Publié par Pierrot le Chroniqueur

 

Ou un petit prolongement intéressant de l'analyse que je faisais il y a quelques temps sur la différence de qualité — mais aussi de difficultés à traiter, principalement en raison de l'impératif de neutralité de point de vue, et ceci explique en grande partie cela — sur Wikipédia bien sûr, entre les sciences dites exactes, ou dures, et les sciences humaines et sociales (SHS). Je vagabondais comme à mon habitude sur la blogosphère wikimédienne, et je découvre, déniché par Frakir dans son dernier billet, un article publié sur le site "Enseigner l'ÉCR !" — "ÉCR" pour "Éthique et Culture Religieuse" — et intitulé "Se fier à Wikipédia en culture religieuse ? L'avis de trois experts", qui présente les avis de trois universitaires en théologie sur le traitement du domaine spirituel sur Wikipédia, avec courtes analyses de plusieurs articles ciblés en particulier, à titre illustratif.

 

Le bilan est mitigé, avec des hauts et des bas, en fonction des sujets abordés. Cela n'a rien d'étonnant, on sait très bien que Wikipédia, après un peu plus de 10 ans d'existence, ne peut, en terme de qualité, s'être uniformément développée. Ce qui est d'emblée intéressant, cependant, c'est que les critiques qui sont portées n'ont rien de structurel, une tendance de fond qu'on observe depuis un bon moment déjà dans le milieu universtaire. J'explique : il était de bon temps, pendant longtemps, et cela reste encore vrai, mais de manière de plus en plus marginale, d'y critiquer le concept-même de Wikipédia, avec le tout-venant pouvant écrire tout et n'importe quoi (et généralement n'importe quoi, comprenait-on à la lecture de leurs plumes volontiers dédaigneuses) ; en clair, Wikipédia ne pouvait pas marcher, ni être fiable, parce qu'élaborée par une masse d'inconnus. Le tout se doublait évidemment d'une crainte quant au changement profond, entre l'utilisation d'Internet, la gratuité, le libre, le bénévolat, l'ouverture à tous pour contribuer, par rapport aux modèles traditionnels de diffusion de la connaissance, dont les universitaires sont un peu les gardiens autoproclamés du Temple. Aujourd'hui, cette méfiance est révolue, et rares sont devenues les critiques portant sur l'essence même de ce qu'est Wikipédia, au fur et à mesure, évidemment, que le projet se maintenait, et même se développait, y compris en qualité (du moins, espérons-le). Il suffit de constater que même un Pierre Assouline a abandonné depuis longtemps déjà cette critique systémique qui est largement, sans vouloir verser dans l'autocélébration, démentie par les faits. Ce qui ne signifie pas qu'il n'y a rien à redire sur la nature et le fonctionnement de Wikipédia, ce blog en est, du moins je l'espère, une bonne illustration (certes avec un point de vue interne puisque je n'ai jamais caché, malgré mon "anonymat" wikipédien, activement contribuer à ce projet).

 

Les critiques se font donc plus précises et dans un cadre moins idéologique. L'exemple dont je parlais plus haut en est une illustration : la critique porte exclusivement sur le contenu ; ses forces, ses faiblesses, ses lacunes. Aucune autre dimension n'interfère. Pour autant, l'osmose n'est pas parfaite car le problème qui demeure — et qui est encore, sans aucun doute, un frein à l'irruption de spécialistes et d'universitaires appportant leur expertise à Wikipédia — est la différence entre leurs grilles de lectures, largement dominées par la dimension analytique propre à tout travail universitaire sérieux, ce qui implique aussi de proposer et de prendre position, et celles de Wikipédia, largement inhérentes, bien sûr, au mode contributif qui en est l'apanage, en particulier sur la neutralité, la présentation des points de vue et leur attribution. Double illustration d'ailleurs dans le cas présent, malgré un ensemble de commentaires globalement très intéressants et qui apportent, mais pas totalement, un petit bémol à mon pessimisme sur les SHS sur Wikipédia (tout n'y est pas catastrophique non plus, même si le tout apparaît encore largement insuffisant, du moins en admettant que les exemples pris ici puissent être un échantillon représentatif, ce qui est évidemment un raccourci somme toute hâtif à effectuer ...) :

 

  • Le professeur Couture critique notamment ainsi l'article "Hindouisme" : "Pour être simplement lisible, cet article demanderait à être revu de fond en comble, et il faudrait au moins en situer d’emblée clairement le point de vue". Sauf, nous voilà en plein dedans, qu'un article de Wikipédia ne doit pas adopter de point de vue. Et cela, en particulier, évidemment, dans des domaines sensibles et propres à la subjectivité comme la théologie, ou tout simplement les SHS en général, les universitaires ont décidément, mais c'est logique, beaucoup de mal à l'appréhender. C'est ici d'autant plus dommage que le reste de sa critique me semble particulièrement pertinente. En tout cas, je ne peux qu'inviter mes lecteurs qui s'intéresseraient à cet article à se pencher plus en détails sur les pistes d'amélioration proposées par Monsieur Couture.
  • Un court extrait de l'article consacré aux Témoins de Jéhovah, polémique s'il en est, fait l'objet de cette appréciation négative de la part d'Alain Bouchard : "Cette affirmation est très tendancieuse et contredite par plusieurs psychologues et sociologues. Il faudrait trouver dans l’article des références à ces travaux". La critique sur le manque de sourçage de qualité est appréciable, mais le problème, là encore, vient, si on gratte un peu, de la difficulté pour Alain Bouchard de discerner neutralité et travail de qualité. Le passage qu'il conteste en ces termes est simplement une courte présentation, attribuée et sourcée, d'un rapport parlementaire français de 2006. Bouchard assimile visiblement cela au point de vue de l'article-même de Wikipédia (alors que l'attribution est en réalité nette), et propose donc cette critique parce que lui-même, visiblement, n'est pas d'accord avec les conclusions de ce rapport. L'estimant inexact, il souhaiterait le voir disparaître pour une meilleure qualité ... de son point de vue, confondant, piège classique, article synthétique de Wikipédia présentant les points de vue et construction intellectuelle d'une thèse.

 

Ce constat n'est pas nouveau, et un certain nombre d'universitaires ont même été bloqués sur Wikipédia pour difficultés à contribuer de manière neutre, en dépit d'une possible, voire probable, expertise dans leur domaine. On se souvient par exemple du triste destin de contributeur d'Olivier Blanc, qui a fini par quitter le navire après plusieurs longs blocages. Le projet aurait pourtant bien besoin de ces experts, disposant de surcroît d'une masse appréciables de sources de qualité qui enrichiraient avantageusement nombre d'articles de l'encyclopédie participative en ligne, mais il est évidemment impossible que cela se fasse au prix d'un sacrifice, même ponctuel, du deuxième principe fondateur. Un travail pédagogique sur la neutralité — avec toutes les difficultés qu'on peut imaginer pour faire redevenir élèves des professeurs ... — devra être réalisé pour que cette potentialité devienne réalité. Wikimédia France qui, souvenons-nous en, a aussi, paraît-il, un travail de promotion des projets de la Wikimedia Foundation en plus de celle du libre (d'aucuns ne manquent pas de souligner que ce premier aspect est de plus en plus oublié au profit du second ...) y verra peut-être un rôle à sa mesure. Ou de quoi occuper le nouveau directeur exécutif et son salaire annoncé de ministre (il paraît que ça aussi, d'aucuns l'ont souligné en grinçant des dents).

 

Commenter cet article

Exploser 04/03/2012 04:08


Euh... Quel salaire de ministre ?

Pierrot le Chroniqueur 05/03/2012 19:46



Il faut être membre de Wikimédia France pour pouvoir suivre tout cela ...



Le concombre masqué 25/02/2012 23:09


Je n'ai pas interprété comme toi les critiques de ces deux universitaires, qui me semblent au contraire avoir tout à fait coopéré dans leur analyse avec une interprétation de ce qui est
souhaitable assez voisine de la neutralité wikipédienne.


Ce qu'André Couture reproche à l'article sur l'hindouisme, c'est précisément de ne pas être neutre (enfin, il lui reproche aussi d'être truffé d'inexactitudes). Pour citer son analyse, il
reproche à l'article de se développer  "dans le cadre d’une approche ésotérique de l’hindouisme", et ce avec malhonnêteté intellectuelle : il présente un point de vue marginal en
s'appuyant pourtant sur des "pécialistes reconnus" au point de "maquiller" son parti pris éditorial et "brouiller les pistes". Dans le genre pas poli, c'est pas poli.
Ce qu'il souhaiterait c'est justement un article neutre : développant majoritairement les thèses majoritaires sans occulter les points de vue secondaires - à défaut le moins qu'on puisse demander
est de correctement attribuer les points de vue ("situer d’emblée clairement le point de vue"). Ce me semble étonnamment proche au fond des exigences d'une écriture correcte : idéalement
on écrit du premier coup quelque chose de parfaitement équilibré - mais sauf à être très cultivé on n'y arrive pas forcément, même de bonne foi - mais la demande minimale non négociable, c'est de
clairement dire d'où on parle.


Au passage, on rappellera qu'Hindouisme est un article labellisé (le vote l'ayant promu vaut son pesant de cacahouètes ; en positif "La qualité des références et de la typographie en font un BA" ; en critiques constructives suivies
d'améliorations : "Guillemets droits "" alors qu'on devrait trouver des «  »") Bon concèdons qu'il s'agissait d'un AdQ très ancien soumis à contestation, ce qui peut expliquer
l'inertie ("Pour le travail effectué depuis la contestation.") mais quand même : AUCUN des 10 votants pour le label n'a fait une remarque, même mineure, montrant un iota de culture
hindoue ou d'intérêt pour le domaine de l'article.


Sur Alain Bouchard et les témoins de Jéhovah, il n'est d'abord pas inutile de signaler que AB est un expert contesté (sur ces thématiques des "nouvelles religions" c'est assez fatal, mais quand
même : il a un côté "idiot utile" de la scientologie qui n'est pas sans me donner quelques frissons préalables (cétipabo ?) Cela étant posé, il me semble quand même que le résumé que tu fais
de son analyse la déforme : il ne sous-entend pas comme tu le suggères (je te cite) qu'"il souhaiterait  voir disparaître [ce rapport]  pour une meilleure qualité
... de son point de vue" mais a une position beaucoup plus proche de l'exigence d'''undue weight'' et au fond d'exigence de neutralité. Il ne reprocche pas à l'article de faire
allusion à un rapport français mais l'''’insistance sur [ce] rapport''' : pas le fait d'en parler, le fait d'y passer trop de temps. Et accessoirement l'occultation du contre-point de
vue : il n'est peut-être pas habile de choisir dans ce rapport une phrase contestée, il n'est en tout cas pas possible de la choisir sans apporter des "références" aux travaux
scientifiques qui ont des conclusions opposées.


Bref, contrairement à toi, je ne vois pas de fossé entre le mode d'examen critique des articles et les règles imposées par Wikipédia à la construction de ceux-ci. La neutralité est un truc
bizarre, mais c'est un truc pas non plus si différent des contraintes de l'écriture d'un travail scientifique un tant soit peu honnête.

Pierrot le Chroniqueur 29/02/2012 12:35



Nous n'avons visiblement pas tout à fait la même analyse, mais elles ne sont pas si éloignées que cela.


 


Concernant André Couture, j'ai bien dit que "le reste de sa critique est particulièrement pertinente", sous-entendu eu égard aux exigences méthodologiques des principes fondateurs de Wikipédia.
Je suis donc plutôt d'accord avec toi, à ceci près que la solution qu'il propose est bien de définir un "point de vue", autrement dit un biais en forme de fil directeur (typiquement un travail
universitaire) pour améliorer l'article. Ce qui est bien contraire à la NPOV, particulièrement à l'undue weight dont tu parles pour l'autre cas.


 


Et justement, ce que dit Alain Bouchard, indépendamment de la réputation, avérée ou non, que tu lui prêtes, n'a rien à voir avec l'undue weight, à mon humble avis. C'est même tout le
contraire. Déjà, on ne lit pas la même chose : désolé, mais il reproche bel et bien à l'article cette allusion au rapport français. Il déplore certes l'insistance, mais veut bel et bien, du coup,
supprimer la phrase dont je parle dans mon billet, et qui est un simple résumé, convenablement sourcé et attribué, du rapport parlementaire en question. Supprimer cette phrase en revient à
supprimer toute mention du point de vue de ce rapport (qui, à l'évidence, ne convient pas à Bouchard) ; on est donc loin de l'undue weight puisque le point de vue contenu dans ce rapport
parlementaire, où il y a un certain nombre de sources et qui est très connu, me semble-t-il, dès lors qu'on touche à l'étude des sectes et des Témoins de Jéhovah, doit alors être présenté à
proportion de son importance (undue weight, donc), ce qui n'est donc pas le cas avec la volonté de caviardage d'André Bouchard. Je n'ai
peut-être pas insisté là-dessus, mais il y a dans cet exemple un décalage entre son discours et les actes qu'il préconise (déplorer la supposée insistance, que je n'ai franchement pas vue, sur ce
rapport et souhaiter en réalité faire disparaître toute mention dès lors qu'on se penche sur sa proposition concrète ...). Et ces actes qu'il préconise sont bel et bien typiques de ce qu'on
pourrait appeler un "travers universitaire" ("travers" dans le sens où ça ne convient pas à Wikipédia, pas que c'est en soit contestable), conduisant (cf. les thèses) à vouloir démontrer quelque
chose et prendre position.


 


En conclusion, comme quoi on n'est pas si éloignés que cela , je n'ai pas davantage vu de "fossé entre le mode d'examen
critique des articles et les règles imposées par Wikipédia à la construction de ceux-ci" - le propos de mon billet, son titre en dit tout je crois, est justement de montrer que les critiques
universitaires sont de moins en moins sytémiques - mais simplement une difficulté persistante et logique à appréhender la NPOV pour les universitaires qui souhaiteraient contribuer sur Wikipédia,
ce qui se voit dans ces exemples d'analyses d'articles. Mais j'ai bien noté qu'un certain nombre de choses convergent, et cet état de fait combiné à la disparition de cette critique systémique de
principe de Wikipédia fait que les rapports entre ces deux mondes vont en effet dans le bon sens. J'espère à terme la mise en place de véritables passerelles, pour mieux "recruter" les cerveaux
et spécialistes qui manquent cruellement encore à Wikipédia (et c'est, je crois, l'une des principales raisons qui font que, sur fr, on se préoccupe encore davantage de l'apport quantitatif
plutôt que qualitatif. On a 1 200 000 articles, et très peu, y compris et surtout parmi les sujets fondamentaux, sont réellement approfondis. C'est vraiment l'un des enjeux des 2-3 prochaines
années à mon avis).