Publié par Pierrot le Chroniqueur

Le principal événement de la semaine, vous l'avez bien sûr remarqué, c'est la trombine du Dieu Jimbo le fundraising pour le bien des poches divines de Wikipédia. Car les serveurs qui nous permettent de prendre plaisir à partager connaissances, savoirs et trolls, sont extrêmement gourmands, et pas seulement en ressources techniques. Les médias ont naturellement fait part de cette campagne planétaire. Le journal économique L'Expansion précise ici que la Wikimedia Foundation a pour objectif la levée de 16 millions de dollars (soit 11,5 millions d'euros environ, comme l'indique ActuaLitté.com), ce qui constituerait le double de la collecte de l'année précédente. Pour rappel, et l'Expansion le précise, ces fonds ont pour objectif le maintien (et même le développement, un second serveur étant à l'ordre du jour) des potentialités techniques des sites, dont l'audience, nous informe Clubic, a doublé depuis 2007, ainsi que, effet indirect relevé par Slate.fr, la préservation de l'indépendance économique et donc éditoriale des projets Wikimédia1.

 

L'autre fait marquant de ces derniers jours, c'est l'attribution du Prix Goncourt à Michel Houellebecq pour son roman La Carte et le Territoire, qui était pourtant soupçonné de comporter, souvenez-vous, quelques passages "inspirés" - dirons-nous poliment - d'articles de Wikipédia. Cela fait certes un petit moment, mais je n'avais pas encore eu l'occasion d'en parler, sinon sur l'antre du Vice sur Internet. Et, en fait, je n'ai pas grand chose à en dire de plus que ce titre du Post (oui, je sais, pas terrible comme référence), qui... plagie d'ailleurs un tweet de Maître Eolas. Je m'étais proposé pour aller chercher le prix chez Drouant au nom des Wikipédiens, mais il n'y a pas eu de suite. Dommage (pour mon estomac, principalement).

 

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais, maintenant que Wikipédia est si bien entrée dans l'esprit et les réflexes des internautes, fleurit automatiquement l'expression "c'est le Wikipédia de (du)" dès qu'un nouveau projet collaboratif pointe le bout de son nez. Deux exemples récents, respectivement rapportés par WebActus et le site web des Échos : SocialCompare, le "Wikipédia du tableau comparatif" - qui vise à l'établissement collaboratif de tableaux de comparaison d'objets" au fur et à mesure des sorties et avancées technologiques" - et Blekko, le "Wikipédia du moteur de recherche" puisque ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui peuvent définir les paramètres techniques visant à améliorer les recherches sur la Toile. Honnêtement, c'est assez flatteur. Et montre que le terme "Wikipédia" s'est pratiquement substitué à celui de "wiki" pour incarner in extenso le monde de la collaboration libre en ligne. Je n'exagère presque pas . En réalité, est surtout illustré le fait que, quel que soit le futur destin de Wikipédia, ce projet aura marqué son temps, et restera comme un symbole. Du libre notamment, comme le relève StarAfrica.com.

 

Enfin, je terminerai, une fois n'est pas coutume, sur un champ plus large que Wikipédia et en me dirigeant vers la presse écrite : le journal Le Monde a publié, dans son édition datée d'aujourd'hui (mercredi 17 novembre), une "contre-enquête" intitulée : "l'esprit du Web est-il mort ?". Je vous en recommande la lecture, même s'il n'y est pas question de Wikipédia. L'article me semble être un bon état des lieux des enjeux actuels concernant le Web, avec les interrogations appropriées sur le monde du libre et la supposée perte de "l'esprit des pionniers" liée à l'apparition des nouvelles technologies, comme l'iPod, ou le changement de comportement, vers une direction beaucoup plus consumériste, des internautes. Même si Tim Berners-Lee, interviewé, se montre plutôt optimiste. Bonne lecture !

 

 

1. Étant donné que, faute de financement suffisant, la Foundation risque de se tourner vers des acteurs économiques.

Commenter cet article

Moi 22/11/2010 19:22



Tiens, un non déclaré :


http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Wikip%C3%A9dia:Administrateur/Kelam&diff=59487724&oldid=59485542


...



Pierrot le Chroniqueur 23/11/2010 10:55



Erreur d'emplacement



Scrongneugneu 19/11/2010 17:30



« tombée en déshérence (...) de l'encyclopédie collective en ligne » : difficile de jouer les Madame Soleil. Après tout, qui nous prouve que, dans vingt ans, confinés dans notre bunker souterrain
tels des Jack Carter dans la série télévisée Eureka, nous ne beuglerons pas « Jimbo ! Au pied ! » avant que l'intelligence artificielle n'aille afficher sur les murs du bunker l'article convoité, avec ses annexes
multimédia en relief, etc. On m'aurait parlé d'Internet, il y a vingt-cinq ans, et à plus forte raison de Wikipédia, j'aurais considéré mon interlocuteur d'un œil sceptique...



Pierrot le Chroniqueur 19/11/2010 18:53



Je ne prétends pas jouer les Madame Soleil, mais je sais que rien n'est éternel, et je crains que Wikipédia ne fera pas exception à la règle. Même si je crois qu'elle est partie pour durer un
certain temps qu'on peut, je l'espère en tout cas, compter au moins en décennies. Avec pourquoi pas certaines évolutions, comme celles que tu envisages, qui semblent à première vue séduisantes
(sauf l'idée de vivre dans un bunker).



chandres 19/11/2010 11:30



Tu remarqueras aussi le fleurissement de "He's my own wikipedia" dans les séries américaines.


En matière de revue de presse un peu moins grand public il y a Nature ce lundi


No rest for the bio-wikis



Pierrot le Chroniqueur 19/11/2010 12:55



C'est possible, en effet, même si je n'ai pas outre-meusre remarqué ce phénomène. Merci pour le lien, j'étudierai cela avec intérêt.



Scrongneugneu 18/11/2010 19:59



S'agissant de la floraison anarchique des « le Wikipédia de... », ce n'est par certains côtés pas si réjouissant que cela, puisque nombre des wikis ainsi abusivement assimilés au plus célèbre des
wikis n'en partagent aucun des principes fondateurs, et notamment la neutralité de point de vue (tu noteras l'inauguration (?) des URL courtes, made in Wikimedia
CH, signélées par Darkoneko, malheureusement sans le champagne et les petits fours).



Pierrot le Chroniqueur 19/11/2010 12:52



Oui, je comprends. Mais je faisais avant tout référence à l'empreinte laissée par Wikipédia sur l'imaginaire collectif. Empreinte qui sera, à mon avis, durable, et perdurera après la tombée en
déshérence (je crois avoir bien orthographié ) de l'encyclopédie collective en ligne. Après, effectivement, la qualité,
qu'on peut estimé incarnée par le respect de nos principes fondateurs, n'est pas forcément au rendez-vous sur tous ces "Wikipédia". Remarque, le respect des dits principes fondateurs n'est pas
toujours excellement respecté sur Wikipédia non plus. Ca dépend des jours et des cas...


 


Sinon, cette fois-ci, l'heure convient pour du champagne. Merci !