Publié par Pierrot le Chroniqueur

Depuis quelques temps, j'observe de timides récriminations de la part de quelques administrateurs, on aurait dit des ballons d'essais, à propos de la gestion de la page de requêtes aux administrateurs (RA). Selon eux, le traitement de certaines requêtes tend à devenir impossible tant elles seraient polluées par les interventions d'un certain nombre de péons, les faisant partir dans toutes les directions, les rendant selon eux illisibles et, au final, impossibles à traiter. D'où leur conclusion qu'il faudrait purement et simplement interdire l'accès à WP:RA aux dits péons, en-dehors bien sûr de l'auteur de la requête et, le cas échéant, de celui qui en est l'objet (si la requête est une demande de blocage). Parce que les requêtes aux administrateurs s'adressent par définition aux administrateurs et n'appelleraient donc de réponses de personne d'autre. Les (pourtant encore peu soutenues) revendications à ce sujet ne sont d'ailleurs pas passées inaperçues, et Jean-Jacques Georges les a aujourd'hui invoquées, en toute bonne foi à mon sens, pour mieux écarter l'intervention de "Deuxtroy" dans une requête qu'il venait de formuler à l'encontre de Visite fortuitement prolongée1. GL et Polmars ont ensuite souscrit à la démarche, du moins dans son principe, à défaut de pleinement l'approuver dans le cas présent.

 

Bien. Oui. Mais non. Non pour trois raisons, dont les deux premières au moins m'apparaissent fondamentales :

 

  • Wikipédia est un wiki : le principe est que toutes les pages sont ouvertes à toutes et tous, et que les interdictions préalables soient le plus limité possible. Certes, la page de requêtes aux administrateurs ne figure pas dans l'espace encyclopédique, mais le principe que je viens de rappeler n'est pas limité à cet espace.
  • Les administrateurs ont un rôle technique. Ils ne sont pas supérieurs aux autres contributeurs. Les requêtes qui s'éternisent, ne nous voilons pas la face, ont été dernièrement des requêtes quelque peu "politiques", avec demande de blocage envers un contributeur expérimenté à la clef. Rien, et certainement pas le principe du blocage communautaire ici inapplicable, ne rend un administrateur plus apte qu'un autre contributeur à décider de la pertinence d'un blocage. Il a le pouvoir technique de le faire et on le sollicite à cet effet, ni plus ni moins. Dès lors, les péons sont tout autant habilités que les administrateurs à se pronconcer sur le bien-fondé ou non d'une demande de blocage (et même, par extension de principe, à toute autre demande d'usage d'un outil). Et si plusieurs péons s'opposent à un blocage, c'est que ce dernier n'est pas consensuel aux yeux de la communauté. Il faut en tenir compte.
  • Rien ne dit, troisième raison moins essentielle, que les propos du petit péon ne soient pas dignes d'intérêt. Si on commence à écarter les interventions de péons, comment justifier l'éjection de celles qui apportent un éclairage pertinent et important ? Si on garde celles-ci, comment justifier l'expulsion des autres, sinon par un avis on ne peut plus subjectif, donc par essence discutable, sur leur pertinence ? Sans parler des psychodrames qui ne manqueront pas d'être suscités par les éconduits vexés.

 

Et on en revient à un phénomène dont j'ai déjà parlé et qui m'inquiète : l'intolérance de plus en plus prononcée à l'avis de l'Autre. Surtout s'il n'est pas le même que le nôtre, évidemment.

 

 

1. Qui a du reste été bloqué un mois et a par conséquent décidé de partir, faisant au passage un clin d'œil à mon billet d'avant-hier.

Commenter cet article

JJG 15/02/2012 12:42


J'ai peut-être eu tort de céder à l'agacement sur ce coup, mais j'avais assisté voici quelques temps à de véritables entreprises de flood sur des RA qui avaient débouché - que le "sabotage" ait
été ou non délibéré et que les interventions de tiers aient joué un rôle déterminant ou non - à leur classement en refus. L'une d'elles avait d'ailleurs donné lieu à une RA de la part de
Hégésippe Cormier à l'encontre du contributeur qui était venu s'incruster dans une RA. Dans ce cas particulier, j'avais été particulièrement irrité de voir débarquer un contributeur qui était
déjà venu m'importuner à ce même sujet, et qui récidivait avec, de surcroît, des arguments que j'estimais à côté de la plaque. Les exemples récents m'ont fait craindre une nouvelle entreprise de
"sabotage", volontaire ou non. J'avoue ignorer s'il y a une quelconque règle à ce sujet, mais cela m'a semblé être un manque (conscient ou non) de savoir vivre, la teneur des arguments ayant
achevé de m'agacer. J'ai donc pris sur moi de retirer les commentaires qui me semblaient perturber inutilement la requête. Avec le recul, je pense que c'était plutôt une erreur, et qu'il aurait
été plus adapté de les mettre dans une boîte déroulante. Je me permettrais quand même de dire que, même si je suis d'accord avec la notion de "respect de l'Autre", je pense qu'il y a des moments
où il est compréhensible qu'on ait envie de dire à l'Autre qu'il nous importune, et de l'envoyer promener. Sur le fond, je ne suis pas favorable à l'INTERDICTION pure et simple des interventions
de tiers sur des RA, mais il faudrait quand même que l'on puisse mettre une limite à celles-ci,  pour éviter qu'elles ne se transforment en champ de bataille comme c'est souvent le cas.
Reste que définir une telle limite est assez acrobatique.

Pierrot le Chroniqueur 15/02/2012 21:57



Je comprends ton agacement et, comme indiqué dans le billet, je ne remets pas du tout en cause ta bonne foi.


 


C'est vrai que les RA qui partent dans tous les sens sont parfois pénibles à lire (et surtout à traiter), mais une censure est inenvisageable, et toute limitation serait en effet acrobatique. Le
statu quo me paraît donc devoir être la seule solution.



Skippy 15/02/2012 12:24

« Sur la solution que tu proposais, navré mais je fais la même analyse que Elfix, qui t'a répondu. S'il n'y a pas de réponses sur RA, il n'y en aura, selon toute vraisemblance, pas davantage
sur le BA. » Et tu as visiblement raté la réponse, « je pense plus aux requêtes fortement débattues qu'aux requêtes sans réponses », et la suggestion qui va avec. ;-)

Pierrot le Chroniqueur 15/02/2012 21:52



Oui, c'est bien ainsi que je l'entendais aussi ("réponse" dans le sens de "clôture", j'aurais dû être plus précis, mea culpa). S'il n'y a
aucune réaction sur RA, il n'y en aura pas davantage sur le BA. S'il y a de forts débats et que ça empêche toute clôture, il en ira de même sur le BA. Cela, à mon sens, déplacerait le problème
(le propagerait, même), mais ne le règlerait pas. Je ne suis donc pas très chaud pour ta suggestion, désolé. Mais je ne suis pas la communauté à moi tout seul, mon avis n'engage que moi, mes
éventuelles erreurs d'appréciation aussi, donc rien ne t'empêche de lui soumettre ton idée.



Skippy 14/02/2012 16:33

J'avais proposé il y a peu de temps une autre solution, qui n'a malheureusement pas emporter les foules :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion_Wikip%C3%A9dia:Requ%C3%AAte_aux_administrateurs#Dur.C3.A9e_de_validit.C3.A9_des_requ.C3.AAtes Par ailleurs, si menacer un péon de blocage pour interventions
trop nombreuses sur les RA me semble également répréhensible, peut-être serait-ce en revanche indiqué pour les contributeurs (péons ou non) qui abusent des RA en nombre de requêtes, ce qui met a
priori en évidence un problème relationnel de leur part…

Pierrot le Chroniqueur 15/02/2012 12:00



Sur la solution que tu proposais, navré mais je fais la même analyse que Elfix, qui t'a répondu. S'il n'y a pas de réponses sur RA, il n'y en aura, selon toute vraisemblance, pas davantage sur le
BA.


 


En revanche, je te suis davantage sur le fait qu'un demandeur indélicat devrait aussi, s'il le mérite, être sanctionné. Pas parce qu'il faut trop de requêtes (si elles sont toutes justifiées, je
ne vois pas le problème. Par exemple, quelqu'un qui patrouille activement sans être sur IRC et en n'utilisant pas les pages WP:SI ou WP:Vandalismes en cours mais privilégiant RA peut facilement
faire un nombre assez important de requêtes triviales en peu de temps. Mériterait-il pour autant qu'on se penche sur son cas et qu'on le menace de blocage ?). En revanche, et je l'avais déjà
suggéré à quelques occasions, je pense qu'un contributeur aussi coupable que celui duquel il demande le blocage (en cas de guerres d'édtions par exemple) n'a aucune raison de passer entre les
gouttes sous prétexte qu'il est le demandeur et qu'on ne se pencherait que sur sa requête. De même, je suis enclin à ce qu'on sanctionne les requêtes clairement injustifiées en forme de jet
d'huile sur le feu ou de règlements de comptes.



Theoliane 14/02/2012 11:04


Peut-être que l'on oublie aussi un peu trop souvent que les administrateurs n'ont qu'un rôle technique, ils ne sont pas des médiateurs, ni des arbitres, et leur demander d'intervenir dans une
querelle éditoriale, ou de trancher dans des comportements inamicaux (oui, c'est une litote) entre contributeurs risque de leur faire dépasser leur seuil d'incompétence. On leur demande souvent
de "donner un ferme avertissement à .." est-ce vraiment leur rôle ? Ont-ils été élus pour "rendre la justice" tel saint Louis sous son chêne ? Je n'en suis pas sûre.... Il ne
faudrait pas non plus leur en demander de plus en plus (régler les différents entre les contributeurs, bloquer les IP vandales, surveiller les ajouts aux articles, protéger ceux-ci quand ils sont
la cible de groupes de pression ou de simples rigolos, etc..) et leur mettre une épée de Damoclès sur la tête (attention, on peut vous contester si...), sinon, on risque de décourager les
vocations, et de faire partir les plus anciens qui vont se lasser d'une responsabilité trop pesante et trop diffuse.

Pierrot le Chroniqueur 14/02/2012 12:39



J'ai dorénavant plus ou moins la même analyse que toi. Je suis de plus en plus scpetique devant le comportement de quelques administrateurs qui, en effet, donnent l'impression de rendre la
justice tel Saint-Louis sous son chêne (en même temps, comme tu le relèves, un certain nombre de contributeurs leur demande par leurs requêtes d'agir ainsi). Concernant les contestations, je l'ai
indiqué dans mes réponses aux commentaires sur le billet précédent, je suis de plus en plus convaincu de leurs effets positifs, qui sont avant tout ceux qu'on ne voit pas à première vue : un
certain nombre d'administrateurs quelque peu problématiques ont clairement modifié leur attitude dans un sens plus consensuel et acceptable, en arrêtant par exemple de se mettre sous le chêne
. Quant aux merveilleux(ses) administrateurs (trices/teuses) comme toi, ils (elles) ne risquent rien du tout, sinon des
félicitations bien méritées pour leur excellent travail.



Dr Brains 14/02/2012 00:20


L'enfer, c'est les Autres, c'est bien connu.


 


Ca me fait penser (je ne sais pas trop pourquoi) à une célèbre boutade de Desproges :


"L'ennemi est con : il croit que c'est nous, l'ennemi; alors qu'en fait, c'est lui !"

Pierrot le Chroniqueur 14/02/2012 00:26



.