Publié par Pierrot le Chroniqueur

Vous êtes au courant, sauf à vous situer autour de la planète Mars, ou à tout simplement avoir décrété — ce qui peut avoir ses charmes — que vous êtes définitivement allergique aux médias, à la politique, bref au monde réel (auquel cas vous pouvez arrêter ici la lecture de ce billet et retourner sur World of Warcraft), se déroule demain dimanche le premier tour de l'élection présidentielle en France (n'oubliez pas, au passage, de bien remplir votre devoir électoral, demain, si vous êtes concerné. Écrire des articles sur Wikipédia est certes une activité merveilleuse, devenue œuvre culturelle (et libre) majeure, mais ce n'est pas pour autant une excuse valable pour ne pas se rendre au bureau de vote).

 

 

Pas d'estimation entre samedi minuit et dimanche 20 heures

 

Vous connaissez la musique (enfin, si vous avez plus de 20 ans, au moins) : ce jour-là, les médias passent leur temps à égrener l'évolution du chiffre de la participation et à montrer en boucle les candidats se rendant eux-mêmes aux urnes pour accomplir leur devoir civique. C'est qu'il faut de quoi meubler jusqu'à 20 heures, heure de la fermeture des derniers bureaux de vote dans la plupart des grandes villes, et heure légale à partir de laquelle il est permis de divulguer les premières estimations des résultats, généralement fiables, concoctées par les instituts de sondage (et je suis sûr que vous avez en mémoire le fameux compte à rebours, comme pour la nouvelle année, qui nous mène au moment où les visages des qualifiés pour le second tour, à 20 heures pétantes, s'affichent). Problème : la belle mécanique s'est d'ores et déjà grippée en 2007, suite à l'émergence bien plus prononcée que 5 ans auparavant d'Internet au sein de la population française. Et avec Internet, la possibilité de consulter les sites d'organes de presse non-français, donc a priori non soumis à la loi française et son sacro-saint 20 heures. En 2007 déjà, les sites des journaux belges et suisses, par exemple, ne se sont pas privés de donner les estimations dès que celles-ci leur sont parvenues, à peu près vers 18 heures - 18 heures 30 (de mémoire, je connaissais les résultats à ce moment-là). Depuis, Internet a explosé, les réseaux sociaux se sont constitués, l'information mondiale circule de manière instantanée, et à des volumes inédits. La presse suisse et francophone n'a pas caché son intention de réitérer ce qu'elle a fait il y a 5 ans, et de nombreux twittos entendent bien partager leur savoir, quelle que soit l'heure qu'il sera. Voulant dénoncer une loi devenue "archaïque", le site internet d'un quotidien français (donc indéniablement soumis à la loi française), Libération pour ne pas le nommer, a même donné rendez-vous à ses lecteurs "le dimanche dès 18h30 sur liberation.fr". Jean-Marc Morandini a, de même, annoncé avoir l'intention de publier les estimations sur son blog dès qu'elles seront en sa possession. La question divise carrément les candidats eux-mêmes, et dans un sens étonnant, le président sortant Nicolas Sarkozy (UMP) ayant apporté un soutien implicite à l'initiative du grand quotidien de gauche tandis que, à l'inverse, François Hollande (Parti socialiste) a appelé au scrupuleux respect de la loi, allant-même jusqu'à suspendre jusqu'à dimanche 20 heures sa page Facebook, afin d'éviter les dérapages dans les commentaires. La Commission nationale de contrôle de la campagne en vue de l'élection présidentielle, soucieuse de faire respecter la sincérité du scrutin jusqu'à la fermeture des derniers bureaux de vote, a pour sa part menacé de poursuites quiconque contrevient à la loi, annonçant qu'une batterie de policiers "surveillera" la Toile, en particulier les réseaux sociaux, et faisant même part de sa volonté de poursuivre les sites de journaux belges et suisses, malgré la chance quasiment nulle, évidemment, de voir la loi française s'y appliquer.

 

 

Et Wikipédia dans tout ça ?

 

Bien évidemment, Wikipédia, qui abrite des articles sur chacun des 10 candidats, ainsi que sur l'élection présidentielle elle-même (et même sur les sondages ayant émaillé la campagne), ne peut rester à l'abri du débat en cours. Dès samedi dernier, Theoliane a abordé le sujet sur le Bulletin des administrateurs (BA, pour les intimes), et suggérant par conséquent une semi-protection, voire une protection, à titre préventif. Proposition soutenue par plusieurs administrateurs (Starus, Esprit Fugace et JPS68) et un contributeur (Pic-Sou). Mais rejetée par d'autres (Boréal, Kropotkine 113, GL et Touriste). Si Boréal se situe sur le strict terrain wikipédien, en rappelant son opposition de principe à toute protection préventive, au nom de la philosophie fondamentale de Wikipédia, basée sur la participation ouverte (opinion évidemment recevable, mais qu'on n'est pas obligé de partager, du moins dans sa tendance jusqu'au-boutiste. Comme le dit Starus, "jamais" est un mot qui ne permet pas d'être souple et pragmatique, et tout principe doit, au nom de ce pragmatisme, pouvoir avoir des exceptions. Proposer une exception dans le cas présent, compte-tenu de la fameuse loi dont je parlais plus haut, ne semble pas incongru, et je trouve peu constructif de se draper dans un grand principe pour rejeter d'office la suggestion, même si je comprends complètement la philosophie sous-jacente à cette position), les trois autres arpentent de plus (car j'ai cru comprendre qu'ils souscrivaient aussi à Boréal) une voie assez glissante sur, en gros, le thème, que je ne suis pas loin de qualifier d'anarchisant, de "la loi, on s'en fout". Kropotkine 113 voit ainsi dans l'opportunité de violer la loi en rapportant sur les articles des estimations avant 20 heures, un "débat éditorial" (donc violer la loi serait une "option éditoriale" à envisager ...), tandis que Touriste, reprenant sur le fond une opinion émise par Letartean dans un récent billet, tient à préciser qu'il n'appartient pas aux administrateurs d'agir pour "faire appliquer des arcanes de droit électoral" ; Ludo29, pour sa part, estime que Wikipédia ne doit "pas être le seul média" à ne pas annoncer les résultats. Outre que la plupart des médias respecteront justement cette obligation de ne rien divulguer avant 20 heures, on appréciera l'usage du terme "média" pour qualifier Wikipédia qui, selon son principe fondateur numéro 1, est pourtant un "projet d'encyclopédie" et non un média. Un lapsus (?) qui en dit long sur la transformation insidieuse et réelle de Wikipédia en site de news, en plus d'être un projet d'encyclopédie.

 

Mais revenons à nos moutons. C'est-à-dire à la question de fond sur le rapport des administrateurs à la Loi. À lire certains intervenants, donc, il faudrait tout simplement que les administrateurs ne s'en préoccupent pas. Pour se concentrer sur les seules règles wikipédiennes. Une position de principe, que je qualifiais d'anarchisante, qui ne résiste pourtant pas au mur des réalités. Et même, justement, aux règles wikipédiennes. Plusieurs raisons à ce constat :

 

  • Les administrateurs agissent déjà en fonction de la loi — comme Touriste le reconnait d'ailleurs, mais pour mieux ériger cet état de fait en exception — en masquant et purgeant les infractions au droit d'auteur. 
  • C'est du reste, essentiellement, sur la base du droit français que les administrateurs de la Wikipédia francophone effectuent ces masquages et purges. Par conséquent, invoquer, comme Touriste le fait, que des contributeurs installés hors de France (comment le vérifier, au passage ?...) seraient tout à fait fondés à éditer les articles semble contradictoire avec cette politique suivie en matière de lutte contre copyvios. J'ajoute que, si les contributeurs prennent leur responsabilité, et que finalement il n'appartient pas aux administrateurs de les protéger malgré eux, il n'en demeure pas moins que c'est bel et bien Wikipédia qui proposerait des estimations avant l'heure dite, que la commission de contrôle risque de ne pas être contente et que, même si le risque semble limité, des poursuites à l'encontre de la Foundation Wikimedia ne serait pas à exclure, ce qui ne serait pas la meilleure des publicités.
  • Et à cette aune, on touche à la mission principale des administrateurs. Peut-être unique car tous leurs outils et toutes les règles afférentes à ce qu'ils peuvent faire ou non en découlent : les administrateurs sont là pour protéger Wikipédia. Et veiller à ce que la Loi soit appliquée sur Wikipédia me semble être partie intégrante de cette mission de protection du projet. Une Wikipédia abritant des illégalités peut en effet être menacée par les autorités et à juste titre critiquée par la presse. Ce n'est pas pour rien si la Foundation invite au respect du droit d'auteur, en modulant les obligations, selon les version linguistiques, en fonction du droit local.

 

 

Conclusion

 

En conclusion, je suis un peu inquiet de la désinvolture avec laquelle cette question — essentielle — a été abordée sur le BA. Non pas sur ce cas particulier (dans l'ensemble, j'ai cru comprendre que beaucoup de patrouilleurs partageaient l'inquiétude de Theoliane et veilleront au grain jusqu'à 20 heures) mais sur l'indécision qui en résulte sur cet aspect fondamental de respect de la Loi. En filigrane, comme je le disais plus haut, je sens une certaine idéologie anarchisante expliquer ce flou et cette indécision, l'anarchie bon enfant ayant finalement été un aspect essentiel des pionniers de Wikipédia, aspect qui perdure encore aujourd'hui par certains côtés. Or il est temps de comprendre que Wikipédia a grandi. Est même devenue une institution du Web. Qu'on ne peut pas (plus) faire comme si le monde réel et la Loi n'existaient pas. Je crois que la communauté en prend de plus en plus conscience, comme en témoigne cette prise de décision sur le fair-use (qui, à mon avis, aurait eu des résultats largement négatifs il y a encore deux ou trois ans). Cette évolution sociale est naturelle et inéluctable.

 

Commenter cet article

Guil2027 22/04/2012 22:38


Alors c'est encore pire que je pensais ! On voit où sont les priorités de la Fondation.

Le concombre masqué 22/04/2012 16:41


@ Guil2027 : la Fondation a donné des instructions
spécifiques en ce qui concerne les débats sur le "fair use" : elle demande que, sur ce sujet précis, la politique de chaque projet soit "en accord avec les lois américaines et celles des pays
où le contenu du projet est le plus consulté".


Ceci fournit une base de travail très différente pour ce qui est du droit de la propriété intellectuelle et celui du droit électoral, ou du droit de la diffamation raciale, ou du droit du
blasphème, ou du droit de la lèse-majesté par exemple.

Guil2027 22/04/2012 15:58


C'est quand même bien hypocrite tout ça.


Beaucoup de personnes sur wikipédia refusent le fair-use américain sous prétexte qu'il serait illégal en France et dans d'autres pays francophones. Soit.


Et là, on nous sort "qu’un Suisse, se référant à une source belge, peut tout à fait poster les résultats sur Wikipédia, site américain."


 

Pierrot le Chroniqueur 24/04/2012 11:58



C'est une ligne que je ne partage pas.


Et je suis assez d'accord pour qualifier ça d'hypocrite.



Letartean 22/04/2012 15:24


Personnellement, je ne suis pas d'accord avec l'affirmation selon laquelle les administrateurs sont là pour faire respecter la loi. En fait, comme je le disais dans un billet récent sur mon
blog, les administrateurs ont le devoir de faire respecter les principes fondateurs, règles et recommandations de Wikipédia et rien de plus. Ils peuvent mettre en action les
différentes règles et lois civiles lorsque mis en demeure, puisque dans un tel cas ils sont les seuls à avoir les outils pour le faire. Je suis résoluement contre toute
judiciarisation de Wikipédia. Si des Français ne veulent pas respecter la loi de leur pays, c'est à la police de faire enquête, de porter des accusations, d'amener devant un juge et de
mettre en demeure de retirer le contenu problèmatique. Nous (les administrateur) ne sommes pas un système de justice. Nous ne pouvons juger de ce qui est légal ou pas dans telle ou telle
juridiction. Tout ce que nous pouvons faire est de dire que telle ou telle chose ne correspond pas aux principes fondateurs de Wikipédia. Comme je l'ai vu dans d'autres situations, nous ne sommes
pas habilités à dire ceci est antisémite au sens de la loi ou ceci est de la diffamation. Tout ce que nous pouvons faire c'est juger si c'est contraire à l'esprit collaboratif de Wikipédia et
imposer des sanctions sur ce fait. Pour le reste, ne me rendez pas responsable de purger toutes les choses illégales dans toutes les juridictions parce que nous ne sommes pas sortis du bois. Que
ceux qui se sentent laisés face à la loi se tournent vers les policiers et le système de justice, pas les administrateurs. Amicalement.

Pierrot le Chroniqueur 24/04/2012 11:57



Le fait que les administrateurs aient à protéger Wikipédia ne t'a sûrement pas échappé. C'est bien dans cette optique que l'on se situe. Jouer avec le feu comme le prônent certains n'est pas à
mon sens très intelligent, ni très responsable pour le projet qu'ils disent défendre.


Deux remarques à ce niveau :


- la loi française est très binaire. Elle n'appartient pas au domaine de l'ergotage judiciaire de décider si oui ou non une publication anticipée est une infraction et d'éventuelles circonstances
atténuantes ou aggravantes.


- la loi wikipédienne est également très binaire : Wikipédia est une encyclopédie, et pas autre chose. Les résultats définitifs du premier tour ne peuvent être connus avant 20h (et même après,
dans les faits). Il est pour moi très étrange d'avoir pu voir des guerres d'éditions sur ces résultats avant l'heure : il me semblait pourtant que WP:V imposait des sources, et mêmes des sources
crédibles (une projection par un sondage n'est pas un résultat, ergo...).



Kelam 22/04/2012 00:29


Bien que je comprenne Boréal dans ce choix de ne "jamais" faire de protections ou semi-protections préventives (après tout, ceci découle directement de WP:FOI), je pense tout de même que, dans
certains cas, cela aurait permis d'anticiper des vandalismes et de s'éviter plusieurs guerres d'édition (j'ai l'exemple récent des insultes sur la page de Franz-Olivier Giesbert en tête) et qu'en
refusant cette idée, on défend plus le principe de l'encyclopédie que l'encyclopédie elle-même. Enfin bon...

Pour ce qui est du respect de la loi, je me demande si cette commission prendra la peine de poursuivre les contributeurs qui publieront les résultats sur Wikipédia avant 20h. Franchement.

Pierrot le Chroniqueur 22/04/2012 10:56



Oui, c'est ce que je dis : il faut se méfier des grands principes à appliquer sans discernement ni souplesse. L'idéologie est souvent l'ennemie du mieux ; le pragmatisme l'ami de l'efficacité.
Donc, et il faudra sans doute que j'y revienne plus en détails dans un billet : les protections préventives ne sont pas à proscrire à jamais. On peut envisager des exceptions, au cas par cas.



guiliguili 21/04/2012 22:25

De toute façon, comme le dit Meo, il suffit de voir qui ne veut pas appliquer la loi (pas étonnant de leur part) pour comprendre qu'on a tout intérêt à l'appliquer pour éviter les problèmes. :D

Pierrot le Chroniqueur 22/04/2012 10:55



Hum ...



Coyote du 86 21/04/2012 19:45


C'est là où je me dis : " chouette, je suis en Wikibreak"

N'empêche, je propose à ceux qui considèrent que c'est "normal" de faire ça de bien surveiller les articles pendant les phases critiques (première sortie des estimations partielles) et de
s'occcuper de l'encyclopédie plutôt que de baragouiner sur le BA :)

Comme je disais sur Twitter: "Le Bulletin des Admins, le seul endroit où tu vois certains se rappeler qu'ils le sont justement" (cf http://bit.ly/JgbVSs).

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 22:17



C'est sans aucun doute ce qu'il y aura de plus constructif - et important - à faire.



Xavier Combelle 21/04/2012 17:53


Moi je dis protéger la fondation c'est le rôle des oversighter pas des administateurs

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 17:57



J'ai bien parlé de "protéger Wikipédia", non la Foundation. Mais, en effet, je ne serais pas choqué par une
intervention des masqueurs dans le cas présent.



SM 21/04/2012 17:50


C'est fou, ça, quand même, ces gens qui osent faire des lois et qui osent obliger les Wikipédiens à les respecter comme de vulgaires citoyens... 

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 17:52



Comme je l'ai dit dans le billet : on ne peut en effet pas faire comme si le monde extérieur en général, et la loi en particulier, n'existaient pas.



theoliane 21/04/2012 17:04


J'avais effectivement soulevé le lièvre en lisant les avertissements/inquiétudes dans la presse, dans le but d'alerter mes collègues des risques légaux que la fondation pourrait encourir
en tant qu'hébergeur de contenu. Ça me semblait important d'éviter une stigmatisation de l'encyclopédie, qui est déjà trop souvent taxée de tant de maux dans les media, pour non-observation de la
loi cette fois. Toutefois, je ne prêchais pas pour ma paroisse. Je ne suis pas l'hébergeur, et ne risque donc rien en tant que particulier, et ce jour-là, étant au bureau de vote et au
dépouillement de par mes autres fonctions, je n'aurai pas de travail supplémentaire de surveillance. Alors, A Dieu vat, ou Inch Allah selon les convictions de chacun ! 

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 17:51



Tu as très bien fait de poser la question sur le BA. Et, comme tu le dis, toi tu ne risques rien. Les autres et la Foundation, finalement, ce n'est pas ton problème. Et pas le mien non plus. Si
"le pire" se produit, on peut espérer que certains en tireront les leçons qui s'imposent ...



bouchecl 21/04/2012 16:59


En tant que Québécois, je n'ai pas de cheval dans cette course, mais j'avoue mal compnrendre pourquoi WP publierait des «estimations» des instituts de sondage, que ce soit avant ou après 20h.
Assurément, les «résultats» ne proviendront pas de sources autorisées et seront partiels. À ma connaissance, Wikipédia ne doit pas publier des rumeurs mais des faits. Si ce n'était que de moi,
j'annulerais ces modifications. 

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 17:50



Là, en tout cas pour après 20 heures, on entre dans la sphère éditoriale. Mon propos portait surtout, et pour commencer, sur le respect de la loi. Mais, sur le plan éditorial, je suis assez
d'accord avec toi.



Meodudlye 21/04/2012 16:57


Ceux qui sont pour violer ouvertement la loi sont ceux qui ne participent plus depuis lgtps à WP. K113 se contente de rajouter par ci par la des liens internes, GL intervient sur le BA pour
rappeler la liste (assez longue) des contributeurs qu'il n'aime pas et Touriste se contente de participer aux discussions en choisissant sytématiquement d'être contre la majorité, quel que soit
le sujet.


Alors tu penses bien que le contenu, ce n'est pas leur principale préoccupation. Et encore moins les patrouilleurs. Si j'osais, je dirai que puisqu'ils disent qu'ils ne voient pas l'intérêt
d'empêcher la publication, c'est justement qu'il faut le faire.


Bon courage aux patrouilleurs pour demain donc. Il ne fait aucun doute que certains vont recevoir des coups de téléphone pour leur dire que des méchants patrouilleurs les embêtent et ils
viendront faire des grandes sections sur le Bistro pour le rapporter et cracher sur lesdits patrouilleurs. La vie habituelle de WP en quelque sorte.


 

Pierrot le Chroniqueur 21/04/2012 17:49



Un argument ne s'apprécie pas à l'aune de qui le tient ...