Publié par Pierrot le Chroniqueur

Les coïncidences sont parfois heureuses : après plusieurs semaines d'absence forcée par la Vraie Vie qui surpasse parfois les obligations du chroniqueur, je reprends ma plume, ou mon clavier, au moment où éclate ce qui est vraisemblablement la grande affaire wikipédienne du moment. La Direction centrale du Renseignement intérieur a en effet décidé, de façon fort maladroite, de faire supprimer un article de Wikipédia nuisant vraisemblablement au secret d'état.

Les faits ont été rappelés de façon efficace et assez précise par Alexander Doria sur Rue89 ; je n'en ferai qu'un bref rappel. Car l'intérêt de cette affaire repose avant tout sur plusieurs questions plus larges.



L'affaire

Le 4 avril vers 11 heures, Rémi Mathis, administrateur de Wikipédia et président de l'association Wikimédia France assène un communiqué sobre mais dérangeant sur le Bulletin des administrateurs (BA), pour annoncer la suppression d'un article suite à une convocation par la police française. Après éclaircissement, il s'avère que la DCRI, "FBI à la française" (c'est Wikipédia qui le dit) a tout d'abord contacté la Wikimedia Foundation pour demander suppression de l'article concernant la "Station hertzienne militaire de Pierre sur Haute".

La Foundation, demandant quelles informations devaient être effacées, n'a pas reçu de réponse autre qu'une demande de suppression pure et simple de l'article, pourtant sourcé par une vidéo publique depuis plusieurs années. Devant ce refus légitime (Wikipédia ne faisant que rapporter ce que d'autres sources publiques disent, aucun secret n'est violé), la DCRI s'est tournée vers un administrateur, et pas n'importe lequel (nous y reviendrons) ...

Ledit administrateur, menacé de garde à vue, s'est vu contraint de supprimer lui même, devant les policiers, l'article jugé gênant. Après une recréation légèrement trollesque par ArséniureDeGallium, Inisheer s'est occupée de la restauration, à laquelle a succédé une opération de nettoyage des traces de TI qui pourraient révéler des secrets d'état.

Bien entendu, l'affaire n'a pas manqué de faire parler d'elle, sur le bistro, le bulletin des admins, Twitter, et désormais dans les médias en ligne : slate, Le Monde, Numérama ... Quant à l'article incriminé, il est désormais le plus consulté du jour, loin devant Kim Jong-un et l'affaire Cahuzac. Le secret a donc été très efficace .

 

 

Est-ce légitime ?


La légalité du procédé utilisé par la DCRI a été mise en doute. Je ne prendrai pas le risque de tirer des conclusions sur ce terrain, qui n'est pas le mien. Sur la légitimité, en revanche, on peut s'interroger sur le procédé. Rappelons que Wikipédia prohibe le travail inédit. Aussi, il est en théorie impossible d'y trouver du contenu non connu du public, puisque les sources de Wikipédia doivent être publiques. Dans un tel cas, le plaignant, quel qu'il soit, aurait dû demander la suppression des informations non sourcées ... ou se plaindre à la source.

Il en va de même, d'ailleurs, dans le cas de la propagation de rumeurs ou d'informations controversées (voir la date de naissance d'Arielle Dombasle, le prénom de Patrick Bruel ...). Cette démonstration ne fonctionne cependant que dans une Wikipédia parfaite, où le sourçage serait rigoureux. Il me semble donc que cet événement présent doit nous pousser à une plus grande vigilance sur le sujet, pour éviter répétition de ce souci.

 

 

Un administrateur lambda ?

 

Le communiqué de l'association Wikimédia France prend un soin suspect à ne pas révéler le nom de l'administrateur auteur de la suppression initiale, qui n'est autre que Rémi Mathis, son président. Comprenons bien : il n'est pas question ici de s'interroger sur son pesant silence depuis les événements (nous avons tous le droit de partir en week end un jeudi, même dans des circonstances appelant des explications de notre part), ou la pertinence de son action. Bien peu d'administrateurs de Wikipédia auraient résisté face à de telles menaces policières, qui hérissent certes mon poil de chroniqueur dans un État de droit ...

Cependant, la question que cherche à esquiver Wikimédia France est la suivante : "pourquoi lui ?" On voudrait nous expliquer, comme le fait Serein, qu'il n'a été choisi que parce que son identité est connue. Cependant, il ne fait que peu de doutes que d'autres auraient aussi bien pu l'être (Rémi Mathis n'est pas le seul administrateur de Wikipédia œuvrant sous son vrai nom), ni qu'une bonne partie des administrateurs de Wikipédia pourraient être identifiés, vu les moyens dont doit disposer la DCRI.

Pourquoi Mathis, donc ? La réponse dérange bien évidemment Wikimédia France, car elle entérine en réalité un reproche qui lui est fait depuis longtemps. Pour beaucoup, l'association est devenue la porte parole, la "rédac' chef" de Wikipédia. Le mal semble malheureusement fait, et le tir sera difficile à rectifier, comme en témoignent les articles récemment parus. Il faut dire aussi que Wikimédia France, par ses diverses circonvolutions autour de cette affaire, n'a pas vraiment simplifié les choses. Il faut dire enfin que l'association a beau jeu de se défendre de n'avoir aucun impact éditorial : ce serait oublier une certaine PàS passée ... Maintenant, un certain nombre de pontes de l'association (membres du conseil d'administration ou salariés) viennent de renoncer, "temporairement", à leur statut d'administrateur. Cela peut éventuellement les protéger, eux, mais ne lève toujours pas l'ambiguïté née de cette confusion des rôles. Au contraire, d'aucuns ne manquant pas de considérer que Wikimédia France paie justement cette ambiguïté ... peut-être bien savamment entretenue.

Espérons donc que l'électrochoc assurera une remise en question de cette association dont le rôle se limite à la mise en valeur de ces projets, et rien de plus. Quand on voit l'état des projets autres que Wikipédia, tout porte à croire que cette mission n'est déjà pas remplie ...

Commenter cet article

Meodudlye 09/04/2013 10:24


Et pour rajouter encore à la confusion complète des genres, qui est invité sur europe 1 hier, pour expliquer pourquoi un wikipédien n'est pas responsable des actions d'autres wikipédiens? le
vice-président de la wmfr. Qui est donc bien officiellement l'entité responsable de la communication pour wikipedia et qui parle au nom des wikipédiens. Très très fort.

Bouchecl 09/04/2013 00:12


Certes, Wikipédia ne doit certes pas être partisane, cela conviendrait aux [[WP:PF]]. Cependant, Wikipédia est politique dans la mesure où elle s'impose une conception de la propriété
intellectuelle par le choix des licences qu'elle utilise, pour son a priori favorable à la liberté de panorama ou pour l'ouverture des musées et des archives aux wikimédiens. Que des wikimédiens
s'organisent en syndicats nationaux de contributeurs comme Wikimédia France tombe sous le sens, dans la mesure où ils ont certains intérêts communs à défendre dans un cadre national. Cette
conception personnelle ne fait pas l'unanimité, mais l'adhésion à ces associations est libre. J'ai personnellement choisi de ne pas adhérer à Wikimedia Canada pour des raisons qui me regardent,
mais je ne fais pas une maladie de l'existence de celle-ci.

Pierrot le Chroniqueur 09/04/2013 12:04



Wikipédia suit un modèle, ce ne veut pas dire qu'elle doit être partisane (nous sommes d'accord), ou même considérée comme politique (là, nous ne sommes pas d'accord). J'en ai traité à plusieurs
reprises dans ce blog. Plus spécifiquement, j'en suis arrivé à penser que sans ce modèle, Wikipédia n'aurait pas décollé. Maintenant, est-ce que ce modèle reste un avantage... C'est une vraie
question. De plus, les licences "libres" utilisées par Wikipédia ne sont pas non plus totalement ouvertes, et pas forcément reconnues par les législations des pays des participants. Etc.


"Que des wikimédiens s'organisent en syndicats nationaux de contributeurs comme Wikimédia France tombe sous le sens, dans la mesure où ils ont certains intérêts communs à défendre dans un cadre
national" Sauf que Wikimedia France (ou autre) n'est pas un syndicat représentatif de l'ensemble des Wikipédiens (ou autres). Et plus important, un certain nombre de Wikipédiens sont en désaccord
clair avec cette association et les positions prises par celle-ci. Prétendre le contraire ferait très "centralisme démocratique". ;)



Aratal 08/04/2013 10:57


Euh... Il est a chier mon commentaire du dessus !


https://twitter.com/_Aratal/status/319779155594076161


La c'est mieux !


 

Pierrot le Chroniqueur 08/04/2013 23:54



Si je puis me permettre, le twit aussi.


Il faudrait un jour admettre que Wikimedia France puisse subir des critiques (et pour les autres, des louanges aussi).



Aratal 08/04/2013 10:56


Tiens , qu'est-ce que je disait deja ? Ah oui :


Ohlala, je voit tout les fâcheux anti-WMF rappliqué atoutes berzingue là ....fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%…— Aratal Nuisanlune (@_Aratal)
4 avril 2013





 

Bouchecl 08/04/2013 01:59


Pierrot déplore l'absence et le silence de Rémi Mathis depuis sa mésaventure aux bureaux de la DCRI. Moi pas. Si j'étais son avocat (note: IANAL), je lui aurait mis une large bande de 'duct tape'
sur la bouche et je lui aurait payé un billet de train pour respirer l'air pur de la campagne, sans téléphone et loin de toute connexion internet, le temps que les choses se tassent. À ma
connaissance, le droit au silence existe aussi en droit français (depuis 2003, voir
http://m2bde.u-paris10.fr/content/miranda-v-arizona-ou-le-vacarme-du-droit-au-silence-par-m%C3%A9linda-e-boisson).

Pierrot le Chroniqueur 08/04/2013 23:56



Je déplore aussi que cette confusion se soit produite, et que quelqu'un se retrouve dans cette situation. Je déplore aussi d'autres actions (au sens où même si Wikipédia est mondialisée, elle ne
doit pas être militante).



SM 07/04/2013 22:35


Très bon billet, bravo. Il est évident que, à force de se laisser considérer comme incarnation de Wikipédia en France (et je parle plus largement de l'association), hé bien ma foi il n'est guère
étonnant qu'un boomerang pareil ait fini par revenir. J'en suis désolé pour Rémi Mathis, qui a sans doute vécu une expérience difficile, ce qui est profondément regrettable, mais ma compassion à
son égard s'arrêtera à ce strict point personnel.

Guillaume70 07/04/2013 14:46


Bravo pour cet article, mais on peut aussi relever que depuis hier, les médias semblent bien mieux faire la distinction entre Wikipédia, Wikimedia Fondation et Wikimédia France (je pense
notamment à l'article du Figaro), et c'est surement grâce au bon communiqué d'hier après-midi. Espéront donc que cela continue dans ce sens...

Meodudlye 07/04/2013 12:18


Ce qui est assez amusant dans cette histoire, c'est le déni absolu dans lequel sont les membres de la wmfr quant à leur responsabilité dans l'ignorance à peu près totale de à quoi  l'assoc
sert. D'après eux, si les gens pensent que la wmfr a un role éditorial sur WP, c'est parce qu'ils sont bêtes et ne comprennent pas ce qu'on leur explique. Cela ne semble pas du tout leur venir à
l'esprit qu'ils ont une responsabilité la dedans.


Et ils ne semblent pas comprendre non plus que c'est cette confusion qui a fait que Remi a été convoqué, comme administrateur _et_ chef de la WMfr. 


Et comme tu le dis, ce n'est pas près de s'améliorer, tous les articles ou presque font la même erreur, cela va donc devenir la vérité, quoi que la wmfr en dise. Et que ce soit arrivé grace à eux
est assez délectable. En tout cas, cela va conforter sans aucun doute l'idée que si on veut modifier le contenu de WP, c'est par des demandes à lawmfr qu'il faut passer. Qu'il faut utiliser des
méthodes plus souples et moins brutales, certes, mais que c'est par eux qu'il faut passer. 


Et le deuxième point que je voulais mentionner, est que je trouve assez pathétique la violence avec laquelle est mentionnée l'action assez maladroite de la dcri. Hurler à la censure, etc. ne
risque pas d'améliorer l'image extérieure de WP. Et de conforter les gens qui ne voient dans sa communauté qu'une bande de jeunes qui refusent d'imaginer que les gens extérieurs se trompent et le
font de bonne foi. Alors certes, la prochaine fois qu'une entité voudra faire des modifs, elle y réfléchira à deux fois, mais pas parce qu'elle aura intégré les principes de base de WP. Plutot
parce qu'elle gardera en souvenir la violence des réponses qu'elle aura reçue si elle ne le faisait pas dans les règles que ladite communauté est bien en peine de citer. Et le jour ou WP aura
besoin d'aide, d'une façon ou d'une autre, je doute que ces entités fassent le moindre mouvemenet (déjà que le nom de WP est associé à l'assemblée nationale à "lobby du libre qui ne pense qu'à
lui", ce n'est pas près de s'améliorer).