Publié par Pierrot le Chroniqueur

Il est un fait : Wikipédia est censée être un site collaboratif. Cependant, il est toujours utile de (re-)préciser dès ce stade de rédaction que le terme collaboratif n'est pas synonyme de total ouverture (en gros : on ne fait pas n'importe quoi). Ceci étant dit, intéressons-nous au procédé de rédaction en lui-même. Prenons un article ex-nihilo, et supposons qu'il soit admissible. La question qui se pose alors est comment peut-on ou doit-on rédiger cette page, qui viendra s'ajouter à "notre trésor" (comme le dit la publicité pour la levée de fond) contre vents et marées (forcément). Car si dans l'idéal, il est concevable de voir une telle page rédigée - autrement dit, atteindre un niveau correct dans un mouvement continu - dans les conditions wikipédiennes par 10, 20 ou 30 petites mains qui vont agir aux trois niveaux (documentation, rédaction, correction), dans la réalité, c'est forcément moins vrai.

J'explique. D'expérience, je trouve qu'il est assez difficile de se mettre à rédiger quelque chose, de le laisser en plan pour une raison ou pour une autre, et de revenir sur l'ouvrage par la suite. Et j'ai - a priori - encore le plan du texte en tête (ou dans un dossier quelconque). Donc, on peut raisonnablement penser que cette rédaction sera dégradée par rapport à une rédaction continue. Une rédaction collaborative de fond et continue - sauf à considérer un échange très soutenu entre le ou les partenaires, ce qui est loin d'être la règle - est donc un phénomène minoritaire (bien que sans doute souhaitable, ce qui est  dans le cadre de Wikipédia, ce qui est un autre débat).
Pourquoi insiste-je sur la continuité du mouvement ? Parce que je pense - mais ce n'est qu'une opinion, encore une fois - que la reprise d'article n'est pas une collaboration au sens strict, mais une juxtaposition. Un peu comme dans les bâtisses qui se voient ajouter des ailes, détruire des murs, murer ou percer des fenêtres ... Le ou les nouveaux rédacteurs vont donc produire leur propre travail sur une base existante, mais avec une perception différente. Il y a alors juxtaposition, la dernière couche pouvant supprimer la précédente à la vue du lecteur (ce qui n'est pas un mal dans tous les cas).

L'un des exemples les plus faciles pour illustrer est la traduction d'un article en provenance d'une autre wikipedia. On a - normalement - un travail de documentation/rédaction/correction qui a déjà été produit (ce n'est pas toujours vrai). Passent le ou les traducteurs. Et là, on se situe forcément dans un nouveau cycle, puisqu'aller discuter du contenu d'une page simultanément sur plusieurs wikipédias en plusieurs langues relève d'une gymnastique peu aisée. On tombe donc forcément dans la juxtaposition du travail.

Mon opinion est que le travail wikipédien est dans une majorité de cas, de juxtaposition. L'élaboration collaborative - l'idéal wikipédien, et ce n'est pas forcément une ânerie - qui permettrait peut-être de combattre des désagréments comme la non-neutralité (à condition, bien sûr, que les collaborateurs ne soient pas "marqués", ce qui est malheureusement une possibilité).

Et là, j'ai l'impression que je n'ai pas été d'une limpidité absolue.

Commenter cet article

Moez 07/12/2009 15:10


Rapelle-toi de l'histoire des trois petits cochons. Le troisième fabrique sa maison avec des briques ET du ciment.
Moez


Pierrot le Chroniqueur 07/12/2009 15:41



Vraiment trop sybillin .