Publié par Pierrot le Chroniqueur

Note : ce billet est paru par erreur à l'état de brouillon. D'où certains commentaires, automatiquement récupérés, qui peuvent paraître décalés.

 

Qui dit "encyclopédie" dit, dans l'imaginaire collectif, volumineux ouvrage poussiéreux rempli de connaissances en tous genres, mais généralement importantes, essentielles, barbantes. Bref, qui dit encyclopédie, dit "sérieux". Car une encyclopédie, de par sa fonction, est sérieuse. Du moins, dans le sens où une encyclopédie n'est ni farfelue ni distrayante, et que sa construction nécessite méthode et réflexion. Wikipédia est une encyclopédie. En tout cas, c'est ce qu'affirme son premier principe fondateur. Wikipédia est donc sérieuse (oui, je donne dans le syllogisme aujourd'hui). Ou doit l'être pour justifier son rang d'encyclopédie. Le problème est le suivant : il suffit de parcourir nombre de pages — en particulier les meta — pour constater que tel n'est pas toujours le cas. J'ajoute, avec un brin de modestie (ou pas), que le présent blog le montre aussi amplement. Bien entendu, Wikipédia a redéfini les standards de l'encyclopédie : son triple caractère spécifique — en ligne, collective et instantanée — fait qu'il serait tout simplement ridicule de la construire exactement comme Diderot, D'Alembert ont conçu la leur. Ce qui n'empêche pas que le projet poursuivi est par essence sérieux, et qu'il n'est donc pas inutile de vérifier si cet objectif est atteint. Et si des moyens idoines sont utilisés en ce sens (pas d'encyclopédie sans un minimum de rigueur). Un "problème" surgit alors dans cette perspective : Wikipédia est réalisée par des bénévoles, elle est un loisir, ce qui, à première vue, mais à première vue seulement, ne va pas de paire avec l'exigence de sérieux. Mais je vais revenir sur tous ces points.

 

 

Du "sérieux" de Wikipédia : une méthodologie adaptée

 

Pour veiller à la fiabilité du contenu, et en tenant ainsi compte du fait qu'aucun contributeur ne maîtrise tous les sujets et qu'une thématique peut ne pas avoir de contributeurs suffisamment compétents pour identifier les informations erronées, des règles très précises et assez rigoureuses quant à l'ajout d'informations ont été établies. La première, primordiale : l'exigence de sources de qualités à l'appui des éléments insérés. La deuxième, tout aussi fondamentale, bien qu'elle ne soit en principe pas exigée d'une encyclopédie digne de ce nom basée avant tout sur la vérité, autrement dit l'étalage des connaissances humaines à un instant t quitte à privilégier certaines thèses par rapport à d'autres1, est la neutralité de point de vue. La troisième, enfin, du reste corollaire découlant naturellement des deux premières, est l'interdiction de ce que l'on appelle dans le jargon wikipédien le travail inédit (TI), c'est-à-dire l'interdiction, non seulement de présenter comme établies des thèses jamais prouvées (c'est fondamental pour préserver les articles scientifiques), mais également l'impossibilité d'établir des synthèses inédites : un article de Wikipédia présente synthéthiquement les informations, mais doit le faire selon un plan et un assemblages déjà effectués par le passé. Le respect de ces méthodes et exigences est, en principe, garantie de la fiabilité et donc du sérieux des informations. Mais, du principe à la pratique, il y a un gouffre ici béant : de nombreux articles, les ébauches notamment, ne contiennent aucune source, ne sont pas constamment suivis comme ils le devraient2 (des vandalismes risquent donc d'y être insérés), et surtout, surtout, constituent des travaux inédits à la neutralité douteuse. Ne nous voilons pas la face, la plupart des articles sur des oeuvres artistiques ou littéraires ne respectent pas ces exigences. Wikipédia a donc les outils pour être une encyclopédie rigoureuse et sérieuse, mais cela reste encore largement à l'état de potentiel, voire de voeu pieux. Et l'inapplication des règles et principes censés le garantir n'est hélas pas la seule explication, même si ce qui suit, comme je vais l'expliquer, sera largement subjectif.

 

 

Débat sur l'encyclopédicité autour de contenus de toute façon perfectibles 

 

Wikipédia est sérieuse dans son contenu, ou du moins une partie de celui-ci selon les différentes visions qui s'accordent sur ce point : tout (les sciences, la littérature, l'art, l'histoire, la géographie ...) ce qui a toujours fait l'objet de traitements encyclopédiques — les vieux livres poussiéreux dont je parlais en introduction — figure évidemment sur Wikipédia. Ces thématiques sont incontestables, et leur présence est pour tous garantie de sérieux, à condition évidemment que le traitement soit à la hauteur (voir paragraphe précédent). Le problème vient du reste. De ce qui ne correspond pas aux standards classiques d'une encylopédie. Des catcheurs et des Pokemons3. C'est bien sûr un autre débat sur la notion même d'encyclopédie (marronnier) que de disserter sur cette question, mais elle est très largement présente en filigrane : pour ceux qui estiment ces articles indignes de figurer sur Wikipédia car non-encyclopédiques (pour largement grossir le trait), Wikipédia, en les incorporant, n'est pas une "vraie" encyclopédie, n'est donc pas sérieuse. Cette vision, bien sûr, n'est pas consensuelle, mais elle existe, est assez vivace et, par conséquent, le caractère sérieux du contenu de Wikipédia ne fait pas l'unanimité et est sujet à caution. C'est toute la différence entre le sérieux de l'approche, de la méthode et de la forme, loué dans le paragraphe précédent, et le sérieux du fond, des informations présentes, largement critiquable et critiqué.

 

 

Le folklore wikipédien

 

Et encore, je péche sans doute par optimisme : peut-on parler de sérieux quant à la forme quand on voit le folklore entourant régulièrement le fonctionnement communautaire, entre des règlements de compte à tout va sur fond d'affrontements claniques (franchement, certains débats sur le Bulletin des administrateurs font penser, au choix, à une cour de récréation ou à OK Corral, ce qui n'a franchement rien de sérieux), un Bistro qui n'est là que pour la rigolade ou presque alors qu'il devrait servir aussi et surtout d'outil de travail et de coordination — même si j'ai bien conscience que se détendre entre contributeurs est aussi utile pour mieux repartir au travail, et qu'une bonne ambiance est le seul moyen de recruter et de garder des bons contributeurs — et la somme pas si faible que cela de contributeurs présents pour on ne sait quelles raisons (publicité, vandalisme, réseautage social) mais, en tout cas, pas vraiment pour construire une encyclopédie ? Cela fait partie du folklore wikipédien, mélange de défauts inhérents au fonctionnement communautaire, à la construction collective et à Internet, mais qui sont susceptibles d'altérer la perception qu'ont les tiers de ce projet. Soyons réaliste : si un lecteur non habitué de Wikipédia tombe par hasard sur une de ces sections sur le BA dont on a le secret, ou sur une blague de Bistro à l'esprit si particulier qu'elle n'est accessible qu'aux seuls Wikipédiens, il se demandera spontanément si c'est bien sur un projet d'encyclopédie qu'il figure. En tout cas, il risque d'avoir du mal à prendre les articles au sérieux, après cela. Quand bien même tout ce folklore ne concerne pas l'espace encyclopédique, et ne l'affecte pas directement, les risques d'effets indirects négatifs existent. En terme d'image, c'est à mon sens assez dévastateur.

 

Enfin, il y a un dernier paramètre à prendre en considération : c'est que les Wikipédiens sont des bénévoles. Et qui dit bénévolat dit plaisir (car, à moins d'être masochiste, on ne fait gratuitement que des choses indispensables ou qui nous apportent du plaisir4). Or, le plaisir est synonyme de joie, de bonheur, mais aussi de loisirs et de frivolité. Donc de non-sérieux. 

 

 

Le plaisir sur Wikipédia

 

Wikipédia doit être sérieuse (et ne l'est donc pas toujours) mais, paradoxalement, il n'y a pas de Wikipédia sans plaisir. Quel plaisir retirent donc les contributeurs de Wikipédia ? Un plaisir altruiste, celui d'offrir, de partager savoirs, connaissances et temps dans une entreprise collective qui paraissait folle au départ. Ou plaisir d'aider à cette entreprise, en faisant de la maintenance par exemple. C'est une des principales beautés de Wikipédia que de voir des passionnés faire part de ce qu'ils aiment et connaissent avec aucun autre souci en tête que de se dire que cela rendra service à celui qui le lira. Cette philosophie libriste et surtout altruiste est l'essence-même de la réussite, au moins quantitative, de Wikipédia. Réussite qui ne cesse de m'étonner, dans le bon sens du terme. Il faut donc garder ce plaisir, du reste partagé par tous les contributeurs, quelle que soit leur sensibilité : les pro et anti-Pokemon prennent plaisir à contribuer et à tirer l'encyclopédie vers le sens qui leur convient. Et le garder est essentiel à la survie de Wikipédia, comme déjà dit, sinon il n'y aura plus de contributeurs. D'où l'importance essentielle, aussi, du quatrième principe fondateur car les attaques personnelles et une mauvaise ambiance peuvent être à l'origine de démotivations donc de pertes de contributeurs. Du reste, il semble que le nombre de contributeurs n'augmente plus.

 

 

Conclusion

 

Il ne peut donc pas y avoir de Wikipédia sans plaisir ni sérieux. La différence, c'est que le premier est une condition de l'existence-même du projet, alors que le second n'est qu'affaire de méthode et surtout d'objectif. Il serait donc plus correct d'écrire que le projet mourra sans plaisir, et qu'il se contentera de ne pas être à la hauteur de ses ambitions sans sérieux. Mais il existera toujours. La preuve en est, comme expliqué : Wikipédia n'est pas encore suffisamment sérieuse dans son contenu (quel que soit le biais que l'on prend pour évaluer cela), beaucoup de travail restant à faire, de peaufinages,  de retouches, d'examens rigoureux, de créations et, selon une partie de la communauté qu'on ne peut négliger, de suppressions. Wikipédia aura atteint son but de sérieux une fois ceci fait, une fois reconnue comme encyclopédie en tant que telle par les acteurs et institutions culturels et scientifiques. C'est en bonne voie, mais en voie seulement. Et les outils et bases du projets, établis, eux, avec sérieux, permettront d'y arriver. Mais en attendant, et histoire de nourrir le troll, la réponse, actuellement, à la question posée en titre est : "Non".

 

 

1. Depuis le temps que je dois d'ailleurs y revenir, il serait temps que je m'y mette ...

2. Peut-être, qui sait, parce qu'il n'y a plus assez de contributeurs.

3. Pour simplifier, et même caricaturer, à outrance.

4. Vous m'objecterez alors que le masochiste aime souffrir. Et que donc, s'il fait des choses qui ne lui plaisent pas, il en tirera du plaisir de par la souffrance morale tirée de la réalisation de choses déplaisantes. Autrement dit, ce que je dis n'a aucun sens. Mais vous le saviez déjà.

Commenter cet article

Ffuucx 02/03/2011 23:10



Je trouve toujours l'article excellent. Trois petites remarques. Ce que vos appellez le "folkore wikipédien" se retrouve dans toutes les organisations (entreprises syndicats, partis
politiques etc.) . Par ailleurs, je trouve que vous faites une opposition entre plaisir et sérieux trop forte. On peut trouver du plaisir à faire sérieux. Enfin je pense que Wikipédia est
finalement assez reconnu mais que nous avons un rôle de support qui fait qu'on n'a pas vocation à être "médiatisé". On nous utilise beaucoup. Peut-être trop et cela rend parfois la
surveillance des examens plus délicate : il n'est pas si facile que cela de détecter les portables mais c'est un autre problème.



Pierrot le Chroniqueur 03/03/2011 09:46



Merci (que de compliments, je suis gâté ! Cela me change de la volée de bois vert récoltée après le billet sur les clans ). Trois remarques, donc trois réponses :


Oui, j'ai justement pondéré ce jugement sur le folklore en relevant, qu'avant d'être exclusif à Wikipédia, il est d'abord dû aux contingences nées de tout
fonctinnement communautaire et de la Toile (par claviers, c'est plus simple d'être agressif, par exemple) : "Cela fait partie du folklore wikipédien, mélange de défauts inhérents au
fonctionnement communautaire, à la construction collective et à Internet, mais qui sont susceptibles d'altérer la perception qu'ont les tiers de ce projet".

Comme je l'indiquais à Starus, chacun voit midi à sa porte quant au plaisir retiré de sa contribution à Wikipédia. Et on peut prendre du plaisir à faire sérieux
(et même à l'être). Même si c'est un peu paradoxal.

Wikipédia est maintenant connue, c'est une référence. Le réflexe de nombreux internautes est de la consulter lorsqu'ils recherchent des informations à caractère
encylopédique. Ce qui ne la rend pas plus fiable pour autant.




Starus 02/03/2011 19:26


Très juste et très intéressant, mais je pense à deux éléments complémentaires : 1. On peut faire les choses sérieusement sans pour autant *se prendre au sérieux*, c'est à mon avis une des clefs du
plaisir. Mais le risque est que ce "décalage" demeure incompris. A l'inverse certains se prennent trop au sérieux tout en contribuant de manière absolument pas sérieuse (contenu, orthographe,
pertinence...) 2. Tu oublies la 3e voie : celles des non suppressionnistes et des non inclusionnistes : peu importe qu'un article paraisse ne pas avoir sa place dans une encyclopédie, tant qu'il
n'a pas d'influence pub ou promo, en revanche DANS les articles, vouloir insérer à tout prix tout détail ou anecdote a priori futile est une erreur beaucoup plus préjudiciable. La dernière fois que
je l'ai signalé, on m'a répondu qu'il me faudrait réécrire TOUT Wikipédia alors.... Nuance, toujours.... (c la dernière fois que j'écris tout ça depuis un téléphone !!!)


Pierrot le Chroniqueur 03/03/2011 09:37



Pour répondre à tes deux remarques : 


Chacun trouve midi à sa porte et se fait plaisir sur Wikipédia comme il l'entend. Mais c'est sûr que ne pas se prendre au sérieux (tout en contribuant
honnêtement) n'est pas forcément très bien compris. Un exemple particulièrement éloquent, à mon sens, est Irønie et ses candidatures. Clairement, il (elle... ) ne se prend pas au sérieux, mais la perception qu'il donne ainsi est particulièrement clivante. Tu as parfaitement raison
pour la deuxième catégorie que tu pointes : certains passent leur temps à donner des leçons, sérieux comme des papes, sans être énormément productifs par ailleurs. Mais je ne donnerai pas de
noms. D'autant plus que je ne suis sans doute pas exempt de tout reproche : le temps passé à écrire ce blog, c'est autant de temps en moins pour les articles, j'en suis conscient.

Bien entendu, la plupart des contributeurs ne se définissent pas comme inclusionniste ou suppressioniste. Mais tous ceux qui participent aux Pages à supprimer ont
forcément leur propore sensibilité, plus ou moins inclusionniste ou suppressionniste, qui se dégage malgré eux. Je ne suis pas d'accord avec toi lorsque tu dis qu'un article qui ne semble pas
encyclopédique ne pose pas de problème tant qu'il n'est pas promotionnel. S'il est si indigent et si peu pertinent que cela, sa présence est nuisible à la qualité de Wikipédia, à mon sens. Mais
c'est probablement ma sensibilité qui remonte ...




O2 02/03/2011 18:57



Très bon article, Pierrot.



Pierrot le Chroniqueur 02/03/2011 20:59



Merci O2. 



Argos 26/02/2011 14:59



C'est toujours en ligne (grace à l'aide de mon RSS reader) :)



Pierrot le Chroniqueur 27/02/2011 07:44



Ah ... Je vais faire l'effort de répondre à fuucx quand même, dans ce cas.



Fuucx 25/02/2011 13:02



J'ai vraiment du mal à écrire quand je ne peux pas corriger après



Fuucx 25/02/2011 10:55



J'aprécie beaucoup votre réflexion du jour. En effet ces derniers temps je trouvais qu'on réflichissait  moins sur ce qu'était une encyclopédie ou du moins, qu'on en parlait moins. Or
je crois qu'une telle réflexion est utile aux contributrices et contributeurs  et qu'elle influe, de manière indirecte mais malgré tou réelle,  sur leur pratique. Par
ailleurs, je crois qu'on ne réfléchit pas assez à la manière dont souvent on est nommé. On parle parfois de site et non d'encyclopédie; de fiches et non d'articles. Sur ce point il
y a beaucoup à penser car on voit que cette appellation est souvent employée par les articles concernant des personnes. 



Pierrot le Chroniqueur 27/02/2011 07:47



Essayer d'influer, à mon modeste niveau, sur le comportement des contributeurs (pour qu'ils s'améliorent et leur donner de bons conseils) est une de mes volontés. J'espère que ça marche (au moins
un peu). Parler de "fiches" est effectivement exact, hélas, dans les faits (tant certaines biographies sont indigentes) mais ne l'est pas en principe, puisqu'une encyclopédie fait des
articles. Mais je poursuivrai cela dans le billet, quand il sera complet.