Publié par Pierrot le Chroniqueur

Me prenant parfois pour un philosophe sans avoir l'outrecuidance d'en revendiquer l'état, il m'arrive d'errer dans les couloirs poussiéreux de quelques bibliothèques ou librairies fleurant bon le cuir des couvertures anciennes, l'encaustique et les toiles d'araignées1, afin d'entrenir mon propre mythe du penseur méditant sur la condition humaine (enfin, plus basiquement wikipédienne dans mon cas) isolé de l'agitation du monde mais y restant quand même2. Parce qu'on ne sait jamais ce qu'on peut trouver dans ces rayonnages, tapis sous une épaisse couche de poussière (ou pas)

 

Usant de cette promenade quasi-bucolique3, je suis tombé sur un livre de Jean-François Revel, dont le titre m'a immédiatement interpellé. La Connaissance inutile. Tout un questionnement, et finalement une vraie aubaine pour une personne comme moi : non seulement est posé en un titre la question de l'utilité de la connaissance (enfin, de l'intégralité la connaissance, grande question wikipédienne) mais le contenu, portant plus sur la question de la décision et du débat (par le public) en regard de l'information disponible (ou plutôt de la pléthore informative) et des formes prises à l'époque, reste intellectuellement réjouissant et donne un regain d'intérêt pour moi à la question du traitement des pages politiques (et du militantisme sous-jacent), entre autres choses. J'ai également pu noter, comme il est signalé dans un blog (j'ai fait une petite recherche quand même sur le livre), que cette théorie a déjà été étendue aux affres et providences du cyber-espace.

 

S'il est hors de question pour moi de venir développer une réflexion sur l'aspect "numérique" de l'information (ce n'est pas le sujet de ce blog, de toute manière), j'en profite pour reposer les quelques questions qui, à mon sens, sont causes de divisions profondes dans l'approche même de la construction wikipédienne au regard même de l'existence de la connaissance inutile :

  • l'admissibilité d'un sujet au sein de Wikipédia est-elle synonyme de présence dans l'information ou la connaissance ?
  • le développement d'un sujet dans Wikipédia doit-il s'adosser à toute l'information ou à toute la connaissance disponibles sur le sujet ?
  • l'apport d'une information est-elle forcément positive (en rapport avec la question précédente) dans Wikipédia ?
  • la neutralité de point de vue s'accomode-t-elle avec le tri de l'information/connaissance ?
  • la capacité au tri de la connaissance est-elle nécessaire ou optionnelle au sein de Wikipédia ?

Et d'autres, bien entendu. Quoiqu'il en soit, je vous conseille la lecture de la Connaissance inutile (et aussi de mon blog, même si le talent n'est pas le même).

 

1. Figurativement parlant.

2. Géographiquement parlant.

3. Spirituellement parlant. Bien sûr.

Commenter cet article

Jean-Frédéric 12/06/2011 11:24


Définir Commons comme un stock de fichiers utiles aux projets est épouvantablement réducteur − quand des pages d’aide le sous-entendent, faut corriger. Mais bon, en fait, je n’ai pas grand chose à
dire sur le sujet. Oui, tout un chacun peut trouver des fichiers sur Commons complètement WTF. Ya des tas de facteurs qui font que Commons est profondément "inclusionniste" (pour reprendre une
terminologie WPienne) : problème de subjectivité concernant l’« inutilité » d‘un fichier, respect pour l’auteur plus marqué que sur WP, risque d’ouvrir la porte à toutes les fenêtres, etc. Mais
selon moi, on arrive surtout à une question simple : on gagne quoi exactement à faire la chasse aux fichiers « inutiles » puis à en discuter pendant trois plombes ? Alors qu’on a déjà les copyvios,
les photos de personnes identifiables, les « contenus controversés », les non-catégorisés, etc., bref des problèmes autrement plus importants qu’on a déjà du mal à gérer.


Pierrot le Chroniqueur 13/06/2011 09:23



Epouvantablement réducteur, je n'en sais trop rien (et ça dépend ce qu'on entend par là). Après, en me basant sur tes commentaires, je m'interroge sur l'existence de critères d'admission qui
réaffirment cette notion d'utilité ("le périmètre d'action de Commons est délimité" in Commons:bienvenue, et bien entendu ceci).


Après les priorités des uns ne sont pas celles des autres.



Jean-Frédéric 11/06/2011 17:33


Ah oui tiens. Bon, après un petit lifting bien nécessaire, [[Commons:Bienvenue]] n’annonce plus que les fichiers doivent être
utiles aux projets. Hop.


Pierrot le Chroniqueur 12/06/2011 09:16



Ce n'est pas exactement la "solution" que je souhaitais...



concombre démasqué 10/06/2011 21:08



dans mon vieux dico papier de 1998 il y avait fukushima en 2 lignes et sur wikipedia 2007 il y avait un article sur centrale nucléaire de fukushima en 5 lignes, c'est cette année que ces
informations ont fait sens. la connaissance est une construction complexe, le rassemblement, l'appariement d'infos aussi, les outils internet, wiki et autres ont tout révolutionné et il est
difficile d'évaluer l'ampleur du bouleversement. je pense qu'il est inutile de s'agripper à nos vieilles références. c'est un nouveau monde pas forcément meilleur peut être pas pire.



Pierrot le Chroniqueur 10/06/2011 21:25



Tu m'expliqueras le rapport entre "Fukushima 1998" et "Fukushima 2011", et en quoi ces informations ont fait "sens". Et le rapport à internet. Et le reste, d'ailleurs. 



Jean-Frédéric 10/06/2011 00:26


« puisque des projets Wikimedia existent dans d'autres cadres éditoriaux, pourquoi les Wikipedia (et dans une moindre mesure, Commons) ont-elles tendance à s'écarter du sien ? » Hum ? En quoi
Commons « s’écarte de son cadre éditorial » ? (et quel serait-il selon toi ?)


Pierrot le Chroniqueur 10/06/2011 12:07



Il me semblait que le contenu de Commons s'inscrivait dans une perspective "pédagogico-documentaire", comme l'indique "Sont ainsi centralisés des médias libres, utiles aux projets, tels
que photographies, dessins, schémas, musiques, textes écrits et parlés, animations et vidéos." (in Commons:Bienvenue). On peut parfois trouver des documents qui n'ont pas grand chose
d'utile aux projets .


Ceci étant dit, c'est pas faute non plus d'avoir demandé à des gens d'expliquer ce qu'est Commons dans ces colonnes. Si ça te dit ?



Fuucx 09/06/2011 19:09



Dans les cours on distingue souvent données brutes et informations. De mémoire on dit qu'une information  est constituée de données brutes qui ont été ont été traitées de
façon à leur donner un sens et une pertinence pour la ou les personnes aux quelles on la destine



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 21:29



Donc, une encyclopédie qui compile des informations n'est pas un catalogue de données brutes, avec cette définition.



Ludo 09/06/2011 15:41



Ok. On s'est écarté de l'idée initiale. On va dire que je me suis mal exprimé.


Je te disais donc que de nombreuses entrées de mon encylopédie Larousse (je cite ce nom, l'ayant eu, jeune) ne sont pas contextualisées. Elles ne le sont pas parce qu'il leur manque
toutes une série d'information nécessaire pour justement contextualiser cet objet dans le temps et l'espace.


Donc une encyclopédie est aussi, en partie, un assemblage de données brutes.



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 15:48



J'ai bien dit : un tout. Un peu comme un annuaire. Je n'ai jamais nié que les encyclopédies ne possédaient pas des parties de données brutes (ou contextualisées a minima).


Le fait de pouvoir "pousser les murs" sur Wikipédia en créant des articles gigantesques (sans fork inutile) est un énorme avantage, je crois que nous sommes (tous) d'accord par rapport à une
version papier. Un énorme avantage, mais qui peut cependant être "piégeux" si le filtrage de la connaissance inutile n'est pas fait correctement.



Ludo 09/06/2011 15:29



Parler de l'histoire géologique d'une entité géographique c'est parler de l'entité. Je ne vois pas au nom de quoi on exclurait du sujet des notions historiques au motif que le sujet est
géographique.



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 15:36



Pour les mêmes raisons que l'on n'est pas obligé de décrire la lignée génétique de l'éléphant d'Afrique pour décrire l'éléphant d'Afrique. Et parce que c'est plus simple de ne pas faire grand
chose que de s'embêter à le faire



Ludo 09/06/2011 15:22



Mouaih. Tu sembles confondre l'envrionnement géographique d'une entité (son altitude, la région dans laquelle elle se trouve, son altitude, le canton, etc.) et son contexte qui pour une commune
peut-être son histoire (pourquoi l'homme s'est installé ici) ou pour une montagne son histoire géologique qui peut permettre de comprendre/expliquer son origine, sa forme, ses mouvements, etc.


Voilà pourquoi je pense que beaucoup d'entrées dans la belle encyclopédie que j'ai laissé chez mes parents sont dénuées de contexte.



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 15:26



Je te parle de géographie, pas d'histoire ou de géologie. C'est bien pour ça que j'ai indiqué que l'entrée était très incomplète (contextualisé minimum minimorum).



Ludo 09/06/2011 14:51



Je te cite Pierrot même dans les encyclopédies que l'on peut consulter, les faits bruts sont contextualisés. Moyennement d'accord. Dans mon encyclopédie Larousse j'ai plein d'articles
contextualisés : on m'explique la genèse de la première guerre mondiale, son déroulement et ses conséquences. Par contre, j'y trouve aussi bon nombre d'articles sur de petites entitées
géographiques avec une absence totale de contexte. Ville XX, yyyy habitants, chef-lieu de canton. Mont-Trucmuche, altitude zzzz mètres, massif. 



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 15:08



Excellente remarque. Sauf qu'en fait, ils le sont. Clique sur le lien bleu .


Blague à part, la contextualisation est le filtre minimum nécessaire à la compréhension des informations proposées. Le contexte même est donné par le cadre entité géographique (et
administrative). Ceci dit, ce que tu notes est un développement (très largement) insuffisant. Mais de manière "évidente" (car sur ce point, je reste un peu dubitatif personnellement), produire
une entrée sur une division administrative française est traditionnellement encyclopédique, en France. Les collines importantes aussi


En fait, la géographie "basique" possède un gros avantage par rapport à quantité d'autres entrées potentielles : ses bases sont acquises tôt (ville, hauteur, habitants), l'importance des objets
étant souvent assimilés à leur statut.



Ludo 09/06/2011 14:48



Pour répondre au Concombre masqué, j'ai effectivement parlé de frontière entre information et connaissance mais mon idée est plutôt comme la tienne, quelque chose de graduel. Avec des choses
relevant clairement de la connaissance et d'autres de l'information, mais au milieu d'autres où c'est plus flou. Et comme chacun possède son feeling sur le sujet. Il y a formations des choses que
vues comme de l'information par certain mais comme de la connaissance par d'autres. En conséquence si on doit exclure de WP toutes informations qui ne soient pas de la Connaissance©, on se heurte
à des pbs d'interprétations (on le voit tous les jours en PàS).



Le concombre masqué 09/06/2011 14:05



Même si on admet la disctinction information/connaissance comme le suggère Ludo avec prudence (et à mon sens c'est plutôt une gradation très progressive entre des extrêmes allant de "l'évolution
est régie par la théorie de Darwin" à "mon boulanger vend les croissants quatre-vingt centimes"), il n'y a en effet pas consensus pour savoir si l'information pure a ou non sa place dans une
encyclopédie.



Pour ma part, je pense que oui, tout à fait. Ce sans doute d'une part parce que c'est ce que je vais chercher quand je consulte Wikipédia comme lecteur (pour la "connaissance" et sauf article
miraculeusement écrit par un éditeur compétent -ça existe- Wikipédia montre très vite ses limites), mais aussi parce que c'est parfaitement commun dans des encyclopédies ou dictionnaires
encyclopédiques en papier.


Le camp d'"en face" me semble souvent plein de contradictions, assurant se battre pour n'admettre que la Connaissance, mais y admettant l'information déclarée "suffisamment importante" (genre
"Fanjeaux est chef-lieu de canton", ou "Armand Meffre est l'acteur qui joue Philoxéne dans Jean de Florette", ou "Manuela Maaleva a été
battue en quart de finale à Roland Garros en 1990") sans qu'il soit facile de comprendre ce qu'ils entendent par "suffisamment important" (un de leurs dadas favoris pour mesurer l'importance est
l'existence de "conséquences", la maîtrise des chaînes de causalité leur paraît le Graal de la Connaissance - mais j'ai du mal à comprendre comment cet argument  justifierait le caractère
"encyclopédique" des trois exemples d'informations disponibles sur Wikipédia que je propose ci-dessus.)


(Toutes ces remarques sont totalement déconnectées du bouquin de Revel, que je n'ai pas lu et dont je n'ai aucune idée du contenu ; disons que j'étiquette le bonhomme "vieux réac ratiocinateur et
emmerdant" mais en ne le connaissant guère :-)).



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 14:34



Pour moi, la distinction est essentiellement (dans cette optique) de l'instant. Et c'est justement une des raisons pour lesquelles l'information (le fait brut donné) n'a pas sa place dans une
encyclopédie. C'est d'ailleurs aussi - à mon sens - pourquoi on ne trouve pas de livres références (je parle bien de livres, pas d'annuaires) composés de faits bruts : même dans
les encyclopédies que l'on peut consulter, les faits bruts sont contextualisés.


Je m'explique : aucune information ne peut être perçue, dans n'importe quel contexte, sans filtre (culturel, par exemple, ou marchand), si anodin soit-il, pour en apprécier les conséquences.
L'information "le soleil brille" sera perçue différemment par un touriste, un professionnel du tourisme, un agriculteur et j'en passe. Le rôle de Wikipédia n'est pas de rendre compte d'un état
éphémère sans justement privilégier une contextualisation (donner les filtes en plus), une hiérarchisation et une causalité (pour reprendre une partie de ton expression) dans la construction de
l'article. Je me situe indubitablement dans ton camp d'en face, je crois.


Si je peux me permettre, je vais en rajouter une couche. Le seul point commun à mon camp d'en face, c'est la volonté manifeste d'absence de sélection. Le cas est plus embêtant,
car la frontière avant la mutation définitive de Wikipédia en skyblog est plus que perméable.


P.S. : tes exemples ne me semblent pas illustrer tant que ça ton propos. Je peux me tromper, bien sûr.



Ludo 09/06/2011 13:46



Bonne réflexion. Elle repose néanmoins sur une bonne délimitation entre connaissance et information. Mais, dans le cas de Wikipédia, on se heurte au fait que cette délimitation n'est pas au même
endroit pour tous.


Ainsi si tu trouves des réponses à tes questions, il est clair qu'elles pourront être interprétées différements selon les individus.



Pierrot le Chroniqueur 09/06/2011 14:11



J.-F. Revel parle bien de connaissance plus que d'information, d'où son titre.


Le distingo entre les deux termes connaissance et information peut être effectivement difficile à appréhender, mais la question reste cependant cruciale (une information non
"digérée" produit souvent une connaissance inutile) dans beaucoup de cadres, comprenant Wikipédia. Ce qui me permet également d'embrayer sur une autre question : puisque des projets Wikimedia
existent dans d'autres cadres éditoriaux, pourquoi les Wikipedia (et dans une moindre mesure, Commons) ont-elles tendance à s'écarter du sien ? La question n'est pas innocente, et les
implications sont multiples.


On sent que le baccalauréat de philosophie approche, en France