Publié par Pierrot le Chroniqueur

J'ai souhaité revenir dans ce billet, comme annoncé, sur le concept (très) surprenant de redéfinition perpétuelle de la notion d'encyclopédie ou de Wikipédia, par Wikipédia, concept qu'avait récemment, on s'en souvient, développé et soutenu Gentil Hibou. Cette idée n'étant pas isolée, il devient nécessaire d'apporter un éclairage sur icelle (que c'est joliment tourné), bien que j'en ai déjà touché deux mots dans la partie "De la redéfinition spontanée et chronique de la notion d'encyclopédie par et sur Wikipédia" d'un récent billet.



Ce qui ne va pas, là, tout de suite.

L'idée de redéfinition du concept d'encyclopédie Wikipédia est incompatible avec le fait même d'indiquer un cadre, au moyen des principes fondateurs (autrement dit des règles fondamentales ou constitutives du projet). Le fait de graver dans le marbre certains aspects nécessaires à l'élaboration du contenu de Wikipédia fut, de facto, un acte fort, et traduit à mon sens la volonté de définir des bornes à un objet pouvant présenter une croissance très importante (ça, c'est parfois souhaitable) dans des directions totalement imprévues (ça peut se discuter) et surtout non-souhaitables et non-souhaitées. Si le premier principe est compris comme étant redéfini à chaque édition et pour chaque contributeur, puisque redéfinir le concept d'encyclopédie, c'est redéfinir Wikipédia, il devient virtuellement impossible de proposer au lecteur (disons plutôt, à l'observateur extérieur) un produit cohérent. Chacun ayant à la fois raison et tort, cela conduit à une certaine forme d'anarchie pseudo-encyclopédique où chacun aurait toute latitude pour "redéfinir" le concept d'encyclopédie afin d'y faire figurer tout et n'importe quoi. Surtout n'importe quoi, en fait.

 

 

Ce qui ne va pas, ensuite.

Le concept d'encyclopédie a évolué, c'est un fait, ne serait-ce que parce que prétendre compiler un savoir dépend énormément du dit savoir. Ce que pouvait présenter Pline dans son Histoire naturelle, et qui se voulait comme exhaustif, est de nos jours strictement impossible sur plusieurs aspects : un homme seul ne peut embrasser la connaissance humaine (même restreinte aux connaissances académiques brutes) et encore moins tenter de la présenter. Encore faudrait-il s'entendre sur la notion même de connaissance et d'Humanité (surtout à cette époque). L'encyclopédie devient donc non plus un "ensemble, enchaînement de toutes les connaissances", mais plutôt un "ouvrage de référence contenant des articles de fond (souvent classés par ordre alphabétique) portant sur un grand nombre de sujets, généraux ou spécifiques", en passant par quelques étapes intermédiaires. Autrement dit, un ouvrage présentant un "état de l'art" sur un certain nombre de sujets, par essence sélectionnés. Le concept est essentiellement là. Wikipédia ajoute des conditions supplémentaires à l'élaboration de cet ouvrage, sans toucher à ce concept : la neutralité (il n'est pas interdit de présenter un état de l'art marqué par une idéologie, après tout), l'élaboration collaborative (qui n'est pas une nouveauté dans l'absolu) et une notion non-commerciale (les licences libres, bien que le contenu puisse être vendu). Sont intrinsèques, finalement, au concept d'encyclopédie actuel, l'interdiction du travail inédit et la vérifiabilité (encore que ce dernier point puisse être discutable selon les éditeurs). Les Wikipédiens n'ont donc jamais redéfini le concept d'encyclopédie, quelle que puisse être leur appréciation du champ qui doit être couvert. Et ce bien que les entorses existent (qui sont réparées plus ou moins rapidement) : notons en particulier que les Wikipédiens n'ont pas à extrapoler sur le travail des historiens futurs (ou passés), tentation toujours très (trop) présente.

Et puis, entre nous, allez vendre à des spécialistes qu'ils vont travailler dans un cadre mouvant (et pour des clopinettes). Il y a mieux pour les appâter.



Ce qui ne va pas pas, de toute manière.

Comme les Wikipédiens n'ont pas redéfini le concept d'encyclopédie, ils ne risquent pas de le faire continûment. Le prétendre est, à mon sens, ou très prétentieux, ou synonyme d'inconscience de la réalité. Comme je le dis souvent, la révolution Wikipédia (ou plutôt Wikimedia) est la systématisation du mode collaboratif à grande échelle (avec un support utile et adapté, le logiciel Mediawiki). Aucune nouveauté, ni dans l'approche de l'écriture ni dans celle du contenu (les contenus multimédia hors ou en ligne existant avant Wikipédia, est-il utile de le rappeler). On me rétorquera que le contenu évolutif, "dynamique", est pourtant une innovation. Je répondrai que non, il s'agit juste d'un possible concrétisé par la technique.



Ce qui peut aller.

Le concept de "redéfinition perpétuelle du concept d'encyclopédie" est, à mon sens, avant tout un argument de vente. Intéressant, mais faux (nous l'avons vu). Il est intéressant car il indique une dynamique (allusion au mouvement perpétuel) appliquée à ce qui apparaît comme un monument figuratif (ce qu'est une encyclopédie). La dynamique est toujours positivement perçue par rapport à l'immobilité ou pire, à l'immobilisme (entre nous, c'est une des raisons pour lesquelles le principe "n'hésitez pas" est aussi mal compris, mais c'est une autre histoire) - je n'apprends rien à personne - et quand on offre à tout à chacun la possibilité de se prendre pour Diderot, ça flatte l'égo. Par contre, ça ne résiste pas quand on gratte le verni, comme le dirait GH. C'est bien dommage.

Commenter cet article

GH 18/05/2011 13:35



L'exhaustivité est à la fois horizontale (avoir un maximum d'articles pour ne négliger aucun pan du savoir) et verticale (être le plus complet possible sur chaque article). L'exhausitivité, c'est
l'alliance de la quantité et de la qualité.



Pierrot le Chroniqueur 18/05/2011 17:26



Je ne suis pas sûr, comme je le laissais sous-entendre plus haut, que le maximum d'articles soit un synonyme de non-négligence. Au contraire.



Meodudlye 18/05/2011 09:44



@GH: tu dis : " . A la limite, s'il ne fallait garder qu'un point commun, ce serait la prétention à l'exhaustivité. " je suis entièrement d'accord avec toi, mais je conclus de manière
opposée à toi. L'exhaustivité implique qu'on ne laisse rien de coté sur un sujet. C'est donc un éloge de la qualité.



GH 17/05/2011 21:40



Je comprends ton point de vue mais, comme souvent, je le trouve trop étriqué. Sans entrer dans le détail de l'argumentation je pense que le support (numérique) joue un rôle fondamental car il est
extrêmement malléable et permet des expérimentations illimitées. Chez les germanophones on teste la validation des modifs, ailleurs on sonde les lecteurs sur leur perception de la qualité de
l'article (désolé j'ai un trou, mais je crois que c'était sur l'anglophone)... De ce point de vue le concept Wikipédia est dynamique. Peut-on dire que c'est le concept d'encyclopédie qui est
redéfini ? Tu penses que non, je pense que oui. Ma position tient au fait que personne ne sait réellement ce qu'est une encyclopédie, à plus forte raison ce qui est encyclopédique. Et il y a
autant de différence entre la Wikipédia de 2001 et celle de 2011 qu'entre l'ouvrage de Pline et celui dirigé par Diderot. A la limite, s'il ne fallait garder qu'un point commun, ce serait la
prétention à l'exhaustivité. Un éloge de la quantité en somme.


Sinon vernis prend un s, c'est mon côté prof chiant qui ressort, désolé... ou  (trop drôles tes émoticônes). Heureusement tu seras bientôt débarrassé de mon blog (c'est chronophage tous ces billets qui se
croisent et se répondent ).



Pierrot le Chroniqueur 17/05/2011 22:05



Je ne conteste surtout pas la malléabilité du contenu, et l'évolution de la technique (et donc des possibilités) offertes par Wikipédia, bien au contraire. Ce sont ces points très particuliers
qui créent une dynamique réelle des contenus. Mais ces points ne sont pas des redéfinitions de concept d'encyclopédie. Pour prendre un exemple dans l'air du temps, c'est comme si tu me disais que
l'équipement et l'évolution de points réglementaires ont changé le concept du football : ce qui fait que je ne pense pas qu'il y ait vraiment de différence entre Wikipedia 2001 et Wikipedia 2011,
sur le fond. Pour l'éloge de la quantité (ou de l'exhaustivité), je ne suis pas certain que nous entendons la même chose.


Il y a quelque chose qui me contrarie beaucoup dans ce que tu dis (mais tu n'es pas le seul) : "[...] personne ne sait réellement ce qu'est une encyclopédie, à plus forte raison ce qui est
encyclopédique". Il me semble pourtant que les définitions sont données (même "vagues"), et que l'affirmation de certains points forts (sources fiables, pas de travail inédit) centrent
encore un peu plus la chose. En plus, je pense que cette affirmation contient le germe de l'impossibilité même de redéfinir un concept, puisqu'on ne sait pas le cerner (et qu'en plus,
vues les divergences de positions entre contributeurs, Wikipédia aurait un strabisme divergent).


Pour vernis, je suis entièrement d'accord. Je le laisse sans s, cependant, pour me rappeler à l'avenir d'être plus rigoureux.


Quant à ton blog, je te répondrai ici la même chose que j'ai maintes fois indiquée en privé, ou en public : la pluralité des expressions étant pour moi souhaitable et nécessaire, je déplore à
l'avance la cessation d'activité de ton blog (ou d'un autre).



gribeco 17/05/2011 21:18



tl;dr: "Non seulement ces petits cons écrivent n'importe quoi, car moi je SAIS que le but du projet et de produire un clone de Britannica sous licence libre, mais en plus ils se permettent de
redéfinir le cadre du projet sans demander mon autorisation."



Pierrot le Chroniqueur 17/05/2011 21:21



Pas vraiment ce que je dis. Mais tu restes libre de le penser.