Publié par Pierrot le Chroniqueur

Je papotais l’autre jour sur Twitter avec l’ami Maurilbert de l’état de Johnny Hallyday - son article sur Wikipédia, bien sûr. Parce que Johnny va forcément bien, sinon … - et plus particulièrement de l’introduction. Trop longue, selon mon interlocuteur (et franchement  il n’a pas tort), qui s’interrogeait donc sur l’élagage qu’il convenait de faire. D’un point de vue plus général, l’anecdote m’a conduit à me poser quelques questions sur ce que devrait être une bonne introduction sur Wikipédia. Qu’y faire figurer et pourquoi (bien sûr, chacun a son avis et a sa manière de créer des articles, mais faisons comme si) ?  

 

Bien entendu, l’exercice n’est pas le même que s’il s’agissait d’écrire une histoire ou de rédiger une dissertation, Wikipédia n’étant pas une œuvre littéraire et ne cherchant nullement à exécuter une démonstration – au contraire. Les plans de type accroche/présentation sommaire/exposé de la problématique/annonce du plan (conformément à une dissertation, littéraire comme philosophique, scientifique ou juridique) ne correspondent clairement pas à ce qui est exigé et sont donc à proscrire. Il n’est pas plus utile de faire comme moi et d’y mentionner Johnny Hallyday pour augmenter la visibilité. Ça, c’est bon pour les blogs. Pour avoir une idée théorique de la question, le plus simple est encore de se rendre sur la page dédiée (qui n’est, attention qu’une recommandation. Pas d’obligation spécifique). Déjà, on peut observer que le titre en lui-même est éclairant : les articles de Wikipédia sont censés avoir un « résumé introductif ». Rien que cette recommandation est loin d’être observée. Une bonne proportion de biographies ne contient ainsi, en guise de « résumé introductif », que les noms, dates et qualités du sujet. Ce qui serait donc insuffisant : « Le résumé introductif donne une vision globale de l’article en établissant le contexte, résumant les points les plus importants, expliquant l’intérêt du sujet et résumant d’éventuelles controverses s’il y a lieu ». Autrement dit, l’introduction wikipédienne a vocation à présenter dans sa globalité le sujet traité, à l’introduire au sens premier du terme. Donc à présenter les éléments les plus importants du sujet - ou les événements marquants de sa vie, s’il s’agit d’une biographie – et même à en exposer l’intérêt (comprendre : les raisons de son traitement sur Wikipédia. Comme indiqué plus loin sur la page de recommandation : l’introduction doit démontrer la notoriété du sujet) ; dernière recommandation très peu respectée. Il est aussi précisé que le « résumé introductif » doit « établir le contexte » pour rendre l’article « autosuffisant » (c’est-à-dire que le lecteur doit pouvoir comprendre de quoi on parle sans aller voir une tonne d’autres pages. C’est un petit peu dommage finalement, cela ne l’incite pas à aller lire d’autres articles !), et doit constituer un « condensé autonome » présentant les points importants de l’article - cf. ce que je disais précédemment -  pour des raisons assez judicieuses.

 

Voilà pour le fond. Sur la forme, maintenant, il est conseillé de rédiger l’introduction ainsi : une première phrase, contenant de préférence le nom de l’article, doit définir le sujet. Et il faut même utiliser le verbe « être » (oui, ça va loin les recommandations…). Ensuite, il faut placer les fameux points importants dans un paragraphe distinct de la première phrase. Par contre, il ne faut pas donner de titre à l’introduction afin qu’elle soit située avant le sommaire (s’il y en a un). Enfin, il faut éviter autant que possible l’insertion de références dans l’introduction pour éviter de l’alourdir, et aussi parce que celles-ci sont prioritairement destinées à l’illustration de détails dans le corps de l’article.

 

Moui. Tout ceci, comme je l’ai dit, est théorique, et est loin, très loin, de se concrétiser sur les articles. Et honnêtement, je ne suis pas sûr que ce soit même un idéal vers lequel tendre. Je ne suis pas un fanatique des introductions à rallonge. Surtout, plusieurs problèmes me semblent se poser :

 

1.      Il faut tenir compte de la taille de l’article. L’introduction doit tout de même être proportionnelle au développement. Conséquemment, se pose l’intérêt d’un résumé introductif pour tout article de moins de, allez, disons 5 000 octets.

2.     Cerner le sujet est certes utile mais peut mener à des paraphrases du développement. Quel intérêt, dans un article encyclopédique, de rabâcher la même chose ? Il faut donc faire très attention, et sans doute privilégier la concision. Ou se contenter d’une phrase…

3.     Et c’est le plus important. Brièvement présenter  les éléments principaux dans l’introduction implique de les sélectionner. Sans que l’on sache très bien en fonction de quel(s) critère(s). Et là, attention à la neutralité de point de vue. Car l’introduction est certainement, et logiquement, la partie la plus lue d’un article. Y mettre en exergue certaines choses au détriment d’autres est un choix éditorial qui doit à ce titre obéir aux principes fondateurs. Mais c’est extrêmement délicat à gérer. Si une personnalité fait l’objet de poursuites judiciaires (qu’elle soit condamnée ou non), faut-il l’indiquer en introduction ? N’est-ce pas dénigrant, donc non neutre, de mettre ainsi cet épisode en valeur ? Mais le taire pour mieux lisser l’introduction n’est-il pas tout aussi peu neutre, si cette procédure est effectivement un événement important de la vie du sujet ? Car ce sont, je le rappelle, les informations « importantes » qui doivent y être exposées. Il n’est déjà pas évident de savoir ce qui doit ou non figurer sur un article (à tel point que les Wikipédiens peuvent se déchirer entre eux à ce sujet). Alors déterminer ce qui est « important », en plus d’être admissible sur l’article, pour savoir s’il faut le mettre ou non en introduction…

 

Le mieux serait donc de prévoir des critères le plus neutre possible pour faire une introduction la moins problématique possible (je ne dis pas la meilleure, notez bien…). Cela a l’air d’une lapalissade, mais ce n’est pas si évident qu’il n’y parait de prime abord… Le mieux est encore de se référer aux principes que l’on connaît bien, comme la vérifiabilité. L’idéal est d’avoir des sources présentant déjà ce qui est essentiel ou non quant à un sujet, afin de s’appuyer dessus. En l’absence de telles sources, cela se corse. Il est alors envisageable de rechercher ce qui est le plus souvent évoqué quant à un sujet pour rédiger l’introduction. Mais cette démarche, quasiment basée sur le résultat Google, n’est guère encyclopédique… Il faut donc la coupler avec une autre méthode, qui risque cependant de flirter avec les lignes de la neutralité (risque toutefois tempéré avec la recherche de sources. J’insiste sur le « coupler ») : évaluer soi-même l’importance de l’élément par rapport aux autres. Autrement dit, on trie, mais pas n’importe comment. Le meilleur moyen de savoir ce qui est le plus important est de rechercher les conséquences. Plus il y a de conséquences constatées, plus c’est important et digne d’être en introduction. On reste ainsi relativement objectif encore.

 

Mais bref, vous l’avez compris, je préfère les introductions concises, voire très courtes. Quitte à ne pas précisément cerner le sujet en introduction, cela reste la meilleure garantie d’être neutre. Et  d’éviter les prises de tête.

Commenter cet article

LittleTony87 24/10/2011 18:32



Sorry pour la confusion, je me levais juste (aaaaaaaaah la vie d'étudiant). :D


Pour ce qui est de "notice", j'ai essayé de faire ressortir avec le coup du "dictionnaire encyclopédique" l'idée de faire le tour du sujet très rapidement. J'ai par exemple un dictionnaire
encyclopédique d'histoire où un certain nombre de grands événements qu'il est possible de bien détailler sont résumés en quelques phrases. C'est le but même de ces résumés introductifs. Permettre
au lecteur de savoir de quoi il en retourne, sans pour autant se farcir tout l'article. Si le plan est bien fichu, on peut arriver à un résumé utile qui offre aussi un compromis entre les
soutiens d'articles courts et longs. On peut ainsi cumuler les deux.


 


Après, tout dépend bien sûr des limites qu'on pause à la brièveté du truc. Je pars du principe que 3/4 paragraphes de 4 lignes chacun est un maximum, et encore, pour un gros article. En général,
le résumé peut facile faire moins de 10 lignes. Ca ne me semble alors pas bien long.



LittleTony87 24/10/2011 12:49



Pas tout à fait d'accord (enfin tout dépend de ce que tu appelles court). Sur un article "long" (mettons plus de 25/30 ko), une bonne intro doit être, à mon avis, ce que serait une notice dans un
dictionnaire encyclopédique. En gros, permettre au lecteur de faire le tour de sujet de la façon la plus concise possible. Ceci, cumulé avec un plan assez parlant, peut ensuite lui permettre
d'approfondir les points qu'il désire. C'est du moins un effort vers lequel tendre.


 


Après, pour le faire sur chaque article que je travaille à fond, il est certain que résumer un gros article en trois courts paragraphes est un certain défi. Et que, à mon sens, cela ne se fait
convenablement qu'une fois l'article terminé (perso, je suis toujours revenu dans les grandes largeurs sur des résumés ébauchés avant de finir l'article). Il n'empêche qu'en général, je pose une
ébauche de RI en commençant le travail, pour savoir vers où je devrai aller.


 


Quant à la neutralité, il est certain que sur un article potentiellement NPOV, le RI peut l'être plus facilement que le reste. Ca me rappelle d'ailleurs une grande discussion que j'avais eue avec
SM et quelques autres au sujet de l'intro de Charles Pasqua : pour moi, qu'il élude totalement toutes les affaires auxquelles il a été mêlé (qui font, qu'on le veuille ou non, partie du
"personnage" jusque dans la culture populaire) était potentiellement NPOV. Mais là encore, en s'y mettant à plusieurs on arrive à un résultat pas dégueu du tout. Multilplier les approches peut
parfois être un gage de NPOV (parfois...).



Pierrot le Chroniqueur 24/10/2011 18:25



Pas vraiment. Si l'introduction devient une notice dans un dictionnaire encyclopédique, on est dans un cas soit trop complet pour une simple introduction (on bascule réellement dans le résumé),
soit pas succint (et dans ce cas, on n'est plus dans une introduction du sujet).


Pour la POV/NPOV, je crois que tu mélanges un peu les termes (mais tant qu'on se comprend...).