Publié par Pierrot le Chroniqueur

Les lendemains d'élection ont en général ce petit côté "gueule de bois" pour tous les participants, les uns se réjouissant de la victoire en se demandant si elle durera, les autres pleurant sur leur défaite. En fait de gueule de bois, les partisans du comité d'arbitrage (CAr) ont dû en connaître une sévère tandis que les terribles anti-CAr, qui font trembler jusqu'aux fondements de l'encyclopédie, nous dit-on, ont célébré l'événement. Au-delà des réjouissances ou désillusions, nous pouvons en tirer quelques constats.

La participation a l'élection a été grandement moindre qu'à la précédente, et ce dans les deux camps. On peut donc en tirer plusieurs analyses.

  • Il est possible que le CAr n'intéresse plus. Les constats que je tirais dans mon billet pré-électoral vont en ce sens puisque on en arrive même à voir des contributeurs préférer se mettre d'accord sans passer par lui.
  • Il est possible que l'élection ait été moins visible. Autant les appels à candidature se sont enchaînés sur le bistro sans grand succès, je vais y revenir, autant on n'a pas vu d'appels au vote. Il faut dire que le principal appelant est un pro CAr et que, longtemps, les scores du CAr étaient impressionnants.
  • La troisième proposition me semble peu probable, quoique ... : il est possible que ces absents soient un attirail de faux-nez, morts vivants et autres comptes réveillés pour l'occasion la dernière fois et que l'on n'a pas réveillés, par honnêteté ou manque de besoin apparent, j'y reviendrai.


Pourtant, le désaveu du CAr se caractérise aussi par le manque de candidats. Eh ça, c'est pas manque de promotion. Comme le fait justement remarquer Dereckson sur le Bistro, on avait cinq candidats crédibles pour cinq postes. À prendre ou à laisser. Et bien, deux d'entre eux ont été laissés ...

On peut maintenant se poser plusieurs questions. La première touche au déroulement même de l'élection. Gede, qui n'a perdu que de quelques voix, est le plus interrogatif sur ce fait : pourquoi les "contre" ont-ils voté en masse les derniers jours ? Question légitime, certes, mais en quoi cela changerait-il le résultat ? Gede avouerait-il à mi-voix qu'en cas de "danger" apparent des arbitres, une poignée d'électeurs supplémentaires aurait été appelée au secours ; électeurs qui ne comptaient pas voter à l'origine ? Ca semble bien ressembler à une invocation de morts-vivants, ou, du moins, à un rameutage en règle, dont Moez pourrait témoigner qu'il apporte souvent plus de mal que de bien.

Il y a aussi les faux-nez/comptes dormants : Med, Rigolithe, Cfoellmi ... (car, contrairement à certains, j'essaie d'avoir une vision globale) ; en moins grand nombre que la dernière fois toutefois. Chacun en tirera son analyse. On notera tout de même même qu'aucun n'est à proprement parler "hors la loi", que la pratique avait été défendue bec et ongles la dernière fois par les soutiens du CAr qui l'attaquent cette fois-ci, et qu'il me semble donc que légiférer sur la situation serait la meilleure façon d'en finir. En ce sens, je me réjouis de la relance immédiate de cette prise de décision.

 

img039On peut enfin s'interroger sur l'après. Comme Hégésippe le laisse entendre (et c'est tout à son honneur), malgré les pressions de certains, les trois élus ne modifieront pas les règles pour pouvoir officier en les piétinant. Ce que certains défenseurs acharnés du CAr n'ont pas accepté, entre remise en cause du scrutin, des votants, du règlement voté par la communauté ... Ils s'époumoneront en vain, au pire discréditeront un peu plus le CAr. Ce qui va se passer va donc être assez intéressant. Wikipédia sera t-elle à feu et à sang pendant six mois (enfin ... plus que d'habitude) ? Les contributeurs rivaliseront-ils d'imagination pour trouver des solutions de résolution de conflits constructives (et on ne manquera pas alors, j'espère, de se reporter à ce qui pu être préconisé sur ce blog, par moi ou par d'autres) ? Nous verrons bien mais je suis plutôt optimiste : à mon sens, je l'ai dit récemment, annihiler le CAr tel qu'il est aujourd'hui était l'indispensable signal d'une salvatrice réforme.

Commenter cet article

LittleTony87 01/04/2012 16:05


Je rejoins (pour une fois ! :D ) Meo sur le premier point du moins : un arbitre n'a pas besoin de faire une connerie lui-même pour se discréditer ; laisser les autres arbitres le faire suffit.
Puisque, en tant que membre d'un corps qui discute par voie privée, il est anormal qu'aucun ne soulève de réserves lors des choix les plus controversés. Qu'aucun arbitre n'ait dit à Popo "ton
analyse psy à deux balles, c'est bien joli mais c'est pas notre rôle" ; qu'aucun n'ait dit "on n'a pas à violer la vie privée des utilisateurs, le coup de la liste de suivi c'est niet". Le CAr
étant sensé représenter la communauté, et la communauté s'étant en partie insurgée contre ces décisions... il semble louche qu'aucun arbitre n'aît tenté de modérer ce genre d'ardeurs.


 


De façon générale, le fait que le CAr ait fonctionné comme un groupe uniforme et non comme un ensemble d'individus pouvant exposer des opinions contradictoires me semble compter pour beaucoup
dans les votes plus ou moins uniformes à son encontre.


 


Pour le reste, Sammyday, je pense que tu fais malgré tout le meilleur choix en ne cherchant pas à forcer la main au résultat comme le font d'autres. Ce serait ascéner, à mon avis, un coup fatal
au résultat. Je connais d'ores et déjà plusieurs personnes qui, n'ayant pas voté cette fois-ci, voteront contre la prochaine fois, suite aux débordements d'hier, notamment de gede. Comme quoi,
comme toujours, le CAr est le meilleur acteur de sa destruction.

Meodudlye 01/04/2012 11:14


@Sammy: ce qui discrédite le CAr, ce sont les arbitres eux même. 


Qu'un arbitre propose des idées stupide pour régler un problème n'est en soi évidemment pas un problème. Que les autres arbitres ne lui fassent pas remarquer publiquement, et ne s'en distancent
pas immédiatement, pour préserver l'unité du CAr, prouve que l'esprit de corps est plus fort que le "bien public". Deux exemples. Il a été


proposé de mettre l'équivalent numérique d'une étoile jaune sur ma page de discussion

exigé sous peine de blocage qu'un arbitré presque condamné fournisse sa liste de suivi aux arbitres



Devant l'afflux de critiques venant d'ailleurs que du CAr, aucune de ces idées n'a été mise en oeuvre, mais aucun arbitre n'a daigné aller contre ses petits copains. Et on n'oubliera évidemment
pas une merveilleuse analyse psychologique qui n'a reçu aucune critique de la part des arbitres.


Et lors des dernières élections, ou tous les arbitres ont été élus au ras des paquerettes, sauf O.morand, certains (gede pour ne pas le citer) glosaient que c'était des élections, et que les
perdants devaient accepter les résultats. 


Et le même gede est parmi les premiers à venir se plaindre que les résultats ne sont pas acceptables, parce qu'il n'a pas été réélu. Et l'on revoit des idées (proposées au départ par un
ex-arbitre lui aussi non réélu) que pour être sur que leCAr pourra continuer tranquillement à nuire à WP, il faudrait baisser le seuil d'élection.


 Donc non, personne ne discrédite mieux le CAr que les arbitres eux-mêmes. C'est la preuve que dans son état actuel il ne peut pas fonctionner, ses membres se sentant bien trop membre d'un
petit clan qui doit se protéger et assurer son auto-reproduction, en évitant autant que possible le renouvellement. 6 mois sans lui permettront de voir que, comme les espagnols, fr peut
fonctionner sans difficultés majeures.


En espérant évidemment que ses supporters les plus acharnés ne feront pas exprès de créér des conflits violents pour prouver qu'il faut un CAr. D'autres instances de médiations de WP ayant eu
leurs pompiers pyromanes, ce n'est pas une hypothèse purement théorique.

Sammyday 01/04/2012 02:40


Ce que je trouve bizarre dans ton billet (mais ça doit être ma naïveté), c'est que être contre le Comité d'arbitrage n'est pas forcément discréditer celui-ci, et qu'être pour à tout crin, c'est
le discréditer.


La seule chose qui discrédite/crédite -ou du moins qui devrait compter-, c'est le comportement des arbitres. Je crois personnellement avoir tenu à tout crin à respecter le règlement, et c'est le
minimum qu'on attend de quelqu'un qui a été élu par la communauté, celle-là même qui a fait le règlement auquel je tiens.


Ce sera sûrement ma seule intervention ici, je n'y suis que rarement le bienvenu (je ne parle bien évidemment pas de toi).

Pierrot le Chroniqueur 01/04/2012 08:12



En fait, ce n'est pas tout à fait ça que j'exprime.


Etre un soutien du Comité d'arbitrage en tant qu'"institution" peut aisément se comprendre, et c'est respectable : chacun est libre de ses opinions (a priori), et c'est tant mieux. Etre contre le
maintien d'un tel organe se range également sous la même appréciation. Par contre, ce que je fustige est la volonté manifeste de certains wikipédiens de passer outre le résultat d'une élection
(ça, c'est clair), et avant ça, de nier totalement une réalité (je m'en suis assez fait l'écho - en trouvant facilement de quoi écrire) : le Comité d'arbitrage en l'état ne fonctionnait
plus.


Le fait de nier la réalité est inquiétant en soi, mais pas répréhensible, évidemment. Sauf si ça entrave la bonne marche du projet Wikipédia (et c'est fut cas pour certains arbitrages à mon
sens). Mais nier la réalité en essayant de faire refaire une élection dont le résultat n'arrange pas, en proposant (Indif, puis Gede) d'abaisser des seuils à 50 % (les administrateurs sont à 75 %
!) pour des personnes qui feront ce qu'elles veulent (comme par exemple cette histoire de liste de suivi, ou - comme tu l'as fait, par exemple - des nettoyages de certaines pages sous prétexte de
ne pas appartenir au "corps") au final, je trouve ça bassement électoraliste, et donc loin des préoccupations que devraient être celles des participants à Wikipédia : s'occuper des articles, en
créant ceux qui doivent l'être, supprimant les pages qui n'ont rien à faire dans Wikipédia, étayant le contenu, etc.


Quoi qu'il en soit, j'ai la très désagréable opinion (à mon sens, encore) que cette élection et la précédente ont montré que pour une frange de Wikipédiens, l'objectif de construction d'une
encyclopédie neutre en collaboration, selon des critères définis auparavant est définitivement un passé révolu, s'il a déjà existé. C'est à mon sens bien plus grave que
les turpitudes du CAr.


Sinon, comme tout le monde (dans des limites, bien sûr, qui ont trait aux lois en vigueur, et du sujet "projets Wikimedia"), tu es bienvenu ici. Ce n'est pas moi qui me plaindrait de voir des
opinions qui ne sont pas les miennes exprimées ici (même si, parfois, j'ai l'impression de voir souvent les mêmes personnes ), que cela soit sous forme de billet ou de commentaire.



Grondin 31/03/2012 20:27


Ce n'est qu'un évènement parmi tant d'autres. Le projet Wikipédia n'est pas mort pour autant. Les hispanophones ont supprimé cette instance et le projet reste parfaitement viable. Reste que cette
instance s'est aventurée sur le terrain miné en innovant sur les règles en question. Ceci a eu pour effet d'agacer un nombre grandissant de contributeurs tout en décourageant le plus en plus de
ses supporters. Pour ma part, ce n'est pas la fin du monde, et la création et la rédaction me semble plus prioritaire.

Pierrot le Chroniqueur 31/03/2012 21:33



Belle analyse. J'y souscris en grande partie, si ce n'est que, davantage que des innovations contestables, ce sont surtout la partialité, née d'une adhésion assez perceptible à des considérations
claniques, et le refus d'accepter la critique qui ont fini par nuire au CAr.