Publié par Pierrot le Chroniqueur

J'ai relevé sur le Bistro d'hier une discussion assez intéressante (comme quoi, tout arrive ). Clicsouris pose ici plusieurs problématiques qui se rejoignent : faut-il tenir compte de l'audimat (pour reprendre son expression) des articles et privilégier les plus lus ? Mais dans ce cas, comment s'organiser ? Faut-il se concentrer sur les articles les plus importants (mais comment déterminer ces derniers ?) indépendamment du nombre de leurs consultations ? Et, la question qui apparaît en filigrane : y a-t-il des sujets à traiter prioritairement en fonction d'un critère d'encylopédicité plus ou moins prononcé ?

 

Déjà, une remarque s'impose : chacun est libre, avec quelques limites bien sûr, de contribuer sur ce qui lui chante. Difficile donc d'établir des programmes contributifs, comme le propose Clicsouris, visant à favoriser les contributions sur tel article ou à propos de tel sujet. Ils ne pourraient évidemment n'être qu'indicatifs, en aucun cas contraignants. Cette limite pratique - mais ô combien essentielle - posée, il n'en demeure pas moins qu'une encyclopédie n'est pas un simple amas désorganisé de connaissances. Wikipédia, malgré sa nature spécifique - collective, instantanée, anti-élitiste (mais cela ne va pas sans inconvénients, comme l'explique très bien Yohan Picot dans cet article que je vous mets en lien et que je vous conseille vivement de lire) - doit faire preuve d'un minimum de cohérence dans ses approches et traitements. D'où l'établissement de projets  thématiques visant, avec plus ou moins de succès, à uniformiser les articles sur le sujet donné. Sauf que la cohérence globale interprojets est alors quasi-inexistante, malgré toutes les décisions communautaires. Bref. Tout cela pour dire qu'un projet ne peut qu'orienter ses participants, et que si ces derniers préfèrent malgré tout traiter de sujets périphériques avant de créer et  de peaufiner les articles de base, on ne peut pas y faire grand chose. Même s'il est regrettable qu'une encyclopédie disserte sur l'accessoire avant l'essentiel (en principe, elle doit faire l'inverse, posant d'abord les bases avant d'élargir la vision...).

 

Se pose donc au-delà la question de la hiérarchie des savoirs (oui, oui, on arrive au sujet du billet, déjà  bien esquissé ). Incontestablement, cette hiérarchie existe : c'est la différence entre ce qui est général et ce qui relève du détail (cf paragraphe précédent) mais aussi, et surtout, entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas. Et c'est là le noeud du problème : il faut évaluer cette importance (ce qui est fait avec le projet Wikipédia 1.0 mais, comment dire, bof...) en fonction de certains critères. Lesquels ? Déjà, je réponds à la première question que j'ai posée en élimininant le nombre de consultations ("l'audimat"). Car ce qui est  intrinsèquement important, en terme de "savoir" au sens large, n'est pas forcément le plus intéressant ni le plus accessible. Wikipédia est faite pour ses lecteurs mais pas que. L'idéal serait donc de procéder comme ce qui devrait être fait sur chaque projet. Aller du plus général au plus détaillé, ici aller de l'essentiel au moins important, en fonction d'un programme prédéterminé. Ou en tout cas se concentrer sur ce qui est habituellement abordé dans une encyclopédie avant tout. Autrement dit, pour simplifier (et même être simpliste), les maths et l'histoire avant les mangas (désolé Darkoneko) et le catch. Enfin, ce n'est qu'un idéal... parmi  d'autres. Car tout ici n'est qu'affaire d'interprétation, évidemment.  On tombe même dans de vieux débats sans fin. Il n'empêche, on ne m'enlèvera pas l'idée qu'il est problématique de voir des thèmes mineurs ou superficiels pleins à craquer d'AdQ alors qu'il reste tant de choses à faire en histoire, en économie ou en sciences. Oui, je sais, je suis snob, là.

 

Reste la suggestion de se concentrer exclusivement ou quasi sur ce qui existe déjà, au détriment donc de la création. Bon, cela ferait hurler les inclusionnistes, et semble de toute façon irréalisable. Il ne faut pas n'importe quoi sur Wikipédia, je l'ai toujours dit, mais je ne suis pas sûr que bloquer toute extension au profit de la consolidation serait synonyme d'amélioration qualitative (quoique...). Éventuellement, la création, proposée sur le Bistro, d'un projet transversal se consacrant à l'étoffement de l'existant est une piste à creuser. Mais je ne suis pas convaincu que cela aurait des effets extraordinaires.

 

De toute façon, il ne faut pas perdre de vue que ce qui importe sur Wikipédia, c'est de prendre du plaisir à contribuer, à apporter à autrui. Sur ce que l'on veut. C'est ce qui a toujours fait la richesse de Wikipédia, malgré les inévitables inconvénients que je viens de décrire. C'est même son axiome initial. Peut-être que ce genre de contraintes n'est donc pas souhaitable, finalement.

 

Commenter cet article

LittleTony87 14/08/2010 19:52



Le problème est, je pense, évident pour tout le monde. Tout comme je pense que la plus grande partie des gens arrivent à la même conclusion que toi. Le problème que pose la contribution à des
articles très généraux est multiple :


- il demande souvent plus de travail que des articles sur des sujets plus réduits


- il demande également plus de compétences


- enfin, dans bien des cas, l'article peut être sujet à de grosses polémiques qui freinent le développement, et surtout qui incitent à ne pas trop y toucher : "Islam", "Nicolas Sarkozy" ou "Adolf
Hitler" sont des articles d'importance primordiales, mais pour diverses raisons, sont des nids à POV et à engueulades (ce qui, par ailleurs, rejoint renforce le point 2 : sur de tels sujets, on
ne peut pas se contenter de contribuer en amateur, il faut connaître à fond le sujet).


Le premier point, on est bien d'accord, est facile à contourner, il suffit de bonne volonté. Le second l'est moins. Prenons un article sur un pays :pour faire exhaustif, il faudra évoquer
culture, histoire, géographie, économie, sociologie... Des domaines vastes, et éloignés. Dans mon cas, autant je pourrais me débrouiller sur l'histoire, autant il faudra quelqu'un d'autre pour
bosser sur d'atres domaines etc. Un frein à la contribution, à mon avis, surtout si on cherche à faire un article homogène (car il faut alors réunir les contributeurs qualifiés avant et bosser
ensemble). Un projet pourrait peut-être permettrede coordonner ce genre de chose. Tout comme pourrait le faire, plus ponctuellement, un appel sur le bistro...


D'autre part, je sais par expérience que partir des articles détaillés permet, une fois ceux ci finis, de mieux synthétiser l'article plus général, ce qui évite les déséquilibres. Dans l'autre
sens, c'est moins efficace. Enfin, je n'ai pu m'empêcher de tiquer sur ton commentaire sur la prolifération d'AdQ sur les sujets mineurs : si on veut de la qualité sur Wikipédia, on ne va pas
freiner des articles : l'amélioration des articles importants doit s'ajouter à celle des autres (qui marche déjà pas trop mal), mais pas la remplacer.



Pierrot le Chroniqueur 15/08/2010 12:47



Oui, tu as raison, les articles généraux sont sans doute les plus durs à rédiger  Car il y a un souci
d'exhaustivité à avoir. Parfois de synthèse s'il faut renvoyer à d'autres articles plus détaillés. Ce qui ne dispense pas, bien évidemment, d'être compétent sur le sujet. La bonne volonté est
insuffisante.


A ce sujet, le cas des articles transversaux est effectivement spécifique. Sauf à se concerter auparavant, l'article peut être déséquilibré selon les compétences des rédacteurs. Mais dans ce cas,
un message sur le Bistro ou sur le(s) projet(s) à même de combler les lacunes suffit. Sauf si se crée effectivement un projet dédié, comme l'a proposé DonCamillo. Comme je l'ai dit, je ne suis
pas convaincu : un tel projet nécessiterait, pour être pleinement efficace, de regrouper des contributeurs d'horizons très divers, de manière à pouvoir brasser tous les sujets, ce
qui me semble irréalisable (même si on a rien à perdre à tenter le coup. Le contenu y gagnerait quand même un minimum alors...). Le mieux reste de ponctuellement utiliser le
Bistro. 


Sinon, oui tu as aussi raison de dire que, dans les faits, avoir les articles détaillés sous la main rend beaucoup plus simple la construction de l'article généraliste. Mais cette méthodologie
n'est pas bonne (bon, je suis dans la théorie là). Et la cohérence globale en souffre, je trouve. Enfin, pour les articles polémiques, cela peut freiner, oui. Mais pas tant que ça : Adolf Hitler,
pour reprendre un de tes exemples, ne me semble pas si mauvais que ça  Et la polémique actuelle porte sur son
végétarisme supposé, ce n'est pas celle qu'on aurait pu craindre le plus


Enfin pour les AdQ : c'est une petite provoc, oui. Mais bien sûr, elle ne reflète que mon souhait (pas très ardent, je n'ai jamais été franchement emballé par les labels)  de voir
plus d'articles de qualité sur certains sujets. Hors de question de remplacer quoi que ce soit ni, encore une fois, de contraindre qui que ce soit.



Léna 14/08/2010 16:24



Le problème avec "les maths et l'histoire avant les mangas", c'est que ça peut être pris comme Fractional Cascading et Andreas Steinhuber avant Pikachu.


Je crois que général avant précis est beaucoup plus pertinent comme ordre de priorité.



Pierrot le Chroniqueur 14/08/2010 17:06



Oui, j'ai bien dit que je faisais volontairement preuve de simplisme avec cette phrase  


Disons qu'il s'agit de deux manières différentes d'aborder cette thématique, qui peuvent être complémentaires. On peut effectivement chercher, je l'ai dit, à créer et peaufiner des articles
généraux avant de détailler (comme dans toute encyclopédie "classique"). On peut aussi considérer que hiérarchiser les savoirs implique de se concentrer sur ce qui est consensuellement considéré
comme encyclopédique et important (avec tout le relativisme que supposent ces deux termes). Mais tu as raison, ton option prioritaire est beaucoup moins sujette à critiques


Je n'ai fait que livrer une petite réflexion qui vaut ce qu'elle vaut (un peu utopique) et ne sera suivie donc d'aucun effet : bien que Wikipédia soit collective, chacun contribue plus ou
moins dans son coin, comme bon lui semble.