Publié par Pierrot le Chroniqueur

Je réagis ici au dernier billet de l'ami Popo qui, après une petite réflexion sur la version simplifiée de wp:en - au passage, réfléchir à une version francophone similaire ne serait peut-être pas bête, même si ce n'est pas d'une urgence folle - relève que les articles labellisés de nos voisins anglophones sont excellents car écrits simplement, de manière concise, et abordant tous les aspects du sujet étudié. Ce qui serait l'exact contraire de nos AdQ à nous, trop longs, insipides, rédigés pour en "mettre plein la vue", dans un style rappelant des "proto-thèses de doctorats imbuvables"1. Et qu'au final, le lecteur s'emmerde et n'apprend rien. Même si j'ai quelques doutes, je l'ai encore dit tout récemment, sur l'utilité réelle de ces procédures de labellisation2, je suis quand même un petit peu étonné par ces commentaires dans la mesure où nos "AdQ" me semblent globalement être de bonne facture (ça aussi, je l'ai déjà dit). En tout cas, sur le fond. Or, les critiques de Popo ne portent que sur la forme, ce qui ouvre sur une question essentielle et récurrente, comme l'a bien compris DocteurCosmos dans son commentaire du billet : Wikipédia est-elle faite pour des spécialistes ou pour le commun des mortels ?

 

Cette question, à mon sens, peut difficilement avoir une réponse tranchée. Je serais assez tenté de me prendre pour Salomon et de répondre : "les deux". Les deux car Wikipédia est destinée à un public le plus large possible et a des fonctions à la fois d'information et de vulgarisation. Les deux car Wikipédia doit aussi être de qualité, pouvoir être reconnue comme telle, et être utilisée par des spécialistes. Cela peut sembler contradictoire car Wikipédia, de par la multiplicité presque sans limites des sujets abordés, a une vocation généraliste. Et qu'une encyclopédie généraliste ne rentre pas dans le détail, par nature mais aussi parce qu'elle ne peut être que limitée en quantité. Or, ce dernier point ne concerne pas Wikipédia, magie d'Internet oblige. Autant alors en profiter. D'où la possibilité d'une combinaison généraliste-spécialiste qu'on doit s'efforcer d'atteindre. Ce qui suppose d'avoir les contributeurs qu'il faut. Et ça, ce n'est pas gagné.

 

Mais je m'égare, une fois de plus. Revenons en aux articles labellisés si décriés par Popo. Ils seraient inefficaces pour cause d'ennui du lecteur3. Parce qu'ils sont trop mal - ou trop bien, avec de longues phrases et du jargon... - écrits, parce qu'ils creusent trop le sujet, parce qu'ils ne sont pas assez destinés aux néophytes, bref parce qu'ils sont... de qualité. C'est fatal, ce qui est de qualité est parfois, souvent, ennuyeux pour beaucoup de personnes. Et pas que sur Wikipédia. Essayez donc d'emmener un ado lambda aux Noces de Figaro, pour voir. L'ennui, c'est que, si on veut, comme le demande Popo, faire le tour d'un sujet, il faut le creuser. Et on ne peut alors, tant pis si les "experts" seront les seuls à pouvoir apprécier4, pas forcément faire l'économie d'une terminologie spécifique ou d'analyses approfondies de spécialistes. Choses qui ne sont pas incompatibles avec la vocation de Wikipédia, qui est à la fois généraliste et spécialiste, comme souligné plus haut. Si je prends pour exemples certains articles précis de mathématiques, j'aurai des articles franchement imbitables tant sur la forme que sur le fond (en tout cas, pour ceux qui ne connaissent pas). C'est aussi le rôle de Wikipédia. Honnêtement, et j'ai déjà assumé le troll, il y a assez d'articles traitant de savoirs mineurs pour apprécier à leur juste mesure les articles de qualité, même s'ils passent pour être pseudo-élitistes.

 

Et même si je n'oublie pas aussi que, par certains jeux subtils (copinages, volonté de hochets, analyses et expertise du sujet par les votants insuffisantes, etc.), des articles labellisés sont pourtant, à mon humble avis, indignes de l'être (encore).

 

 

1. Par contre, je pense que Popo n'a jamais rédigé de proto-thèses.

2. Elles me semblent avant tout être un moyen de distribuer des hochets à des contributeurs qui veulent absolument voir leur travail reconnu.

3. Enfin ça dépend lequel. Ceux qui s'intéressent au sujet ne s'ennuieront sûrement pas. Mais de tels lecteurs sont a priori des spécialistes. Quant aux autres, s'ennuient-ils parce que l'article est mauvais ou parce que le sujet ne les passionne tout simplement pas ?... Vous voyez, on tourne en rond.

4. De toute façon, il faut avoir un minimum de connaissances sur un sujet pour pouvoir sérieusement évaluer toute étude le concernant, même simplifiée. Par conséquent, on ne devrait jamais avoir de votants néophytes - je n'ose écrire ignares - lors d'un passage en BA ou en AdQ.

Commenter cet article

Popo le Chien 11/11/2010 18:31



Et bien figure-toi que si, sans étaler mon pedigree j'ai rédigé deux proto-thèses IRL et 3 (4? je sais plus) AdQ.


Le truc, c'est que je ne tire pas gratuitement sur les AdQ, et je pense qu'on est plutôt sur la même longueur d'onde. Personne n'ira dire que les AdQ sont idiots.


Par contre le point saillant pour moi c'est l'idée c'est qu'on fait un assez mauvais usage des liens hypertexte: du coup, l'idée que "Pour faire le tour d'un sujet, il faut le
creuser" me paraît passer complètement à côté des possibilités du medium.



Pierrot le Chroniqueur 11/11/2010 19:28



J'en prends bonne note. Félicitations.


 


Moui, pour moi, ce n'est pas souhaitable : si on use et abuse des liens hypertexte, il y a un risque important de pov-fork (cf. la mort de Michael Jackson, par exemple). Sans oublier qu'il ne me
semble jamais fonctionnel de faire plusieurs articles si un seul suffit.



LittleTony87 11/11/2010 15:27



Côté finalité du processus, tout dépend du niveau de l'article au lancement. Le premier AdQ que j'ai proposé (Titanic (film, 1997)) était bourré de lacunes au début, que les votants ont relevé,
et la différence entre le début et la fin du vote est flagrante. D'autre part, ça a le mérite d'assurer une relecture de l'article : des contributeurs comme Gemini1980 le font systématiquement.
Rien que ça, c'est un bon point pour les articles. Et quand l'article est vraiment mauvais, ça donne une piste pour l'améliorer. Enfin, ça permet de donner son petit passage en page d'accueil à
des articles peu visibles. Ca fait toujours plaisir.


 


Côté PoV en intro, c'est un point évident. L'article "corrida" l'illustre parfaitement : doit on parler des critiques dès l'intro ? Ca ne semble pas évident pour tout le monde. Cependant, cela
dépend des sujets, et il est généralement possible de résumer un article de façon décente et neutre. C'est probablement plus dur sur les articles politiques, mais en y bossant à plusieurs, il est
possible d'arriver à de bons résultats.


 


Enfin, concernant la taille, il est évident qu'il y a des limites techniques. Le problème peut, parfois, se résoudre en créant des articles détaillés : il y a de la place, autant ne pas s'en
priver. Il y a des limites cependant. Pendant notre travail sur John Lennon, on s'était fixé au départ une limite à 100 000 octets... Finalement, on a peiné à ne pas passer au dessus des 150
000... Et impossible de créer plus d'articles détaillés. Un article "Biographie de John Lennon" serait stupide. De toute façon, évaluer quand la taille d'un article devient problématique est
difficile quand on n'a pas, soi même, de connexion lente.



Pierrot le Chroniqueur 11/11/2010 16:01



C'est vrai, un gros point positif est que les articles sont passés au crible (si les votants font bien leur travail), ce qui peut permettre (ce n'est pas automatique) une amélioration
substantielle. La visibilité en page d'accueil fait partie de l'objectif "hochets" que je déplore un peu, même si cela offre aussi une belle vitrine à Wikipédia, en partant du principe (sans
doute pas si erroné) que les articles présents sont de bonne facture.


 


Pour l'article corrida, j'ai remarqué le beau cirque ambiant (même si plusieurs contributeurs s'efforcent d'être constructifs) et je me garderai bien de me prononcer. Je ne doute pas qu'il est
possible d'arriver à un résultat potable sur nombre d'articles, mais cela, à mon avis, demande un sacré travail, surtout sur les sujets polémiques. Problèmes qu'on pourrait écarter en se
contentant d'une introduction extrêmement brève, sans que cela nuise réellement à l'article puisque le développement n'en est nullement affecté.


 


150 000 octets, c'est pas mal ! Félicitations pour ton travail sur cet article (et sur les autres).


 



LittleTony87 11/11/2010 14:36



Pour ma part, ayant rédigé pas mal d'articles labellisés, je peux en effet dire qu'à mon goût, un résumé introductif faisant le tour du sujet et un plan clair sont une nécessité. Ceci permet à un
éventuel lecteur pressé de trouver plus facilement les parties utiles. Après, il est évident que toutes les sous parties ne peuvent pas être indépendantes : dans une biographie, toute partie
nécessite généralement d'avoir lu la précédente. Que les articles soient longs n'est pas un problème tant qu'ils sot bien conçus. Ca passe aussi par une présentation aérée (sous parties pas trop
longues et images si possible), ne serait-ce que par confort de lecture.


 


D'autre part, il est certain que les votes menant à l'AdQ ne sont pas parfaits, car, s'il y a des contributeurs sérieux qui prennent part au vote en lisant les articles, les corrigeant si
nécessaire etc., il y a aussi, malheureusement, des moutons qui suivent la majorité. C'est bien dommage (mais comme en général les premiers votants ont bossé sérieusement, si l'article est
mauvais, les moutons votent "attendre"). Et si le vote est vrament foireux, il y a toujours moyen de le contester : si les arguments de contestation sont bons, la propositon sera acceptée par ces
mêmes moutons. Je ne vois en l'état aucune autre solution : on ne peut pas créer un groupe à part de contributeurs jugés "compétants" pour voter. A noter quand même l'action de contributeurs
sérieux qui n'hésitent pas à sermonner les votants un peu trop rapides de type 50 votes à l'heure. En général, ça marche.



Pierrot le Chroniqueur 11/11/2010 15:00



Sans révéler si j'ai déjà, ou non, labellisé des articles, je dirais qu'un plan clair est évidemment indispensable pour les raisons que tu indiques. Concernant le résumé introductif, je maintiens
que, s'il est à première vue souhaitable, sa constitution est à assez haut risque de PoV (remarque, ça dépend aussi des sujets), et qu'il faut donc faire très attention dans le choix de ce qui
est supposément essentiel - et donc digne de figurer en introduction. Non, la longueur des articles n'est en effet pas un problème (enfin, jusqu'à une certaine mesure quand même ), et le confort de lecture est très important aussi. Je dirais même que ces considérations esthétiques ne sont pas
accessoires du tout, tant donner envie de lire est essentiel lorsqu'on rédige quelque chose.


 


Je suis d'accord avec toi concernant les votes AdQ. Même si je ne suis pas toujours convaincu que les premiers votants soient ceux qui aient le mieux bossé l'article. Il arrive parfois qu'il
faille attendre un certain temps avant d'obtenir des observations pertinentes ou des objections sur des points pourtant importants. De manière générale, ces votes ne posent pas de problème dans
leur déroulement. Comme je l'ai dit, c'est la finalité de l'opération qui ne me saute pas forcément aux yeux. Mais, à défaut d'être particulièrement utile, le processus a au moins l'avantage
minimum de ne pas nuire à l'encyclopédie, évidemment.



Huesca 11/11/2010 11:28



Tout à fait d'accord avec ton analyse. A mon sens, un article devrait être une fusée à deux étages : un article bien charpenté, avec références complètes et qui fait le tour du sujet dans à peu
près tous ses recoins, une structure de plan (sommaire) qui permet de comprendre rapidement la problématique du sujet et les principaux aspects qu'il recouvre, des sous parties qui dans la mesure
du possible se suffisent à elles-mêmes et peuvent être lues indépendamment du reste de l'article et un résumé introductif qui donne les principaux éléments ''généralistes'' qui
permettent de saisir les grandes lignes du sujet. Le tout en veillant à ne pas trop jargonner et en s'appuyant sur l'atout essentiel que constitue nos petits lien bleus.



Pierrot le Chroniqueur 11/11/2010 12:05



Tes remarques et suggestions me semblent bonnes - en tout cas, je me sens en phase avec - à deux éléments près :


 


Je ne suis pas certain que chaque sous-section doit être auto-suffisante, l'article doit tout de même avoir un minimum de cohérence. Je pense aussi, et cela va
avec ma conception d'une encyclopédie à la fois généraliste et spécialiste, que certains paragraphes ne doivent pas hésiter à creuser le plus possible un sujet, quitte à apparaître techniques et
à utiliser du jargon (mais en expliquant brièvement les mots spécifiques, dans ce cas).

Je suis aussi assez circonspect devant ton souhait de faire un "résumé introductif" comprenant les "principaux éléments généralistes". J'ai expliqué pourquoi
le mois
dernier. Je t'invite à lire ce billet si tu ne l'as pas fait.



 


Sinon, en conclusion, je suis complètement d'accord avec toi sur le fait que les articles les plus beaux sont ceux remplis (mais pas trop quand même, pour des raisons esthétiques) de liens bleu,
et non rouge...