Publié par Pierrot le Chroniqueur

Où est Charlie ?

Après une petite semaine de "vacances" (ou plutôt, soyons honnêtes, d'une bonne poussée de poil dans la main), je propose quelque(s) réflexion(s) sur le phénomène d'instrumentalisation de Wikipédia à des fins de promotion (au sens large). Sujet bateau, mais qu'il ne me semble pas avoir abordé ici. Ou alors, il y a longtemps, ce qui nécessiterait une piqûre de rappel.

Rappelons (pourquoi pas) le principe de fonctionnement du wiki : la libre modification de pages d'un site internet aux personnes autorisées à le faire. Wikipédia, étant un wiki, propose cette fonctionnalité pour (quasiment) toutes ses pages à tout le monde. Exception notable : les personnes s'étant assez distinguées pour leurs attitudes et faits peu ... adéquats.
Ce fonctionnement, qui a ses défauts et ses qualités, présuppose dans le cas de Wikipédia plusieurs choses :
  • la volonté de faire au mieux. A priori partagée par beaucoup de gens qui viennent sur Wikipédia.
  • la volonté de construire une encyclopédie. Déjà, le beaucoup est moins important qu'au dessus.
  • la volonté de construire une encyclopédie dans le cadre décrit par les principes fondateurs de ladite encyclopédie. Sans chercher à les contourner. Le beaucoup se réduit encore.
  • la capacité de construire ladite encyclopédie. Le terme de capacité recouvre beaucoup de choses. Mais, force est de constater que ce n'est pas une propriété universelle.

Je reviendrai sur ces points, à un moment où à un autre, mais le sujet qui nous préoccupe ici est l'insertion de contenu promotionnel. Une définition simple du contenu promotionnel est, finalement, un contenu qui ne respecte pas  l'une ou l'autre des deux choses suivantes :
  • rédaction dans le respect de la neutralité.
  • l'interdiction du travail inédit et la pertinence des sources.

Et tout ça, sans parler du problème de la notoriété, qui est à géométrie très variable (je pense en particulier, puisque c'est le plus caractéristique à mon avis, aux hommes politiques et artistes).
Si on ne peut reprocher à un blog (le mien, comme tous les autres) de faire dans le publicitaire, puisque justement le but d'un blog est de faire partager son avis, son expérience ou ses recettes de cuisine au gré des vents du cyber-espace en espérant que leur impact sur les foules sera un peu différent de nul, l'introduction d'un tel facteur dans une encyclopédie reste en contradiction avec la fameuse NPOV (neutralité de point de vue). Il existe, selon la CdPC1, plusieurs types différents de pages à contenus publicitaires :
  1. La page de type Pourquoi-pas ? qui en général n'est pas très agressive, ni très ... persistante, tellement l'objectif est criant et le hors-critères visible. Avec une bonne explication, le ou les créateurs sont souvents raisonnés, et la suppression se passe bien.
  2. La page de type J'le mérite alors allons-y ! qui est, très souvent, le type affectionné par l'homme politique, l'artiste, le scientifique ou autre sportif (ou partis, groupes artistiques, laboratoires et clubs) entre autres candidats (la liste n'est pas exhaustive) en mal d'une reconnaissance qui, forcément, leur est due. En général, ça tourne au vinaigre, dans un sens comme dans l'autre. Un passage en page à supprimer, par exemple, n'est pas un gage de suppression (je sais, c'est un pléonasme), puisqu'on trouvera toujours des gens pour invoquer l'exception aux critères, ou mieux, la citation à plusieurs reprises dans des publications (devenant candidat à un concours du type "ma binette partout" comme dirait le Canard Enchaîné). Disperser l'adresse d'un site de manière automatique sur des dizaines de page fait partie de la mouvance.
  3. La page de type Faisons-le discrètement ... Là, on sort du simple pas publicitaire, et on rentre de plein pied dans le problème de la neutralité. Inutile de développer plus, j'en ai déjà parlé à plusieurs reprises ... et c'est un véritable tonneau des Danaïdes.

Tout ça pour rappeler que le problème de la publicité (ou plutôt de la non-neutralité) est un souci majeur pour Wikipédia. Et ce d'autant plus que les pressions externes existent pour que l'information (admissible, cela va de soit) se présente dans une ligne favorable à tel ou tel. Tout dernièrement (niveau sphère internet), c'était l'instrumentalisation par l'industrie pharmaceutique de Wikipédia. Aujourd'hui, c'est Ataraxie qui signale, dans le bulletin des administrateurs, un léger souci pro-tibétain ... Et ce ne sont que des exemples parmi d'autres.
Peut-être une incitation à une sorte de saine paranoïa, qui sait ?

1. Classification de Pierrot le Chroniqueur, bien sûr.

Commenter cet article

Manoillon 11/04/2009 22:03

Tu n'aurais pas oublié  :4. La page qui parle de catch, rédigée dans un français tellement approximatif qu'il en devient ludique (essayer de deviner ce que le rédacteur a bien voulu dire occupe facilement quelques heures d'un dimanche pluvieux) et devant laquelle 99,999% des contributeurs vont détourner les yeux en laissant échaper un soupir désabusé

Pierrot le Chroniqueur 12/04/2009 11:15