Publié par Pierrot le Chroniqueur

 

Un "séisme" a donc secoué Wikipédia il y a quelques temps, finalement sans l'onde de choc que tout le monde attendait. Pour la première fois, un administrateur a été contesté, est donc repassé devant les "urnes", et n'a pas réussi "l'épreuve". Après des débuts fort houleux qui m'avaient inspiré un gribouillage, voyons avec un certain recul (comme quoi on revient toujours à l'éternelle question du traitement de l'actualité, même pour chroniquer sur Wikipédia, et ce en pleine réminiscence de l'affaire Zahia) ce sur quoi nous avons débouché. Un certain recul qui ne m'empêchera pas de dire franchement ce que je pense avec, c'est délibéré, moins de précautions d'usage que d'habitude. Mais pour en conclure que, malgré le cirque généralisé des premiers jours, l'expérience s'est finalement terminée de manière positive pour Wikipédia, l'intéressé et la communauté.


Un lynchage inique ?

C'est ce qui a été répété à tort et à travers par une partie des votants "pour" de la première heure : ils trouvaient honteux ce lynchage clanique visant, selon eux, à desysoper un administrateur pour des motifs, paraît-il, personnels. Mais, dans le même temps, ils ont participé à d'autres lynchages claniques (avérés aussi. Et j'en profiterai pour faire à la suite de ce billet un nouveau florilège des votes les plus drôles ou stupides) sur d'autres candidatures au statut d'administrateur, au même moment. En quoi voter contre un admin potentiel qui n'a pas exprimé le "bon" avis est-il plus honorable que voter contre la confirmation d'un admin en qui l'on n'a plus confiance ? La réponse semblant évidente à plusieurs personnes engagées dans le débat, je ne donnerai, une fois n'est pas coutume, pas de Carambar à celui qui me l'apportera.

Le clanisme a donc bel et bien été à la manœuvre. À quelques exceptions près, le partage que j'avais défini il y a presqu'un an (au risque de me faire, moi-même, lyncher) se retrouve dans ces votes. Coïncidence : les clans n'existent pas, d'après certains (de moins en moins nombreux, tandis que d'autres qui les fustigent le plus violemment, enfin n'en pointent qu'un seul, sont eux-mêmes dedans jusqu'au cou. Mais j'y reviendrai prochainement). Quant à la démarche de Pixeltoo pour attirer du votant, certains la jugent légitime, notamment Moez, qui s'est ainsi tiré une balle dans le pied sans laquelle il aurait, peut-être, pu repasser. Des balles dans les pieds des arbitres aussi, au passage, puisque, en procédant au desysopage de Moez sur la base d'abus des outils d'administrateur qui avaient pourtant été jugés non-recevables par lesdits arbitres, la communauté a implicitement donné tort à la frilosité ("copinage" est un mot que j'ai aussi vu ...) de ceux-ci. Qui ont d'ailleurs été parmi les plus virulents de la section "approbation", ce qui a aussi été remarqué. Heureusement, le quatorzième CAr se conjuge désormais au passé, mais il est triste de constater que l'on n'a toujours pas fini de payer ses errements et turpitudes à travers la résurgence de conflits qu'il n'a eu de cesse d'attiser par ses décisions partiales ou saugrenues.

Il est vrai que quand on voit, plus globalement, les coups bas et petites piques réalisées durant les premiers jours de cette contestation, quand on voit la véritable panique qui s'est emparée de certaines pages de discussions, aboutissant à de sombres histoires de doubles identités, en invoquant à Wikibuster et à ma personne (comme si, ma modestie dût-elle en souffrir, je boxais dans la même catégorie que cette chose !) ; quand on voit les guerres d'édition sur le Bulletin des administrateurs (BA), on pouvait s'attendre au pire.


Conséquences dans l'ensemble bénéfiques

Pourtant, le pire n'est, somme toute, pas arrivé. Comme pour toute élection au statut d'administrateur (et comme pour tout psychodrame ...), les choses se sont tues rapidement, les votes ne tombant plus qu'au compte-gouttes. La consultation se finit avec 68% d'approbation, un taux insuffisamment consensuel. Les bureaucrates, chargés de conclure, ont alors posé une question qui me semblait pourtant inenvisageable : devaient-ils avoir des critères plus larges que lors d'une primo-élection ? Ce point, pourtant réfuté par la prise de décison ayant institué les contestations qui demandait une application similaire des règles, a en effet été soulevé par Dr Brains, qui s'est rapidement vu contredit et n'a logiquement pas insisté. Ainsi, cette première expérience a permis de bien borner les règles en accord avec ce qui avait été décidé sur le principe par la communauté.

 

Il reste que cette communauté est divisée sur bien des points. Je n'ai pas le temps de revenir sur tout, et le ferai sans doute bientôt. Je me contenterai de soulever l'un des aspects qui me semble le plus problématique, qui est qu'une divergence sur le statut-même d'administrateur, perceptible depuis longtemps, a éclaté au grand jour (ce qui n'est pas plus mal) : le plus important est-il qu'un administrateur jouisse d'une confiance communautaire consensuelle malgré d'éventuels abus d'outils ou qu'il utilise globalement bien ses outils malgré des frictions régulières ? Une divergence fondamentale que j'avais longuement abordée dans ce billet consacré justement à la fameuse prise de décision, et qui n'avait pas été tranchée : il est finalement possible de contester un administrateur aussi bien pour abus que pour perte supposée de confiance.

 

Quant à Moez, comme la plupart des gens qui quittent définitivement Wikipédia, il est, après un bref départ annoncé sur Twitter, revenu (après tout, nous sommes tous des drogués et le sevrage est difficile !) et a décidé de changer sa manière de contribuer pour tenir compte de la perte de confiance d'une partie de la communauté, ce qui est tout à son honneur. Il est intéressant de voir que, si Moez n'avait pas réagi vertement aux reproches, la contestation n'aurait pas eu lieu, ou du moins se serait peut-être (mais je n'y crois pas trop) mieux terminée pour lui. Un avertissement pour les suivants ?1


L'arme atomique

Finalement, sur Wikipédia, la contestation, c'est comme la bombe atomique : on l'utilise une ou deux fois, ça fait du dégât et très peur à tout le monde, et ensuite, ça dissuade. Espérons donc qu'à partir de maintenant, le fait d'avoir la contestation comme épée de Damoclès poussera chacun à surveiller ses actes et à avoir un peu plus de recul et de self-control. Parce que la bombe atomique, arme de dissuasion, est faite pour justement qu'on ne s'en serve pas sauf cas extrêmes ...

 

 

1. D'après ce que j'entends dire ici ou là, Grimlock (s'il revient), GL et Phe seraient plus ou moins dans les lignes de mire croisées d'un certain nombre de personnes. Ce qui ne peut, je crois, qu'apparaître comme assez logique aux yeux des observateurs comme moi.

Commenter cet article

Dr Brains 06/02/2012 17:38


@Pierrot : "Il en ressort que la communauté a décidé que le vote de confirmation devait être traité de la même manière que s'il s'agissait d'une candidature classique."


"Donc par les bureaucrates, ..." -> Exact


"... qui doivent agir comme d'habitude." -> Exact aussi. Ils doivent user de leur pouvoir discrétrionnaire comme d'habitude, c'est à dire comme ils veulent.

Pierrot le Chroniqueur 06/02/2012 18:54



Non, pas comme ils le veulent. Discrétionnaire n'est pas synonyme d'arbitraire. Je sais, tu l'avais dit dans ta condidature (donc tu ne prends personne en traître et ta franchise te fait
honneur), que tu es partisan d'un pouvoir discrétionnaire fort, plus étendu que ce qu'il est aujourd'hui, et cela t'avait valu quelques contres inquiets. Force serait d'admettre que cette vision
n'est pas consensuelle . Ton interprétation de la PDD, notamment, ne l'est pas, vu la discussion sur le BB. Je pense que
ce serait une très mauvaise idée d'engendrer de nouvelles crispations sur le pouvoir discrétionnaire des bureaucrates et, qui sait, peut-être faire réémerger un sentiment anti-pouvoir
discrétionnaire et anti bubu qui ne s'exprime plus beaucoup pour le moment. Aussi, ne serait-ce que pour ces raisons "politiques" - au-delà du fond où je maintiens mon interprétation - je te
conseille sincèrement et amicalement de ne pas insister si ces oppositions (déjà, ici, Litlok, Rémih ou Laurent Nguyen) se confirment. Ce qui ne m'empêche pas de trouver très légitime et
intéressante ta vision des choses (si tu veux faire un billet sur ta conception du rôle de bubu, tu es, te le sais, le bienvenu).



Le concombre masqué 05/02/2012 22:54


Le mieux est de revenir aux sources :


La décision prises par le Peuple est la suivante :


"Le vote de confirmation se passe de la même manière qu'un vote normal d'accès au statut d'administrateur (voir Wikipédia:Candidature au statut d'administrateur#Durée du vote et
mode de nomination)"


J'y lis "se passe" et non, comme tu l'écris en réponse à Brains "devait être traité". Ton analyse se tient, la sienne aussi, le texte ne dit pas plus que ce qu'il dit et que j'ai cité plus haut.

Pierrot le Chroniqueur 06/02/2012 10:04



Si elle "se passe de la manière", c'est jusqu'au bout, y compris, à mon sens, jusqu'à son traitement par les bureaucrates.



Dr Brains 05/02/2012 21:10


Hum,


 


Je te renvoie là. La question posée est une arlternative entre un seuil fixe (à définir à la question suivante) et le pouvoir discrétionnaire des bureaucrates. Le deuxième l'a emporté.


L'intitulé de la proposition renvoyait ici, où justement il est marqué


La définition d'un vote « favorable » relève du pouvoir discrétionnaire des bureaucrates et s'appuie sur un ratio de pour/contre plus
ou moins défini.



On ne peut pas voter pour un mode de décision reposant très clairement sur un pouvoir discrétionnaire et venir ensuite tenter de cadrer ce pouvoir soi-disant au nom de ce que la communauté a décidé (alors qu'elle n'a rien décidé de tel).

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 22:28



Non, je te parle de la prise de décision sur les modalités de la contestation. Il en ressort que la communauté a décidé que le vote de confirmation devait être traité de la même manière que s'il
s'agissait d'une candidature classique. Donc par les bureaucrates, qui doivent agir comme d'habitude. Puisque la communauté a voulu quelque chose d'identique, les bureaucrates ne sont pas
autorisés à considérer qu'une contestation s'évalue avec des critères et seuils plus souples. Leur pouvoir discrétionnaire ne peut alors pas consister à assouplir leurs positions parce
que c'est une contestation. S'ils le font, ce doit être sur une autre base, qu'ils peuvent aussi prendre pour une candidature classique. Tout cela t'a déjà été expliqué sur le BB par Rémih,
Litlok et Laurent Nguyen, entre autres.



Skippy 05/02/2012 14:01


@Meodudlye : Sans oublier quelques démissions préventives…

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 19:05



Incontestablement.



Meodudlye 04/02/2012 08:33


Je trouve que ton image de bombe atomique est assez juste. Il suffit de voir qu'un certain nombre d'admins fort problématiques, tu cites GL, qui a presque cessé d'intervenir sur les RA, phe, qui
se contente de mettre à jour ses sous-pages perso , mais on peut aussi parler de gede, qui  doit se dire que si il avait continué comme avant, il aurait été dans la charette aussi (cela dit,
il est arbitre, alors je ne désespère pas de voir son orgueil ressortir), ou de  Lgd, qui bien qu'il sache tout mieux que tout le monde, fait attention maintenant quand il bloque des pages
sur lesquelles il est en conflit: il va demander aux autres admins si il a bien fait, semblent avoir compris que si leurs petits copains les félicitent d'abuser de leurs outils, la communauté
n'est pas du tout du même avis.


Et évidemment, les admins non problématiques n'ont rien à craindre, comme cela était prévu.


Une bien bonne chose cette contestation, cela aurait du exister depuis bien plus longtemps!


 

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 19:05



Oui, j'ai toujours pensé que c'était une bonne chose (cf. mes billets précédents à ce sujet). Maintenant, je jugerai tout de même sur pièces.



Dr Brains 03/02/2012 20:20


oups


 


il fallait bien sûr comprendre :


 


pour qu'une minorité d'excités ne tranforme pas Wikipédia en
lobby

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 19:04



L'inverse m'aurait étonné.



Xavier Combelle 03/02/2012 20:19


J'ai voté c'est donc que je suis dans un clan, pas que je pourrais avoir un avis personnel

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 19:03



Ce n'est pas ce que j'ai dit, et tu n'es donc pas concerné . Que je sache, tu n'as pas fait partie de ceux qui ont
voté contre Superjuju10 pour mauvais vote et mal-pensance concernant Moez. Ni de ceux qui ont insulté ceux qui votaient "mal". C'est cette attitude, qui n'a bien sûr pas été la tienne, que je
condamne et qui est la marque d'un comportement clanique et problématique. En revanche, et heureusement, tous les votants à ces élections, qu'ils soient pour ou contre, n'appartiennent pas
forcément à un clan, et la grande majorité vote en son âme et conscience, sur des motifs n'ayant rien à voir avec des règlements de compte.



Dr Brains 03/02/2012 20:19


"Ce point, pourtant réfuté par la prise de décison ayant institué les contestations qui demandait une application similaire des règles, [...]"

Justement, je pense que non, ce point n'est absolument pas réfuté par la PDD, comme je l'ai d'ailleurs expliqué sur le BB. Qui dit application similaire dit pouvoir discrétionnaire des
bureaucrates, qui ont donc une certaine latitude pour (collectivement) décider de plus ou moins de tolérance.


Maintenant, je n'ai pas insisté, certes, car :


le score de Moez ne permettait aucune interprétation, car trop bas pour que Moez soit éventuellement "repêché"; tu verras que lorsqu'une confirmation donnera un score proche mais inférieur à
75% le problème se reposera;

finalement, je m'en tape un peu. Tout ce que j'ai à gagner à insister, c'est des coups. Autant je suis prêt à en prendre autant qu'il faudra pour qu'une minorité d'excités tranforme Wikipédia
en lobby, autant sur ce genre de problématique j'estime que ça n'en vaut pas la peine.



 

Pierrot le Chroniqueur 05/02/2012 18:57



Justement, la PDD signifie que le pouvoir discrétionnaire des bureaucrates doit être utilisé de la même manière que s'il s'agissait d'une élection classique. La communauté a expressément voulu
que ce soit la même chose. Par conséquent, il ne peut y avoir une différence dans l'usage discrétionnaire basée sur la prise en compte du fait qu'il s'agit d'une contestation. Ce serait
bel et bien agir différemment que pour une candidature normale, donc dénaturer ce qui ressort sans ambiguïté de la prise de décision. Il faut scrupuleusement respecter les décisions
communautaires.