Publié par Pierrot le Chroniqueur

J'ai lu avec intérêt les deux derniers billets de Gentil Hibou (GH pour les intimes) sur son blog "Chroniques wikipédiennes", et me réjouis d'ailleurs de cette reprise d'activité. Pour mémoire, son blog est pour moi une très captivante source d'inspiration. Je vais plus particulièrement rebondir sur son neuvième billet et, disons-le tout de go, je suis en désaccord avec à peu près tout. Et plus encore. Beaucoup de points absolument fondamentaux de ce qui fait Wikipédia dans son essence-même me semblent galvaudés, voire détournés de leurs buts, dans cette analyse de GH. Cinq affirmations (argumentées, certes) sont à mon sens fausses, ou au moins largement critiquables, et je vais bien entendu dire en quoi :

 

  • Wikipédia redéfinirait sans cesse et spontanément le concept d'encyclopédie.
  • Wikipédia écrirait l'Histoire.
  • Les articles d'actualité seraient par conséquent indispensables en tant que témoignages historiques.
  • Wikipédia participerait au moins à la "mondialisation de l'Histoire".
  • Il faudrait faire venir des experts en les rémunérant.

 

 

De la redéfinition spontanée et chronique de la notion d'encyclopédie par et sur Wikipédia

 

La première des choses à en dire, c'est que c'est en totale contradiction avec rien de moins que le premier principe fondateur de Wikipédia. On pourrait objecter que, d'un point de vue purement formel, ce n'est pas le cas : si on redéfinit l'encyclopédie en fonction de ce que l'on veut et des usages en cours, on reste dans l'absolu en conformité avec ce principe. Sauf qu'un tel raisonnement connaît tout de suite ses limites, ou plutôt son absence de limites : c'est la porte ouverte à une certaine forme d'anarchie pseudo-encyclopédique où chacun aurait toute latitude pour "redéfinir" le concept d'encyclopédie afin d'y faire figurer tout et n'importe quoi. 

 

En réalité, la redéfinition de la notion d'encyclopédie qu'ont provoquée la création puis le développement de Wikipédia est simplement formelle : ce qui a changé ici, c'est que l'encyclopédie, mue par les developpements techniques de l'époque, est ici instantanée et collective ; le caractère collaboratif ayant, lui, conduit à la prévalence de la neutralité de point de vue au détriment de l'exposition de la connaissance pure. Mais je m'égare. Ce qui importe, c'est que cette redéfinition n'a rien d'évolutive (elle est inhérente à la nature de Wikipédia), et qu'elle ne concerne pas le contenu proprement dit mais la manière de l'appréhender et de le rédiger. L'ambition de départ est d'écrire une encyclopédie. Si tel n'est plus le cas, on change l'objectif, mais on ne prétend pas changer la définition de cet objectif, la nature-même d'un concept pour se voiler la face, se donner bonne conscience et continuer à faire comme si. Wikipédia est peut-être un phénomène, mais de là à lui conférer des pouvoirs qu'elle n'a pas, il y a une sacrée marge... Je crois qu'il y aurait en fait beaucoup à dire sur cette théorie de la redéfinition évolutive, et j'en ferai donc très prochainement un billet complémentaire bien plus développé.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/01/The_Historians%27_History_of_the_World_-_Title_Page.jpg 

 

Wikipédia ne fait pas l'Histoire. Elle en rend seulement compte

 

Gentil Hibou écrit que Wikipédia a une "capacité à intégrer progressivement de nouveaux regards sur les événements", ce qui en fait "un modèle de construction historique". Tout en relevant tout de même que Wikipédia n'est qu'un "brouillon de l'Histoire", un "instantané de la vision contemporaine des événements". C'est "déjà beaucoup", certes, mais c'est insuffisant, à mon sens, pour prétendre que l'encyclopédie collaborative en ligne fait œuvre historique. Je vois déjà un énorme paradoxe dans le raisonnement de GH : il explique, et je suis on ne peut plus d'accord, que Wikipédia, c'est son rôle, ne fait qu'exposer la connaissance à l'instant-même où la rédaction est effectuée1, et que cela vaut aussi pour l'histoire : il s'agit juste de répercuter les événements contemporains. Sauf que, dans ce cas, il ne s'agit nullement d'un "modèle de construction historique" : Wikipédia rend compte mais ne construit pas. Ce n'est pas le rôle de Wikipédia, en vertu de ses principes fondateurs, de déterminer ce qui mérite ou non d'être dans l'Histoire, encore moins de l'écrire ou de la réécrire. Les Wikipédiens ne font pas de recherches originales et inédites, ne font pas d'analyses propres, ne sont pas chargés d'enquêter, de faire des révélations ou des fouilles archéologiques. Contrairement à ce que prétend GH, ils ne raisonnent donc pas en historiens. Mieux, ils ne doivent surtout pas le faire, sans quoi c'est la nature-même de Wikipédia et de ses fondements qu'il conviendrait de remettre à plat. En conséquence de quoi la place des articles d'actualité sur Wikipédia est à mon sens beaucoup plus litigieuse que ce que GH veut bien dire. Mais je vais développer ce point dans le paragraphe suivant. 

 

Un autre argument de GH, sans doute conscient de la faille, est alors de dire que Wikipédia, en récoltant le plus de données possibles, y compris et surtout sur l'actualité, permet la compilation d'éléments a priori insignifiants, mais qui seraient plus tard, bien plus tard, jugés déterminants (mais le problème est alors qu'on ne peut pas savoir l'avance. Doit-on donc en conclure qu'il faut être le plus exhaustif possible ? Alors même, comme je vais l'expliquer ci-après, que Wikipédia est destinée aux générations présentes ? Plus que discutable. Ou alors on change partiellement la raison d'être de cette encyclopédie). Ou, plus prosaïquement, qui seraient considérés comme révélateurs de la société de notre époque et seraient étudiés à ce titre. C'est le principe de la microhistoire qui consiste, en très gros, à appliquer à l'historiographie le cheminement de l'étude du particulier pour découvrir autrement le général. Comprendre la grande Histoire à travers la petite, l'étude d'événements inaperçus, de trajectoires individuelles, etc. C'est très intéressant sur le principe, et l'argument est à première vue très séduisant. Je vois pourtant un net écueil : Wikipédia n'a pas à privilégier la microhistoire en particulier, c'est prendre un indéniable biais qui déforme le travail historique classique, presqu'une sorte de prise de position. Mais ce n'est pas le plus problématique. Les Wikipédiens travaillent (ou devraient travailler) en fonction des principes fondateurs et des règles et critères adoptés par la communauté. L'objectif de Wikipédia, c'est de fournir l'ensemble des connaissances encyclopédiques de l'instant présent à la population d'aujourd'hui. On n'écrit pas des articles sur Wikipédia en se disant "ce n'est pas un important aujourd'hui, mais ce le sera peut-être plus tard, alors faisons fi des critères d'admissibilité et du premier principe fondateur. Si ça se trouve, j'entrerai dans l'Histoire". Non. Ce n'est pas le but de Wikipédia que de penser à quoi servira sa version morte et figée, pour peu qu'elle soit encore trouvable, dans les siècles à venir. De toute façon, pour ceux qui feront de la microhistoire, les meilleures sources seront et resteront évidemment les journaux de l'époque (aujourd'hui) étudiée. C'est ça le principe. Or, Wikipédia n'est pas un journal. Ou, en tout cas, ne devrait pas l'être.

 

 

Les articles d'actualité ...

 

Cela a déjà été maintes fois soulevé, la pertinence d'avoir sur Wikipédia des articles traitant de l'actualité est plus que douteuse. Au-delà de l'aspect potentiellement (et potentiellement seulement) historique de ces articles — aspect démonté dans le paragraphe précédent. Vous l'avez noté si vous suivez attentivement —, beaucoup de problèmes surgissent concernant les articles d'actualité. Qu'il s'agisse de faits divers (c'est là où se concentre l'essentiel de ces débats), de culture, de politique, de tout ce que vous voulez :

 

  • L'écueil principal est bien entendu, quel que soit le sujet en cause, le manque de recul par rapport à ce qui se passe. Et qui dit manque de recul dit logiquement difficultés à cerner la portée de l'événement, donc sa correspondance aux critères d'admissibilité (sauf cas évidents, comme par exemple les révolutions au sein du monde arabe. On approche là encore de près l'élément historique sous-jacent : il y a des événements qui sont naturellement et immédiatement historiques. Ceux-là ne posent pas de problèmes autres que ce qui concerne leur traitement. Mais il y a tous les autres. Pour lesquels il n'est pas raisonnable, comme expliqué plus haut, de postuler le caractère historique. Et encore moins de supputer sur son potentiel en la matière), et surtout, et c'est généralement corrélatif, impossibilité de trouver des sources qualitatives et optimales ayant déjà analysé synthétiquement ce qui s'est passé. Sans qu'on soit sûr, le cas échéant, que de telles sources existeront un jour. Autrement dit, de tels articles sont condamnés, au mieux dans un premier temps, à n'être que des synthèses inédites. Ou de simples revues de presses. Il n'y a alors aucun travail encyclopédique et on s'éloigne clairement des fondements et des objectifs de Wikipédia qui est alors, je n'hésite pas à le dire, dévoyée et nivelée par le bas. Ce n'est pas, contrairement à ce qu'affirme GH, faire preuve d'un "préjugé élitiste". C'est juste rappeler que Wikipédia est une encyclopédie, et non un organe de presse ou une expérimentation en temps réel en vue de futures études microhistoriques. Ce n'est pas pour autant que Wikipédia devient élitiste : les sujets dont l'admissibilité et le caractère encyclopédique ne peuvent être mis en doute par quiconque ne sont pas traités de telle manière qu'ils ne seraient accessibles qu'aux élites, bien au contraire, Wikipédia étant, faut-il encore le rappeler, une encyclopédie à la fois généraliste et spécialisée. De manière à ce que chacun y trouve son compte2. Et qu'on ne vienne pas m'expliquer que ces articles sont indispensables parce que c'est ce que le lecteur exige(rait) : un tel présupposé est invérifiable, voire fantasmagorique, et de toute façon Wikipédia n'est pas exclusivement réalisée pour le lecteur (non non). Ce n'est pas une société commerciale cherchant à séduire le plus de lecteurs-clients pour augmenter son rendement et son chiffre d'affaires. Wikipédia a un objectif socio-culturel clair : être une encyclopédie transmettant connaissances et savoirs. Ceux qui ne sont pas intéressés, on n'a aucune raison, sauf flatter notre ego en contemplant les chiffres de consultation, d'abaisser exigences, contenus et sujets traités pour les retenir par la manche. Wikipédia gagnera sur le moyen et long terme à réaffirmer, si besoin envers et contre la majorité externe, son identité originelle.
  • Wikipédia est une encyclopédie, et pas un site de news. Pour l'actualité, il existe Wikinews, un projet qui, certes, a du mal à décoller, mais qui a, lui, une identité journalistique. Et non encyclopédique. Si l'on veut absolument traiter l'actualité, alors il faut aller le faire sur l'espace dédié. Et donner une visibilité nouvelle à Wikinews, plutôt que de brouiller l'image renvoyée par Wikipédia, seule "encyclopédie" à traiter de l'immédiat sans le faire, c'est fatal, avec la rigueur qui caractérise ce qu'elle est censée être. À chacun sa fonction, celle d'une encyclopédie n'est pas de se substituer au site internet du Parisien3.
  • Il y a enfin une contradiction à vouloir, comme Gentil Hibou, favoriser l'émergence d'une Wikipédia tournée vers la simple transcription de l'actualité, et non la compilation des connaissances de notre temps, tout en prétendant perpétuellement redéfinir la notion d'encyclopédie : quoi que veulent les Wikipédiens — ou plutôt certains — il leur sera impossible de revoir de manière définitive (bonjour, dès lors, le mouvement perpétuel...) le concept d'encyclopédie, surtout en prétendant l'amalgamer à un simple média comme un autre. C'est une thèse absolument inapplicable car, honnêtement, plus qu'arrogante : c'est présupposer que Wikipédia aura une influence sur... l'Histoire. Et ça, rien n'est moins sûr. Une arrogance du reste savoureuse puisqu'émanant des mêmes qui fustigent le pseudo-élitisme qui marquerait le refus des autres d'accepter la déconstruction de Wikipédia en un site de news soi-disant faiseur d'Histoire, ou au moins de microhistoire. Contradiction, là encore. 

 

Enfin, il est à mon sens présomptueux de prétendre que les Wikipédiens n'ont aucun complexe à traiter de l'actualité. Pour les raisons de fond que je viens longuement de détailler, déjà. Et ensuite parce que c'est, je le crains, prendre ses souhaits pour des réalités. Cette PàS sur le grand fait divers français du moment en témoigne. Fut un temps, pas trop lointain, où ce genre d'articles était plutôt conservé (ric-rac), mais, depuis quelques temps, il y a un clair retour de balancier pour revenir aux origines de Wikipédia. Et de ce qu'est et doit être une encyclopédie stricto sensu. À se demander, décidément, quelle vision de l'encyclopédie est morte. Ou plutôt, en train de mourir. 

 

 

Wikipédia et la "mondialisation de l'Histoire"

 

Ou plutôt la mondialisation de l'étude de l'Histoire4. Car l'Histoire internationale (dans le sens où il y a des relations entre toutes et tous) s'écrit déjà depuis un bon moment. Là encore, GH péche, à mon sens, par présupposition audacieuse. Pour que Wikipédia participe à la mondialisation de (l'étude de) de l'Histoire par la seule grâce de ses interwikis, encore faudrait-il que cette mondialisation existe. De fait, l'Histoire renvoie encore énormément aux prismes régionaux voire nationaux : ce qu'on étudie avant tout, c'est l'histoire de son propre pays. Certes, et Wikipédia y participe, il est possible de s'intéresser à toutes les Histoires, mais on est encore très loin de voir cette possibilité globalement se concrétiser. Du reste, ces prismes sont nettement visibles sur toutes les Wikipédias : à quelques exceptions près, la Wikipédia francophone est bien plus développée en histoire francophone que les autres pays francophones, l'anglophone est dans la même situation avec les pays anglophones, et ainsi de suite... Les interwikis offrent des ouvertures, Internet de manière générale aussi, mais de là à en conclure que Wikipédia participe génialement à un vaste et irréversible mouvement de globalisation de l'Histoire... C'est un pas que, personnellement, je ne franchirai pas. Déjà parce que ces possibilités existaient bien avant Wikipédia, sans grand effet réel. Et ensuite parce que le temps où l'immense majorité des habitants de la planète connaîtra l'Histoire dans son ensemble, et non en se focalisant sur ce qui les concerne plus spécifiquement, est encore très lointain. Du moins c'est mon avis. Ce qui ne signifie pas pour autant que Wikipédia doit se contenter de la situation présente, naturellement. Si un jour, l'histoire de chaque pays y est développée comme l'est déjà l'histoire de France, alors la Wikipédia francophone sera bien sûr devenue une encyclopédie considérablement améliorée. Ne boudons pas notre plaisir : à défaut de mondialiser l'Histoire et d'abolir les frontières, l'encyclopédie en ligne doit offrir le plus de connaissances possibles sur ces sujets. Peut-être en faisant appel à des experts, à des historiens.

 

 

La rémunération des experts

 

Pour terminer mon commentaire du billet de GH, je vais revenir sur sa suggestion de rémunérer des experts pour qu'ils contribuent à Wikipédia. Déjà, je partage naturellement son constat5 : Wikipédia manque de contributeurs de très haute tenue, et cet état de fait freine indubitablement le développement qualitatif de l'encyclopédie. Chercher à recruter les contributeurs qui permettront de pallier ce problème, et ainsi de rendre Wikipédia plus fiable, donc plus respectée, donc plus utile, donc tendant vers la perfection et l'accomplissement de son objectif, est une nécessité. Et est déjà, légitimement, une préoccupation majeure de la Foundation et des associations locales.

 

Toutefois, il est exclu que la poursuite de cet indispensable objectif implique le changement de la nature et des principes fondateurs de Wikipédia. L'une des caractéristiques majeures et, à mon sens, non négociables de Wikipédia est qu'elle est libre et rédigée par des bénévoles. Non négociable parce que c'est le principe de base, l'idée originelle, qui a fait sa force, qui continue de la faire, et qui a séduit la planète entière : Wikipédia, l'encyclopédie que vous rédigez. Le préfixe "wiki" est évidemment fondamental. Un principe duquel découle naturellement l'égalité entre tous les contributeurs. Rémunérer une partie d'entre eux, c'est casser cette égalité, donc casser le principe qui en est à l'origine, et qui est donc si fondamental. De plus, le bénévolat des rédacteurs est une garantie du moindre coût de gestion de l'encyclopédie (même si, bien sûr, faire tourner des serveurs aussi monstrueux implique malgré tout la recherche de pas mal d'argent) : si contributeurs rémunérés il y a, alors plus d'argent il faudra. Où le trouver ? Des entreprises ? Le risque existe alors que l'indépendance économique de Wikipédia soit compromise, et que cela, sait-on jamais, se ressente dans le traitement de certains articles. Hypothèse improbable, c'est vrai, mais le mieux est encore de ne pas prendre le risque de la voir se concrétiser. Bref, la question est finalement : améliorer la qualité de Wikipédia passe-t-elle par la remise en cause de son modèle originel et original ? Pour moi, la réponse est donc non. Le bénévolat est indispensable. Et c'est, je crois, le constat bienheureux de l'immense majorité des contributeurs. Il suffit de se souvenir, lors du dernier — ou de l'avant-dernier, je ne sais plus — Wikiconcours : la remise d'un prix, aussi symbolique soit-il, aux vainqueurs par Wikimédia France avait été, euphémisme, très modérément appréciée par nombre de contributeurs (à tort ou à raison, peu importe).

 

 

Conclusion 

 

Wikipédia ne fait pas l'Histoire, ni n'est destinée à nourrir de futures et lointaines études historiques ou microhistoriques (tant mieux si cela se fait tout de même, mais ce ne devra être qu'une conséquence involontaire et heureuse parce que l'objectif n'est pas celui-là. Il est de permettre aux internautes d'aujourd'hui d'avoir accès aux connaissances encyclopédiques). Par conséquent, la nécessité et la volonté d'y traiter de l'actualité ont un intérêt plus que discutable, et contribue à appauvrir la qualité de Wikipédia et à brouiller son identité. Ce qui, à plus ou moins long terme, risque d'être préjudiciable. Plutôt que de s'occuper de l'Histoire, Wikipédia doit donc se préoccuper de son histoire, afin que celle-ci soit la plus longue possible. Et cela passe par la préservation de ce qu'elle a toujours été : construction d'une véritable encyclopédie libre, refus du nivellement pas le bas, refus de se prendre pour ce qu'on n'est pas et de s'imaginer en mesure de réinventer l'encyclopédie et, enfin, bénévolat. Et le plus cocasse, c'est que c'est sans doute avec son identité de toujours, cette identité que je viens de rappeler que, qui sait, Wikipédia finira par avoir fait l'Histoire. Au moins celles de l'encyclopédie et d'Internet. Mais ça, vous et moi, on ne le saura probablement pas de notre vivant.  

 

 

Note : L'image d'illustration, dans le domaine public, est tirée de Commons.

 

 

1. Comme le rappelait encore hier Dfeldmann. Si Wikipédia avait été réalisée à l'époque de Galilée, la Terre n'y tournerait pas.

2. Pour autant, ne nous voilons pas la face : il y a encore énormément d'efforts et de travail à fournir pour seulement arriver à voir la moitié des articles capables d'être aussi dignes d'une encyclopédie spécialiste. C'est pourquoi je ne cesse de rappeler qu'il serait bon d'améliorer, de peaufiner, l'existant avant tout. Parce qu'à force d'étendre un corps qui n'est pas encore assez bien nourri, la rupture irrémédiable ne peut que se faire plus rapidement...

3. Parce que, soyons honnêtes, le traitement de l'actualité sur Wikipédia, globalement, est non seulement purement journalistique, mais, en plus, ne vaut même pas Le Monde.

4. Pour qu'on ne confonde pas, sait-on jamais, avec l'idée de totalisation de l'Histoire.

5. Mais je ne manque pas de relever une nouvelle contradiction : pourquoi une "encyclopédie" se voulant populaire et traitant d'actualité aurait besoin d'experts rémunérés faisant des articles spécialisés ? Si on fait les deux, Gentil Hibou peut-il nous définir sa conception de Wikipédia, et en tracer les grands traits formant une identité cohérente ? 

Commenter cet article

Fuucx 14/05/2011 08:40



Je trouve ta réponse brillante



Pierrot le Chroniqueur 14/05/2011 10:11



Merci beaucoup. Les compliments font toujours plaisir ! D'autant plus quand ils viennent contrebalancer des critiques (mais on a aussi le droit de me critiquer bien sûr) telles que j'en ai vu ces
derniers jours sur IRC (où deux contributeurs ont dit en gros que mes derniers billets, particulièrement celui-là, sont "chiants" ). 



Fuucx 13/05/2011 09:36



La proposition de GH concernant l'amélioration de Wikipédia a été le second élément qui m'a inquiété, la semaine dernière quant à  l'avenir de Wikipedia. Le premier étant le
fait certains se soient plaints à une association de consommateur  En fait, concernant les champs purement universitaires, les universités francophones (ou du moins un certain
nombre d'entre elles) auraient pu créer une encyclopédie en ligne gratuite où les participants auraient été des universitaires dont les participations auraient comptées dans leur
production. Dans le monde anglophone il existe déjà par exemple la Concise encyclopedia dans le domaine économique. En regardant le CV d'un auteur sur le site de son
université,  j'ai vu qu'il s'agissait d'un universitaire en fin d'une brillante carrière qui malgré tout signalait sa participtation à cette encyclopédie. Pour moi, cette
solution aurait eu plusieurs avantages : plus de concurrence et  de diversité; meilleure visibilité des universités participants à ce projet et finalement un public mieux
informé.  Ce qui me fait peur dans dans la suggestion (ou du moins dans ce qu'elle implique de G.H)  c'est qiu'en fait, elle ouvre le champ à un contrôle de
certaines institutions universitaires sur Wkipedia sans prendre en compte le besoin de diversité de sources d'information qui me semblent nécessaires dans des pays libres. En effet 
dans bien des champs universitaires, il n'y a aucun consensus et nombre de chapelles. Il en résulte que l'entrée sélective de "experts" impliquerait des choix éditoriaux qui à mon
sens conduiraient à un moindre respect du NPOV et que la diversité des points de vue risquerait d'en souffrir.  Par ailleurs, il y a le risque le ton devienne trop
"professoral" (c'est un peu ce que je ressents en lisant G.H. ). Or, selon moi, ce qui fait la force de wikipédia,  c'est que les lecteurs n'ont pas l'impression que nous
avons le "savoir infus".



Pierrot le Chroniqueur 13/05/2011 19:41



Je ne pense pas que chercher à ouvrir Wikipédia aux universitaires serait un danger au sens où une "prise de contrôle" de Wikipédia par les universités serait possible : le risque me semble quand
même limité. Je ne crois pas que ce serait l'objectif, et les structures de Wikipédia sont assez solides pour résister à ce genre de choses. Le problème vient beaucoup plus, selon moi, de
l'hypothèse de la rémunération qui introduirait une inégalité entre contributeurs, en plus de dévoyer l'un des objectifs de Wikipédia qui est de transmettre librement et bénévolement le savoir.
La question à se poser alors, et tu l'évoques aussi, est plutôt celle de l'apport qualitatif au contenu encyclopédique. Plus d'"experts" est a priori un plus en ce sens mais tu as raison
d'envisager les problèmes de la Npov et de l'autopromotion. Le passé montre hélas quelques exemples de ce genre, avec des spécialistes, des gens de haute valeur dans leur domaine, qui n'ont pas
réussi à s'adapter aux règles de Wikipédia, principalement la neutralité de point de vue - c'est logique, lorsqu'on a un savoir et des thèses nées de ce savoir, c'est difficile de rester neutre.
Surtout que le concept de neutralité, d'un point de vue encyclopédique, est vraiment spécifique à Wikiépdia, du fait de la nature collaborative de cette dernière - et qui ont donc hélas été
bloqués, voire bannis. On peut par exemple citer Olivier Blanc, historien ayant eu, à
tort ou à raison, des problèmes sur Wikipédia. C'est pourquoi le "recrutement" d'universitaires, qui sur le fond serait franchement prometteur, ne pourra se faire qu'à condition de faire preuve de
pédagogie et de patience en expliquant la méthodologie et les règles formelles de Wikipédia. 



schlum 12/05/2011 21:22



@GH, dans les « attendre », il me semble qu’il y en avait au moins autant qui voulaient dire « supprimer pour l’instant » (avec des commentaires assez clairs sur les intentions) que d’autres qui
voulaient dire « conserver pour l’instant », donc des « attendre avant d’avoir un article » et non des « sursis ».


Par ailleurs, la signature dans l’historique n’a rien à voir avec un crédit en tant qu’auteur sur un texte universitaire, elle n’a pas du tout la même visibilité et s’atténue encore plus avec les
miroirs qui respectent les licences au petit bonheur la chance.



Agrafian 12/05/2011 20:40



« En additionnant les “conserver” et les “attendre”, la majorité est franchement réduite. »


33/(74+33) ≃ 31 %



(33+12)/(64+33+12) ≃ 38 %


« Franchement » ?


Je ne fais que passer.



Pwet-pwet 12/05/2011 19:01


"L'une des caractéristiques majeures et, à mon sens, non négociables de Wikipédia est qu'elle est libre et rédigée par des bénévoles. " : il est faux de dire que Wikipédia n'est alimentée que par
des bénévoles. Jette un oeil à http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Article_avec_permission_confirm%C3%A9e par exemple. Les profs qui mènent des projets pédagogiques dans le cadre de
wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Projets_p%C3%A9dagogiques) ne travaillent pas non plus gratuitement. Et les wikipédiens "en résidence" ne travaillent pas toujours en
collaboration avec des bénévoles. Il faut arrêter un peu avec ce mythe de l'encyclopédie constituée exclusivement par des bénévoles, qui n'est rien d'autre que de la com à bon marché. C'est très
bien qu'il y ait une majorité écrasante de bénévoles, mais ils ne sont pas seuls.


Pierrot le Chroniqueur 12/05/2011 22:40



Comme je le disais à GH, j'admets sans problème ce fait, mais je ne le cautionne pas. Il serait cependant souhaitable que j'y apporte quelques nuances d'importance, mais ce sera sans
doute pour un futur billet.


Pour tes points particuliers :


les enseignants sont payés, certes mais pas pour collaborer à Wikipédia. Je suis d'ailleurs dubitatif sur l'hébergement de "projets pédagogiques". Après tout, est-ce le rôle de
Wikipédia d'héberger ce genre de chose ?

les wikipédiens en résidence ... Je suis également dubitatif, pour d'autres raisons. Mais ce n'est peut-être que de l'a priori.



 



GH 12/05/2011 18:49



@Pierrot


1) Tu ne poses pas les bonnes questions sur le bon sujet, ce qui confirme ce que je dis.


2) Le clôturant a demandé la suppression au nom d'une "large majorité". Deux objections : en additionnant les "conserver" et les "attendre", la majorité est franchement réduite ; ensuite on
clôture en fonction des arguments, or on ne peut pas dire que les partisans de la suppression se soient foulés. Bref, la clôture s'est faite contre l'esprit du projet (l'absence de consensus
aurait dû conduire à conserver l'article), et fait perdre du temps à tout le monde puisque l'article réapparaîtra forcément (dès qu'un livre ou un film seront annoncés par exemple, ce qui est
inévitable pour ce genre d'affaire).


3) Tu admets donc que tous les contributeurs ne sont pas des bénévoles comme tu l'écris pourtant à longueur de blog.


4) J'attends tes propositions avec impatience


@schlum


1) Tu idéalises beaucoup...


2) Regarde, en haut des pages il y a un onglet "historique". Tu découvriras ainsi que tous les articles sont signés (parfois même avec le véritable nom des contributeurs, incroyable !).


3) Les spécialistes font aussi de la vulgarisation, et souvent contre rémunération.


Et une fois pour toutes, montrez-moi où il est écrit sur WP qu'on n'a pas le droit d'être rémunéré pour contribuer.



Pierrot le Chroniqueur 12/05/2011 22:28



1) Parce qu'il y a des "bonnes" et des "mauvaises" questions ? Je croyais que seules les réponses pouvaient être mauvaises.


2) L'"esprit du projet" ne précise jamais que la conservation se fait par défaut (tu peux toujours chercher ça dans les principes fondateurs, tu ne trouveras pas). C'est même contraire à la
logique (et aussi à la vérifiabilité découlant du premier principe, entre autres choses). Ca fait partie des grandes idées reçues, et il faudra que j'en parle (j'aime bien les idées reçues, ce
sont des sujets intéressants à traiter).


3) J'admets l'existence d'un fait, je ne le cautionne pas. Nuance importante.


4) Moi aussi .


Le bénévolat est une pratique plus que consensuel. Elle l'est tellement que l'épisode Wikiblame lui a donné une résonance particulière, et que la recherche des contributions marquées
"d'une boîte" sont une des constantes des patrouilles RC. Par contre, j'admets sans peine que je n'ai pas trouvé de pages dédié au sujet (je n'ai pas vraiment cherché non plus).



schlum 12/05/2011 17:10



En accord avec à peu près tout le contenu de ce billet ; j’aurais juste développé un peu plus le point de la rémunération des spécialistes, mais de leur point de vue.


 Déjà, il me semble qu’un enseignant / chercheur est moins intéressé par l’argent que par la reconnaissance et la stimulation intellectuelle que leur fournit ce travail… sinon ils ne le
feraient pas au vu de ce que ça leur rapporte (du moins en France).

Ensuite, il ne faut pas oublier que les écrits sur Wikipédia ne sont pas signés ; je vois mal faire venir des spécialistes, même en les payant, pour leur demander d’écrire sous CC-by-SA, sans
signer leurs écrits (-> aucune reconnaissance). De même, je vois mal un spécialiste accepter avec flegme le fait que ses écrits puissent être modifiés par le premier lecteur / contributeur
venu

Tertio, le boulot d’un spécialiste est de faire du WP:TI, sauf à écrire des cours ; dans les deux cas, ce n’est pas pour Wikipédia, mais pour Wikibooks ou Wikiversity.



Pour attirer les spécialistes, je pense qu’il faut donc s’orienter vers d’autres pistes, sans pour autant avoir d’idées à ce propos (introduire du contenu signé et non modifiable irait également
à l’encontre des principes de base) ; peut-être plus communiquer sur la correction / relecture de l’existant.



Pierrot le Chroniqueur 12/05/2011 17:20



Nos appréciations se sont croisées.


Je t'invite, pourquoi pas, à donner ton avis dans un billet ici-même.



GH 12/05/2011 16:03



Pas le temps de répondre en détail. Je laisse les autres commenter. Quelques remarques en vrac avant de m'éclipser pour de bon :


1) Tu n'es pas historien, c'est évident.


2) Je parie qu'avant un an l'article sur l'affaire Dupont de Ligonnès aura été recréé ou restauré.


3) La rémunération n'est qu'une piste. Je regrette qu'elle soit écartée par principe alors qu'il y a déjà des gens payés pour contribuer (et pas forcément pour améliorer la qualité...).


4) Qu'as-tu comme idée(s) pour faire venir davantage de sépcialistes ?



Pierrot le Chroniqueur 12/05/2011 17:14






1) Cette appréciation ne change rien au fond. Peut-on prétendre que Wikipédia est considérée comme ouvrage de référence en histoire, ou que les Wikipédiens sont des historiens ?


2) Pour la recréation, je suis d'accord. Par contre, pour la restauration, moins. Et s'il est restauré, je pense que ça va faire polémique (je peux même donner des candidats pour appuyer sur le
bouton de restauration). Dans les deux cas, nous sommes en dehors du rôle d'encyclopédistes en indiquant que la création se fait sur une impression (cf. le travail inédit).


3) Que des gens soient payés pour contribuer est une absurdité, et rentre souvent dans le cadre du SEO (être mieux vu, et bien vu). Du marketing, nous dirait sans doute Serein.


4) D'autres pistes existent, comme faire considérer aux spécialistes que participer à Wikipédia est réellement valorisant, et qu'ils pourront le faire en toute sérénité. Ce qui est, pour le
moment irréalisable, sur bien des aspects. Il faudra que j'en reparle, plus longuement.