que du jargon pseudo-juridique pour dire que ce sont les administrateurs qui
se concertent et qui décident ou pas de transmettre le dossier à l'arbitrage. La demande initiale, finalement, peut venir de n'importe qui. L'admin qui "propose l'arbitrage administratif" ne joue
que le rôle de relai "officiel".

Dr Brains 08/01/2012


Disons que cela évite que les administrateurs se retrouvent dans l'obligation de discuter de la recevabilité d'une demande d'arbitrage clairement "fantaisiste".

Le premier filtre est donc constitué par cet administrateur-relai.

Ensuite intervient le deuxième filtre "recevabillité", c'est à dire la discussion entre admins, pour les cas où un arbitrage est réellement envisageable.


Je comprends bien ton opposition de principe mais je vois mal comment, sur un cas non "fantaisiste", aucun admin n'aurait l'idée de lancer la discussion, bloquant ainsi la procédure de façon
indue.


De plus, il n'est pas obligatoire que ce soit l'administrateur-relai qui soit de facto "demandeur" dans l'arbitrage. Rien ne s'oppose à ce que ce soit le(s) contributeur(s) (pas forcément
admin(s)) qui a(ont) fait la demande initiale.

Lebob 09/01/2012


J'ai un léger souci avec la volonté exprimée dans les messages ci-dessus - du moins si j'ai bien compris - de faire passer un blocage long ou définitif par la CAr.  Bon nombre de ces
blocages concernent des contributeurs qui, selon l'expression désormais consacrée, "ne sont manifestement pas là pour contribuer sereinement".  Va-t-on encombrer le rôle du CAr avec toutes
ces affaires au risque soit de voir les médiateurs/arbitres saturer très rapidement soit de voir le CAr devenir uen chambre d'aentérinement (après examen très sommaire) de décisions de blogage
indéfini en fait prises par les admininistrateurs.

Spiderâne 09/01/2012


Ce n'était pas déjà le cas ? Enfin pas pour tous :D

Celette 09/01/2012


(Premier commentaire sur le blog de Pierrot : whaou). Je souscris presque totalement à la proposition de Dr Brains, qui, à défaut d'une suppression du CAr, règlera en grande partie les problèmes
récurrents relevés jusqu'ici, notamment lors de l'assez regrétable 14e... Pourtant, contrairement à Pierrot, le "filtre" des admins m'apparaît nécessaire, dans la mesure où l'on risque de voir
arriver un trop grand nombre de demandes fantaisistes, sinon abusives et "à chaud" d'un conflit pouvant se régler d'une autre manière. La remarque que je faisais sur la page des RA concernant
notamment ceux lancés par l'ami Hotowitz à mon encontre est en ce sens assez dérangeante : cet "utilisateur" lance une RA dès que nous sommes en conflit sur un article ou une PdD, les RA
deviennent une sonnette d'alarme qu'on tire pour la moindre raison, leur faisant du coup perdre de leur rôle nécessaire, en les cantonnant à celui de surveillant de récréation ou de réglement de
conflits éditoriaux. Voir ce scénario se reproduire sur le CAr proposé par Dr Brains est assez envisageable, à mon avis, si l'on ne pose pas un filtre. La question est alors de savoir si ce
"filtre" sera à même d'apprécier sereinement la recevabilité d'un arbitrage, et quand on sait, dans le cadre de la fameuse "guerre des clans", que l'un deux compte très très peu d'admin (je
caricature, mais nécessairement), il ne serait pas étonnant de voir des demandes d'arbitrage refusées pour des raisons fallacieuses. Mais dans ce cas, il faut sans doute plus travailler pour que
les admins représentent plus fidèlement l'ensemble de la communauté (même si oui, il ne nous représentent officiellement pas, mais en pratique malheureusement parfois quand même...) que de se
demander si ce filtre serait ou non pertinent (pour ma part, il l'est, ne serait-ce que pour gérer un flux sans doute trop important de futures demandes).

Lebob 09/01/2012


Il y a aussi des comptes dont le dérapage s'amorce après qu'ils soient devenus autopatrolled.  Du genre à verser du côté obscur des articles relatifsà la shoah après une certain nombre de
"contributions normales", par exemple.

Dr Brains 09/01/2012


@Pierrot : "Certes, mais c'est justement le rôle de l'examen de la recevabilité que d'être un filtre."

Rah, Pierrot, depuis le temps que tu observes Wikipédia (et surtout les Wikipédiens), tu devrais pourtant comprendre.


Si on fait comme tu dis, ça veut dire que dès que quelqu'un est en conflit avec un autre, il demandera un "arbitrage administratif", ce qui aura pour conséquence l'obligation (et si c'est une
règle, crois moi, certains (sans viser personne) se feront un devoir de faire respecter cette obligation) pour les administrateurs de discuter de la recevabilité d'un arbitrage qui, on le sait
dès le départ, n'est pas "administratif" et doit donc passer par une médiation.

Le fait de mettre un administrateur (un seul, et n'importe lequel) en filtre de premier niveau me semble une bonne façon d'évacuer ce genre de demandes qui ne feront que faire perdre du temps aux
administrateurs.


@Lebob : "J'ai un léger souci avec la volonté exprimée dans les messages ci-dessus de faire passer un blocage long ou définitif par la CAr."


Pierrot a raison, cela ne s'appliquerait qu'aux comptes autopatrolled (3 mois et 500 contribs). En dessous, les administrateurs garderaient les coudées franches.


@Celette : Dans le cas que tu exposes, s'agissant d'un authentique conflit personnel, c'est par la médiation que cela se règlerait, ou à défaut d'accord par un arbitrage
"standard". Les administrateurs (en tant que tels), n'y auraient pas de rôle à jouer.

Celette 10/01/2012


@ Dr Brains : je prenais Horowitz en exemple, dans la mesure où une dérive de l'utilisation du CAr en simple sonnette, comme il le fait actuellement avec les RA, serait délétère. Mais évidemment
(et ce n'est pas le sujet), le cas horowitzien n'a rien à voir avec le CAr dont on parle. Je défendais juste le "filtre" comme moyen d'éviter une explosion de demandes, et non comme moyen de
régler "mon" conflit, conflit qui by the way n'est qu'une chasse à la Celette assez pitoyable. Mais bon, c'est une autre histoire.


@ Pierrot : je n'ai pas vraiment d'oppostion audouble filtre, comme tu l'appelles, qui encore une fois, permettra d'écrémer une partie des arbitrages. Si les admins "représentent" bien les
différentes sensibilités claniques (voir plus haut), il n'y a pas de réelle raison à s'opposer à cela. "Des affaires" ? Brr, j'en frémis ! J'ai toujours l'impression d'être une criminelle dès
qu'on évoque mon cas. A très bientôt pour tes prochains posts (que je lis depuis malgré tout une bonne année, sur les conseils judicieux de SM).

Dr Brains 12/01/2012


@Pierrot : "après tout, actuellement, il est loin d'y avoir des demandes systématiques d'arbitrage communautaire, ou même d'arbitrage tout court, dès qu'il y a un conflit entre deux
personnes."


Oui, car actuellement il suffit de faire une RA, et si la mayonnaise est bien montée, les admins opèreront le blocage souhaité.


Mais une fois les admins privés de ce pouvoir, l'arme ultime pour "tuer" un contradicteur sera l'arbitrage administratif. D'où un risque que j'estime non négligeable qu'il y ait quelques demandes
absives qu'un filtre "de premier niveau" saura prévenir tout en n'empêchant pas les demandes fondées.



support guides 27/11/2014

First of all I am very much impressed with the illustration of Conflict Resolution System that you have shared. Any sort of organization or a business firm should have a very effective conflict resolution system which helps maintain consistency in terms of productivity.