Publié par Pierrot le Chroniqueur

Il est une question qui m'a souvent titillé, depuis ces quelques années maintenant que je contribue sur Wikipédia et, pire, que j'esquinte mon (maigre) temps libre pour disserter à tout va sur mon loisir numéro 1 : comment le travail ô combien précieux et parfois si prenant des Wikipédiens est-il réellement perçu ? Je veux dire, bien sûr, par ceux qui le consultent. Et même par ceux qui ne le consultent pas, mais en ont entendu parler. C'est bien connu, l'être humain, surtout lors qu'il est Français, a un avis sur tout, et surtout sur ce qu'il ne connaît pas. Bien sûr, Wikipédia a régulièrement été commentée, critiquée, comparée par les communautés du savoir, enseignants ou universitaires par exemple (et le regard qu'elles portent, lentement mais sûrement, tend d'ailleurs à devenir de moins en moins défavorable). Bien sûr, les médias parlent régulièrement du projet, bien sûr ils ne le présentent généralement pas comme il faut, et ont tendance à s'abriter derrière le sensationnalisme et la critique facile.

 

Mais justement : les médias ont la réputation, usurpée ou non, d'avoir une fâcheuse tendance à raconter ce que leur public a envie d'entendre. D'où la question qui se pose : comment l'opinion publique perçoit-elle Wikipédia ? A-t-elle véritablement envie de subir régulièrement des piqûres de rappel sur son supposé manque de fiabilité et d'expertise (la critique la plus récurrente) ? Partage-t-elle ce constat ? Consulte-t-elle Wikipédia avant tout par praticité (gratuité et ranking Google), tout en gardant derrière la tête un soupçon de méfiance ? N'ayant pas d'institut de sondage sous la main, il m'est, comme pour tout le monde, très difficile de répondre à ces questions. Naturellement, comme tout Wikipédien assidu qui se respecte, j'ai expliqué à mes proches ce qui me pousse parfois à être de longues heures vissé devant mon ordinateur. Je leur ai expliqué comment fonctionnait Wikipédia, parfois comment y contribuer. Mais je n'ai peut-être jamais pris assez de temps pour les interroger sur ce qu'ils pensaient, de prime abord, du projet. Et aujourd'hui, c'est trop tard : presque tous sont sous influence . Et tous n'auraient pas envie de me vexer, en disant du mal de ce que j'adore tant. Bref, il est devenu impossible de les sonder.

On peut trouver aussi, quelques critiques, positives ou négatives, sur Internet ou les réseaux sociaux. Encore faut-il prendre la peine de les chercher. Encore, également, ne faut-il pas oublier que la population geek n'est pas forcément la plus représentative de l'ensemble d'un pays... La seule solution qui reste serait de me promener dans les rues en faisant moi-même le sondage. Cela aurait eu un certain intérêt, pour ne pas dire un charme pittoresque. Mais j'ai le sens du ridicule (tout de même), et surtout autre chose à faire. Dernière éventualité : que le sujet Wikipédia apparaisse fortuitement au sein d'un cadre de personnes que je ne connais pas ou peu. Possible, mais improbable. Et pourtant ... c'est enfin arrivé. Et est, ma foi, assez décevant, en admettant que l'échantillon soit représentatif. Ce qui ne peut pas forcément être le cas. Reste le témoignage, pris sur le vif.

 

La scène se passe aux alentours de 18 h, la semaine dernière, dans la classique salle de classe d'un collège, quelque part en France (vous voudriez des précisions, n'est-ce pas, ami et curieux lecteur ? Et bien, vous n'en aurez pas. ). Une bonne vingtaine de personnes sont présentes : le principal, le principal-adjoint, un conseiller principal d'éducation, trois professeurs et une quinzaine de parents d'élèves des classes de sixième. Parmi elles, quelqu'un s'appelle dans une vie virtuelle Pierrot le Chroniqueur (vous voudriez des précisions, n'est-ce pas, ami et curieux lecteur ? Et bien, vous n'en aurez pas . Tonton Pierrot est peut-être principal, professeur ou parent d'un gamin de onze ans. Ou même simplement venu là en touriste parce qu'il a vu de la lumière, qui sait !). Thème de la réunion : comment appréhender les notes et appréciations des bulletins trimestriels ? Sujet B de débat : l'organisation du travail à la maison.

Pendant une bonne demi-heure, toutes les banalités possibles sur ces deux sujets sont échangées. Comme souvent, les parents les plus inquiets sont ceux qui ne devraient pas l'être. Comme d'habitude, il y a les parents sans cesse sur le dos de leur progéniture. Comme d'habitude aussi, on s'inquiète de la durée des devoirs, beaucoup moins de la manière de les réaliser (ce qui serait bien plus pertinent). Ah, si, on parle enfin de l'organisation du travail. Mouais, que c'est ennuyeux tout cela. Et ce délégué des parents qui ne lâche jamais le crachoir, quel bavard celui-là. De quoi somnoler à moitié. "Wikipédia". Le mot, inattendu, me sort comme par réflexe pavlovien de ma torpeur. Où en est-on soudain ? Laissons le dialogue se dérouler :

 

- Le délégué des parents d'élèves : "Ma fille a reçu un dictionnaire Larrouse pour Noël. Hé bien, elle n'était pas contente ! Elle pense qu'elle peut tout trouver sur Internet. Moi j'ai repris les choses en main : j'insiste pour qu'elle fasse d'abord ses recherches dans les cours, dans les manuels, dans les Larousse. Et Wikipédia, c'est en dernier recours !"

- Un autre parent : "C'est quand même bien pratique, Wikipédia. On trouve beaucoup de choses. Reste à savoir si  tout est vrai..."

- Le délégué des parents d'élèves, comme habité par les flammes de l'enfer : "C'est sûr ! Vous n'avez pas vu, là, il y a pas longtemps ? On a trouvé un canular vieux de cinq ans sur Wikipédia. Et il y a le prof, là, qui a fait des tests et qui a démontré que les élèves reprenaient n'importe quoi sans réfléchir. Moi je me méfie de Wikipédia."

- Pierrot le Chroniqueur, jugeant opportun d'intervenir : "Ce n'est pas toujours évident, vous savez. Moi je contribue à Wikipédia, j'ai des dizaines de milliers de contributions à mon actif (*Regards surpris dans toute la salle*). Le canular n'a pas été découvert par l'extérieur. C'est un contributeur qui a levé le lièvre. Cela montre que le contrôle finit par être réalisé. Vous savez, il y a actuellement 1,3 millions d'articles rien que sur la version francophone de Wikipédia. Personne ne peut prétendre tous les connaître. Il y a chaque minute plein de nouvelles éditions, dont beaucoup de bêtises. Ceux qui surveillent les ajouts en direct n'ont pas les moyens de tout voir, surtout si le canular est intelligent. Mais, dans l'ensemble, il a déjà été considéré que Wikipédia était aussi fiable que Britannica, Universalis et autres."

- Délégue des parents d'élèves (après un blanc) : "C'est intéressant, mais comme il y a des ajouts sans arrêt, comme vous dites, alors c'est très facile de mettre n'importe quoi. On peut consulter au mauvais moment."

- Pierrot le Chroniqueur, conciliant : "C'est hélas possible, oui. Mais c'est l'inconvénient d'un système par ailleurs si novateur. Et si vous vous méfiez réellement, je vais vous donner une clef : les problèmes surgissent surtout en sciences humaines, littératures, arts, etc. En sciences dures, vous pouvez avoir toute confiance."

- Délégué des parents d'élèves : "Hmmm... Bon, alors qu'en est-il : faut-il consulter chaque soir le cahier de textes de son enfant..."

 

Ah, apparemment, je peux retourner dormir. Et me dire une chose : certaines idées reçues, largement amplifiées par les médias, ont la vie dure. Wikipédia est devenue une institution. Mais pas encore assez ancienne et vénérable pour être respectée. Si elle l'est un jour. Elle le sera, je pense. J'espère ...

 

Commenter cet article

Juraastro 22/01/2013 23:08


"Dans la plupart des collèges et lycées, l'outil informatique et le numérique sont désormais largement répandus et utilisés." => Je ne conteste pas ce fait, le lycée n'est que 1 an et demi
derrière mois, mais ces outils sont-ils maîtrisés par les professeurs pour qu'il puisse l'enseigner aux élèves et les élèves les maîtrisent-ils pour savoir s'en servir à bon escient ? Au vu de ce
que l'on voit, je répond par la négative et je pense qu'on pourra encore répondre par la négative à cette question pendant encore un très long moment. À quoi sert le matériel si on ne le maîtrise
pas ? À rien, de l'argent jeté par les fenêtres (déjà qu'ils pourraient faire des économies s'ils prenaient des ordis sans OS où ils auraient juste à installer
Linux).

JJG 21/01/2013 23:09


Honnêtement, quand je vois le wikipédia en français et que je relis, pour la énième fois, que wikipédia est censé être plus fiable que Britannica et Universalis, je rigole (jaune). On peut
éventuellement dire ça du wikipédia en anglais, mais ce n'est pas vrai pour une grande partie des articles. Wikipédia est un outil au potentiel technique formidable, mais pour avoir du contenu
fiable partout, il y a encore énormément de boulot.

Pierrot le Chroniqueur 21/01/2013 23:16



Et il y en aura encore pour un sacré paquet d'années !



BonifaceFR 21/01/2013 16:28


C'est en lisant le Commentaire n°2, signé Billversée, croyant lire ma réflexion clairement exprimée, que l'envie de commenter à mon tour surgit. Ce n'est pas tant le manque de source que le
défaut de sourçage qui altère la qualité des articles. Une rapide formation au sourçage et à l'apposition de {{refnec}} et {{refsou}} par des élèves de 10 à 18 ans et les
contributeurs majeurs vont peut-être modifier leur mode de contribution (entre Galénica, LeMoteur.fr, WolrdCat, Google Books, etc. les sources sont loin de manquer, quel que soit le sujet de
l'article... reste à discuter de son admissibilité...). Bien d'accord avec la conclusion : ""/.../ l'ambition de WP est d'être une porte d'entrée vers un savoir et surtout un pointeur vers
des sources."


Reste à les présenter, puis à les organiser, ces sources , y compris pour les équipes de D2 et les héros Pikatchoo, etc.


Haro aux articles (à tout le moins aux sections...) non-sourcés !

Pierrot le Chroniqueur 21/01/2013 21:08



Oui, naturellement : des sources de qualité, lorsqu'elles existent, doivent être apposées et renforcent la fiabilité et l'expertise de l'article. C'est une évidence, mais je crois que la
communauté en a largement pris conscience. Les temps préhistoriques où il fallait du nombre, de la quantité, du développement anarchique, avec une rigueur scientifique qui restait subisidiaire,
sont révolus. Il y a bien encore Poulpy pour le déplorer de temps à autre sur le Bistro, mais après tout il faut bien que Darwin passe aussi sur Wikipédia . Rien de plus naturel, et que du bénéfice : le sourçage est bien plus rigoureux maintenant.



Juraastro 20/01/2013 19:21


Les OGM et compagnies sont plus dans les sciences appliquées que dans les sciences dures il me semble. Si on prend les sciences dures sur un plan global, il est quand même vrai que la fiabilité
est nettement supérieure à celle de la plupart des autres domaines (le fer de lance de cette catégorie étant à mon avis les maths).


Pour ce qui est des critiques sur la fiabilité et consorts, toujours le même aveu d'échec d'un système qui tente de ne pas perdre la face en affirmant que le pompage de Wikipédia par les élèves
est de la faute de Wikipédia par sa non-fiabilité et non pas d'un système éducatif qui n'est pas arrivé à s'adapter aux nouvelles technologies et qui n'est pas près d'y arriver.

Pierrot le Chroniqueur 21/01/2013 21:05



"Pas près d'y arriver", cela reste à voir. Dans la plupart des collèges et lycées, l'outil informatique et le numérique sont désormais largement répandus et utilisés. Que Wikipédia ne soit pas
totalement fiable est vrai aussi, et je peux comprendre la méfiance naturelle des professeurs qui constatent que le savoir se trouve dispensé par des canaux hétérodoxes.



Billversée 20/01/2013 13:27


A mon avis, il n'existe pas de domaine qui échappe à l'écueil majeur de l'encyclopédie, le manque de sources. Sur le fond, je pense aussi que les articles de sciences exactes sont en général de
meilleure facture, mais l'équation "sciences exactes=confiance, reste=problèmes" me semble une simplification très dangeureuse sur Wikipédia. Ne pas faire une lecture critique de chaque article
est un mauvais usage de l'encyclopédie. De plus, cela fait du tort à d'excellents domaines littéraires ou artistiques bien traités (la littérature anglaise par exemple).

Donc que dire aux parents d'élèves ? Pour ma part, je proposerais qqch comme "Certes l'encyclopédie requiert un esprit critique primordial à développer chez les jeunes ; l'ambition de WP est
d'être une porte d'entrée vers un savoir et surtout un pointeur vers des sources."

PS nous pouvons supposer que Pierrot, dit le Chroniqueur, n'est pas délégué de parents d'élèves !

Pierrot le Chroniqueur 21/01/2013 21:02



De toute façon, un sujet sur lequel il n'y a pss de sources n'est pas admissible. Cela règle la question.


C'est une simplification que j'ai effectuée, évidemment (je n'avais pas vraiment, à l'oral, l'occasion de développer) et il y a toujours des exceptions. Mais globalement, mon constat me semble
fondamentalement juste.



Billeversée 18/01/2013 16:52


"les problèmes surgissent surtout en sciences humaines, littératures, arts, etc. En sciences dures, vous pouvez avoir toute confiance"

Et voilà, une idée reçue de plus diffusée par notre serviteur ! En sciences humaines je ne dis pas (problèmes de POV parfois), mais nous attendons avec impatience des exemples de problèmes en
littérature et en arts (et en etc.) Pendant ce temps-là, nous ferons un petit tour dans le monde idyllique des sciences dures avec un premier arrêt du côté des OGM, où la "toute confiance" est de
mise :)

Personnellement, dans ces conditions je parle surtout des sources (évaluer rapidement le sérieux du sourçage d'un article est un point déterminant quelle que soit la matière).

Pierrot le Chroniqueur 18/01/2013 18:31



Je ne dis pas que tout est absolument parfait du côté des sciences dures (disons que les rares cas pouvant prêter à polémiques et croyances, comme les OGM ou l'évolutionnisme, ne sont pas
épargnés par les problèmes et autres pov-pushing, dans une dynamique similaire à ce qui frappe nombre d'articles de sciences humaines. En effet), mais en ce qui concerne les sciences humaines (tu
es d'accord), les arts et la littérature, je persiste et signe. Très
franchement, une partie non négligeable des articles sur des films, des livres et autres sont souvent dénués de sources, parfois empreints de copyvio (ah, la fameuse IMDb ...), et souvent
constitutifs de TI, puisque nous sommes régulièrement gratifiés des appréciations personnelles du créateur, ou d'un contributeur ultérieur, sur la qualité de l'oeuvre en question.