Publié par Pierrot le Chroniqueur

Comme l'annonce le blog de Wikimédia France (et le collègue Popo le Chien), la banque de fichiers de la Wikimedia Fundation, Wikimedia Commons, a atteint la barre des huit millions de fichiers. Les contributeurs des différents projets Wikimedia comme, ô hasard faisant bien les choses, Wikipédia (qui fête bientôt les 10 ans de la version anglophone), peuvent s'y servir pour illustrer les dits projets. D'ailleurs, c'est bien expliqué par Wikimédia France (et plus particulièrement Jean-Frédéric) : "Wikimedia Commons est une médiathèque en ligne qui rassemble des médias sous licences libres à vocation pédagogique".

 

Certes. Et donc, maintenant, pour faire le rabat-joie : si on enlève les médias à vocation non-pédagogique, il en reste combien ?

 

P.S. : pour rajouter à la modération des échauffements, je dirais aussi que je n'aime pas trop le tag "" employé. Surtout sur un blog francophone. Milestones, c'est juste étape marquante, en français ... Non ?

Commenter cet article

Jean-Fred 16/01/2011 01:45



[[COM:SCOPE]] est la policy la plus fondamentale de Commons (après la Licensing policy, évidemment). Donc bon, être d’accord ou pas, voilà quoi.


Ce genre de réflexions est typique des wikipédiens. Vous croyez franchement qu’on a le temps de discuter deux semaines sur la pertinence d’un fichier ? En heure de pointe (et vue qu’on
est multilingue, c’est plus ou moins tout le temps l’heure de pointe), on tourne à 50 fichiers versés en 10 minutes, dont il faudrait vérifier le statut au regard du droit d’auteur (ce qui varie
de faire une recherche TinEye à aller chercher le nom de l’obscur architecte et sa date de mort, ou de connaître les subtilités de la liberté de panorama au Costa Rica). Le boulot qu’on se traîne
en retard est proprement monstrueux. Il y a des centaines de milliers de fichiers dans le poétique [[COM:BACKLOG]]. Pour sauver un fichier, il faudrait parfois aller taper la discute avec un
wikipédien biélorusse ne pipant pas un mot d’anglais. Les sysops se font défoncer la tronche dès qu’ils ont le malheur de supprimer une énième photo de l’Atomium ou de la fontaine Stravinsky. On
passe nos journées à remplir un tonneau des Danaïdes créé en bonne partie parce-que des Wikipédiens ne font pas leur boulot (donner un nom potable à leurs fichiers, lier les articles/catégories à
Commons, etc.)


Et tout ça, pour une communauté beaucoup plus réduite que Wikipédia (voir ce billet de guillom sur le sujet −
http://www.gpaumier.org/blog/563_evolution-content-participants-wikimedia-commons-wikipedia/)


Donc ouais, le trollage rabat-joie, ça porte un peu sur les nerfs.



Pierrot le Chroniqueur 16/01/2011 10:12



Faut pas s'énerver comme ça . Le but d'un billet catégorisé très troll est toujours de soulever un point qui
chatouille et souvent de casser un raccourci facile (ce qui a tendance à m'agacer, moi). Typiquement wikipédien ou pas, en plus.


Tes remarques sont importantes et doivent être connues (et sont un intéressant problème avec un problème typiquement wikipédien, au passage), et mériteraient peut-être un descriptif plus général
- et franchement, j'ai un dossier "Billets en attente" qui est encombrée. Mais comme à d'autres, je te fais une proposition : viens nous parler ici de Commons (via un ou plusieurs billets).


 



Jean-Fred 15/01/2011 12:03



« The expression “educational” is to be understood according to its broad meaning of “providing knowledge; instructional or informative”. » − [[COM:SCOPE]]


Et très mauvais exemple : il est utilisé sur un projet. « if it is in use, that is enough. » (ibid)


P.S. Si. Tag renommé.


P.S.² Il y a un accent à « Wikimédia France »



Pierrot le Chroniqueur 15/01/2011 15:07



Merci pour la précision mais le terme "pédagogique" englobe tout cela, finalement. En tout cas, c'est ainsi que je l'entendais.


 


Pas très d'accord avec cette manière d'appréhender la chose : qu'un fichier soit utilisé ne signifie pas qu'il est de facto pertinent. Un peu comme sur Wikipédia : tous les articles n'y ont pas
forcément leur place, ce qui ne les empêche pas d'exister.


 


PS : Merci !


PPS : je corrige.